Albena Milanova

6 médias.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. Albena Milanova revient sur les facteurs de dévastation de la région Nord-Est de la Bulgarie, en les rattachant à la première campagne russe de Sviatoslav en 968. La guerre russo-byzantine a eu lieu sur le territoire bulgare, mais tant dis que les sources écrites bulgares attestent que les destructions sont de la faute des Byzantins, ces-derniers les renient. En effet, la Byzance considérait le Bulgare comme partie intégrante de l’Empire et leur but est la reconquête de ce territoire perdu plus que du pillage.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. A la question sur la période de la décadence de l’Empire byzantin, Albena Milanova éclaircit les chronologies incertaines grâce à la base de matériaux riche et diversifiée. Elle s’interroge sur l’évolution du peuplement après l’invasion byzantine et son influence sur l’habitat. Les XIe et XII siècles dans l’histoire byzantine est peu valorisée car le pays n’existe pas en tant que tel, mais ils forment une problématique intéressante sur l’interaction entre la culture dominante byzantine et ses provinces. A travers l’étude de l’habitat et de la chronologie, Albena Milanova tente de répondre à la question si les provinces bulgares ont pu suivre la même évolution que l’Empire byzantin.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. La deuxième vague de peuplement selon Albena Milanova s’est constituée dans le développement rural sous le règne de l’empereur byzantin Manuel 1er Comnène. La stabilité politique et la condition climatique favorable ont contribué à la mise en valeur des grandes propriétés monastiques et aristocratique dans les territoires du Nord. Tandis que le Sud est habité par la noblesse byzantine, le Nord est délaissé à la seule culture des terres de cette dernière. A cette initiative, les campagnes connaît un épanouissement, comme le témoigne les actes de monastère ainsi que la découverte des sceaux privés, témoignant d’une correspondance entre le propriétaire et leur intendants. La proposition d’Albena Milanova réfute l’axiome historiographique précédemment établi selon lequel la noblesse ne contribuait pas au développement rural.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. Albena Milanova présente son projet de fouilles archéologiques qu’elle mène sur les périphéries du monde byzantin, en particulier en Bulgarie. Partagées sur deux sites, la ville médiévale de Veliki Preslav et la vallée de Maritsa, les fouilles permettent de comprendre les tendances latentes du centre de l’Empire Byzantin par l’architecture, l’urbanisme, les objets de la vie quotidienne. La datation entre VIIe et XIe puis de XIIe siècle est privilégiée par l’Etat car les deux périodes étaient les périodes hégémoniques de la Bulgarie, indépendante de la domination byzantine. Or, Albena Milanova en souligne l’importance de cette domination et son héritage sur la culture méconnue de la Bulgarie médiévale.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. La deuxième forte vague de désertion de la région Nord-Est est due à une série d’invasions répétitives par les tribus Petchenègues de 1030-1050 d’une fréquence annuelle. La Byzance installe ces tribus nomades de 800 mille personnes dans ce territoire. Aux XVe et XVIe siècles, les sites fortifiés sont complètement abandonnés pour un nouveau mode de peuplement autour des axes principaux de communication, à savoir le Danube, la Mer Noire et le Près-Balkan.
  • MILANOVA , Albena
    Albena Milanova. Entretien filmé. Albena Milanova étudie la question de l’habitat en Bulgarie et les incidences de la domination byzantine sur celui-ci. Les réseaux d’habitats sont constitués d’une part par l’héritage d’habitat ancien, à savoir le relief et le climat du pays, or l’invasion byzantine d’autre part va contribuer à changer la distribution de la population. Avec deux tableaux comparant l’état du peuplement en Bulgarie au Nord-Est et au Sud dans deux périodes données, la première antérieure à l’invasion byzantine, aux IXe-Xe siècles et la seconde, sous domination byzantine, aux XIe-XIIe siècles, on observe un inversement de la situation. Aux IXe-Xe siècles, le Nord-Est était prospère et le Sud, déserte car situé sur la frontière instable entre la Bulgarie et la Byzance. Or, après l’invasion, le Nord-Est se trouve dévasté. La Byzance a ainsi une incidence forte dans la répartition de la population en Bulgarie médiévale.