Entretiens filmés

269 médias.
  • Entretien filmé. D'origine portugaise, Domingos Alves nous raconte comment il a été recruté à l'âge de 24 ans dans la Fonderie Chavy comme chauffeur de four et a du se tourner vers le métier de mouleur suite à un accident du travail. Il travaillera dans cette entreprise pendant 35 ans. Il évoque les responsabilités attachées à son premier poste qui nécessitait une attention de tous les instants afin d'éviter toute explosion du four. Tout en évoquant les changements techniques qui ont modifié la pratique de son métier, il nous expose la dureté mais aussi la complexité de son travail qu'il exécutait avec passion et conscience professionnelle.
  • Entretien filmé. Michel Rousseau revient sur ses débuts dans le domaine de la confection et raconte comment il a poursuivi en 1952 et développé jusqu’en 1989 l’activité commencée en 1932 par son père. Alors qu’au départ la production s’effectuait en grande majorité grâce au travail à domicile, l’année 1960 voit la construction d’un bâtiment dédié à l’activité industrielle. Il nous décrit l’alimenteur automatique Durkopp 755, équipement à la pointe de la modernité dont il a doté son atelier. S’il évoque la création de sa propre marque « Baby Berry », dévolue aux enfants et adolescents, il explique aussi comment à partir de 1974 il travaillait pour les « donneurs d’ordre » notamment pour l’entreprise Weinberg à Bourges. Tout au long de l’entretien, il évoque la vie de l’entreprise, en particulier les liens qui l’unissaient à ses employées et ouvrières, considérant le personnel comme le véritable capital de son entreprise.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Jean-François Breton présente brièvement son parcours professionnel et son engagement dans l’expédition de fouilles archéologiques à Shabwha, en Yémen en 1974. Après avoir retracé la chronologie des avancées de recherches archéologiques au Yémen, il expose son double intérêt pour le pays. La cause première est que, à l’inverse de l’Egypte, le Mésopotamie et le Levant, l’Arabie du Sud et le Yémen en particulier est resté longtemps méconnu par les archéologues, dû notamment aux troubles politiques. La deuxième raison est son originalité. Son isolement par rapport aux autres civilisations pose la question de l’influence ou d’isolement total.
  • RILLY Claude
    Entretien filmé. Claude RILLY est chargé de recherche au LLACAN, CNRS, où il travaille sur la langue du royaume de Méroé, écrite il y a deux millénaires au nord du Soudan. La particularité de son travail consiste à relier la philologie classique, les études méroïtiques étant une branche de l'égyptologie, et la description linguistique appliquée à des langues africaines modernes, pour la plupart presque inconnues. Il nous présente ici les particularité de sa profession, étant actuellement le seule spécialiste reconnu de la langue méroïtique, l'histoir de l'étude de cette culture. Il aborde également quelques questions de linguistique au travers des deux modes d'écritures développés par la civilisation de Méroé.
  • RILLY, Claude
    Entretien filmé. Claude Rilly présente son parcours intellectuel et scientifique. Son intérêt au méroïtique s’est concrétisé par la suite de ses études en égyptologie. Il nous présente l’histoire de cette langue en comparaison avec les hiérographies égyptiens ainsi que les différentes méthodes (graffito, paléographie) pour construire le corpus d’analyse et déchiffrer le méroïtique. En utilisant les photographies, Claude Rilly nous décrit les sites archéologiques méroïtique, se trouvant principalement au Soudan. L’entretien se termine par ses travaux sur les langues vivantes au Soudan et sur les problématiques de la description de langue.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. La première question incitée par l’étude de la civilisation sudarabique est celle de l’agriculture, et notamment celle de l’agriculture irriguée. Dès le IIIe millénaire, se dégagent deux types d’agricultures selon les milieux différents : une agriculture en marge du désert qui dépend des orages annuels et une agriculture de montagne, cette dernière étant la plus sophistiquée. Les agriculteurs ont su utiliser les crues violentes des montagnes pour créer des oasis dans lesquels peuvent se construire des établissements urbains.
  • Entretien filmé. Alain Taillemite intègre en 1963 la Compagnie Nationale de Porcelaine au côté de son père, Roger Taillemite. Il fait ses armes en prenant en charge la réorganisation de l’atelier de décoration de l’usine de Saint-Genoup puis occupe le poste de directeur de la CNP (partie commerciale). Dans cet entretien, il s’appuie sur ses propres souvenirs et fait appel aux souvenirs familiaux pour raconter l’histoire des Etablissements Taillemite depuis l’achat en 1911 par son grand-père Lucien Taillemite de la fabrique Darmet jusqu’à l’intégration de l'entreprise familiale au sein de la Compagnie Nationale de Porcelaine créée en 1960 pour faire face à la crise économique. En sus de l’usine Taillemite, la CNP regroupait l'usine Jacquin de Vierzon et la Porcelaine française du Centre de Saint-Genou. Alain Taillemite nous livre une histoire d’entreprise dynamique marquée par les innovations, riche en savoir-faire pointus. Il nous fait part des aléas économiques du secteur de la porcelaine et évoque avec tristesse le dépôt de bilan de l’entreprise en 1983.
  • BAUHARDT Christine
    Entretien filmé. Cet entretien mené avec la politologue Christine BAUHARDT invite à retracer les grandes étapes de son parcours scientifique et intellectuel. Ses thèmes de recherches, tels que l'espace public urbain, la communication, la migration, et les rapports sociaux entre les sexes témoignent tous d'une attention particulière à la construction sociale de la différence.
  • CASTELLS, Manuel
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Manuel CASTELLS, professeur en sociologie, explique la démarche théorique de la chaire "Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux", dont il est directeur. Le développement des nouvelles technologies de l’information et de nouvelles formes de médias de masse modifie profondément les rapports sociaux. Ces nouvelles formes de communication sont produites localement mais connectées globalement. L’objectif de la chaire est d’étudier les conséquences sociales du développement de ces technologies numériques et d’analyser, aussi empiriquement que possible, l’interaction entre les technologies d’information et de communication et les processus sociaux, en se concentrant sur les réseaux ainsi formés, dans une perspective multiculturelle et multilocale.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien semi-directif, André Vergnolle fait le récit de sa trajectoire résidentielle, puis de sa formation professionnelle avant de revenir sur son arrivée à la SNCF et l'ambiance de travail qui a caractérisé l'ensemble de sa carrière. Il développe ainsi les sociabilités au travail, les différents postes occupés à la SNCF ainsi que les différentes luttes syndicales menées au cours de sa vie professionnelle, notamment pour les droits des travailleurs immigrés. Il aborde aussi les changements qui ont eu lieu à Vierzon, plus particulièrement concernant les fêtes de village.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Anna Wasselet revient sur sa formation, son embauche au sein de l'entreprise Taillemite, et sur les subtilités des différentes techniques propres au secteur. Elle évoque notamment une carrière récompensée à de multiples reprises (différentes médailles et diplômes) et ses souvenirs de guerre.
  • SPERBER Dan
    Entretien filmé. Ce premier entretien avec le chercheur en sciences sociales et cognitives Dan SPERBER présente son parcours scientifique ainsi que deux grands axes de sa recherche : la communication et l’analyse des cultures. Ceux-ci s’inscrivent dans un projet global de refondation des sciences sociales.
  • POTTIER Richard
    Entretien filmé. Richard POTTIER, professeur d’ethnologie à l’Université René Descartes Paris V, présente ses principaux thèmes de recherche. Spécialiste du Laos, il détaille ici les trois axes majeurs de son travail: les recherches socio-anthropologiques sur le système de santé lao; les pratiques thérapeutiques lao, par une critique du courant de pensée appelé « anthropologie médicale »; l’anthropologie du mythe, à travers un exposé des apports et des limites de l’anthropologie structurale, de la psychanalyse et de la sémiotique narrative.
  • NGUYEN, Vinh-Kim
    Entretien filmé. Dans cet entretien Vinh-Kim NGUYEN présente la chaire "Anthropologie de la santé mondiale », dont il est directeur. Cette chaire a pour objectif d’interroger la production des inégalités de santé au niveau mondial, et de dégager les processus biologiques et sociaux à l’origine des nouveaux paradigmes de la santé planétaire aujourd’hui. Les enjeux de la santé mondiale sont donc autant politiques que médico-épidémiologiques. L’apport d’une anthropologie de la santé mondiale est triple. Elle permet : 1. Une approche ethnographique des enjeux de santé mondiale sur les terrains de la vie quotidienne, des dispositifs de savoir (essais cliniques, laboratoires, etc.) et des institutions (ONG, fondations etc.) concernés, 2. L’élaboration de concepts et d’outils théoriques permettant de rendre compte des problématiques émergentes qui se trouvent à la frontière du social, du politique, et du biologique (par exemple, la « citoyenneté biologique », « bio-capital », « pharmaceutisation », « souveraineté thérapeutique », etc.), 3. La construction d’une position critique face aux revendications épistémologiques et même ontologiques des biosciences, appuyée sur l’anthropologie des sciences et des technologies biomédicales (« science and technology studies »).
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Les fouilles à Shabwa ont permis de découvrir un grand nombre de bâtiments dont la nature a été débattue par différentes théories historiques. Deux sources contradictoires amènent à penser d’une part, sur la base des fouilles de l’Armée britannique en 1936, qu’il s’agit de nécropoles et d’autre part en suivant la source antique, de lieux de cultes. Selon la deuxième théorie , les sous-bassement correspondraient à la fondation des maisons. Les études de ces vestiges, ainsi que le palais royal de Shabwa permet de reconstituer d’une façon précise l’architecture du Yémen antique et les solutions originales qu’elle apporte.
  • Entretien filmé. Après un apprentissage de couture effectué auprès d'une couturière à domicile, Arlette Popineau intègre en 1946 une petite confection de lingerie indémaillable en qualité de surjeuteuse puis d'ourdisseuse. Elle y travaillera jusqu'en 1953. Elle nous décrit l'ambiance des ateliers, les postes occupés, les produits fabriqués. Après une interruption de travail d'une vingtaine d'années pour élever ses quatre enfants, elle est recrutée en 1976 par la confection Robinet où elle effectue dans un premier temps les opérations de teinture de dentelles avant de prendre en charge l'opération de matelassage puis de thermocollage.
  • DINH, Trong Hiêu, POISSON, Emmanuel
    Entretien filmé. "Hanoi en couleurs" est une exposition d'une sélection de 60 autochromes de Léon Busy conservés par le Musée Albert Kahn dans le cadre du projet "Archives pour la planète". Cette exposition a eu lieu à l'Institut Français de Hanoi au Vietnam du 9 décembre 2013 au 4 janvier 2014. Elle est le fruit d'un travail minutieux d'observation et d'étude de la part d'Emmanuel POISSON, historien, et de Trong Hiêu DINH, anthropologue et ethnobotaniste du Vietnam, ces autochromes étant des témoins de la vie des vietnamiens entre 1914 et 1917. Dans cet entretien, Emmanuel Poisson et Trong Hiêu Dinh nous expliquent comment ils ont mené ce projet à bien, quelles furent leurs méthodes de travail, leurs intérêts, et nous donnent à observer et à comprendre quelques autochromes sélectionnés spécialement pour cet entretien.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Jacques Blondeau se penche sur l'histoire du secteur des industries du textile et de l'habillement à Vierzon, de son essor à son déclin. Il explique comment s'y est formé le tissu syndical. Il se remémore notamment mai 1968 mais aussi les grèves et les luttes occasionnées par la fermeture de deux grandes usines, celles des Tricotages du Verdin et surtout de la confection Julietta, au début des années 1980.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. Albena Milanova revient sur les facteurs de dévastation de la région Nord-Est de la Bulgarie, en les rattachant à la première campagne russe de Sviatoslav en 968. La guerre russo-byzantine a eu lieu sur le territoire bulgare, mais tant dis que les sources écrites bulgares attestent que les destructions sont de la faute des Byzantins, ces-derniers les renient. En effet, la Byzance considérait le Bulgare comme partie intégrante de l’Empire et leur but est la reconquête de ce territoire perdu plus que du pillage.
  • LIN Jien-Ten
    Entretien filmé. L’entretien révèle une passion de l’espace et de la culture visuelle matérielle devenue un mode de vie pour LIN Tien-Jen. Historien de formation, il parcourt le monde à la recherche des traces de croisement de plusieurs traditions cartographiques : occidentales - orientales ; coloniales - postcoloniales etc. En interprétant diverses couches des cartes, souvent englobant des écritures et dessins superposés des époques qui se succèdent, Lin démontre divers mode d’imaginer le passé. Il amène le lecteur des cartes à donner une image, littéralement, de l’histoire en déchainant une sorte d’imagination géographique elle-même au cœur des constructions de l’imagination politique et culturelle. De cette façon LIN Tien-Jen contribue à la conceptualisation de nouveaux contenus pour l’histoire intellectuelle. Un autre volet de la recherche de LIN s’avère la carte géographique comme objet de la culture visuelle : de la peinture qui retrace un langage jamais écrit mais qui juxtapose des scènes de la vie quotidienne, des stratégies militaires, des lieux de culte etc.
  • Entretien filmé. Christian Lallois se replonge dans près de 40 années passées au sein de l'entreprise CASE. Il nous raconte avec enthousiasme son parcours depuis son premier poste en 1964 au sein du bureau d’études de la société, puis sa mutation au siège social de Ballainvilliers (91) en 1972, et enfin son retour à Vierzon en qualité de Productability Manager en 1984. A la suite de la fermeture de l’usine au cours de l’année 1995, il participe à la création de la société Telescopelle, dont il devient le directeur général et directeur technique. Cette société de matériel de travaux publics emploiera jusqu’à 50 ouvriers, la plupart étant des « anciens CASE ». Une fois retraité, c’est au sein de l’association de la « Mémoire industrielle agricole du pays de Vierzon » que Christian Lallois continue son histoire avec CASE, en valorisant ce patrimoine industriel intemporel.
  • CHRISTIAN, SIRREY
    Entretien filmé. C’est avec une grande émotion que Christian Sirrey se remémore ses 24 années passées au sein de l’entreprise CASE. Originaire de Reuilly (Indre), celui-ci arrive en 1958 à Vierzon à l’âge de quatorze ans. Un CAP peintre en poche, il acquiert de l’expérience professionnelle au sein de différentes entreprises. En 1972, il rejoint l’entreprise CASE, d’abord comme peintre au pistolet, puis comme chef d’équipe 8 ans plus tard. Ce changement de statut ainsi que son investissement en tant que syndiqué lui confère un statut singulier qui le place « une fois du côté des ouvriers, une fois du côté des patrons », une position parfois difficile à tenir. En 1995, à 45 ans, Christian Sirrey assiste avec les 250 derniers employés à la fermeture de l’usine vierzonnaise. Par chance, il retrouve une place chez France Fermeture, petite entreprise spécialisée dans la construction de volets, de stores, de persiennes, en qualité de chef d'équipe. Il y travaillera jusqu’à sa retraite définitive onze ans plus tard.
  • Entretien filmé. Christiane Beauvais entre en 1957 aux Tricotages du Verdin au service de la coupe puis du repassage. Elle devient ensuite responsable des modèles et travaille aux côtés de la styliste. Elle effectuait le suivi du montage des modèles et prenait en charge leur présentation aux représentants. Dans cet entretien, elle nous explique comment le patron, Monsieur Versinger, lui avait demandé de poser comme modèle, vêtue des Tricots Gégé. Elle se souvient aussi de la jalousie qui régnait dans les ateliers. Elle évoque la fermeture de l'usine.
  • Entretien filmé. Cet entretien est l'occasion pour Claudette Sirrey de revenir sur son parcours professionnel de traceuse-coupeuse en confection, d'abord aux établissements Robinet, puis chez Madame Ayoun et enfin à Bourges chez Central Coupe. Elle détaille les techniques et les outils utilisés, évoque la vie dans les ateliers avec ses collègues, les rémunérations mais aussi les périodes de grève, la vie à Vierzon et sa reconversion la fin de sa vie professionnelle. La fin de l'entretien est consacrée aux commentaires des photos qu'elle a gardées des ateliers et de ses collègues.
