CHALLULAU Hélène

21 médias.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Jean-François Breton présente brièvement son parcours professionnel et son engagement dans l’expédition de fouilles archéologiques à Shabwha, en Yémen en 1974. Après avoir retracé la chronologie des avancées de recherches archéologiques au Yémen, il expose son double intérêt pour le pays. La cause première est que, à l’inverse de l’Egypte, le Mésopotamie et le Levant, l’Arabie du Sud et le Yémen en particulier est resté longtemps méconnu par les archéologues, dû notamment aux troubles politiques. La deuxième raison est son originalité. Son isolement par rapport aux autres civilisations pose la question de l’influence ou d’isolement total.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. La première question incitée par l’étude de la civilisation sudarabique est celle de l’agriculture, et notamment celle de l’agriculture irriguée. Dès le IIIe millénaire, se dégagent deux types d’agricultures selon les milieux différents : une agriculture en marge du désert qui dépend des orages annuels et une agriculture de montagne, cette dernière étant la plus sophistiquée. Les agriculteurs ont su utiliser les crues violentes des montagnes pour créer des oasis dans lesquels peuvent se construire des établissements urbains.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Les fouilles à Shabwa ont permis de découvrir un grand nombre de bâtiments dont la nature a été débattue par différentes théories historiques. Deux sources contradictoires amènent à penser d’une part, sur la base des fouilles de l’Armée britannique en 1936, qu’il s’agit de nécropoles et d’autre part en suivant la source antique, de lieux de cultes. Selon la deuxième théorie , les sous-bassement correspondraient à la fondation des maisons. Les études de ces vestiges, ainsi que le palais royal de Shabwa permet de reconstituer d’une façon précise l’architecture du Yémen antique et les solutions originales qu’elle apporte.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Venceslas Kruta définit le contexte dans lequel ont évolué les études celtiques. Des années 60 à 70, il y a eu un moment de vide car le domaine a été considéré comme établi et les spécialistes ont tombé lors de la Première Guerre Mondiale. La recherche officielle de la France était alors la Gaule Romaine. Or, Venceslas Kruta propose un cours intitulé « Protohistoire de l’Europe », une vision inscrivant les Celtes dans le contexte européen et remet ainsi en cause le concept d’Antiquité nationale.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Jean-François Breton apporte plus de précision sur le commerce de l’encens et sa concentration dans la région sudarabique, due à son climat favorable. Les plantes de l’encens se trouvent dans les franges désertiques, sur les côtes de la Mer Rouge. L’Egypte a fait plusieurs tentatives d’acclimater les plantes à leur milieu. A la moitié du IIe millénaire, ils importent les plantes d’encens, or leur exploitation est sans succès car le climat d’Egypte n’est pas propice à la culture. Le Proche-Orient connait d’autres types d’encens que ceux commercialisés par l’Arabie du Sud. Le commerce prend fin à la fin de l’Antiquité.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. En s’appuyant sur trois exemples concrets, Venceslas Kruta explique comment l’appropriation des styles grecs et étrusques par les Celtes témoigne d’une forme de pensée particulière chez les Celtes. D’abord, le thème de la frise de fleur de lotus a été adapté en double feuilles de gui, plante vénérée chez les Celtes, répondant ainsi à leur culte. L’assemblage de signes, comme le motif du cheval à tête d’homme en divinité solaire révèle une pensée cohérente. Enfin, on retrouve cette appropriation dans l’urbanisme. Le plan de la ville celtique est calqué sur le plan de la ville gréco-romaine.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Sur l’extension géographique des fouilles archéologiques sur une bonne partie de l’Europe se superposent un fondement identitaire commun. En effet, les Celtes comprenaient vingt-deux pays d’Europe, du Sud de Portugal et d’Espace aux Carpates et à la limite méridionale des Plaines du Nord. Ils composent le deuxième marqueur ancestrale de la population tchèque après les slaves, suivant une étude des généticiens tchèques. L’importance de la racine celtique en Europe doit être reconnue. En France, c’est la nostalgie de la Gaule, motivation politique, qui favorise les recherches.