Lecture

1 média.
  • Lecture. Colloque filmé. Un texte théâtre, explique Sandrine Le Pors, Maître de conférences à l’université d’Artois, s’ingénie à mettre en perspective différentes voix, en jouant sur des types particuliers d’adresses et d’incarnations. C’est voix sont l’expression d’une esthétique et donc dramatisent un bouleversement des corps et des discours. Lorsque les voix contribuent à composer des fictions dramatiques qui renvoient à la poétique, le théâtre des voix devient aussi un théâtre de la voix. Daniel Lemahieu, maître de conférence à Paris III, et François Lazaro, Directeur du Clastic Théâtre, prennent alors la parole pour présenter leur travail en commun autour de ces voix contemporaines dans le théâtre. Ils ont pris le parti de faire intervenir des marionnettes, elles sont en effet susceptibles de raconter cette pluralité de la voix. Lorsqu’une marionnette est sur scène, le comédien se retrouve face à la question de sa présence et de son importance, il se retrouve alors à la place du spectateur. La marionnette est un écran de projection qui nous déposséde de la voix, elle est alors décorporalisée, explique Daniel Lemahieu. François Lazaro a eu l’idée, dans les années 1970, de ne pas écrire des textes, mais des voix, celles des interprètes. Tout comme le peintre peint un modèle. Le spectacle « L’ogre et la poupée » est issu de la combinaison de ces deux idées : les marionnettes et les voix. Ils entreprennent alors la lecture d’un extrait du spectacle. Ils concluent leur intervention avec un extrait d'un pièce de Mauricio Kagel.