  • INGALLINA Patrizia
    Entretien filmé. L'architecte-urbaniste et universitaire Patrizia INGALLINA revient au cours de cet entretien sur sa formation académique, son parcours intellectuel et scientifique, ainsi que les principaux thèmes de recherche qui ont façonné un « regard croisé » attentif aux différences de conceptions de la ville entre les cultures française et italienne. Ainsi seront notamment abordés la question de l'insertion de l'objet architectural dans son contexte, celle du paysage, le terme de « recupero », l'analyse typo-morphologique et le concept de projet urbanistique.
  • Enrique RAMIREZ GUIER
    Entretien filmé. El CCT es una Organización No Gubernamental científica y ambiental, pionera en Costa Rica. Desde su fundación en 1962, prestigiosos científicos y profesionales, han hecho del CCT una de las instituciones más destacadas e influyentes a nivel Latinoamericano en materia de investigación y conservación de los recursos naturales. La misión del CCT es la adquisición y aplicación del conocimiento que concierne a la relación perdurable del ser humano con los recursos biológicos y físicos del trópico. Esta filosofía es llevada a la práctica a través de investigación científica, acciones directas a nivel comunal, manejo de áreas protegidas, educación y servicios de consultorías. Su autonomía le permite lograr sus metas sin ningún prejuicio político, social, ideológico o religioso. Enrique RAMIREZ GUIER, Director del CCT, presenta la reserva Monteverde y comenta el problema del calentamiento global.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Le projet de l’Atlas diachronique est un projet inabouti qui avait l’ambition de réunir toutes les données archéozoologiques pour en constituer une base de données et une carte de présence/absence des espèces. Sa préoccupation est d’abord patrimonial, autant sur le plan culturel que naturel. Or, au bout de trois ans, à cause de changement de directions au sein du CNRS et du manque de financement, Jean-Denis Vigne a dû adapter le projet sous d’autres formes. Récemment, il mène un projet semblable mais concernant seulement le tiers-nord de la France. Or, le groupement animal s’ouvre vers tous les vertébrés et le projet cherche à intéresser les anthropologues et les Ministères de la Culture et de l’Environnement.
  • CALHOUN, Craig
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Craig CALHOUN présente la chaire "Cosmopolitanism and Solidarity », dont il est directeur. A travers cette chaire, Craig Calhoun aborde la question fondamentale de la mise en œuvre d'une solidarité sociale, face aux bouleversements de l'économie mondiale, les conflits politiques, les risques créés par les dommages faits à l'environnement et les nouvelles connexions forgées à travers les migrations et les médias du monde entier. Il se demande comment rendre possible une cohabitation et, idéalement, une coopération à grande échelle, au-delà des relations interpersonnelles. Cette question centrale ouvre la voie à de nouveaux concepts scientifiques basés sur le paradigme de la mondialisation des savoirs et des réseaux.
  • Entretien filmé. Dans la première partie de cet entretien Daniel Caslin nous raconte sa formation, ses débuts dans le monde du travail, sa découverte du secteur de la porcelaine ou encore l'apprentissage des différentes étapes de modelage et coulage. Il détaille avec précision certains gestes techniques et évoque les différents métiers de l'usine, dont il décrit le bâtiment et l'organisation. Il revient sur l'ambiance qui y régnait, les relations avec le patron ou encore la reconnaissance dont jouissait l'usine pour la qualité de sa production.
  • Entretien filmé. Dans la deuxième partie de cet entretien, Daniel Caslin évoque l'organisation de l'usine de porcelaine Larchevêque dans laquelle il a passé l'essentiel de sa carrière, la place des femmes, l'évolution du marché et les crises vécues par le secteur. Il raconte sa reconversion en tant qu'enseignant à l'Ecole Nationale Professionnelle et évoque la vie sociale à Vierzon.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Danièle Pique nous raconte son parcours professionnel, en particulier ses huit années au sein des établissements de confection Robinet à Vierzon. D'abord employée de bureau, elle a rapidement intégré le service expéditions. Elle décrit l'organisation du travail, la bonne ambiance qui régnait, les moments de convivialité, mais évoque également la faiblesse de la rémunération et son licenciement en 1981.
  • Entretien filmé. GAO Xingjian est né à Ganzhou en Chine en 1940 et vit en France depuis 1988 où il a obtenu l’asile politique, puis, dix ans plus tard, la nationalité française. Écrivain, dramaturge, metteur en scène, plasticien, cinéaste, il obtient le prix Nobel de littérature en 2000 pour son roman "La Montagne de l’âme". La parution aux éditions du Seuil en octobre 2013 de "De la création", son recueil de textes théoriques sur la littérature, sur les arts pictural et cinématographique, traduits par un collectif de sinologues sous la direction de Noël DUTRAIT – professeur de littérature à l’Université d'Aix-Marseille – sert de point de départ à cet entretien audiovisuel. Une exploration de l’œuvre foisonnante, originale et profonde de ce créateur... Après une courte biographie brossée par Noël Dutrait, l'entretien se poursuit à travers les divers champs de la création, où Gao apporte son témoignage de romancier, de dramaturge, de plasticien et enfin de cinéaste. Entre anecdotes personnelles et réflexions théoriques, esthétiques, artistiques approfondies sur la création, Gao Xingjian revient notamment sur son roman « La Montagne de l’âme », en évoquant longuement le triple jeu de la langue. Il aborde la traduction de ses œuvres et la collaboration avec ses traducteurs, en particulier avec Noël Dutrait, et présente avec enthousiasme son dernier film, « Le Deuil de la beauté », un ciné-poème tourné en 2013 et « projeté en avant-première » à l’INHA (Institut national d’histoire de l’art, Paris), le 12 mars 2014. Noël Dutrait a créé l’Espace de recherche et de documentation sur Gao Xingjian inauguré les 2 et 3 avril 2008. Ce centre « propose des ressources documentaires dans toutes les langues et tout support portant sur l’œuvre (corpus et critique) de Gao Xingjian ». >>> Pour accéder à l’Espace de recherche et de documentation, cliquez sur le lien suivant http://gsite.univ-provence.fr/gsite/document.php?project=erd-gao
  • Entretien filmé. GAO Xingjian est né à Ganzhou en Chine en 1940 et vit en France depuis 1988 où il a obtenu l’asile politique, puis la nationalité française dix ans plus tard. Écrivain, dramaturge, metteur en scène, plasticien, cinéaste, il obtient le prix Nobel de littérature en 2000 pour son roman "La Montagne de l’âme". La parution aux éditions du Seuil en octobre 2013 de "De la création", son recueil de textes théoriques sur la littérature, sur les arts pictural et cinématographique, traduits par un collectif de sinologues sous la direction de Noël DUTRAIT – professeur de littérature à l’Université d'Aix-Marseille – sert de point de départ à cet entretien audiovisuel. Une exploration de l’œuvre foisonnante, originale et profonde de ce créateur... Après une courte biographie brossée par Noël Dutrait, l'entretien se poursuit à travers les divers champs de la création, où Gao apporte son témoignage de romancier, de dramaturge, de plasticien et enfin de cinéaste. Entre anecdotes personnelles et réflexions théoriques, esthétiques, artistiques approfondies sur la création, Gao Xingjian revient notamment sur son roman « La Montagne de l’âme », en évoquant longuement le triple jeu de la langue. Il aborde la traduction de ses œuvres et la collaboration avec ses traducteurs, en particulier avec Noël Dutrait, et présente avec enthousiasme son dernier film, « Le Deuil de la beauté », un ciné-poème tourné en 2013 et « projeté en avant-première » à l’INHA (Institut national d’histoire de l’art, Paris), le 12 mars 2014. Noël Dutrait a créé l’Espace de recherche et de documentation sur Gao Xingjian inauguré les 2 et 3 avril 2008. Ce centre « propose des ressources documentaires dans toutes les langues et tout support portant sur l’œuvre (corpus et critique) de Gao Xingjian ». >>> Pour accéder à l’Espace de recherche et de documentation, cliquez sur le lien suivant http://gsite.univ-provence.fr/gsite/document.php?project=erd-gao
  • WIEVIORKA, Michel
    Entretien filmé. Cinquième administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme en 2009 - à la suite de Fernand Braudel (de 1963 à 1985), Clemens Heller (de 1985 à 1992), Maurice Aymard (de 1992 à 2005), et Alain d'Iribarne (de 2005 à 2009) -, Michel WIEVIORKA fait le point, dans cet entretien, tant sur la politique scientifique et les nouvelles orientations de la FMSH que sur ses propres recherches.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. A la question sur la période de la décadence de l’Empire byzantin, Albena Milanova éclaircit les chronologies incertaines grâce à la base de matériaux riche et diversifiée. Elle s’interroge sur l’évolution du peuplement après l’invasion byzantine et son influence sur l’habitat. Les XIe et XII siècles dans l’histoire byzantine est peu valorisée car le pays n’existe pas en tant que tel, mais ils forment une problématique intéressante sur l’interaction entre la culture dominante byzantine et ses provinces. A travers l’étude de l’habitat et de la chronologie, Albena Milanova tente de répondre à la question si les provinces bulgares ont pu suivre la même évolution que l’Empire byzantin.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. En conséquence de la désertion de la région Nord-Est du pays, la région du Sud connut un fort peuplement, grâce à la migration des habitants du Nord-Est, à la fin du Xe et à la première moitié du XIe siècle. Il y a une concentration dans le bassin sub-balkanique, la région de la Thrace et les plaines occidentales. Le Sud étant la zone frontalière entre la Bulgarie et la Byzance, la politique byzantine en fait un territoire sécurisée, non-attrayant pour les tribus barbares aux dépens de la région du Nord-Est. En outre, des réseaux vastes d’habitats non-fortifiés se sont installés à l’Ouest du territoire. On observe ainsi un exode interne au pays.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Entretien filmé. En poursuivant son idée sur les données non-conventionnelles de la paléodémographie, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL propose plusieurs niveaux d’interprétation de ces données. Tout d’abord, à partir des données archéologiques, comme la distribution des squelettes dans les nécropoles permet de reconstruire la somme d’âge individuelle des squelettes mais de point de vue démographique, il est plus intéressant d’en extraire une information sur la distribution globale. Cet aspect technique du travail du démographe amène à la confusion des échelles de valeurs. Sa démographie rapproche plus des sciences naturelles que la sociologie et les facteurs culturelles du dynamisme démographique.
  • ROSE, Françoise
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Françoise Rose, chargée de recherche au CNRS et rattachée au Centre d’Etude des Langues Indigènes d’Amérique (CELIA), revient sur son travail de description de deux langues à tradition orale et en danger : l’émérillon (famille de langue tupi-guarani de Guyane française) et le mojeño trinitario (famille de langue arawak parlé dans les basses terres de Bolivie). Elle nous décrit ces deux langues à travers leur morphosyntaxe, et nous en présente quelques exemples phonologiques et sémantiques. Par ailleurs, elle développe quelques thèmes de recherche sur le plan typologique et aréal, et nous décrit l’état actuel de l’enseignement de ces langues sur places.
  • Carlos ROMERO
    Entretien filmé. Carlos Romero, politólogo, es profesor-investigador en el Instituto de Estudios Políticos de la Facultad de Ciencias Jurídicas y Políticas de la Universidad Central de Venezuela. En esta entrevista, realizada al día siguiente del referéndum del 2 de diciembre de 2007, Carlos Romero ofrece un análisis de la noción de democracia para América Latina, hablando del concepto de “hiperdemocracia” y de la tesis de Laureano Vallenilla Lanz sobre “el gendarme necesario”. Propone una síntesis de las políticas exteriores en América Latina y en particular, de las relaciones entre Estados Unidos y Venezuela. En conclusión, comparte su visión de los últimos años de gobierno de Hugo Chávez y de la oposición, exponiendo su punto de vista sobre el significado y las consecuencias del resultado del referéndum.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Venceslas Kruta définit le contexte dans lequel ont évolué les études celtiques. Des années 60 à 70, il y a eu un moment de vide car le domaine a été considéré comme établi et les spécialistes ont tombé lors de la Première Guerre Mondiale. La recherche officielle de la France était alors la Gaule Romaine. Or, Venceslas Kruta propose un cours intitulé « Protohistoire de l’Europe », une vision inscrivant les Celtes dans le contexte européen et remet ainsi en cause le concept d’Antiquité nationale.
  • GUILLAUME, Antoine
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Antoine Guillaume, chercheur au sein du laboratoire Dynamique Du Langage - CNRS & Université de Lyon II -, décrit ses recherches depuis sa maîtrise jusqu'à ses recherches postdoctorales, en passant par ses multiples études de terrain dans les terres basses de Bolivie. Il explique sa méthodologie, plus particulièrement la linguistique de documentation, et se livre à une démonstration de quelques outils informatiques dédiés à l'analyse des langues et à la linguistique de corpus.
  • Entretien filmé. Après l’obtention d’un CAP tourneur, Dominique Forbault est recruté en 1968 à l’âge de 17 ans par l’établissement industriel vierzonnais Unelec, constructeur de ponts roulants. Il y complète son apprentissage du métier sur le tas : « C’étaient les anciens qui faisaient la formation des jeunes ». En 1974, alors que son père exerce comme dessinateur industriel dans l’entreprise CASE, Dominique Forbault a l’opportunité d’intégrer cette société en qualité de technicien du bureau des méthodes. Il bénéficie alors de diverses formations qui lui permettent d’exercer son nouveau métier, d’abord au sein de différents secteurs de l’entreprise puis dans l’atelier de montage exclusivement. Cet entretien est l’occasion pour Dominique Forbault de nous préciser en quoi consister son métier. Il nous décrit les différentes techniques de chronométrage. Il évoque notamment le système informatisé MOST importé des Etats-Unis. Trois ans avant la fermeture de l’entreprise en 1996, il occupe le poste de responsable logistique réception. Il se remémore les moments de luttes et les liens de solidarités entre les membres du personnel qui se sont renforcés à cette période. A la fermeture, il assure pendant un an le rôle de conseiller pour l’antenne Emploi avant d’être recruté par l’entreprise Sicma basée à Issoudun (36), spécialisée dans la fabrication de sièges d’avion. Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Enquête et réalisation : Céline Assegond Montage : Nicolas Roussy-Ducher MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire, complété par celui de la DRAC Centre- Val de Loire et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Jean-François Breton apporte plus de précision sur le commerce de l’encens et sa concentration dans la région sudarabique, due à son climat favorable. Les plantes de l’encens se trouvent dans les franges désertiques, sur les côtes de la Mer Rouge. L’Egypte a fait plusieurs tentatives d’acclimater les plantes à leur milieu. A la moitié du IIe millénaire, ils importent les plantes d’encens, or leur exploitation est sans succès car le climat d’Egypte n’est pas propice à la culture. Le Proche-Orient connait d’autres types d’encens que ceux commercialisés par l’Arabie du Sud. Le commerce prend fin à la fin de l’Antiquité.
