Etats-Unis d'Amérique

7 médias.
  • GASTAMBIDE Rémy, ROLLAND Dominique
    Etats-Unis d'Amérique: Repli des métis américo-vietnamiens dans le pays de leur père. Extrait d'entretien filmé. Cette vidéo présente l'entretien de Rémy Gastambide, artiste métis, mené par Dominique Rolland, maître de conférence, qui s'est tenu à la Ferté-Sous-Jouarre en France le jeudi 25 juillet 2013. Rémy Gastambide aborde le métissage selon son vécu ; son enfance, ses rencontres, ses travaux, ses voyages. Son témoignage, riche en expériences, montre le phénomène du métissage vu de l'intérieur.
  • HAWES, Edward
    Etats-Unis d'Amérique: Moutarde, Mouture de la moutarde. Edward Hawes, historien consultant aux Etats-Unis, prend l’exemple de l’industrie des sardines en conserve et de la mouture de la moutarde afin d’illustrer le complexe agroalimentaire mis en place aux Etats-Unis, dès le XIXe siècle. Les entrepreneurs décident de reprendre l’un des produits français phares : les sardines en boîte. Le but est de proposé un produit donnant l’impression de venir de l’étranger mais étant en réalité produit aux Etats-Unis. L’une des recettes proposées est la sardine à la moutarde, or, afin de réduire les coûts il est nécessaire de produire la moutarde sur place. C’est ainsi que J.W. Raye, le grand-père de Nancy Raye avec qui travaille Edward Hawes, décide d’ouvrir ses propres moulins. Edward Hawes, après un rappel historique de l’entreprise, décrit étape par étape le processus de production, de la mouture au produit final en s’appuyant sur un diaporama.
  • REGNIER, Faustine
    Etats-Unis d'Amérique. Entretien filmé. Au cours de cet entretien, Faustine Régnier, sociologue chargée de recherche à l’INRA, aborde les principaux sujets de ses recherches : l'exotisme alimentaire en France et en Allemagne, des années 1930 à nos jours, et l'obésité en tant que fait social. Chaque thème, théorie ou déduction est illustré par des exemples.
  • HOCKENSMITH, Charles
    Etats-Unis d'Amérique: Métiers de l'artisanat, Taillage et levage des meules. Charles Hockensmith, archéologue, présente l’industrie des meules en conglomérat née à la fin du XVIIe siècle et qui ont perdurées jusqu’au début du XXe siècle. Elles ont été créées pour remplacer les pierres importées de France dont le coût était trop élevé. Elles ont pris essor dans l’Est des Etats-Unis, en particulier dans les états de New York, de Pennsylvanie et de Virginia. A travers des diapositives, Charles Hockensmith nous présente des carrières et la survivance de la tradition meulière.
  • Etats-Unis d'Amérique: Musique de groupe. Colloque filmé. Enzo Cormann, dramaturge et écrivain de théâtre, ainsi que Jean-Marc Padovani, saxophoniste, compositeur et formateur de jazz européen, prennent tour à tour la parole pour présenter leur travail commun sur le jazz poème. Enzo Cormann commence par lire un texte expliquant les préalables de leurs recherches, ainsi que les raisons qui les ont poussés à choisir le jazz. C’est en 1990 qu’a débuté leur aventure, avec la création d’un label commun. Leur souhait d’associer poèmes et mélodies exclu de reléguer la musique au rang d’accompagnement ainsi que la romantisation de la parole. Le mode et le rythme ne doivent ni être figé, ni figer la composition. Ils comparent le rapprochement de la musique et de la parole à une couture, en effet ils s’unissent sans se mélanger. Le jazz s’est imposé de lui-même dans leur travail. Etant principalement une musique d’improvisation, il se prête parfaitement à ce qu’ils souhaitent faire. Enzo Cormann et Jean-Marc Padovani font ensuite écouter plusieurs extraits musicaux qu’ils commentent en même temps. Tout d’abord, trois versions contemporaine de « Summertime » (Davis - 1958 : John Coltrane - 1961 ; Albert Ayler - 1963), suivit d’une improvisation d’Ornette Colemann, puis d’un extrait de l’un de leurs travaux improvisés sur des textes de Jack Kerouac « Les chorus ». Enfin, ils terminent leur intervention par une chanson de William Burroughs qui illustre ce qu’ils appellent ‘la parole croisée’.
  • Etats-Unis d'Amérique: DEVEREUX. Entretien filmé. Jean-Pierre WARNIER montre que la psychanalyse est un outil de compréhension. Elle permet en effet de donner un sens affectif aux pratiques et rituels observés par l'ethnologue. Il expose ensuite les différentes approches méthodologiques du chercheur face à un terrain anxiogène. En faisant référence à Georges DEVEREUX, il explique que l'angoisse du terrain est un élément dynamique pouvant servir au chercheur à construire sa méthodologie par une relation intersubjective avec les autres.