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Jean-François Breton prend l’exemple du royaume de Saba pour comprendre l’organisation de la société yémnite en rapport avec son territoire. Il en donne la défintion comme étant une collectivité humaine unie par un culte et un territoire, en occurrence, l’oasis. La société se repose donc sur une organisation vitale de gestion d’eau, ainsi pourrait-on la rapprocher à une société hydraulique. Or, le cas particulier de l’Arabie de Sud est que les sociétés tribales s’organisent entre-eux sans pouvoir f édérateur. En revanche le royaume de Saba entretient par périodes un rôle de domination par rapport aux autres royaumes. Le progrès technique du système d’irrigation est le problème central de ces sociétés. Trois thèses ont été proposées sur la solution adoptée : soit les habitants ont construit des canaux pour ramener de l’eau en amont, en sachant que les structures sont fragiles, soit ils ont surbaissé le niveau des champs, soit, telle la solution leguée à Saba, ils ont construits des digues pour soulever l’eau au niveau des champs. Ces différentes thèses sont au cœur du débat entre les historiens et archéologues.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Venceslas Kruta explique sa démarche pour étudier l’art celtique. Les fouilles plus qu’une base de données, est avant tout, une méthodologie de travail qui développe un esprit critique dans le sens où il faut savoir interpréter. Les œuvres d’art sont les traces que les Celtes ont laissées de leur civilisation. A travers une comparaison des modèles grecs, étrusques et romains avec la version celtique, on arrive à comprendre leur mentalité. En effet, les changements stylistiques témoignent d’un système de pensée propre aux Celtes.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Entretien filmé. Jean-François Breton fait un état des lieux des éléments connus en 1974 par rapport à la civilisation sudarabique, au Ier millénaire avant Jésus Christ. Il énumère le corpus d’inscriptions découvertes par les archéologues , allant de textes d’irrigation, de construction aux dédicaces aux dieux et aux textes illustrant les échanges économiques dans la vie quotidienne.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Entretien filmé. Jean-François Breton développe la réflexion sur les oasis et le système d’irrigation originale autour de Shabwa. Cette originalité provient du fait que les oasis sont directement liés aux torrents et qu’il existe une répartition égale en amont et en aval. Grâce à la collaboration avec les géologues, il a pu dresser un schéma général de la création de l’oasis. Il réussit ainsi à déterminer la durée de ces oasis, commençant dès le IIIe millénaire avant Jésus Christ et la taille maximum des oasis. Une tentative de datation des champs est en cours, par le biais de moyens thermoluminescence.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Présentation biographique et professionnelle de Venceslas Kruta. Son parcours à travers les études de latin, de l’archéologie classique et de la Préhistoire en Tchécoslovaquie ainsi que l’expérience sur le terrain d’une mission de sauvetage archéologique au Nord-Ouest de la Bohème l’amènent à s’intéresser à l’étude des Celtes.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Venceslas Kruta défini sa recherche sur les Celtes comme une recherche contextualisée. A la différence des autres archéologues qui tendent à ériger des modèles et à les appliquer sur une civilisation, Venceslas Kruta mène une approche par communauté, essaie de comprendre l’origine des éléments diversifiés présents dans une culture locale. Cette approche lui permet d’être plus prudent et mieux à l’écoute des sources.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. La Mer Rouge devient au cours des décennies un lieu d’échanges et de liens entre les régions environnantes. Au IIe millénaire avant Jésus Christ, elle constitue un ensemble culturel et commercial entre les pays de la côte d’Afrique, mais elle sera remplacée par l’Arabie du Sud. A la moitié du VIIe siècle, à l’apogée du Saba, le royaume s’étend sur l’autre rive de la Mer Rouge et établit ses colonies dans le Tigré. Enfin, au IIe millénaire après Jésus-Christ, l’invasion de l’Arabie du Sud par les Ethiopiens à deux reprises signent de nouveaux liens entre les régions autour de la Mer Rouge.