DEBRABANT Virginie

15 médias.
  • CINQ-MARS, François
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. François Cinq-mars soulève la problématique des conséquences de l’exploitation minière sur le paysage et l’urbanisme, notamment à Thetford Mine, Canada. Les nouveaux projets d’aménagements ont débuté en 2000, proposant de transformer les terrils en dunes de sable, construire du Land Art, construire une téléphérique… Le Musée minéralogique de Thetford Mines en fait sa mission de conserver le patrimoine et d’améliorer les conditions de vie dans la région minière.
  • DUMONT, Gérard
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, Archiviste, Centre Historique Minier de Lewarde, France. Conférence filmée. Selon Gérard Dumont, le paysage pose les problèmes de la sélectivité du regard, la subjectivité du point de vue, soit « noir » donc négatif, soit « vert », positif. En partant du postulat que le paysage est avant tout une représentation, il retrace l’évolution historique du paysage dans le Bassin Minier, à Valencienne, surtout dans notre perception, relayée par les œuvres d’art et écrites pour se généraliser au XXe siècle dans les cartes postales et les photographies. Les éléments constitutifs du paysage minier sont hérités de cette époque : le chevalement et le terril.
  • MEILLIEZ, Francis
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. La particularité de la région du Nord/Pas-de-Calais exige un aménagement territorial durable. Francis Meilliz relève le fait qu’il y coexiste deux types de terrains : une partie rocheuse très perméable à l’eau et une partie peu perméable. La partie perméable située en amont du bassin minier subit des inondations périodiques qu’il va, à l’inverse des politiques régionales, essaie d’intégrer car elles apportent des éléments de sédimentation et améliorent les terrains. A la suite des études, des solutions sont proposées par le conférencier.
  • LABUDA, Jozef
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles. Conférence filmée. Jozef Labuda présente l’évolution du paysage de la région minière de Banska Štiavnica, en Slovaquie, depuis ses premières exploitations par les Celtes au IIIe siècle avant Jésus Christ jusqu’à la réhabilitation du paysage au XXe siècle. Connue comme « la ville de l’argent », Banska Stiavnica connait une extraction minérale intensive, aboutissant à la construction de nombreuses fonderies et à la découverte de nouvelles méthodes d’extraction. Réservoir de main d’œuvres, elle permet un nombre important de constructions romanes, au XIIIe siècle, puis gothiques et baroques. Or, vue sa forte dépendance au bois, la région connait une forte déforestation, suite à laquelle un système de gestion d’eau a été inventé afin de trouver une autre source d’énergie. Lors de XIXe et XXe siècles, une baisse en extraction minière, permet une reforestation. Ainsi un paysage industriel a su se reconvertir.
  • O’MIEL, Catherine
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Catherine O’Miel revient sur la procédure suivi par l’Association Bassin Minier pour que le Bassin Minier du Nord/Pas de Calais soit inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Au-delà du but initial, l’Association en s’engageant avec d’autres partenaires régionales va participer à la création d’une nouvelle image du territoire, au lancement d’un dynamisme de développement local et à l’amélioration de l’image et de l’attractivité du Bassin Minier. Le projet s’ouvre donc vers une mobilisation générale du territoire.
  • SZEWCZYK , Kazimierz
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste, Centre Historique Minier de Lewarde, France. Conférence filmée. La vallée de Walbrzych était une région minière, spécialisée dans l’exploitation du charbon. La première évocation des mines date de 1536. Son apogée au début de XIXe siècle avec les installations de constructions techniques telles que les chemins de fer, les chevalements en acier et les machines à vapeur qui va être remplacé par l’électricité, façonne le paysage en élargissant celui-ci vers un complexe urbain industriel. Or, après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs mines seront fermées suite à la baisse de demande et sur les trois mines restantes, le manque de fonds de l’Etat et l’arrivée d’un nouveau système économique vont les basculer dans la désuétude. Un taux important de gaz polluant et d’inondation entraine l’abandon des sites. A l’initiative du Musée de l’Industrie et de la Technique, les valeurs historiques des mines sont reconnues et des travaux de rénovation et de conservation sont mises en place, non sans peine.
  • KASZYNSKI, Marc
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Le paysage minier est objet de mutations économiques et sociales, sous l’influence des différents acteurs. La fermeture des mines nécessite une reconversion des activités et une mise à niveau des bâtiments de logements pour les nouveaux locataires. Des procédés de conservation et de « mise en sécurité » des bâtiments sont mis en place par les Charbonnages de France, en lien avec l’Etablissement public foncier qui mène des projets de reconversion des friches industrielles. De la logique d’investissement, ils se trouvent face à une logique de fonctionnement, à la recherche des propriétaires qui pourraient faire une gestion durable des terrains.