  • Entretien filmé. Elisabeth Hellec se remémore sa carrière en tant que mécanicienne en confection à Vierzon, commencée en 1970 après l’obtention d’un CAP. Entrée à l’âge de 17 ans et demi chez Jaky Couture, elle rejoint ensuite les Etablissements Rodier (devenus Société de Confection Vierzonnaise en 1982, RDM Michel Sungari en 1986, GST confection en 1992, Luc Couture en 1999), où elle travaille pendant 26 ans jusqu’à la fermeture de l’entreprise en 2001. Tout en décrivant son amour du travail « bien fait », elle évoque la dureté de ses conditions de travail (la discipline en vigueur, le chronométrage, le bruit, les températures, les rapports hiérarchiques, etc.) et regrette que cette profession n’ait pas été plus valorisée professionnellement et socialement. L’entretien se termine sur la présentation d’un travail réalisé dans le cadre de son CAP, ainsi que de deux modèles qu’elle a confectionnés dans les années 1970 et 1990.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Elisabeth Hellec et Nadine Isambourg reviennent sur leurs travaux d’études à travers la présentation de différentes pièces. Leurs échanges nous permettent d’appréhender l’apprentissage de la couture à la fin des années 60 et de prendre la mesure des savoir-faire requis. Leur discussion les amène à comparer les conditions d’exercice de leur travail, la première ayant exercé comme mécanicienne en confection, la seconde comme patronière -gradeuse. N. Isambourg évoque ses années passées dans l’entreprise de confection Julietta où elle rentre en 1974 et la grève des 120 jours ayant précédé la fermeture de l’usine. Elle décrit également son travail dans l’entreprise de Mme Ayoun, connu sous la marque commerciale « Albert de Cilhac », où elle a exercé de 1982 à 1998. Elle en profite pour nous présenter un modèle de chemisier de cette marque qu’elle a conservé.
  • BILJETINA Charles, KEILHAUER Annette, LOUIS Annick
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’entretien d’Annette KEILHAUER, enseignante en littératures et cultures romanes, mené par Annick LOUIS, maître de conférences, qui s’est tenu à la Fondation Maison des Sciences de l’Hommes en août 2002. Durant cet entretien Annette KEILHAUER présente son parcours académique, ses approches, ses recherches passées et actuelles ainsi que ses perspectives.
  • Céline Canccienne
    Entretien filmé. Céline Canccienne, descendante des colons français est née en 1917. Elle est douée d’une personnalité enthousiaste et explique dans cet entretien en français, ses facilités à communiquer avec les français et son plaisir à voyager en France. Elle parle de son enfance à Nautla, de la perte de la transmission du français, de sa famille venue de Louisiane et des différents héritages reçus de ses ancêtres.
  • TUBELLA Imma
    Entretien filmé. Cet entretien avec la sociologue et chercheur Imma TUBELLA revient sur son parcours, ses sujets d’études ainsi que ses projets concernant les transformations des méthodes d’enseignement universitaire à l’heure des réseaux numérique.
  • Entretien filmé. Ce film a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Production : Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS) Enquête : Christèle Assegond Réalisation : Alexandre Palezis Montage : Maxime Le Guennec et Alexandre Palezis MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon.
  • ZUBER Stéphane
    Entretien filmé. Cet entretien avec Stéphane ZUBER, économiste et chargé de recherche au CNRS, nous permettra de faire connaissance avec le chercheur, son parcours, ses thèmes et sujets de recherche à la croisée de l'économie et de la philosophie.
  • Entretien filmé. Cet entretien réunit 6 anciennes ouvrières en confection de l’entreprise Robinet à Vierzon (3 mécaniciennes en confection, 1 matelasseuse, 1 traceuse). Les anciennes collègues se souviennent de l’organisation de l’atelier, de la nature du travail à réaliser, de l’ambiance qui régnait, des cadences, des relations avec la contremaîtresse, des rapports avec les patrons, de mai 1968, de l’entretien des machines à coudre. Ce film a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Production : Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS) Enquête : Céline Assegond et Hélène Chazal Réalisation et montage : Céline Assegond et Alexandre Palezis MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon.
  • Entretien filmé. Cet entretien réunit 6 anciennes ouvrières en confection de l’entreprise Robinet à Vierzon (3 mécaniciennes en confection, 1 repasseuse, 1 coupeuse), qui sont toutes entrées en apprentissage dans cet établissement à l’âge de 14 ans. Outre la question de l’apprentissage, les anciennes collègues se souviennent, à travers des anecdotes notamment, de la nature du travail à réaliser, de l’ambiance qui régnait dans les ateliers, des cadences, des accidents du travail, des relations avec la contremaitresse, des rapports avec les patrons, ainsi que des voyages et des fêtes de Sainte-Catherine. Simone Blondeau, l’ancienne contremaîtresse, participe à la seconde moitié de cet entretien collectif. Ce film a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Production : Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS) Enquête : Jean-Philippe Fouquet Réalisation et montage : Alexandre Palezis MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon.
  • Tatiana WENKER
    Entretien filmé. La Reserva Biológica del Bosque Tropical Nuboso es la más famosa del mundo y una de las áreas protegidas privadas más importantes de Costa Rica. Visitada por personas de diversos países amantes de la naturaleza que buscan disfrutar, apreciar y estudiar la abundante biodiversidad de sus ecosistemas. Mercedes Díaz Herrera, encargada de los programas de educación ambiental de la Reserva Monteverde, nos presenta en esta entrevista el trabajo realizado con las escuelas primarias locales para sensibilizar a los jóvenes con respecto a la preservación y la gestión del medioambiente, y aborda diferentes temáticas referidas a los problemas ambientales en el mundo actual.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. La deuxième vague de peuplement selon Albena Milanova s’est constituée dans le développement rural sous le règne de l’empereur byzantin Manuel 1er Comnène. La stabilité politique et la condition climatique favorable ont contribué à la mise en valeur des grandes propriétés monastiques et aristocratique dans les territoires du Nord. Tandis que le Sud est habité par la noblesse byzantine, le Nord est délaissé à la seule culture des terres de cette dernière. A cette initiative, les campagnes connaît un épanouissement, comme le témoigne les actes de monastère ainsi que la découverte des sceaux privés, témoignant d’une correspondance entre le propriétaire et leur intendants. La proposition d’Albena Milanova réfute l’axiome historiographique précédemment établi selon lequel la noblesse ne contribuait pas au développement rural.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. En s’appuyant sur trois exemples concrets, Venceslas Kruta explique comment l’appropriation des styles grecs et étrusques par les Celtes témoigne d’une forme de pensée particulière chez les Celtes. D’abord, le thème de la frise de fleur de lotus a été adapté en double feuilles de gui, plante vénérée chez les Celtes, répondant ainsi à leur culte. L’assemblage de signes, comme le motif du cheval à tête d’homme en divinité solaire révèle une pensée cohérente. Enfin, on retrouve cette appropriation dans l’urbanisme. Le plan de la ville celtique est calqué sur le plan de la ville gréco-romaine.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Sur l’extension géographique des fouilles archéologiques sur une bonne partie de l’Europe se superposent un fondement identitaire commun. En effet, les Celtes comprenaient vingt-deux pays d’Europe, du Sud de Portugal et d’Espace aux Carpates et à la limite méridionale des Plaines du Nord. Ils composent le deuxième marqueur ancestrale de la population tchèque après les slaves, suivant une étude des généticiens tchèques. L’importance de la racine celtique en Europe doit être reconnue. En France, c’est la nostalgie de la Gaule, motivation politique, qui favorise les recherches.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. Albena Milanova présente son projet de fouilles archéologiques qu’elle mène sur les périphéries du monde byzantin, en particulier en Bulgarie. Partagées sur deux sites, la ville médiévale de Veliki Preslav et la vallée de Maritsa, les fouilles permettent de comprendre les tendances latentes du centre de l’Empire Byzantin par l’architecture, l’urbanisme, les objets de la vie quotidienne. La datation entre VIIe et XIe puis de XIIe siècle est privilégiée par l’Etat car les deux périodes étaient les périodes hégémoniques de la Bulgarie, indépendante de la domination byzantine. Or, Albena Milanova en souligne l’importance de cette domination et son héritage sur la culture méconnue de la Bulgarie médiévale.
  • Entretien filmé. Dans un premier entretien, Françoise Dallois raconte son enfance et sa jeunesse dans la cité Rosières, à Lunery dans le Cher, cité organisée autour de l'usine de cuisinières et poêles en fonte. Elle détaille les divers bâtiments et l'organisation de la vie ouvrière dans la cité. Puis elle évoque ses années en tant que mécanicienne en confection aux établissements Robinet à Vierzon, l'organisation du travail, l'ambiance, le travail à la tâche dans l’atelier. Dans un second entretien tourné deux mois plus tard, elle décrit les photos de son enfance et de ses années de travail qu'elle a retrouvées entre-temps et fait une démonstration sur sa machine à coudre personnelle achetée chez Robinet, ainsi que sur une surfileuse. Elle nous montre également quelques modèles de robes ou jupes sur lesquels elle a travaillé.
  • Entretien filmé. Gaëtan Douez relate sa carrière aux Tricotages du Verdin connus sous la marque commerciale « Tricots Gégé ». Entré en janvier 1956 comme « directeur technique », il travaille dans cet établissement jusqu’à sa fermeture en 1981. Il raconte comment, pendant 25 ans, il a vu l’usine s’agrandir et se doter de nouveaux ateliers équipés de machines performantes tels « l’atelier rectilignes » et « l’atelier Fully fashion ». Il explique l’entretien des machines mais aussi en quoi consistait son travail d’échantillonneur qui s’effectuait en étroite collaboration avec la styliste. Tout au long de l’entretien, il dépeint la vie de l’entreprise avec ses horaires, son ambiance, ses fêtes et détaille la personnalité de son patron, M. Versinger, au caractère à la fois emporté et généreux.
  • LE VERN, Georgette
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Georgette Le Vern se souvient des conditions de travail dans l'atelier de confection dans lequel elle travaillait au début de sa carrière. Elle rassemble également ses souvenirs pour nous raconter son engagement syndical à la CFDT. Elue en 1956 conseillère Prud'hommes, elle devient en 1962 défenseuse puis officie jusqu'à l'âge de 75 ans, de 1991 à 2000, comme conseillère des salariés. Elle nous livre un témoignage sur la Cité Henri Sellier qu'elle a habitée une grande partie de sa vie.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Gérard Sabard se souvient de son arrivée au sein de l'usine Fulmen en 1962, dans laquelle il a travaillé pendant plus de 30 ans. A travers les souvenirs de sa carrière, il raconte ses changements réguliers de postes, ses rencontres, ses combats syndicaux les plus marquants jusqu'à leur point d'orgue au moment de l'annonce de la fermeture en 1998. Cet entretien filmé est aussi un témoignage de l'attachement fort d'un ouvrier à son usine.
  • Entretien filmé. Guy Gitteau fait ici le récit de son quotidien chez Case et de sa progression au sein de l'entreprise. Il aborde les conditions de travail, les relations entre salariés et supérieurs, les conflits mais aussi les temps de sociabilité. Il en profite pour évoquer quelques souvenirs de guerre et l'histoire de Vierzon-Village où il vit depuis 1984.
  • Entretien filmé. Originaire de Bourges, Guy Lordet exerce comme commercial puis co-directeur pendant une dizaine d'années dans les Etablissements Rodier. En 1971, il quitte cette société pour fonder son propre atelier de fabrication, Héry confection, avant de se lancer dans la création de la marque de chemisiers Sophie de Sologne dont il s'ocuppera pendant plus de 20 ans jusqu'en 1996. Il nous livre un témoignage sur le secteur du prêt-à-porter "moyen de luxe". Il nous raconte comment ses représentants et lui-même démarchaient les grossistes, les grands magasins et les petits détaillants, à Paris et en Province, avant de confier la production des commandes à des ateliers de fabrication situés à Vierzon et ses environs mais aussi dans le département de l'Indre. L'entretien nous plonge dans l'ambiance du Sentier à Paris, des Salons de mode, du système des nouveautés, des collections saisonnières, etc. Il nous relate également le fléchissement du secteur dans les années 1990, en lien avec les importations d'origine chinoise. Enfin, l'entretien propose une analyse du secteur tel qu'il se présente aujourd'hui.
  • ANATI, Emmanuel
    Entretien filmé. Emmanuel Anati retrace dans cet entretien son parcours professionnel qui l’a attiré vers l’étude de la montagne Har Karkom, dans le désert Néghève en Israël. Vingt-quatre ans de recherche le mène à conclure que la montagne est celle decrite dans la Bible, pendant l’épisode de l’Exode, nommé le Mont Sinaï. Pour confirmer sa théorie, il fait des analyses topographiques de la Bible mais aussi des textes égyptiens qui le permet de retracer l’itinéraire de l’Exode. Or, une donnée géologique du lieu, considéré comme aride et invivable à l’époque de l’Exode selon la Bible ; l’oblige à reconsidérer la datation de l’Exode, qui serait, selon lui situé au IIIe millénaire avant Jésus-Christ. Suite à la découverte de nombreux sanctuaires et des objets d’art rupeste, il est possible que la montagne ne soit pas le lie de culte priviliégé des Hébreux mais de peuples avant eux.
  • Entretien filmé. A l'occasion de cette rencontre filmée, Monsieur Jaroki raconte son arrivée à Vierzon et son embauche dans le secteur de la verrerie. Il revient sur les conditions de travail, les rythmes difficiles et les conflits entre salariés. Le verrier se souvient aussi de l'ambiance à l'usine à l'époque, et du quotidien des jeunes en son temps, en passant par la description des différents postes qu'il a occupés dans les usines vierzonnaises.
  • CARROY Jacqueline, GOTMAN Anne
    Entretien filmé. Cet entretien avec Jacqueline CARROY, historienne des sciences, retrace son parcours intellectuel et scientifique ainsi que les principaux thèmes auxquels elle s'est attachée. L'histoire de la psychiatrie et de l'asile, de l'hystérie, de l'hypnose, et de la psychothérapie au XIXème siècle seront notamment abordées.
  • CALABI Donatella
    Entretien filmé. Donatella CALABI est professeur d'histoire des villes à l'Institut universitaire d'architecture de Venise. Elle consacre son travail de recherche aux origines de l'urbanisme en Europe ainsi qu'à la ville à l'âge moderne et plus particulièrement à la ville de Venise. Elle est aussi présidente honoraire et membre du comité scientifique de la "European Association of Urban Historians" et présidente de la "Associazione italiana di Storia urbana". Pendant les années 90, elle a été chargée par la Maison des Sciences de l'Homme d'animer un séminaire international consacré aux étrangers dans la ville, séminaire qui a donné lieu à une publication homonyme en 1999. Elle revient au cours de cet entretien sur sa carrière intellectuelle et scientifique, ainsi que sur ses grands thèmes de recherche et ses publications.
  • Jean-François BRETON « Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av
    Entretien filmé. Jean-François Breton, Directeur de recherche au CNRS, nous présente dans cet entretien, l'état des connaissance archéologiques concernant les cultures sudarabiques, dont l'une des plus connues est à l'origine du royaume de Saba. Fort de 30 d'expérience, il aborde les principaux sites qu'il a étudié comme Shabwa. Le climat d'Arabie du sud est tel que la problématique de l'eau était au centre au de la vie en société, non seulement les différentes techniques d'irrigations étaient extrêmement développé, mais les villages eux-mêmes s'organisaient par oasis.
  • José BENGOA
    Entretien filmé. El proyecto “identidad e identidades en Chile: la construcción de la diversidad”, dirigido por José Bengoa, trabaja en la hipótesis de que la concepción nacional popular en Chile, respecto a la nación y a los sistemas de integración comenzó a erosionarse. En la medida que hay una erosión de los principios de identidad integrativa nacional popular, dice Bengoa - que hubo en Chile durante una parte del siglo XX - comienzan a surgir identidades segmentadas que cada vez reivindican su propia particularidad. Hay un debate cultural en Chile - muy débil aún, pero que explota a nivel de política - de descontento generalizado, que tiene que ver con el sentido de la acción colectiva. Hoy día estamos ante un vacío explica Bengoa. En la segunda parte de la entrevista, José Bengoa expone porqué el tema entre los Mapuches y los Chilenos es un asunto de toda la historia de Chile. Comenta la capacidad de respuesta de los Mapuches frente a la historia y la política, sus reivindicaciones y la evolución de los grandes movimientos de estudios sobre el tema étnico, desde el "evolucionalismo" del siglo XIX, hasta una lectura no racista y revisionista actual.