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. En lien avec l’irrigation, le commerce de l’encens constitue une autre grande source de revenus en Arabie du Sud. Or, ses bénéfices ont, plutôt que contribuer à améliorer l’agriculture irriguée, servi à augmenter le prestige des villes à travers l’architecture en pierre très travaillée. Ainsi les progrès techniques dans l’agriculture n’ont pas été investis, à la différence des civilisations contemporaines grecque et romaine. Il exclut ainsi la troisième théorie selon laquelle les agriculteurs auraient construit des digues. En effet, ils continuent à utiliser le système traditionnel des canaux jusqu’à l’épuisement obligeant l’abandon des oasis dans le Ve siècle avant Jésus Christ. Dès lors le peuple de L’Arabie du Sud se réfugie dans les hauts plateaux, notamment au Moyen-âge.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles, FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France. Entretien filmé. La société vivante à Shabwa est une société sédentaire tribale. Grâce aux inscriptions, Jean-François Breton a pu retrouver l’organisation hiérarchisée du tribu qui privilégie le lien de sang. Les questions suivantes sont de définir le lien étroit entre la collectivité humaine et le territoire et ensuite d’identifier le culte de ce tribu.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Venceslas Kruta tire de sa citation « l’art celtique est un art de la métamorphose », des postulats de mentalité celtique. D’abord, le changement de formes étant une force divine, ce que Paul-Marie Duval appelle « vitatisme », l’homme doit le subir. La mise en image de ce mouvement, la métamorphose, témoigne de la capacité d’un objet d’avoir différentes formes. Réunis dans une même image, les trois ordres de la Nature, les ordres végétal, animal et humain s’influent l’un sur l’autre. De même le symbole de la triskèle représente les mouvements solaires dans un seul signe. Le gui, plante vénérée par les Celtes pour ses feuilles persistants, est une projection dans le domaine végétale du concept de l’immortalité de l’âme, dépendant d’un corps mortel, comme l’arbre. A partir de l’observation de la nature, les Celtes construisent leurs signes.
  • KRUTA, Venceslas
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. A partir des objets celtiques en métal, Venceslas Kruta dresse un système de significations propres aux Celtes. La difficulté d’interprétation réside dans la dialectique entre la fonction et la forme, la fonction imposant parfois la forme. Or, il en tire les manières de voir le monde chez les Celtes : premièrement, la représentation est toujours allusive, abstraite, conférant ainsi un caractère sacré à la représentation. Deuxièmement, les éléments symboliques, selon leurs combinaisons donnent à lire plusieurs niveaux. C’est ainsi une vision du monde cyclique où les images peuvent avoir différents sens selon leur agencement. Par ailleurs, en comparant les civilisations celtes dans différentes régions, Venceslas Kruta remarque qu’il existe une diversité à l’intérieur de la culture mais aussi un rapport d’entente avec le substrat indigène, comme par exemple, les Celtes d’Italie. Ainsi, une vision globale des Celtes apparait comme dynamique et articulé.
  • BRETON, Jean-François
    CHALLULAU Hélène: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles. Entretien filmé. Après avoir décrit le corpus d’inscriptions découvertes à Yémen, Jean-François Breton énumère les sources extérieures parlant de l’Arabie du Sud, à savoir la Bible, le Livre des Rois, les récits des voyageurs grecs et plus tard, les écrivains romains. L’ensemble de documents a fait naître deux thèses sur l’avènement de la culture sudarabique, l’un la situant au Vie siècle avant Jésus-Christ et l’autre au Ier millénaire avant Jésus-Christ. Ce débat va motiver les recherches de Jacqueline Pirenne, directrice de l’expédition de fouilles de la Mission Archéologique Française, à Shabwa, Yémen.