Langues et cultures des Ameriques

3 médias.
  • HANKS William
    Langues et cultures des Ameriques: Le maya yucatèque est une langue de la famille du maya, la protolangue serait vieille d’environ 4000 ans. On estime le nombre de locuteurs du maya yucatèque à 759 000, au Mexique, principalement dans l’état du Yucatan. Il s’agit d’une langue agglutinante à harmonie vocalique et tonale. Les voyelles se comptent au nombre de 5, chacune possédant 6 variantes et 6 diphtongues., Amérique Centrale. Séminaire de recherche filmé. Cette vidéo présente l’intervention de William F.HANKS, professeur anthropologue, au sujet du discours rituel Maya, dans le cadre du programme « Anthropologie d’hier et d’aujourd’hui, qui s’est tenu à Maison Suger, Paris, du 5 décembre 2008 au 8 janvier 2009.
  • LEGRAND Valérie, CHOQUE CRUZ Augustina,CRISPIN QUISPE Eusebia
    Langues et cultures des Ameriques: Cordillère des Andes. Enquête ethnographique filmée. Cette vidéo présente la pratique du tissage traditionnel dans la communauté paysanne de Chaupimayo, située dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco (Pérou). Augustina CHOQUE CRUZ et Eusebia CRISPIN QUISPE nous présentent les différentes étapes et techniques de tissage qu'elles ont appris de leurs mères.
  • Extrait de : Somos la voz del árbol.
    Langues et cultures des Ameriques: Bolivie. Documentaires audiovisuels. La Bolivie est présentée de manière générale comme un pays andin alors que plus de 70% du territoire national se trouve dans les basses terres. Il existe environ 34 peuples différents identifiés comme indigènes, et qui représentent 75% de la population totale. 24% de la population sont des métis et seul 1% sont des blancs ou des étrangers. Les indigènes qui vivent dans les basses terres représentent plus de 300 000 habitants et représentent une grande diversité linguistique et culturelle. Jusqu'à la fin du XIXème siècle, la population indigène était encore peu "affectée" par les populations blanches et métisses. Mais, les colonisations successives des basses terres, à des fins d'exploitation des ressources locales comme le caoutchouc, le bois et le pétrole, a réduit considérablement l'espace vital des indigènes. La présence de missionnaires parfois radicaux et le contact avec la culture occidentale a également provoqué une perte de la culture locale dans cette région.