  • Francisco OCHOA
    Entretien filmé. Francisco Ochoa, patriarca de una de las familias más antiguas de Nautla venida de la inmigración, comparte sus recuerdos sobre Nautla y Jicaltepec al principio del siglo XX, comentando la construcción de las casas actualmente centenarias de la región, la vida en el campo, las tormentas, los cultivos, etc.
  • Francis COITTE
    Entretien filmé. Francis COITTE est le fils d'Adrien, l'étameur-rémouleur qui faisait des tournées à vélo dans le département de la Vienne et qui s'est finalement installé à Civaux. Francis COITTE présente les outils de son père, tout en commentant le savoir-faire qu'il a vu en oeuvre durant toute son enfance.
  • ITIER, César
    Entretien filmé. Dans cet entretien, César ITIER, maître de conférences à l’INALCO, nous présente la famille linguistique quechua, d’un point de vue historique, linguistique et sociologique. Il nous expose également des pistes de recherche sur les traditions orales et écrites quechuas, telles que les contes ou encore le théâtre.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. La deuxième forte vague de désertion de la région Nord-Est est due à une série d’invasions répétitives par les tribus Petchenègues de 1030-1050 d’une fréquence annuelle. La Byzance installe ces tribus nomades de 800 mille personnes dans ce territoire. Aux XVe et XVIe siècles, les sites fortifiés sont complètement abandonnés pour un nouveau mode de peuplement autour des axes principaux de communication, à savoir le Danube, la Mer Noire et le Près-Balkan.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Jean-François Breton prend l’exemple du royaume de Saba pour comprendre l’organisation de la société yémnite en rapport avec son territoire. Il en donne la défintion comme étant une collectivité humaine unie par un culte et un territoire, en occurrence, l’oasis. La société se repose donc sur une organisation vitale de gestion d’eau, ainsi pourrait-on la rapprocher à une société hydraulique. Or, le cas particulier de l’Arabie de Sud est que les sociétés tribales s’organisent entre-eux sans pouvoir f édérateur. En revanche le royaume de Saba entretient par périodes un rôle de domination par rapport aux autres royaumes. Le progrès technique du système d’irrigation est le problème central de ces sociétés. Trois thèses ont été proposées sur la solution adoptée : soit les habitants ont construit des canaux pour ramener de l’eau en amont, en sachant que les structures sont fragiles, soit ils ont surbaissé le niveau des champs, soit, telle la solution leguée à Saba, ils ont construits des digues pour soulever l’eau au niveau des champs. Ces différentes thèses sont au cœur du débat entre les historiens et archéologues.
  • Entretien filmé. Après l'obtention de son CAP d'ajusteur au centre d’apprentissage Henri-Brisson, Jacky Nombret entre à la Précision Moderne en 1956. En 40 ans de carrière, il a vécu tous les changements de propriétaires successifs, de Denison à Parker, en passant par Abex et Hägglunds et a occupé des postes différents, marquant par là sa capacité d’adaptation. En 1963, il découvre l'hydraulique, qui sera sa passion jusqu’à la fin de sa carrière. Au cours de l’entretien, il détaille ses interventions sur le terrain, allant de l’installation des centrales hydrauliques à leur dépannage en cas de problèmes techniques. En 1968, il prend la tête du premier SAV des productions hydrauliques d'Abex, poste qu'il occupe jusqu'à son départ en retraite en 1999. Dans cet entretien, il n'évoque que de manière incidente son engagement à la CGT qui fera l'objet d'un autre entretien.
  • Entretien filmé. Dans ce deuxième entretien, Jacky Nombret détaille son parcours de militant syndical. Entré à la Précision Moderne en 1958, à 17 ans, il y fait toute sa carrière jusqu’en 1999. Adhérant à la CGT dès 1959, il est élu pour son premier mandat syndical en 1966. Il enchaîne ensuite les mandats jusqu’à son départ de l’entreprise, avec de grandes satisfactions (il se remémore, parfois avec émotion, les actions mises en œuvre pour les salariés et leurs enfants au sein du comité d’entreprise) mais aussi des périodes difficiles comme en 1987 lors d’une vague de licenciements ou les années suivantes lorsqu’il est victime de tentative de licenciement abusif et de harcèlement. En parallèle, il s’engage en 1981 en tant qu’administrateur à la CAF, mission qui le passionne, puis, afin de travailler sur le sujet des retraites complémentaires, pour Capimec auprès de Malakoff-Médéric et enfin dans l’association de défense des habitants de son quartier Chaillot. Cet entretien est également l’occasion de rendre des hommages appuyés à ses camarades militants et ses soutiens, y compris son épouse.
  • Entretien filmé. Lors de cette rencontre, Jacqueline Svec, Françoise Simoes et leur amie Maria Da Silva se souviennent de leur quotidien de travail en tant qu'ouvrières en confection. Elles reviennent aussi sur l'ambiance de l'époque à Vierzon, les sociabilités et l'activité industrielle dans les années 1960. Ensemble, elles en profitent pour échanger sur les conditions de travail dans le secteur de la confection, les rythmes notamment, mais décrivent aussi les différentes techniques auxquelles elles étaient formées. Enfin, elles se rappellent des fêtes de travail, des grands dîners et nous expliquent ce qu'étaient "Les catherinettes".
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Jacques Blondeau évoque l'immigration ouvrière à Vierzon. Il détaille les pays d'origine de cette immigration, les secteurs industriels concernés, et l'intérêt que représentait cette main-d'oeuvre pour les employeurs. Il raconte les différences de rémunération, l'intégration de ces ouvriers dans la ville de Vierzon, et leur présence au sein des syndicats.
  • Entretien filmé. Cet entretien est l’occasion pour Jacques Blondeau de retracer les débuts de sa vie professionnelle et surtout son engagement syndical et son évolution au sein de la CGT jusqu’au poste de secrétaire général à Vierzon. Il se souvient de manifestations et de grèves et des avancées qu’elles ont permises, notamment en mai 1968 et insiste sur l’importance des débats pour convaincre les ouvriers. Il évoque la vague de fermetures d’usines à Vierzon à partir des années 1980, la mondialisation de l’économie et l’évolution actuelle du syndicalisme.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien filmé, Jacques Giraudon retrace sa carrière dans l'industrie mécanique, sur son engagement syndical et sur les solidarités qui existaient entre ouvriers. L'essentiel des souvenirs de l'ancien tourneur sont les souvenirs humains. Il aborde néanmoins les sujets des machines et des savoir-faire techniques.
  • Entretien filmé. Dans ce récit de carrière, Jean-Claude Martineau raconte sa vie professionnelle au sein de l'usine CASE, dans laquelle il est embauché comme forgeron en 1972. Il relate la manière dont il a gravi les échelons au sein des différents ateliers dans lesquels il a travaillé. Au moment de la fermeture du site à Vierzon en 1995, il a occupé pratiquement tous les postes possibles. "J'ai fait une grande partie de ma carrière chez CASE jusqu'à la fermeture, et j'ai poussé un peu après par rapport aux autres parce qu'en tant que chef d'atelier, j'ai été chargé de vider l'usine malheureusement..."
  • Entretien filmé. Après une formation à l’ENP, Jeanine Chalmin intègre l’entreprise de confection Robinet en 1961 où elle occupe un poste de commerciale jusqu’en 1999, quelques années avant la fermeture de l’usine. Dans cet entretien réalisé à son domicile, Jeanine Chalmin retrace son parcours chez Robinet et des tâches administratives qui lui incombaient au quotidien. Les factures et photographies d’époques sont autant de moyens pour Jeanine Chalmin de se remémorer l’histoire de Robinet. Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Enquête, réalisation et montage : Alexandre Palezis MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire, complété par celui de la DRAC Centre-Val de Loire et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon.
  • Entretien filmé. Après avoir obtenu un CAP Sténo-dactylo à l’Ecole Nationale Professionnelle Henri Brisson, Jeannette Poitrenaux intègre en 1950 l’entreprise de porcelaine Larchevêque (qui devient ensuite Porcelaine de Sologne), où elle travaille comme employée pendant 40 ans. Elle nous décrit son poste au sein du service comptabilité qu’elle occupe pendant 10 ans puis au sein du service commercial où elle termine sa carrière. Les belles anecdotes de Jeannette Poitrenaux nous informent des liens qui existaient entre les patrons et les employés : « il y avait un esprit de famille qui était formidable ! ». Ce témoignage fait revivre les nombreux moments de convivialité organisés par l’entreprise. Il est aussi question de la fermeture en 1980 de l’usine de Vierzon et de l’obligation d’aller travailler dans l’usine de Lamotte-Beuvron dans le Loir-et-Cher. Jeannette Poitrenaux exprime la rupture que cela a constitué : changement de rythme de vie et de travail, dégradation de l’ambiance générale une fois l’entreprise rachetée par Deshoulières.
  • Entretien filmé. A l'appui de documents et de photographies, Jeannette Poitrenaux plonge dans ses souvenirs pour nous raconter avec émotion le travail de sa grand-mère, née en 1888, repasseuse chez A. Serre et de sa mère, mécanicienne en confection. Elle se souvient aussi de son père qui était mouleur chez "Brouhot", de ses différentes périodes de chômage et de son départ dans le cadre du STO en Allemagne. Il est beaucoup question de musique : les chansons pendant le travail, les repas de famille, les concerts en faveur des prisonniers de guerre, le Père Cent de l'Ecole Nationale Professionnelle, ect.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien filmé, Jean-Paul Tocqueville aborde d'abord sa formation d'ajusteur et son embauche au sein de l'entreprise Nadella. Il revient sur son évolution au sein de l'entreprise au long de ses 43 ans de présence, et détaille notamment son poste de régleur et la gestion de son équipe. Il évoque le dernier poste qu'il a occupé : celui de responsable sécurité-entretien, ce qui lui permet de développer la question des améliorations qu'il a connues, et parfois impulsées, en termes d'usinage, et sur la sécurité et la prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles.
  • Entretien filmé. Cette seconde partie d'entretien est l'occasion pour Jean-Paul Tocqueville de revenir en détails sur les relations salariales dans l'entreprise Nadella (conflits, syndicalisme, relations aux femmes dans l'entreprise). Il aborde également l'importance du management et la réimplantation de Nadella qui a permis l'amélioration des conditions de travail.
  • Entretien filmé. Jean-Paul Tocqueville présente dans cet entretien quelques pièces en verre de sa collection, provenant toutes de la verrerie Thouvenin à Vierzon : pièces uniques, verres à porto, verres dentelle, verres George Sand, bouchons de carafe etc. Il explique en détail la méthode de fabrication de certaines pièces, comme les sulfures ou les paniers à dragées.
  • Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. Dans cet entretien réalisé au musée de Vierzon, Jean-Pierre Dubour rassemble ses souvenirs pour nous décrire avec précision ses débuts chez CASE, les conditions de travail dans différents ateliers. Il aborde la question de la rémunération, évoque la présence de l'alcool et du tabac sur les lieux de travail et se souvient de certains accidents du travail. Il se souvient de la nette séparation entre les ateliers de production à la main-d'oeuvre masculine et les services des bureaux où travaillaient les femmes. A l'aide de photographies et de modèles réduits, il nous présente les différents modèles de "Bakous" produits dans l'usine. Enfin, il est question de la fermeture de l'entreprise avec ses grèves et ses occupations de locaux, mais aussi de son implication dans l'entreprise en tant que syndicaliste.
  • Entretien filmé. Confirmant sa participation active à la recherche MEMOVIV, Jean-Pierre Dubour livre dans ce nouvel entretien autant un récit de vie vierzonnais qu'un bilan de son parcours professionnel. Dans la première partie de cet entretien réalisé au musée de Vierzon en décembre 2017, Jean-Pierre Dubour évoque sa jeunesse à Vierzon et son apprentissage scolaire, notamment au Centre d'apprentissage, annexe de l'ENP.
  • Entretien filmé. Dans la seconde partie de cet entretien réalisé au musée de Vierzon en décembre 2017, Jean-Pierre Dubour livre autant un récit de vie vierzonnais qu'un bilan de son parcours professionnel. Il y évoque notamment la vie vierzonnaise dans le quartier des échelles et livre quelques anecdotes à propos de "la CASE".
  • Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour, ancien décolleteur puis cariste chez CASE, dresse de manière posée un tableau de son engagement de plus de 25 ans en tant que syndicaliste CGT, notamment comme élu au sein des différentes instances de l'entreprise CASE. Il rend un vibrant hommage aux trois hommes qui l'ont formé et accompagné dans l'évolution de ses fonctions. Enfin, il cite les nombreuses initiatives du comité d'entreprise et des diverses associations de salariés existant chez CASE et conclut notamment sur l'utilité de la diversité des syndicats.
  • Entretien filmé. Jocelyne et Jean-Pierre Pigeotte, mari et femme, se plongent dans leurs souvenirs pour se remémorer leurs expériences de travail chez « Julietta » (SICDC, Société Industrielle de Confection du Cher), des années 1970 jusqu'à la fermeture de l'entreprise en 1980. La société qui est spécialisée dans la confection de prêt-à-porter féminin, produit des grandes séries pour le compte de la Redoute et des Trois Suisses. Tous deux évoquent leur formation et retrace leur carrière marquée par de nombreux changements de situations professionnelles. Ils se souviennent des longs mois de luttes syndicales et de l'occupation du site pour éviter la fermeture de Julietta.
  • Entretien filmé. Après avoir été employé comme garçon de ferme à l'âge de 11 ans, Junien Loustaud est recruté en 1945 à l'âge de 14 ans à la verrerie Thouvenin de Vierzon. Il y travaillera pendant 11 ans jusqu'à la fermeture de l'usine en 1957. Il apprend le métier "sur le tas". On lui demande dans un premier temps de "porter à l'arche" comme le faisaient tous les "gamins", puis devient cueilleur de jambes et de pieds avant d'être promu tailleur sur verre. Dans cet entretien , il est surtout question des conditions difficiles d'apprentissage : "C'était le petit bagne à la verrerie". Il nous dépeint également de vie d'une famille modeste du quartier de la pointerie, évoque sa vie avec sa femme Simone qui travaillait comme lui chez Thouvenin comme tailleuse sur verre. Enfin, il prend plaisir à nous faire découvrir sa collection de verres en nous ouvrant les portes de ses buffets.
  • STIEG Gerald
    Entretien filmé. Gerald Stieg, professeur de littérature et civilisation allemandes et autrichiennes à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III), consacre cet entretien à Karl Kraus, écrivain autrichien et personne emblématique de la vie intellectuelle et artistique à Vienne de la fin du siècle jusqu'en 1936, année de sa mort. Karl Kraus mena, entre autre, une lutte permanente contre les médias auxquels il attribua un rôle décisif dans le déclenchement de la Première Guerre Mondiale et dans l’irruption du régime nazi en Allemagne. Gerald Stieg présente, dans cet entretien deux des textes les plus importants de l’œuvre de Kraus - Les derniers jours de l’humanité (Die Letzten Tage der Menschheit) - une critique de l’alliance « contre nature » Allemagne - Autriche dans la Première Guerre Mondiale - et La troisième Nuit de Walpurgis (Die dritte Walpurgisnacht) - une critique du nazisme.
  • DONABEDIAN-DEMOPOULOS, Anaïd
    Entretien filmé. Anaïd Donabedian-Demopoulos, professeur d’arménien à l’INALCO, directrice de la formation Master, et responsable du Cercle des Linguistes, nous présente ici l’arménien occidental. Au travers de faits historiques, sociologiques et linguistiques, Anaïd Donabedian-Demopoulos nous présente l’évolution et l’état actuel de cette langue, dite de diaspora.
