DUBOUR Jean-Pierre

8 médias.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Documentaires et reportages. Le 29 mars 1994, le groupe américain CASE annonce la fermeture de son usine de Vierzon. Après des mois de lutte pour sauver les emplois de "la Case", l'usine ferme le 15 décembre 1995, tirant un trait sur plus d'un siècle de production à Vierzon. Le 9 septembre 1958, CASE International avait racheté la Société Française de Matériel Agricole et Industriel, entreprise vierzonnaise fondée en 1879, à la suite de l'atelier que Célestin Gérard avait ouvert en 1848. Dans le cadre de la recherche MEMOVIV une dizaine d'entretiens ont été menés avec des membres du personnel de CASE Vierzon ayant travaillé entre 1950 et 1995. La mémoire industrielle de Vierzon émerge des récits de ces anciens employés et ouvriers, témoins de l'activité passée de la ville. Le film présente le témoignage de cinq d'entre eux.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. Dans cet entretien réalisé au musée de Vierzon, Jean-Pierre Dubour rassemble ses souvenirs pour nous décrire avec précision ses débuts chez CASE, les conditions de travail dans différents ateliers. Il aborde la question de la rémunération, évoque la présence de l'alcool et du tabac sur les lieux de travail et se souvient de certains accidents du travail. Il se souvient de la nette séparation entre les ateliers de production à la main-d'oeuvre masculine et les services des bureaux où travaillaient les femmes. A l'aide de photographies et de modèles réduits, il nous présente les différents modèles de "Bakous" produits dans l'usine. Enfin, il est question de la fermeture de l'entreprise avec ses grèves et ses occupations de locaux, mais aussi de son implication dans l'entreprise en tant que syndicaliste.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Entretien filmé. Dans la seconde partie de cet entretien réalisé au musée de Vierzon en décembre 2017, Jean-Pierre Dubour livre autant un récit de vie vierzonnais qu'un bilan de son parcours professionnel. Il y évoque notamment la vie vierzonnaise dans le quartier des échelles et livre quelques anecdotes à propos de "la CASE".
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour, ancien décolleteur puis cariste chez CASE, dresse de manière posée un tableau de son engagement de plus de 25 ans en tant que syndicaliste CGT, notamment comme élu au sein des différentes instances de l'entreprise CASE. Il rend un vibrant hommage aux trois hommes qui l'ont formé et accompagné dans l'évolution de ses fonctions. Enfin, il cite les nombreuses initiatives du comité d'entreprise et des diverses associations de salariés existant chez CASE et conclut notamment sur l'utilité de la diversité des syndicats.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE, où il n'avait pas remis les pieds depuis plus de 20 ans.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment tout en apportant de nouvelles informations.
  • DUBOUR Jean-Pierre: Témoins de l'époque. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour (ancien cariste, secrétaire du CHSCT et du CE chez Case), Christian Lallois (ancien responsable fiabilité chez Case) et Michel Hervé (Président de l'association) se retrouvent dans le "B6" (bâtiment 6) de l'ancienne Société Case pour nous faire visiter les lieux et nous faire découvrir les collections et les activités de l'association La mémoire industrielle et agricole du pays de Vierzon.