  • OTTELLI, Luciano
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste, Centre Historique Minier de Lewarde, France. Conférence filmée. Lucien Ottelli fait une présentation historique de l’exploitation minière et Sardaigne, les innovations technologiques et l’évolution de la Nature au cours du temps jusqu’à son aboutissement à l’heure actuelle. Par ce panorama, il met en relief les occupations successives de la Sardaigne par des civilisations différentes, des fenico-puniques aux romains qui apportent tour à tour une activité minière spécifique. L’intervention humaine bouleverse la morphologie du paysage et construit une stratification de la mémoire.
  • DEBRABANT Virginie: Directrice des archives. Colloque filmé. Dans cette intervention, Marion Fontaine parle du paysage minier dans le contexte national. Depuis les années soixante-dix, les territoires et les instalations miniers ont fait un nombre conséquent des travaux qui pourraient se regrouper sous la dénomination d'études des paysages miniers. Elle évoque l'importance des travaux des géographes qui travaillent sur le paysage minier et le changement des espaces miniers en général.
  • DESHAIES, Michel
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Après la réunification de l’Allemagne en 1989, des projets de réhabilitations sont mises en place immédiatement dans les exploitations minières en uranium et en lignite intensives en ex-RDA. Le cas de l’exploitation de l’uranium de Saxe et de Thuringe avance vers un effacement total des héritages miniers. La destruction systématique des chevalements et des terrils, l’utilisation par la suite des matériaux des terrils pour reboucher les galeries font partie des opérations de réhabilitation qui vise à la construction d’un nouveau paysage. A Ronneburg, le « Bundesgartenshaw » devient le symbole du triomphe du projet sur les dévastations des mines. Des mesures plus atténuantes ont été prises pour les exploitations de lignites. L’IBA se charge de reconvertir la région en destination touristique tout en gardant la dimension culturelle, de l’héritage minier avec des installations rappelant les terrils et un musée de la mine de Basse Lusace.
  • PREITE, Massimo
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Massimo Preite suscite des réflexions sur le paysage industriel et pose la question du paysage comme un objet scientifique. A partir de quatre critères d’analyse, il brosse les différents sites miniers dans la région de Grosstane, Toscane partant des premiers établissements étrusques jusqu’au XXe siècle. Cela permet d’avoir un aperçu de l’héritage des activités minières sur le paysage toscan et de repositionner la question du paysage comme une notion avant tout, du savant et du spécialiste car il nécessite une distance que ne possède pas le minier. Le paysage soulève les concepts de totalité, d’indivisibilité ainsi que l’interaction entre les systèmes de production et l’environnement. Or, le paysage est menacé, d’où l’importance des décisions à prendre à son égard.
  • SLOTTA, Rainer
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Rainer Slotta attire notre attention sur la préservation des vieilles installations minières dans la région de la Ruhr, en ex-RFA et les stratégies de reconversion. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un renouvellement de l’intérêt pour le patrimoine industriel s’accompagne de la baisse du national socialisme. A l’initiative des musées allemands à Munich, les expositions architecturales, comme l’Internationale Bauausstellung Emscher Park, IBA et la reconversion de ces sites en zones culturelles et touristiques redonnent vie aux monuments à valeur historique. Malgré ces tentatives de modernisation, l’étude du patrimoine industriel a baissé depuis 1962 et peu d’intérêt à conserver les anciennes installations en vue d’autres types d’exploitation et le privilège accordé aux monuments historiques. Les mesures pour conserver ces sites sont encore à prendre.
  • FONTAINE, Marion
    DEBRABANT Virginie: Responsables de production d'oeuvres audiovisuelles, archiviste. Conférence filmée. Marion Fontaine analyse la manière d’analyser le paysage par les historiens et les archéologues industriels. Elle met à plat les rapports complexes entre les sciences sociales, surtout l’Histoire et le paysage et la société. Un rappel historique et l’évolution des études sur le paysage minier mettent à l’écart la France, dont la représentation du paysage est plutôt agricole et rurale. Les études sont fragmentées, mais on observe un intérêt grandissant pour le patrimoine industriel et les efforts de conservation. Le paysage pose question car il est avant tout un lieu interdisciplinaire, qui exige une ambivalence du regard, tant les sciences sociales que les arts. Entre fascination et détestation, c’est un produit de la culture, qui porte en elle ses changements.