  • MANZUR Gregorio, DE PABLO Elisabeth
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’entretien de Gregorio MANZUR, écrivain, journaliste argentin, au sujet des indiens huarpe de Guanacache, au nord de l’Argentine, à l’occasion de la parution de son roman « Guanacache, les eaux de la soif », publié aux éditions Fondation Maranon.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Le sujet de la colonialisation de l’Europe par le rat noir est encore débattu aujourd’hui. Différentes chronologies sont proposées pour son arrivée en Europe entre le Ier, le IIe ou encore le IIIe millénaire avant Jésus-Christ. En collaboration avec Frédérique Audoin-Rouzeau, Jean-Denis Vigne a tenté à travers différentes approches de suivre la progression de cette espèce devenue commensale.
  • RAYMOND Henri
    Entretien filmé. Le sociologue Henri RAYMOND revient au cours de cet entretien sur les grandes étapes de son parcours intellectuel et scientifique. Il approfondit ainsi un certain nombre de questions et de thèmes qui l'ont occupé tout au long de sa vie, depuis sa rencontre avec Henri LEFEBVRE dans ses jeunes années jusqu'aux réflexions sur la vie quotidienne en passant par ses travaux sur l'architecture.
  • LY Virginie, OUDANE Myriam, TRUONG MINH Claire
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’interview de trois enfants d’immigrés venus en France, qui abordent la question de l’apprentissage de leur langue maternelle par leur proche.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL élabore la question de la démographie spatiale. A l’inverse des données agrégées, cette technique permet de reconstruire la variation des données en tout point sur une carte. Paru dans le supplément « The Population », il met au point un outil afin de quantifier la vague de la chute de la fécondité en Europe du XIXe au XXe siècles et l’expansion spatiale de la contraception au Royaume-Uni. Or, en essayant de transposer la méthode en Inde, il échoue à cause de manque de variables. Le problème pour l’Inde se situe au niveau de la relation entre population et religion, et non des aspects quantifiables.
  • BECKER Jean-Jacques
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’entretien avec l’historien Jean-Jacques BECKER, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris X-Nanterre et Président du centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, il a reçu en 2002 le grand prix d’Histoire de l’Académie Française. Ses recherches portent sur la Première Guerre mondiale, l’opinion publique et l’histoire politique de la France. Il est l'auteur de nombreuses publications, dont Les Français dans la Grande Guerre (Robert Laffont, 1980), L'année 14 (Armand Colin, 2004) ou encore L'Histoire des gauches en France (La Découverte, 2004), deux volumes qu'il a codirigés avec Gilles Candar et qui rassemblent les contributions thématiques d’environ 80 chercheurs. Dans cet entretien, Jean-Jacques BECKER revient sur son parcours académique et aborde la question de la première guerre mondiale à travers l’étude de l’opinion publique.
  • TRAN, Quang Hai
    Entretien filmé. De la passion de sa vie, de ses connaissances larges et profondes et de son talent exceptionnel en musique, TRAN Quang Hai, musicologue nous présente à travers cet entretien, l'histoire de la musique vietnamienne avec toutes ses composantes et ses caractéristiques. Du Nord au Sud, chaque région et chaque peuple possède ses propres chants, ses instruments, ce qui rend la musique traditionnelle vietnamienne extrêmement riche et diversifiée avec ses nombreuses composantes : la musique de Cour, les musiques religieuses, la musique populaire... Jamais dans le monde, un pays n'a possédé un tel trésor de musique. Plusieurs ont été reconnues patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO.
  • WIEVIORKA, Michel
    Entretien filmé. Le Collège d'Etudes Mondiales repose sur un projet scientifique qui met en avant la nécessité de «penser global». Il est, dans ses contenus, pluridisciplinaire et multidisciplinaire. Son objectif est d’aborder les grands problèmes du monde, contemporains comme historiques, en partant d’un point de vue général, mondial, lui-même articulé à la prise en compte d’autres niveaux d’analyse, en particulier régional (l’Europe), national et local. Dans cette perspective, il tient largement compte du caractère multipolaire du monde actuel : les relations économiques et financières, les phénomènes migratoires ou les grandes logiques géopolitiques du moment. Le Collège d'Etudes Mondiales accordera une attention particulière à la diffusion et à la valorisation des savoirs. Il entend résolument utiliser les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies de l’informatique et de la communication pour démultiplier à l’échelle planétaire d’une part ses publics, et d’autre part ses activités.
  • KOWALEWSKA-MARSZALEK Hanna
    Entretien filmé. Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK est archéologue et travaille en tant que documentaliste experte à l'Institut d'Archéologie et d'Ethnologiede l'Académie Polonaise des Sciences de Varsovie. Ses travaux de recherche sont axés sur l'habitat néolithique. Elle s'intéresse plus particulièrement à l'analyse spaciale, fonctionnelle et écologique des sites d'habitat, à la reconstitution des structures de ces derniers dans le cadre de leur milieu naturel ainsi qu'aux pratiques funéraires de la préhistoire. Dans le cadre de son travail de terrain, elle a effectué de nombreuses fouilles mais s'est tout particulièrement consacrée à la prospection du cimetière néolithique situé sur le Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), site qu'elle a découvert en 1980 et dont elle poursuit l'étude. Après avoir évoqué son parcours scientifique, Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK revient sur les structures d'habitat et l'organisation de l'espace des différentes civilisations du Néolithique en Europe centrale et en France. Elle décrit ensuite les fouilles du cimetière du Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), qu'elle dirige depuis 1980. Le site présente des structures d’habitats différentes car il a été utilisé du Néolithique jusqu'au début de l'âge du bronze. La profession d'archéologue, la question de la multidisciplinarité, le travail de reconstitution, la paléo-économie, l'investissement des populations locales lors du travail de fouilles seront quelques-uns des sujets abordés dans la suite de l'entretien.
  • KOWALEWSKA-MARSZALEK Hanna
    Entretien filmé. Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK est archéologue et travaille en tant que documentaliste experte à l'Institut d'Archéologie et d'Ethnologiede l'Académie Polonaise des Sciences de Varsovie. Ses travaux de recherche sont axés sur l'habitat néolithique. Elle s'intéresse plus particulièrement à l'analyse spaciale, fonctionnelle et écologique des sites d'habitat, à la reconstitution des structures de ces derniers dans le cadre de leur milieu naturel ainsi qu'aux pratiques funéraires de la préhistoire. Dans le cadre de son travail de terrain, elle a effectué de nombreuses fouilles mais s'est tout particulièrement consacrée à la prospection du cimetière néolithique situé sur le Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), site qu'elle a découvert en 1980 et dont elle poursuit l'étude. Après avoir évoqué son parcours scientifique, Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK revient sur les structures d'habitat et l'organisation de l'espace des différentes civilisations du Néolithique en Europe centrale et en France. Elle décrit ensuite les fouilles du cimetière du Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), qu'elle dirige depuis 1980. Le site présente des structures d’habitats différentes car il a été utilisé du Néolithique jusqu'au début de l'âge du bronze. La profession d'archéologue, la question de la multidisciplinarité, le travail de reconstitution, la paléo-économie, l'investissement des populations locales lors du travail de fouilles seront quelques-uns des sujets abordés dans la suite de l'entretien.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL définit la démographie comme technique permettant de quantifier les entrées et les sorties d’une population, en se fondant sur des données issues de la statistique. Sa recherche concernant une démographie du passée, il est contraint d’utiliser les données spécifiquement archéologiques et de transformer celles-ci en termes démographiques. A travers son étude, la problématique essentielle est la colonisation de la planète depuis l’an 1 million 8 à aujourd’hui, des hommes archaïques aux hommes actuels. Il stipule que la dynamique d’expansion des humains est due à la pression démographique qui oblige les hommes à modifier la productivité dans l’économie afin de nourrir de plus en plus de personnes. Or, aujourd’hui il existe un paradoxe : les pays occidentaux, principaux pays de productivité ne sont pas des pays à haut niveau de fécondité. La progression démographique semble donc fonctionner indépendamment des habitats.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Le mouvement de l’anthropozoologie a été crée par François Poplin afin d’ouvrir la discipline de l’archéozoologie sur des confrontations avec d’autres types de données, en occurrence, des données ethnographiques. L’homme et l’animal ont une interaction triple : l’homme est de nature animal, l’animal est un bien matériel pour l’homme et enfin, l’animal agit avec l’homme dans l’histoire des techniques. Ces interactions apportent un éclairage fort sur l’histoire des sociétés. Seul en France, l’archéozoologie est ouverte de cette manière à l’anthropologie.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Jean-Denis Vigne donne une définition du domaine de l’archéozoologie comme un ensemble de techniques complémentaires, organisé de manière cohérente qui permettent de décrypter l’information des restes d’animaux issus des fouilles archéologique. Selon différents types de marqueurs, chronologique, fonctionnel ou encore moléculaire et atomique, on peut construire une collection de documentation mais qui prendrait sens qu’en appuyant sur un contexte. Le vestige archéozoologique tient un double discours : l’objet est une interface des activités humaines et de l’environnement.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Venceslas Kruta explique sa démarche pour étudier l’art celtique. Les fouilles plus qu’une base de données, est avant tout, une méthodologie de travail qui développe un esprit critique dans le sens où il faut savoir interpréter. Les œuvres d’art sont les traces que les Celtes ont laissées de leur civilisation. A travers une comparaison des modèles grecs, étrusques et romains avec la version celtique, on arrive à comprendre leur mentalité. En effet, les changements stylistiques témoignent d’un système de pensée propre aux Celtes.
  • GUELLOUZ Mariem, TOUCHANE Sonia
    Entretien filmé. Cette vidéo présente un entretien avec la danseuse orientale professionnelle Sonia TOUCHANE et la sémiologue Mariem GUELLOUZ autour de la danse orientale et de l'image de la femme orientale d'aujourd'hui.
  • MELKOTE Rama
    Entretien filmé. Abordant la question du féminisme en Inde, Rama MELKOTE traite des mouvements en faveur des droits de la femme après l’Indépendance. Le propos de Rama Melkote porte sur ses actions au sein du féminisme indien, en particulier la constitution du groupe « Stree Shakti Sanghatana » ou « Organisation du pouvoir féminin », après l’état d’urgence dans les années 1975. Elle évoque également les positions du parti communiste liées à la question de la femme. Le combat de cette femme n’a jamais cessé et se poursuit à travers l’Association Anveshi (centre de recherche sur les études féminines, à Bagh Amberpet, Hyderabad, Andhra Pradesh, Inde) dont elle est membre fondateur.
  • ABBES, Ahmed-Ridha
    Entretien filmé. Le maalouf tunisien est une musique qui prend ses racines pendant l'époque Arabo-Andalouse. Ahmed Ridha, musicologue, nous explique les origines et les composantes de cette musique. Il insiste sur l'importance de la transmission de ce patrimoine immatériel qui se fait plus rare.
  • DESVEAUX Emmanuel
    Entretien filmé. L'anthropologue Emmanuel DESVEAUX revient au cours de cet entretien sur les grandes étapes de son parcours professionnel. D'un point de vue universitaire, ses recherches s'articulent autour d'études de terrains au Canada et en Amérique qu'il fait dialoguer avec l’œuvre de Claude LEVI-STRAUSS. Par ailleurs, il eut des activités diverses, comme sa participation au Conseil National du Sida en tant que rapporteur ou encore son implication au Musée du Quai Branly, comme directeur du projet pour la recherche et l'enseignement.
  • MOSCOVICI Serge, PEREZ Juan Antonio
    Entretien filmé. Cet entretien avec Serge MOSCOVICI, directeur du Laboratoire Européen de Psychologie Sociale (LEPS) de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, vise à aborder plusieurs thèmes centraux de son œuvre scientifique. Ainsi, la théorie des représentations sociales, celle de l’influence sociale minoritaire et celle des choix collectifs et du consensus social, qui sont les trois contributions les plus importantes de Serge MOSCOVICI à la psychologie sociale européenne, seront notamment abordées.
  • d'IRIBARNE, Alain
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Alain d'Iribarne - administrateur de la FMSH (2005-2009) - décrit son parcours scientifique durant lequel il a travaillé sur l'économie de l'entreprise sous l'angle des relations entre les innovations technologiques et les performances de l'entreprise, et de l'organisation et de la gestion des ressources humaines. Il est ici question des grandes étapes telles que l'élargissement des concurrences des marchés dans les années 1980, et de l'arrivée des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans les années 1990. Il explique comment sont nées de nouvelles problématiques liées à ces grands changements. Responsable de différents programmes scientifiques, il évoque les méthodologies appliquées dans ces recherches, dans une perspective interdisciplinaire. Alain D'IRIBARNE est administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) à Paris. Directeur de recherche au CNRS - classe exceptionnelle, et docteur d’Etat en sciences économiques, il a été chef de département Innovation au Centre d’Etude et de Recherche sur les Qualifications (CEREQ), directeur du Laboratoire d'Economie et de Sociologie du Travail (LEST), puis directeur du département scientifique Sciences de l'homme et de la société du CNRS et du Programme interdisciplinaire technologie travail emploi et mode de vie (PIRTTEM). Depuis 1994, il mène ses recherches au LEST, sur les usages d'Internet par les ménages, les PME et les grands groupes.
  • BERQUE Augustin
    Entretien filmé. Le géographe et orientaliste Augustin BERQUE, après avoir indiqué au cours d'un entretien précédant en quoi consistaient ses principaux thèmes de recherche, développe ici le concept de l'écoumène, central dans son œuvre. Il en fait ainsi la généalogie, avant de le contextualiser intellectuellement et d'indiquer quels sont ses principaux enjeux, notamment vis à vis d'autres disciplines en sciences humaines et sociales.
  • OTTONE, Ernesto
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Ernesto Ottone, présente la chaire "Les destins mondiaux de l'Amérique latine", dont il est titulaire. Cette chaire envisage la mondialisation du point de vue d’une région qui en constitue, à bien des égards, un laboratoire : l’Amérique Latine. Il s’agit d’étudier les effets économiques, sociaux, culturels, politiques de l’inscription de l’Amérique Latine dans la mondialisation, de même que les défis qu’elle constitue pour l’intégration régionale et la démocratie sur le continent. Ernesto Ottone fera de sa chaire le centre d’un réseau d’institutions partenaires, dont le Center for Latin American Studies de l'Université de Berkeley, California, la Fundacion F.E. Cardoso de São Paulo, la FUNGLOBE de Santo Domingo ; la Facultad de politicas Publicas de la Universidad Di Tella de Buenos Aires (Argentina) et el Instituto de Politicas Publicas de la Universidad Diego Portales de Santiago (Chile).
  • DE LUMLEY Henry
    Entretien filmé. Henry De Lumley, Préhistorien directeur du Muséum d’Histoire Naturelle et membre du CNRS, nous présente les huit grandes étapes de l’évolution humaine, qui sont selon lui les plus importante. Il retrace donc l’histoire des hommes, des premiers bipèdes à l’invention de l’écriture, c’est-à-dire toute la période de la Préhistoire.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Les missions sur les petites îles sont des mises à l’épreuve des modèles d’interactions entre l’homme et l’animal dégagés à partir des grandes îles. A partir des exemples de Lavezzi, Corse et de Zembra, Tunisie, Jean-Denis Vigne a observé une évolution biologique liée à des milieux particuliers. La fonction de l’île de Lavezzi a été d’accueillir les troupeaux ainsi que des exclus de la société, l’histoire animale se trouvant ainsi liée à la notion de marginalité. De même, la présence des lapins, unique en Tunisie sur l’île de Zembra a ouvert un nouveau champ d’investigation.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Entretien filmé. La découverte en mai 1968 de la nécropole Loisy-en-Brie et d’une hypogée amène Jean-Pierre BOCQUET-APPEL à constituer sa thèse du troisième cycle. A partir de l’étude de ces squelettes, il reconstruit la distribution des âges et les âges immatures, afin de comparer les différents standards d’âges du Néolithique et de l’époque actuelle, postindustrielle. L’hypogée, grande galerie où ont été exhumés les morts, critique la façon d’analyser la population par les autres démographes. Afin de répondre aux problèmes techniques, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL mélange les données démographiques non-conventionnelles et les données démographiques spatiales.
