Industrie mécanique

17 médias.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. D'origine portugaise, Domingos Alves nous raconte comment il a été recruté à l'âge de 24 ans dans la Fonderie Chavy comme chauffeur de four et a du se tourner vers le métier de mouleur suite à un accident du travail. Il travaillera dans cette entreprise pendant 35 ans. Il évoque les responsabilités attachées à son premier poste qui nécessitait une attention de tous les instants afin d'éviter toute explosion du four. Tout en évoquant les changements techniques qui ont modifié la pratique de son métier, il nous expose la dureté mais aussi la complexité de son travail qu'il exécutait avec passion et conscience professionnelle.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Christian Lallois se replonge dans près de 40 années passées au sein de l'entreprise CASE. Il nous raconte avec enthousiasme son parcours depuis son premier poste en 1964 au sein du bureau d’études de la société, puis sa mutation au siège social de Ballainvilliers (91) en 1972, et enfin son retour à Vierzon en qualité de Productability Manager en 1984. A la suite de la fermeture de l’usine au cours de l’année 1995, il participe à la création de la société Telescopelle, dont il devient le directeur général et directeur technique. Cette société de matériel de travaux publics emploiera jusqu’à 50 ouvriers, la plupart étant des « anciens CASE ». Une fois retraité, c’est au sein de l’association de la « Mémoire industrielle agricole du pays de Vierzon » que Christian Lallois continue son histoire avec CASE, en valorisant ce patrimoine industriel intemporel.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Après l'obtention de son CAP d'ajusteur au centre d’apprentissage Henri-Brisson, Jacky Nombret entre à la Précision Moderne en 1956. En 40 ans de carrière, il a vécu tous les changements de propriétaires successifs, de Denison à Parker, en passant par Abex et Hägglunds et a occupé des postes différents, marquant par là sa capacité d’adaptation. En 1963, il découvre l'hydraulique, qui sera sa passion jusqu’à la fin de sa carrière. Au cours de l’entretien, il détaille ses interventions sur le terrain, allant de l’installation des centrales hydrauliques à leur dépannage en cas de problèmes techniques. En 1968, il prend la tête du premier SAV des productions hydrauliques d'Abex, poste qu'il occupe jusqu'à son départ en retraite en 1999. Dans cet entretien, il n'évoque que de manière incidente son engagement à la CGT qui fera l'objet d'un autre entretien.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Dans ce deuxième entretien, Jacky Nombret détaille son parcours de militant syndical. Entré à la Précision Moderne en 1958, à 17 ans, il y fait toute sa carrière jusqu’en 1999. Adhérant à la CGT dès 1959, il est élu pour son premier mandat syndical en 1966. Il enchaîne ensuite les mandats jusqu’à son départ de l’entreprise, avec de grandes satisfactions (il se remémore, parfois avec émotion, les actions mises en œuvre pour les salariés et leurs enfants au sein du comité d’entreprise) mais aussi des périodes difficiles comme en 1987 lors d’une vague de licenciements ou les années suivantes lorsqu’il est victime de tentative de licenciement abusif et de harcèlement. En parallèle, il s’engage en 1981 en tant qu’administrateur à la CAF, mission qui le passionne, puis, afin de travailler sur le sujet des retraites complémentaires, pour Capimec auprès de Malakoff-Médéric et enfin dans l’association de défense des habitants de son quartier Chaillot. Cet entretien est également l’occasion de rendre des hommages appuyés à ses camarades militants et ses soutiens, y compris son épouse.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Dans cet entretien filmé, Jacques Giraudon retrace sa carrière dans l'industrie mécanique, sur son engagement syndical et sur les solidarités qui existaient entre ouvriers. L'essentiel des souvenirs de l'ancien tourneur sont les souvenirs humains. Il aborde néanmoins les sujets des machines et des savoir-faire techniques.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. A l'appui de documents et de photographies, Jeannette Poitrenaux plonge dans ses souvenirs pour nous raconter avec émotion le travail de sa grand-mère, née en 1888, repasseuse chez A. Serre et de sa mère, mécanicienne en confection. Elle se souvient aussi de son père qui était mouleur chez "Brouhot", de ses différentes périodes de chômage et de son départ dans le cadre du STO en Allemagne. Il est beaucoup question de musique : les chansons pendant le travail, les repas de famille, les concerts en faveur des prisonniers de guerre, le Père Cent de l'Ecole Nationale Professionnelle, ect.