Anthropologie de la maladie

4 médias.
  • NGUYEN, Vinh-Kim
    Anthropologie de la maladie. Entretien filmé. Dans cet entretien Vinh-Kim NGUYEN présente la chaire "Anthropologie de la santé mondiale », dont il est directeur. Cette chaire a pour objectif d’interroger la production des inégalités de santé au niveau mondial, et de dégager les processus biologiques et sociaux à l’origine des nouveaux paradigmes de la santé planétaire aujourd’hui. Les enjeux de la santé mondiale sont donc autant politiques que médico-épidémiologiques. L’apport d’une anthropologie de la santé mondiale est triple. Elle permet : 1. Une approche ethnographique des enjeux de santé mondiale sur les terrains de la vie quotidienne, des dispositifs de savoir (essais cliniques, laboratoires, etc.) et des institutions (ONG, fondations etc.) concernés, 2. L’élaboration de concepts et d’outils théoriques permettant de rendre compte des problématiques émergentes qui se trouvent à la frontière du social, du politique, et du biologique (par exemple, la « citoyenneté biologique », « bio-capital », « pharmaceutisation », « souveraineté thérapeutique », etc.), 3. La construction d’une position critique face aux revendications épistémologiques et même ontologiques des biosciences, appuyée sur l’anthropologie des sciences et des technologies biomédicales (« science and technology studies »).
  • Carlo SEVERI
    Anthropologie de la maladie: Anthropologie culturelle. Extrait d'une enquête ethnographique filmée. Cette archive correspond à la troisième séance d'une présentation de Carlo SEVERI, anthropologue, directeur d'études à l'EHESS, sur les Arts de la mémoire. La première partie de cette séance présente le contexte de recherche dans lequel il travaille et plus précisément ici le thème de la mémoire sociale dans les sociétés de tradition orale. Il fait un rappel de la thèse d'Ong et Havelock sur l'oralité et l'écrit, avant de la réfuter et de laisser place, dit-il, à une analyse positive. La seconde partie expose des exemples précis de sa démarche, basés à la fois sur les kunas de Panama dont il est spécialiste et sur la communication musicale chez les Wayᾶpis de Guyane. Plusieurs extraits sonores (Métamorphoses de l'appel du toucan) concluent cette troisième séance.
  • Carlo SEVERI
    Anthropologie de la maladie: Anthropologie culturelle. Extrait d'une enquête ethnographique filmée. Carlo SEVERI a créé une hypothèse de travail centrée sur un contexte ethnographique, en étudiant les chants chamaniques des Kunas de Panama. Son axe de recherche est triple : la fonction, la forme et le contexte d’énonciation, qu’il rattache à la notion de mémoire sociale. La notion de maladie (différents degrés de la folie) définit l’intervention thérapeutique dans les chants chamaniques Kunas, qui révèlent un schéma récurrent dans lequel intervient une explication mythique à travers la figure du «jaguar du ciel». La forme sonore des chants présente un véritable mimétisme avec le langage et utilise des onomatopées pour dialoguer avec les animaux, ce qui pousse SEVERI à dire que cette langue n’est pas d’origine humaine. Severi conclut en expliquant que, dans les nouvelles recherches anthropologiques, c’est la relation qui s’établit à l’intérieur de la tradition entre différents registres sémiotiques, (une communication plutôt sonore que sémantique), qui définit le chant chamanique et non plus l’explication axée sur le schéma narratif.
  • Carlo SEVERI
    Anthropologie de la maladie: Anthropologie culturelle. Extrait d'une enquête ethnographique filmée. Cette archive correspond à la cinquième séance d'une présentation de Carlo SEVERI, anthropologue, directeur d'études à l'EHESS, sur les Arts de la mémoire. Dans la première partie de son intervention, Carlo SEVERI rappelle les objectifs de ce séminaire et les notions abordées dans les séances précédentes. Il présente ensuite le système de parallélisme qui, dit-il, caractérise entre autres l'énonciation chamanique et la technique de la mémoire et de l'imagination. Dans la deuxième partie, il en vient à la communication entre humains et non-humains à travers la relation par le son et l'illustre par des extraits sonores de la pièce du toucan dont il commente en détails la structure.