  • ANATI Emmanuel
    Entretien filmé. L'archéologue Emmanuel ANATI revient au cours de cet entretien sur son parcours universitaire, ainsi que sur ses recherches actuelles. Celles-ci s'articulent autour de l'hypothèse que l'art des sociétés « lointaines » est une source d'accès à une compréhension de l'esprit humain. Il développe ainsi plus en profondeur les implications et les enjeux de son travail.
  • AAPC
    Entretien filmé. Dans les années 50, l'instituteur de Civaux, monsieur Bastière se réclame de Freinet. Jean Boisset, alors écolier, nous raconte ses souvenirs et déclare que sans cet instituteur, il n'aurait manifestement jamais fait d'études. Devenu professeur de philosophie par la suite, il nous fait part de ses réflexions sur ces pratiques Freinet tout en les comparant avec celles, plus traditionnelles, qui sont revenues avec le départ de monsieur Bastière, et qu'a connues sa soeur Roselyne, de huit ans sa cadette.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. La diversité des sociétés du Néolithique témoigne de la complexité de l’organisation politique intra et supra -communautaire. Au-delà d’une période dite « préhistorique », le Néolithique est une mécanique d’exploitation villageoise, qui ne prendra fin qu’au grand exode rural du IX-Xemes siècles. Jean-Denis Vigne centre son étude sur l’île de Chypre, à partir de 820 avant J.C. où on remarque une sédentarisation forte, accompagné d’un système technique très élaboré. Quelles sont les dynamiques internes de ces sociétés qui ont amené au basculement cosmogonique de l’esprit des humains ? Comment se comportent-ils face aux Mésolithiques ? Les sociétés se différencient-elles selon les régions ? A travers ces questionnements sur le Néolithique, on appréhende le processus d’émergence des sociétés.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Jean-François Breton fait un état des lieux des éléments connus en 1974 par rapport à la civilisation sudarabique, au Ier millénaire avant Jésus Christ. Il énumère le corpus d’inscriptions découvertes par les archéologues , allant de textes d’irrigation, de construction aux dédicaces aux dieux et aux textes illustrant les échanges économiques dans la vie quotidienne.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. La période de l’holocène, définition géologique qualifiant les normes du réchauffement qui a bousculé le climat glaciaire dans un climat tempéré que nous connaissons est une période fascinante de l’Histoire des sociétés. A la différence des autres périodes, l’emprise avec le présent, peu de différences entre les animaux du début de l’holocène et aujourd’hui permet une première validation de faits. De plus, l’abondance de la documentation contribue à la richesse de la recherche.
  • FISHER Sophie
    Entretien filmé. Cet entretien avec la linguiste Sophie FISHER revient dans un premier temps sur son parcours institutionnel. Des études de philosophie à l’arrivée à l’Ecole Pratiques des Hautes Etudes puis à la création du Centre d'Etude de la Linguistique Théorique, Sophie FISHER a, au cours de sa carrière, collaboré avec des figures majeures des sciences humaines et sociales. Dans un deuxième temps, elle indique quelques éléments relatifs à la théorie de l’énonciation dans laquelle ses recherches s’inscrivent, ce qui lui permet enfin de développer quelques-uns de ses travaux passés.
  • GRINEVALD Colette
    Entretien filmé. Colette GRINEVALD est linguiste, spécialiste des langues amérindiennes. Après avoir enseigné à l'Université d'Oregon aux Etats-Unis dans les années 90, elle revient en France où elle enseigne à présent la linguistique à l'Université Lumière à Lyon. Elle est également membre du laboratoire Dynamique Du Langage (DDL) membre du Conseil Scientifique du programme Sorosoro de la Fondation Chirac. Son travail se concentre notamment sur la description des langues amérindiennes : langues mayas, langues chibchas, langues amazoniennes du Guatemala, du Nicaragua, de l'Equateur et de la Bolivie. Dans cet entretien, Colette GRINEVALD se penche sur la problématique des langues en danger. Son travail de terrain en Amérique Latine lui a permis de construire une réflexion autour des questions de documentation de ces langues, de leur protection ainsi que de leur revitalisation.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Venceslas Kruta termine l’entretien par évoquant l’intérêt de différentes types de documentation archéologique, surtout les fouilles. L’inscription en langue celtique en caractère étrusque en Italie du Nord, témoigne de la présence de la civilisation dans cette région depuis la fin du VIIe siècle avant Jésus Christ. Or, les fouilles sur la civilisation celte, héritage du travail des archéologues du XIXe siècle, permet de comprendre le fonctionnement de l’habitat, de l’économie et les rites. Ce corpus s’étoffe au fil des ans, en vue de la génération d’archéologues à venir. Deux mouvements animent les découvertes : les grands terrassements par des constructions de routes font resurgir des sites insoupçonnés et l’archéologie de sauvetage tend à respecter le terrain de fouilles, privilégiant les grands ensembles aux petits. Le travail d’archéologue est lié à cette préservation pour l’avenir.
  • GREINER, Frank
    Entretien filmé. Après avoir donné une définition étymologique du terme d'alchimie, Frank Greiner - professeur à l'Université de Lille - aborde les notions d’univers, de langage, de symbolisme alchimiques, de transformation de l’être, d’initiation et examine leur réappropriation par le domaine littéraire, de la période de la Renaissance jusqu'au XXe siècle.
  • RUIZ MONTEALEGRE Manuel, ULLOQUE FRANCO Hector
    Entretien filmé. Manuel RUIZ et Hector ULLOQUE, réalisateurs du documentaire "Hartos Evos Aquí Hay" los cocaleros del Chapare, nous décrivent sous un regard anthropologique, les principaux problèmes politiques et sociaux de la région du Chapare, située au niveau du Tropique de Cochabamba, en Bolivie. Au sein de cet environnement, le documentaire reflète les conditions d’émergence du principal leader cocalero du pays, Evo Morales, à l’aube de son élection présidentielle.
  • Gregorio MANZUR
    Entretien filmé. Gregorio MANZUR, écrivain et journaliste argentin installé depuis 1965 à Paris, s’est engagé depuis quelques années dans la lutte pour la survie des indiens huarpes des lagunes de Guanacache, région située entre les provinces de Mendoza et de San Juan (au nord-ouest de l’Argentine) et qu’on nomme aujourd’hui «Cathédrale du désert». Auteur du livre «Guanacache, les eaux de la soif», il propose un témoignage personnel sur les traditions et les croyances des indiens huarpes qu’il côtoie depuis sa plus jeune enfance, ainsi qu’une analyse précise des causes de leur progressive disparition.
  • Entretien filmé. Née en 1931, Madeleine Mabilat se forme à la technique de la broderie à fils tirés auprès d’une voisine, ce qui lui permet de travailler à domicile dès le début des années 1950 pour le compte du confectionneur de chemisiers Robinet basée à Lury-sur-Arnon. Au début des années 1960, alors que les dirigeants de cette entreprise ouvrent un atelier rue du Champanet à Vierzon, elle est recrutée pour s’occuper du contrôle et de la répartition du travail de finition. Elle occupera cette fonction jusqu'en 1976. Madeleine Mabilat sera témoin des transformations du secteur de la confection marquée par le développement de la mécanisation et les évolutions de la mode. Outre le récit de sa carrière, Madeleine Mabilat évoque la crise du logement après-guerre et la construction en 1966, par l’Abri familial, d’un pavillon dans le quartier de la Cité du Colombier.
  • Entretien filmé. Première partie d'entretien avec Marc Dubois, dans laquelle il raconte sa formation en céramique, ses débuts de carrière dans une manufacture à Vierzon et les relations de travail qui s'y jouaient ainsi que son arrivée à l'Ecole Nationale Professionnelle de Vierzon comme enseignant.
  • Entretien filmé. Marc Dubois aborde principalement sa carrière d'enseignant dans cette partie d'entretien. Il cite notamment des anecdotes de travail à l'ENP de Vierzon, décrit les spécialités de l'enseignement de la céramique et compare les enseignements qu'il a reçu et qu'il a prodigué. Il décrit aussi à travers ces différents récits les propriétés et particularités de la céramique et de ses techniques de fabrication.
  • Entretien filmé. Marie-Claude Soueix de Pondeau est engagée en 1967 chez Robinet Confections à l'âge de 19 ans après l'obtention de son brevet technique "patronière-modéliste-gradeuse". Elle est l'une des rares employées à avoir travaillé dans cette entreprise jusqu'à la fermeture définitive en 2002. Elle occupe d'abord le poste de gradeuse, puis de patronière-gradeuse, puis de gradeuse et enfin de modéliste-syliste. Dans cet entretien, elle rassemble ses souvenirs pour nous raconter avec précision, à l'aide d'anciens outils de travail, en quoi consistait son métier. Elle nous fait part des changements dont elle a été témoin au cours de sa carrière en lien avec les évolutions dans l'organisation et les méthodes de travail. Elle se souvient aussi de l'ambiance paternaliste qui régnait dans l'entreprise.
  • Entretien filmé. Après l’obtention, au Lycée Henri Brisson, d’un CAP puis d’un Brevet Technique de chaudronnier et d’un CAP de soudeur, Martial Potier intègre l’entreprise vierzonnaise CASE en 1976 en qualité de soudeur. D’abord soudeur sur cabine, il est vite dirigé vers la soudure au chalumeau, avant d’être préposé pendant vingt ans au travail sur presse-plieuse qu’il qualifie de « travail de bagnard ». L’entretien est l’occasion de nous expliquer en quoi consistait précisément ce travail. Il en profite pour évoquer l’évolution des conditions d’hygiène et de sécurité au travail, les cadences à tenir, l’entraide entre collègues, la question de la rémunération, l’engagement syndical et les luttes, etc. A la suite de la fermeture de l’usine, il termine sa carrière comme formateur au GRETA. Le début de l’entretien est consacré à sa formation de chaudronnier au Lycée Henri Brisson. Après avoir visionné l'entretien, Martial Potier a souhaité apporté quelques rectificatifs. Alors qu'il évoque à plusieurs reprises le modèle de "Bakou" 580 K, il s'agit du modèle 580 F. Par ailleurs, le pliage de la pelle sur la presse-plieuse s'effectue en deux temps, non pas en trois temps. Cet entretien a été réalisé dans le cadre de la recherche MEMOVIV menée par une équipe de chercheurs en sociologie de l'Université de Tours (CITERES/CETU ETIcS), avec le soutien des archives départementales du Cher et de CICLIC, L'agence du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique. Enquête, réalisation et montage : Céline Assegond MEMOVIV a bénéficié du financement de la région Centre-Val de Loire, complété par celui de la DRAC Centre et de la ville de Vierzon. Avec le concours de l’ESCOM/FMSH pour la conception et le développement du site Internet dédié à la mémoire du travail à Vierzon
  • Entretien filmé. Lors de cette rencontre, Monsieur Agogué revient d'abord sur l'ensemble de sa carrière et ses changements de postes, avant de revenir en détails sur les différentes étapes de ses formations et des rencontres qui l'ont amené vers des milieux professionnels divers. Il évoque aussi sa carrière d'ouvrier et la modernisation des usines ainsi que ses conséquences en terme d'économie et sur le mode de vie des habitants de Vierzon, avant de décrire la manière dont il est devenu enseignant un peu par hasard.
  • Entretien filmé. Après l’obtention de son certificat d’étude, Michel Blot intègre le collège d’enseignement technique Henri Brisson pour apprendre le métier de tourneur sur métaux. Son CAP en poche, il est recruté le 3 juillet 1966 par la société Case qui l’avait parrainé pendant son apprentissage. Il complète sa formation auprès des anciens qui lui donnent des conseils et lui transmettent leurs « combines », ainsi que la pratique de « la perruque ». Exerçant au départ comme tourneur sur métaux, il travaille sur de nombreuses pièces détachées et de rechange pour les tracteurs et les presses à paille datant de l’époque de la Société Française de Machinisme Agricole. Il travaille pendant 18 ans dans l’atelier 110 où il occupe différents postes sur divers types de machines : tour revolver, perceuse, rectifieuse, ajusteuse, etc. Il rejoint ensuite le bureau des études au moment du passage du modèle de la pelleteuse 580G à la pelleteuse 580k. Il participe au prototypage du nouveau modèle. Il nous explique la différence de rythme de travail entre les deux ateliers. A la différence du travail réalisé à la chaine, « aux études, on ne m’a jamais donné un temps pour faire une pièce ». Après cette expérience, il est affecté au bâtiment dit « du Canal » où il travaille jusqu’à la fermeture de l’usine. Peu avant son licenciement, il obtient un CAP de fabrication industrielle. Il exercera la fin de sa carrière en qualité d' Éducateur Technique Spécialisé en Métallerie Soudure. Président de l’association sportive de la société Case à Vierzon, le sport occupe une place importante dans sa vie. Il souligne par exemple combien le foot était un facteur important d’intégration dans l’entreprise : « Si on était bon en foot, on était reconnus ». L’entretien est l’occasion également d’aborder son engagement syndical (Cfdt puis CGT), la camaraderie et la solidarité entre collègues, les conditions de sécurité dans l’entreprise, la question de la rémunération avec le système des « bonis », les diverses fêtes, etc.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Jean-François Breton développe la réflexion sur les oasis et le système d’irrigation originale autour de Shabwa. Cette originalité provient du fait que les oasis sont directement liés aux torrents et qu’il existe une répartition égale en amont et en aval. Grâce à la collaboration avec les géologues, il a pu dresser un schéma général de la création de l’oasis. Il réussit ainsi à déterminer la durée de ces oasis, commençant dès le IIIe millénaire avant Jésus Christ et la taille maximum des oasis. Une tentative de datation des champs est en cours, par le biais de moyens thermoluminescence.
  • Luiz Carlos BRESSER-PEREIRA
    Entretien filmé. Luiz Carlos BRESSER-PEREIRA commente son livre "Mondialisation et compétition, pourquoi certains pays émergents réussissent-ils et d'autres non?", paru en 2009 aux Editions la découverte. Argumentant en faveur du "nouveau développementisme", basé sur une Stratégie nationale de développement, il critique les causes structurelles d'une période de l'histoire économique de l'Amérique latine baignée dans la "maladie hollandaise" et les politiques basées sur l'épargne externe. Il conclut en expliquant pourquoi, selon lui, les pays d'Amérique latine doivent obtenir une coalition nationale afin d'accéder au niveau de "développementisme" nécessaire à leur "rattrapage" économique.
  • Entretien filmé. Monique Bigot a préféré lors de cette rencontre que l'on filme uniquement ses mains. Lors de cet entretien, elle fait le récit de sa formation en couture et de la rigueur exigée au sein d'un atelier, tout en décrivant les différentes étapes de confection d'un chemisier ou d'une veste. Elle énumère aussi les différents types de tissus et les techniques qui leur sont propres tout en étayant par quelques anecdotes de travail.
  • Entretien filmé. Embauchée en 1966 au sein des établissements Robinet, Monique Bonnin est restée vingt-cinq années au poste de mécanicienne en confection, spécialisée dans les boutons. Elle partage dans ce témoignage sa passion pour son travail et détaille avec précision les différents types de boutons utilisés et les savoir-faire spécifique mobilisés. Elle évoque par ailleurs ses quatre années en tant qu'ouvrière en porcelaine chez Cirot Gadouin avant son arrivée chez Robinet et décrit les étapes de la fabrication des pièces de porcelaine. Elle raconte également les bonnes relations qu'elle entretenait avec ses patrons et la bonne ambiance de travail avec ses collègues chez Robinet.