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Dans cet entretien filmé, Jean-Paul Tocqueville aborde d'abord sa formation d'ajusteur et son embauche au sein de l'entreprise Nadella. Il revient sur son évolution au sein de l'entreprise au long de ses 43 ans de présence, et détaille notamment son poste de régleur et la gestion de son équipe. Il évoque le dernier poste qu'il a occupé : celui de responsable sécurité-entretien, ce qui lui permet de développer la question des améliorations qu'il a connues, et parfois impulsées, en termes d'usinage, et sur la sécurité et la prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. Dans cet entretien réalisé au musée de Vierzon, Jean-Pierre Dubour rassemble ses souvenirs pour nous décrire avec précision ses débuts chez CASE, les conditions de travail dans différents ateliers. Il aborde la question de la rémunération, évoque la présence de l'alcool et du tabac sur les lieux de travail et se souvient de certains accidents du travail. Il se souvient de la nette séparation entre les ateliers de production à la main-d'oeuvre masculine et les services des bureaux où travaillaient les femmes. A l'aide de photographies et de modèles réduits, il nous présente les différents modèles de "Bakous" produits dans l'usine. Enfin, il est question de la fermeture de l'entreprise avec ses grèves et ses occupations de locaux, mais aussi de son implication dans l'entreprise en tant que syndicaliste.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Dans la seconde partie de cet entretien réalisé au musée de Vierzon en décembre 2017, Jean-Pierre Dubour livre autant un récit de vie vierzonnais qu'un bilan de son parcours professionnel. Il y évoque notamment la vie vierzonnaise dans le quartier des échelles et livre quelques anecdotes à propos de "la CASE".
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour, ancien décolleteur puis cariste chez CASE, dresse de manière posée un tableau de son engagement de plus de 25 ans en tant que syndicaliste CGT, notamment comme élu au sein des différentes instances de l'entreprise CASE. Il rend un vibrant hommage aux trois hommes qui l'ont formé et accompagné dans l'évolution de ses fonctions. Enfin, il cite les nombreuses initiatives du comité d'entreprise et des diverses associations de salariés existant chez CASE et conclut notamment sur l'utilité de la diversité des syndicats.
  • Industrie mécanique. Documentaires et reportages. L'usine vierzonnaise Paulstra qui voit le jour en 1963 est spécialisée dans les applications mécaniques du caoutchouc dans le secteur automobile. Maurice Cartaud, ancien responsable des méthodes, revient dans cet entretien sur les différentes opérations techniques et l'organisation des ateliers en vue de la fabrication de tubes en acier caoutchoutés. Il insiste en particulier sur le processus de mécanisation qui a affecté l'ensemle de l'organisation de la production au fil du temps. Ainsi, il ne cesse de décrire et comparer le fonctionnement de l'entreprise à ses débuts avec la situation actuelle de l'usine devenue Hutchintson, oeuvrant toujours dans le secteur automobile avec la fabrication de composants antivibratoires pour le train avant des véhicules.
  • Industrie mécanique. Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE, où il n'avait pas remis les pieds depuis plus de 20 ans.
  • Industrie mécanique. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment.
  • Industrie mécanique. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend une seconde fois dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE. A partir d'un plan et de différents éléments sur place, il précise certains points évoqués lors de sa première visite du bâtiment tout en apportant de nouvelles informations.
  • Industrie mécanique. Documentaires et reportages. Jean-Pierre Dubour (ancien cariste, secrétaire du CHSCT et du CE chez Case), Christian Lallois (ancien responsable fiabilité chez Case) et Michel Hervé (Président de l'association) se retrouvent dans le "B6" (bâtiment 6) de l'ancienne Société Case pour nous faire visiter les lieux et nous faire découvrir les collections et les activités de l'association La mémoire industrielle et agricole du pays de Vierzon.