Témoignages personnels filmés

8 médias.
  • Francis GELY
    Témoignage personnel filmé. Au début des années 1980, Francis GELY entreprend à Paris III une thèse sur l’INCUPO (Instituto de Cultura Popular). En 1992, il rencontre Adolfo Pérez Esquivel, artiste argentin engagé et Prix Nobel de la Paix dont il deviendra le traducteur et l’ami. Adolfo Pérez Esquivel est l’un des créateur du SERPAJ (Servicio Paz y Justicia), un mouvement qui a développé une grande campagne internationale pour dénoncer les atrocités de la dictature militaire argentine et lutte plus généralement pour la défense des Droits de l’homme. Dans cet entretien, Francis GELY témoigne également de ses activités avec l’association «Vie Nouvelle» en faveur des réfugiés chiliens, du manque d’information durant la dictature argentine ainsi que de la médiatisation ultérieure. Il évoque le documentaire de Marie-Monique Robin «Escadrons de la mort, l’école française».
  • Frida ROCHOCZ
    Témoignage personnel filmé. Frida ROCHOCZ livre un témoignage très intime sur sa vie. Appartenant à une famille de militants très engagés, elle subit la dictature au quotidien, jusqu’à son exil en 1977. Elle est elle-même arrêtée, puis torturée par méprise. Sa mère l’envoie alors en Hollande, d’où elle rejoint par la suite l’Allemagne, pays de son père, et où elle arrive finalement à changer de nationalité. Alors «européenne», elle finit par s’installer à Paris où elle commence une nouvelle vie. En 1987, elle retourne pour la première fois en Argentine et connaît le besoin de prendre du recul afin de mieux comprendre sa vie. Des années plus tard, elle revient sur les moments douloureux de son histoire, car elle sent alors le besoin de témoigner. Elle conclut cet entretien en parlant de ses enfants et de la question de la transmission d’un tel vécu, de Paris et des réfugiés argentins, de la qualité des institutions françaises et de la démocratie.
  • Julieta HANONO
    Témoignage personnel filmé. L’artiste argentine Julieta HANONO, qui vit aujourd’hui à Paris, fut emprisonnée entre 1977 et 1979 durant la dictature. Des années plus tard, elle trouve le courage de partir filmer le camp d’« El Pozo » et de poursuivre ainsi son travail artistique. Elle parle longuement de son travail puis de son exil et de sa vie en France.
  • Michel GROLLEAUD
    Témoignage personnel filmé. Jeune prêtre ouvrier, Michel GROLLEAUD fait son service militaire à Madagascar et s’engage très vite dans les mouvements internationaux d’Action non-violente après une reprise d’étude à l’EHESS. Il rappelle dans cet entretien les deux principaux évènements qui ont compté dans l’émergence des dictatures : la victoire du castrisme en 1959 et le coup d’état au Brésil en 1964. Il raconte également la naissance de l’agence DIAL (Diffusion de l’Information sur l’Amérique latine), l’importance de la personnalité de son président Charles Antoine, le réseau de correspondants qui se constitue dans tous les pays d’Amérique latine et le rôle qu’a joué l’agence DIAL dans la dénonciation des répressions politiques et les violations des Droits de l’homme. Dans un deuxième temps, Michel GROLLEAUD raconte sa rencontre avec Adolfo Pérez Esquivel et témoigne sur l’arrestation et la détention de celui-ci. Il fait part des conditions dans lesquelles le prix Nobel a été remis à Esquivel, ce qui l’a conduit à être reçu par le Pape, lui permettant ainsi de communiquer plus amplement sur la situation en Argentine. Enfin, Michel GROLLEAUD évoque la pauvreté en Amérique latine et dénonce la responsabilité des Etats-Unis. Il rappelle les grandes forces géopolitiques mondiales depuis 1954 en lien avec l’Amérique latine et la solidarité internationale qui s’est organisée pour venir en aide aux populations.
  • Henryane de CHAPONAY
    Témoignage personnel filmé. Henryane de CHAPONAY s’est impliquée toute sa vie - professionnellement mais aussi personnellement - dans le développement et la lutte sociale à travers les réseaux associatifs catholiques. Le CCFD (Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) dont elle faisait activement partie, mais aussi de nombreuses associations et institutions partenaires, ont mené de multiples actions en faveur des victimes de régimes politiques autoritaires, notamment au Maroc, au Brésil, au Chili et en Argentine. Son profond engagement lui permet une vision critique, géopolitique et économique, sur les conséquences sociales d’une partie de l’histoire de ces pays.
  • Marguerite BILSTEIN et Antoinette LANGLOIS
    Témoignage personnel filmé. Antoinette LANGLOIS et Marguerite BILSTEIN appartenaient au groupe la Fraternité de Foucauld - un groupe de réflexion qui s’inspire de l’Evangile - dont une partie des membres a créé l’association GAS (Groupe Accueil et Solidarité) en 1979. Leurs actions se sont étendues à toute l’Amérique latine, au sud-est asiatique et à l’Afrique. L’engagement de toute une vie pour la défense du droit d’asile leur permet dans cet entretien de témoigner sur l’histoire du développement des associations de solidarité et sur l’ «ouverture au monde» qu’elles ont connue grâce au militantisme.
  • Témoignage personnel filmé. Jacqueline Bedu et Micheline Dartier nous livrent leurs expériences professionnelles dans le secteur de la confection de vêtements pour enfants à Vierzon. Après avoir travaillé à domicile comme couturière pour différentes entreprises, Jacqueline est recrutée en 1962 par la société parisienne Bloch puis en 1974 par la société parisienne Yvelaine pour superviser le travail de couturières à domicile vierzonnaises. Quant à Micheline, après l’obtention d’un CAP Couture, elle travaille au sein des Ets Robinet entre 1961 et 1965 avant d’être recrutée chez « Meyer », une petite confection familiale.
  • "Les Temps de l'Eglise, les cérémonies et les fêtes religieuses", Association des Amis du Pays de Civaux, Civaux, 2014
    Témoignage personnel filmé. Les habitants de Civaux, à travers leurs témoignages, nous rappellent à quel point la vie de la communauté était rythmée par les célébrations des Temps de l'Eglise, des messes, des fêtes et des cérémonies religieuses, habituelles ou exceptionnelles. L'Histoire, dans cette deuxième moitié du XXème siècle, est marquée à Civaux par la venue de Notre-Dame de Boulogne, Reine de France et Vierge du Grand Retour et par la protection du village, symbolisée par la "Vierge du carrefour" qui rappelle le passage des SS après le massacre d'Oradour-sur-Glane. Non moins importants, les saints donnent une identité exceptionnelle aux lieux : l'église de Civaux, placée sous le vocable de saint Gervais et saint Protais et la chapelle de saint Sylvain, guérisseur du mal violet et des furoncles.