  • Entretien filmé. Monique Chambonneau, ancienne ouvrière de porcelaine chez Cirot Gadouin nous accueille chez elle en présence de Françoise Turpin, ancienne ouvrière en confection chez Robinet. Les deux amies du même quartier reviennent au cours de cet entretien sur leur parcours professionnel respectif. Françoise Turpin évoque sa formation sur le tas chez Robinet, les différents postes occupés dans l’entreprise pendant onze années, l’ambiance familiale au travail, ou encore les Catherinettes. Monique Chambonneau insiste quant à elle davantage sur les savoir-faire propres aux différents postes qu’elle a occupé au sein de l’entreprise Cirot Gadouin. Que ce soit en évoquant la vie de quartier, l’ambiance au travail ou encore lors de la mobilisation de Mai 68, la solidarité entre ouvriers vierzonnais est au cœur du témoignage des deux amies.
  • Entretien filmé. Dans les années 50, Monique Galland reprend et développe avec son mari l'entreprise familiale de confection fondée par sa mère. Le petit atelier situé à Lury-sur-Arnon ne tarde pas à déménager à Vierzon et emploie jusqu’à une centaine de personnes. Dans cet entretien réalisé à son domicile, Monique Galland retrace l'histoire de Robinet, les savoir-faire de ses ouvrières, l’organisation du travail, les relations entre collègues, les rapports hiérarchiques, les moments de convivialité ; témoignage d'une époque florissante pour les usines de confection à Vierzon.
  • Entretien filmé. Dans les années 50, Monique Galland reprend et développe avec son mari l'entreprise familiale de confection fondée par sa mère. Le petit atelier situé à Lury ne tarde pas à déménager à Vierzon et emploie jusqu’à une centaine de personnes. Dans cet entretien réalisé à son domicile, Monique Galland retrace l'histoire de Robinet, les savoir-faire de ses ouvrières, l’organisation du travail, les relations entre collègues, les rapports hiérarchiques, les moments de convivialité ; témoignage d'une époque florissante pour les usines de confection à Vierzon.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Monsieur Masset revient sur sa trajectoire professionnelle qui semble avoir été dictée de manière permanente par l'envie d'évoluer au sein des usines qui l'employaient. Changements de postes, adaptation aux nouveaux temps de travail, automatisation : chaque évolution était l'occasion pour lui d'élargir ses responsabilités. Il débute ainsi sa carrière en tant qu'ouvrier pour finir responsable de la méthode chez Denison dans les années 1980.
  • Entretien filmé. Nicole François et Micheline Sajot, mécaniciennes en confection, retracent leurs parcours professionnels respectifs avant d'évoquer leurs années en tant que collègues au sein des établissements Rodier à Vierzon de 1984 à 2001. Elles abordent les conditions de travail, les relations avec la contremaîtresse ou le patron, l'organisation des ateliers, les cadences... Elles parlent avec humour des progrès techniques sur les machines, et avec gravité de la difficulté à vivre un ou plusieurs licenciements. Elles soulignent avec regret le manque de reconnaissance des métiers liés à la confection. Micheline Sajot avait travaillé auparavant de 1965 à 1984 aux établissements de confection Robinet à Vierzon. Elle compare donc au cours de l'entretien les manières de travailler et l'ambiance entre les deux entreprises. Simone Blondeau, contremaîtresse chez Robinet, les rejoint au cours de l'entretien, qui a lieu chez Micheline Sajot près de Vierzon.
  • Entretien filmé. Nicole Moreau raconte comment elle est entrée le jour de ses 14 ans comme apprentie coupeuse aux Tricotages du Verdin, une entreprise située à proximité des baraquements en bois qu’elle habitait. Elle y effectue sa formation de 1961 à 1964 et reste y travailler jusqu’en 1967, année où elle quitte Vierzon pour s’installer à Bourges. Elle rejoint à nouveau les Tricotages du Verdin en 1972 et 1973, mais cette fois comme coupeuse à domicile. Elle se remémore son travail et dépeint l’ambiance qui régnait dans les ateliers. Elle nous rapporte aussi, avec beaucoup de nostalgie, plusieurs anecdotes décrivant ses relations avec ses patrons, M. et Mme Versinger, qui étaient plein de sollicitudes à son égard.
  • Entretien filmé. Nicole Pajon convoque ici le souvenir de sa carrière professionnelle, entre ses débuts comme tricoteuse chez Versinger, puis sa carrière, non sans rebondissements, chez Nadella. On entend à travers son récit la mémoire d'une ouvrière femme, face à une hiérarchie exclusivement masculine, mais aussi sa confrontation au temps qui passe, et à un monde du travail qui s'est transformé très vite à la fin de sa carrière. L'entretien est plus court que le reste du corpus de témoignages non pas par choix, mais pour des raisons d'imprévus sur le tournage.
  • TUBELLA, Imma
    Entretien filmé. Dans cet entretien, Imma Tubella explique la démarche théorique de la chaire "Nouvelles technologies, éducation et apprentissages" et met en avant les nouveaux paradigmes concernant les grandes transformations sociales et politiques des rapports aux savoirs et à l'apprentissage. La chaire déclinera ces questions à travers cinq thèmes principaux : 1. Egalité d'opportunité dans la société de la connaissance ; 2. Les contenus éducatifs ouverts et leurs enjeux ; 3. La gestion du changement : stratégie et planification des processus institutionnels d'introduction et usage du e-learning ; 4. La coopération éducative dans un monde global ; 5. Les perspectives sociales du e-learning à l'université. L’objectif de la chaire est donc de monter des activités de recherche, d'information et de discussion à propos de l'usage des technologies de l'information et la communication dans l'éducation. Elle se veut un espace de réflexion et d'analyse interdisciplinaire sur les transformations de l'éducation et des institutions éducatives suite à l'introduction et l'usage des TIC ainsi qu’un laboratoire d'idées pour l'innovation et la recherche dans ce domaine.
  • RECANATI François
    Entretien filmé. Ce troisième entretien avec le philosophe François RECANATI revient sur son dernier ouvrage publié au moment de l’entretien, intitulé « Oratio obliqua, oratio recta ». A la croisée de la pragmatique et de la sémantique, il y développe un approfondissement de son hypothèse de dépendance des contenus linguistiques et mentaux à des contextes.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Entretien filmé. Jean-Denis Vigne se dit être rentré dans l’archéologie par hasard. Par hasard des passions et des rencontres, plus ou moins prestigieux, des amis aux personnages comme Jean Guilaine, François Poplin qui n’arrêteront pas de l’influencer sur sa vie à venir. De formation naturaliste, ses diverses expériences professionnelles dans l’enseignement, au CNRS, au Muséum d’Histoire Naturelle et dans le syndicat lui confèrent une base interdisciplinaire sur laquelle il tire sa démarche.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs - directeur d'études honoraires au Centre de recherches sur le Brésil contemporain à l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) - a donné pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche une série de six entretiens portant sur l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Dans ce premier chapitre, Ignacy Sachs revient sur l’histoire et les grands événements du début du XXe siècle qui amèneront les intellectuels, après la Seconde Guerre mondiale, à considérer l’idée de développement dans l’approche d’un monde en pleine mutation.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs - directeur d'études honoraires au Centre de recherches sur le Brésil contemporain à l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) - a donné pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche une série de six entretiens portant sur l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Dans ce deuxième chapitre, Ignacy Sachs décrit les évolutions, à travers les différentes approches disciplinaires, de la notion de développement, à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Il évoque, durant cette période, l'émergence des nouvelles problématiques autour du développement, liées à l'écologie, ainsi que l'harmonisation nécessaire entre les visions économiques, écologiques et sociales. Il pose également comme primordiale, la notion de croissance et toutes les questions qui en résultent, et ce, notamment, dans le dialogue culturel entre les pays riches et les pays pauvres.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs - directeur d'études honoraires au Centre de recherches sur le Brésil contemporain à l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) - a donné pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche une série de six entretiens portant sur l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Dans ce troisième chapitre, Ignacy Sachs évoque les capacités extensives du socialisme réel, avant de revenir sur les principaux échecs de ce dernier et de faire un état des lieux de ses diverses mutations.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs a donné, pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche, une série de six entretiens autour de l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Ici, Ignacy Sachs achève sa réflexion, entamée lors des précédents entretiens, sur le développement à travers l’histoire du XXe siècle. Selon lui, la victoire du capitalisme sur le socialisme réel ne signifie pas la fin d’une histoire, l’agonie de ce dernier étant liée à la contre-réforme néolibérale. Après avoir soulevé les « mésaventures » du système onusien, il évoque la question de l’Etat développeur et des réponses face aux changements climatiques. C’est en dressant le bilan de la contre-réforme néolibérale, qu’il revient sur l'influence de celle-ci sur la social-démocratie et son adhésion à l’économie de marché.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs a donné, pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche, une série de six entretiens autour de l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Lors de cet entretien, il évoque la nécessité d’affronter de façon non-unilatérale les deux défis majeurs du XXIe siècle, l’écologie et le "déficit des opportunités de travail décent", expression qu'il nous définit. Il se livre à une description et une analyse de deux grands courants : l’écologie profonde et la décroissance. A partir du changement de perception de l’environnement, à travers la prise de conscience de ce qu’il nomme la « finitude de la Terre », il propose une redéfinition de la notion de ressource, à partir de différents exemples. Pour Ignacy Sachs, il est primordial, de repenser le rural et l’urbain et de promouvoir le développement d’une bio-civilisation moderne.
  • SACHS, Ignacy
    Entretien filmé. Ignacy Sachs a donné, pour les Archives Audiovisuelles de la Recherche, une série de six entretiens autour de l’idée du développement et de son appréhension au XXIe siècle. Dans ce sixième et dernier entretien, Ignacy Sachs pose la question du devenir d’une économie sociale à l’intérieur du capitalisme. Il développe ce qui, pour lui, constitue les fonctions essentielles d’un Etat développeur qui s’inscrirait dans un processus démocratique. Ce projet s’organiserait autour d’une réflexion sur l’articulation des « espaces du développement », et de celle de l’économique, du social et de l’environnemental. Il est également primordial, pour Ignacy Sachs, que ce projet se construise avec toutes les forces de la nation, sans en oublier, et que soit assuré un accès aux services sociaux de base pour chaque individu. La recherche y aurait également une fonction première, avec une présence et un soutient fort de l’Etat.
  • RECANATI François
    Entretien filmé. Ce premier entretien avec le philosophe François RECANATI revient sur son parcours intellectuel et institutionnel. A travers celui-ci, le chercheur évoque de manière globale les rapports existant entre différents domaines de la philosophie, des sciences sociales (plus particulièrement la linguistique), et des sciences cognitives.
  • RECANATI François
    Entretien filmé. Ce second entretien avec le philosophe François RECANATI revient sur ses premières recherches, tout en insistant sur la manière dont celles-ci ont interagi au sein de son parcours intellectuel. Au cours de cet entretien, il se centre spécifiquement sur la critique de la conception représentationnaliste du sens qu’il développa dans « La Transparence et l’énonciation », puis sur ses prolongements dans « Les Enoncés performatifs » et « Direct Reference : From Language to Thought », s’articulant paradoxalement au premier ouvrage.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Présentation biographique et professionnelle de Venceslas Kruta. Son parcours à travers les études de latin, de l’archéologie classique et de la Préhistoire en Tchécoslovaquie ainsi que l’expérience sur le terrain d’une mission de sauvetage archéologique au Nord-Ouest de la Bohème l’amènent à s’intéresser à l’étude des Celtes.
  • Entretien filmé. Une responsable de la coupe, une responsable des ateliers de fabrication ainsi qu'une commerciale se réunissent chez leur ancienne patronne, Monique Galland, pour évoquer le travail chez Robinet Confections. L’entretien nous plonge dans le secteur de la confection à l’époque de l’essor du prêt-à-porter. Dans les années 50, Monique Galland reprend et développe avec son mari l'entreprise familiale de confection fondée par sa mère. Le petit atelier situé à Lury ne tarde pas à déménager à Vierzon et emploie jusqu’à une centaine de personnes. Si l’entreprise spécialisée dans le prêt-à-porter féminin possède sa propre marque et travaille pour des détaillants et les grands magasins parisiens, elle fournit également des vêtements pour la Redoute et les 3 Suisses. Les quatre femmes se remémorent les savoir-faire, l’organisation du travail, les relations entre collègues, les rapports hiérarchiques, les moments de convivialité.
  • SHERMAN, Rina
    Entretien filmé. Rina Sherman, musicienne, écrivain, cinéaste et anthropologue, originaire d’Afrique du Sud, nous présente les chants et les danses Ovahimba, au travers de son film « Que la danse continue » (production DER, 2007).
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Venceslas Kruta défini sa recherche sur les Celtes comme une recherche contextualisée. A la différence des autres archéologues qui tendent à ériger des modèles et à les appliquer sur une civilisation, Venceslas Kruta mène une approche par communauté, essaie de comprendre l’origine des éléments diversifiés présents dans une culture locale. Cette approche lui permet d’être plus prudent et mieux à l’écoute des sources.
  • DOZON, Jean-Pierre
    Entretien filmé. Reprenant certains points particuliers de ses publications, Jean-Pierre DOZON évoque ses premières recherches portant sur la société bété, et les prophétismes en Côte d'Ivoire, précise certaines notions essentielles en anthropologie - telles que tribu, clan, ethnie, nation, race -, et aborde les questions relatives à l'anthropologie du développement. Il évoque ensuite les relations France-Afrique, l'avenir des pays d'Afrique francophone, les entremêlements du politique et du religieux dus à l'affaiblissement politique des pays africains. Son propos s'achève sur la crise que connaît actuellement l'Afrique francophone. >> Pour en savoir plus, consultez sa page sur le site de l'EHESS : http://ceaf.ehess.fr/document.php?id=79
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. La Mer Rouge devient au cours des décennies un lieu d’échanges et de liens entre les régions environnantes. Au IIe millénaire avant Jésus Christ, elle constitue un ensemble culturel et commercial entre les pays de la côte d’Afrique, mais elle sera remplacée par l’Arabie du Sud. A la moitié du VIIe siècle, à l’apogée du Saba, le royaume s’étend sur l’autre rive de la Mer Rouge et établit ses colonies dans le Tigré. Enfin, au IIe millénaire après Jésus-Christ, l’invasion de l’Arabie du Sud par les Ethiopiens à deux reprises signent de nouveaux liens entre les régions autour de la Mer Rouge.
  • Gastambide Rémy
    Entretien filmé. A travers cet entretien, Dominique ROLLAND, anthropologue, nous fait découvrir l'histoire tout à fait singulière de Rémy GASTAMBIDE, artiste peintre et musicien. Rémy GASTAMBIDE livre son parcours personnel et artistique en toute simplicité. Enfant amérasien adopté par un couple d'intellectuels franco-suisses, il est passé de l'obsession déprimée - lors de la découverte de ses origines - à l'exploration joyeuse à chaque fois qu'il retourne au Vietnam. Dessiner pendant des heures dans sa chambre pour combler le vide, fouiller les magasins, chercher les photos et dévorer les textes sur la guerre du Vietnam, lui ont permis de répondre à ses interrogations sur son identité métisse et de se réinvestir enfin dans la peinture et la musique.
  • SORJ, Bernardo
    Entretien filmé. Cet entretien avec le Professeur Bernardo SORJ abordera plusieurs questions : la théorie sociale en Amérique latine, la diaspora, la crise de l'imaginaire social et des représentations, le phénomène de société civile et la culture de la tradition en Amérique latine. Il reviendra également sur la crise du monde des sciences sociales, ses projets en cours et à venir.
  • EKOTTO Frieda
    Entretien filmé. Professeur de littérature comparée et d’études afro-américaines et africaines à l’Université du Michigan, Frieda EKOTTO discute ici de son parcours scientifique et les thématiques principales auxquelles elle s’intéresse, à savoir la notion de souffrance, le sujet regardant africain ainsi que l’homosexualité féminine dans l’Afrique subsaharienne.
  • KANINSKAIA Galina
    Entretien filmé. Galina KANINSKAIA revient ici sur son parcours académique, ses recherches, sa méthodologie et ses motivations en donnant un grand nombre d'exemples et d'anecdotes historiques particulièrement intéressants.
  • BIZBERG Ilan, CRAVERI Marta
    Entretien filmé. Dans cet entretien Ilan BIZBERG a détaillé les problématiques auxquelles il s’intéresse plus particulièrement, la spécificité de son travail par rapport à l’existant, les références théoriques et les aspects méthodologiques de ses recherches actuelles sur les impacts de la globalisation sur les politiques sociales en Amérique latine.
  • TARANTINO Stefania
    Entretien filmé. Cet entretien avec Stefania TARANTINO, philosophe et chercheure à l’Université l’Orientale de Naples s’intéresse aux thèmes de recherche de la philosophe. C’est-à-dire les mouvements de femmes en Italie et la recherche sur la pensée des femmes philosophes au XXème siècle. Elle retrace ici son parcours, parle de ses rencontres ainsi que sa position sur le féminisme en prenant soin de toujours faire références aux femmes philosophes du XXème siècle qui l’intéressent tout particulièrement.
  • Entretien filmé. Cet entretien est l’occasion pour René Boitard de faire le récit de sa carrière professionnelle en tant que « roulant » à la SNCF. Il évoque son premier emploi dans une usine mécanique pendant la période d’occupation et son recrutement dans le secteur du chemin de fer. Il se souvient notamment des différents postes qu’il a occupés tout en nous expliquant les nombreuses évolutions que ce secteur a connues. Il a en effet assisté à la transition entre le train à vapeur et le train électrique, qui a conduit à la transformation de son métier : il est passé de chauffeur (celui qui alimente la chaudière) à conducteur de train électrique. Certaines de ses anecdotes nous éclairent sur la rémunération des roulants, mais aussi sur la vie de famille d’un employé de la SNCF. René Boitard se replonge également dans ses souvenirs pour nous parler de son engagement syndical.
  • MILANOVA , Albena
    Entretien filmé. Albena Milanova étudie la question de l’habitat en Bulgarie et les incidences de la domination byzantine sur celui-ci. Les réseaux d’habitats sont constitués d’une part par l’héritage d’habitat ancien, à savoir le relief et le climat du pays, or l’invasion byzantine d’autre part va contribuer à changer la distribution de la population. Avec deux tableaux comparant l’état du peuplement en Bulgarie au Nord-Est et au Sud dans deux périodes données, la première antérieure à l’invasion byzantine, aux IXe-Xe siècles et la seconde, sous domination byzantine, aux XIe-XIIe siècles, on observe un inversement de la situation. Aux IXe-Xe siècles, le Nord-Est était prospère et le Sud, déserte car situé sur la frontière instable entre la Bulgarie et la Byzance. Or, après l’invasion, le Nord-Est se trouve dévasté. La Byzance a ainsi une incidence forte dans la répartition de la population en Bulgarie médiévale.
  • Entretien filmé. Jean-Pierre Dubour exerce comme décolleteur-tourneur dans plusieurs entreprises vierzonnaises, avant d’être embauché en mai 1965 à l’âge de 20 ans chez CASE, d’abord comme décolleteur puis comme cariste. Il y travaillera pendant 30 ans jusqu'à la fermeture. Délégué du personnel, délégué CGT, conseiller prud'homme et secrétaire du comité d’entreprise et du CHSCT, il possède une bonne connaissance de l'entreprise. A notre demande, il se rend dans le bâtiment 3 dit "B3" de l'ancienne Usine vierzonnaise CASE, où il n'avait pas remis les pieds depuis plus de 20 ans.
  • Entretien filmé. Roger Coulon développe ici deux récits entremêlés : un discours sur la ville de Vierzon, l'apogée de la période industrielle ainsi que la qualité de l'enseignement technique de la ville lié à sa carrière politique. Et il revient dans un second temps sur les conditions de travail des ouvriers et les maladies propres à certain type d'industrie qu'il a été amené à étudier en tant que médecin.
  • Entretien filmé. Dans cet entretien, Roger Sornin évoque les souvenirs de son enfance de fils de porcelainier mais surtout ses souvenirs des années de la Seconde Guerre mondiale dans Vierzon coupée en deux par la ligne de démarcation entre zone libre et zone occupée. Il fait le récit des différents métiers qu'il a effectués pendant ces années : commis chez un architecte en 1940 puis employé dans une banque et enfin conducteur de four à charbon dans l'Administration des Eaux et Forêts.Parallèment, il découvre les horreurs de la guerre, les difficultés de l'occupation allemande et vit un quotidien de vie dur et pénible. Il raconte enfin son entrée au sein du maquis vierzonnais et des jeunesses ouvrières chrétiennes.
  • Entretien filmé. Salvatore Crini nous relate son histoire au sein de l’entreprise CASE où il a exercé une partie de sa carrière professionnelle, entre l’année 1985 jusqu’à la fermeture de l’usine à la fin de l’année 1995, en qualité de soudeur. Un métier dont nous il dévoile le savoir-faire mais également sa grande la pénibilité. D’origine Italienne (et plus précisément de Sicile), arrivé en France à l’âge de 5 ans, Salvatore Crini réside dans un premier temps dans le nord de la France avant de de s’installer à Vierzon afin d’intégrer l’entreprise CASE. Ancien leader Cfdt, il nous raconte son investissement dans la défense des ouvriers, en particulier à l’occasion de la fermeture de l’usine. Il termine aujourd’hui encore sa carrière au sein de la Mairie de Vierzon, et s’implique avec dynamisme dans la vie politique et sociale de sa ville.
  • RECANATI François
    Entretien filmé. Ce quatrième et dernier entretien avec le philosophe François RECANATI revient finalement sur l’ensemble de son travail, depuis ses premières recherches jusqu’à son dernier ouvrage en cours de publication au moment de la réalisation de cette vidéo. Cette rencontre se centre particulièrement sur la manière dont François RECANATI a conjugué sémantique et pragmatique au fil de ses interrogations.
  • MASKARINEC Gregory
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’entretien de Gregory MASKARINEC, directeur de recherches et directeur du programme interculturel à l’Université de Hawaii, autour de son parcours intellectuel et de ses recherches sur les chamans népalais, et plus généralement sur les différents systèmes de santé.
  • Entretien filmé. Simone Blondeau nous raconte avec humilité son expérience de contremaîtresse dans le secteur du prêt-à-porter féminin, au sein des Etablissements Robinet. Embauchée en 1955, à l'âge de 20 ans, elle est témoin de l'essor de la société : "J'ai grandi avec l'entreprise" se souvient-elle. Dans cet entretien, elle se remémore la période de son apprentissage, évoque ses liens avec ses subordonnées, décrit l'organisation du travail et le système de chronométrage. Elle parle également des moments de convivialité à travers les "fêtes des cousettes".
  • Entretien filmé. Trois anciens collègues se remémorent les années passées au sein de l’entreprise « Julietta » (SICDC, Société Industrielle de Confection du Cher) spécialisée dans la confection de prêt-à-porter féminin, produisant des grandes séries pour le compte de la Redoute et des Trois Suisses et dont le siège était situé à Paris. Simone est embauchée dans cette entreprise en 1962 après avoir travaillé dans d’autres confections vierzonnaises comme Labrosse, les Tricotages du Verdin ou encore Bourreux. Claude entre en 1972 comme apprenti coupeur et travaille ensuite aux côtés de Simone au sein du service expédition et réception des tissus. Deux ans plus tard, c’est au tour de Nadine d’être embauchée dans l’usine comme patronière-gradeuse. Elle y rencontre Claude qui deviendra par la suite son époux. Chacun explique le métier qu’il exerçait chez Julietta. Leurs échanges nous apportent de précieuses informations sur l’organisation des ateliers, les relations qui existaient entre les différents services, la nature de la production, mais aussi sur les moments de convivialités. Tous les trois sont témoins de l’essor puis du déclin de l’industrie du prêt-à-porter à Vierzon qui va impacter Julietta. En 1980, après une centaine de jours de grève, l’usine qui a fait travailler jusqu’à 200 personnes ferme définitivement ses portes.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. En lien avec l’irrigation, le commerce de l’encens constitue une autre grande source de revenus en Arabie du Sud. Or, ses bénéfices ont, plutôt que contribuer à améliorer l’agriculture irriguée, servi à augmenter le prestige des villes à travers l’architecture en pierre très travaillée. Ainsi les progrès techniques dans l’agriculture n’ont pas été investis, à la différence des civilisations contemporaines grecque et romaine. Il exclut ainsi la troisième théorie selon laquelle les agriculteurs auraient construit des digues. En effet, ils continuent à utiliser le système traditionnel des canaux jusqu’à l’épuisement obligeant l’abandon des oasis dans le Ve siècle avant Jésus Christ. Dès lors le peuple de L’Arabie du Sud se réfugie dans les hauts plateaux, notamment au Moyen-âge.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. La société vivante à Shabwa est une société sédentaire tribale. Grâce aux inscriptions, Jean-François Breton a pu retrouver l’organisation hiérarchisée du tribu qui privilégie le lien de sang. Les questions suivantes sont de définir le lien étroit entre la collectivité humaine et le territoire et ensuite d’identifier le culte de ce tribu.
  • CHARTIER Roger
    Entretien filmé. L’historien Roger CHARTIER revient, après avoir mené une réflexion critique sur la notion de biographie, sur différents concepts, notions et courants ayant marqué sa conception de l’histoire et des sciences sociales. Il donne ensuite des précisions sur les objets qu’il a étudiés au cours de sa carrière : la culture écrite de manière large, mais aussi, de manière plus restreinte, les genres littéraires, la « gueuserie », la correspondance épistolaire, et l’édition.
  • MENGER Pierre-Michel
    Entretien filmé. Le sociologue Pierre-Michel MENGER aborde au cours de cet entretien son parcours intellectuel et institutionnel, ainsi que ses domaines d’étude privilégiés : l’art et le travail. Il précise dès lors sa démarche, ses objectifs, ainsi que les différents objets analysés au fil de sa carrière : la musique, le marché du travail artistique, les intermittents, le talent artistique, les rapports entre art et capitalisme, etc.
  • REGNIER, Faustine
    Entretien filmé. Au cours de cet entretien, Faustine Régnier, sociologue chargée de recherche à l’INRA, aborde les principaux sujets de ses recherches : l'exotisme alimentaire en France et en Allemagne, des années 1930 à nos jours, et l'obésité en tant que fait social. Chaque thème, théorie ou déduction est illustré par des exemples.
  • MAUGER Gérard
    Entretien filmé. Le sociologue Gérard MAUGER revient au cours de cet entretien sur les thèmes qu'il a travaillé tout au long de sa carrière, ainsi que sur ses contributions à un renouvellement de la réflexion sur ceux-ci. Ainsi, il aborde sa première enquête sur le phénomène contre-culturel, celle sur les styles de vie dans les milieux populaires, mais aussi le thème de la jeunesse et des générations, la sociologie de la lecture, la sociologie de la sociologie, et la sociologie des politiques publiques, qui est l'objet d'un travail en cours.
  • BOURDIN Alain
    Entretien filmé. Alain BOURDIN est professeur à l'institut français d'urbanisme (université de Paris 8), directeur du laboratoire théorie des mutations urbaines (composante de l'UMR Cité du CNRS), sociologue et urbaniste. Il travaille sur l'action et les méthodologies de l'action (notamment publique) , sur la dynamique sociale des villes et sur les transformations des sociétés métropolitaines contemporaines. Au cours de cet entretien, il revient sur son parcours intellectuel et scientifique, ainsi que sur les principaux thèmes de recherche qu'il travaille. Il développe particulièrement les liens qui existent entre sociologie et urbanisme, et en quoi une pratique transversale entre ces deux disciplines permet leur enrichissement réciproque.
  • Entretien filmé. Suzanne Martinet, retraitée du secteur de la porcelaine et André Moyon, toujours salarié à Vierzon, se souviennent ensemble des évolutions techniques et des innovations que la porcelaine a connus, puis reviennent plus individuellement sur leurs carrières respectives, le quotidien de travail dans les usines de porcelaine dans lesquelles ils ont travaillé, ou encore la répartition du travail entre hommes et femmes dans les chaines de production. Tous deux s'expriment aussi sur la désindustrialisation à Vierzon et les conséquences de ces changements à Vierzon pour les populations jeunes.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. Venceslas Kruta tire de sa citation « l’art celtique est un art de la métamorphose », des postulats de mentalité celtique. D’abord, le changement de formes étant une force divine, ce que Paul-Marie Duval appelle « vitatisme », l’homme doit le subir. La mise en image de ce mouvement, la métamorphose, témoigne de la capacité d’un objet d’avoir différentes formes. Réunis dans une même image, les trois ordres de la Nature, les ordres végétal, animal et humain s’influent l’un sur l’autre. De même le symbole de la triskèle représente les mouvements solaires dans un seul signe. Le gui, plante vénérée par les Celtes pour ses feuilles persistants, est une projection dans le domaine végétale du concept de l’immortalité de l’âme, dépendant d’un corps mortel, comme l’arbre. A partir de l’observation de la nature, les Celtes construisent leurs signes.
  • KRUTA, Venceslas
    Entretien filmé. A partir des objets celtiques en métal, Venceslas Kruta dresse un système de significations propres aux Celtes. La difficulté d’interprétation réside dans la dialectique entre la fonction et la forme, la fonction imposant parfois la forme. Or, il en tire les manières de voir le monde chez les Celtes : premièrement, la représentation est toujours allusive, abstraite, conférant ainsi un caractère sacré à la représentation. Deuxièmement, les éléments symboliques, selon leurs combinaisons donnent à lire plusieurs niveaux. C’est ainsi une vision du monde cyclique où les images peuvent avoir différents sens selon leur agencement. Par ailleurs, en comparant les civilisations celtes dans différentes régions, Venceslas Kruta remarque qu’il existe une diversité à l’intérieur de la culture mais aussi un rapport d’entente avec le substrat indigène, comme par exemple, les Celtes d’Italie. Ainsi, une vision globale des Celtes apparait comme dynamique et articulé.
  • BRETON, Jean-François
    Entretien filmé. Après avoir décrit le corpus d’inscriptions découvertes à Yémen, Jean-François Breton énumère les sources extérieures parlant de l’Arabie du Sud, à savoir la Bible, le Livre des Rois, les récits des voyageurs grecs et plus tard, les écrivains romains. L’ensemble de documents a fait naître deux thèses sur l’avènement de la culture sudarabique, l’un la situant au Vie siècle avant Jésus-Christ et l’autre au Ier millénaire avant Jésus-Christ. Ce débat va motiver les recherches de Jacqueline Pirenne, directrice de l’expédition de fouilles de la Mission Archéologique Française, à Shabwa, Yémen.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • PRAKASH Om
    Entretien filmé. Cette vidéo présente l’entretien réalisé avec Om Prakash, professeur d’Histoire économique à la Delhi School of Economics, University of Delhi, en Inde. Om Prakash aborde l’histoire commerciale de l’Inde moderne, nous expliquant le rôle économique joué par l’Inde dans les différents réseaux commerciaux inter- et euro-asiatiques, entre le XVe et le XVIIIe siècle.
  • ANGOTTI-SALGUEIRO Heliana, CHALLULAU Hélène
    Entretien filmé. Invitée par la FMSH en 2006, Heliana ANGOTTI-SALGUEIRO, marquée par le caractère interdisciplinaire de son parcours intellectuel, explique ce que sont les modalités de transfert de modèles artistiques et culturels par les expériences de déplacement et d’appropriation de modèles de références. Ses recherches s’appuient notamment sur des études de cas de trajectoires considérées comme « mineures » dans le domaine de l’architecture de l’urbanisme, ainsi que de la photographie. Elle donne des exemples tirés de ses différentes publications individuelles et collectives, mais aussi de son expérience de commissaire d’exposition. Elle s'interroge également sur les notions relatives aux modalités de transfert de modèles dans sa réflexion.