Géosciences, sciences de la terre

3 médias.
  • SHOOCONGDEJ Rasmi, From (Different) Horizons of Rockshelter, Atelier des Arkéonautes (ADA), n° 1909, 2009 [en ligne]; URL: http://semioweb
    Géosciences, sciences de la terre. Recherche de terrain filmée. Ce documentaire a été réalisé à partir d’un carnet de notes de recherche du projet "Archéologie du haut plateau à Pang Mapha", province de Mae Hong Song (Thaïlande), (Phase 1-2, 2001-2006). Il présente l’ensemble du processus des travaux archéologiques, qui se fonde, d'une façon objective, sur les preuves du passé. Réel travail multidisciplinaire, la recherche des racines de l’homme du haut plateau à l'aide de diverses méthodes aidant à la reconstitution du passé - exploration, fouilles, analyse et interprétation - a été réalisée grâce aux travaux conjoints d'archéologues et d’experts venant de différentes disciplines. L’image interprétée de l’homme, de la société et de l’environnement ancien, ne repose plus dans les ouvrages ou dans les articles académiques. Partant de cette constatation, les archéologues dépassent le processus habituel de la recherche scientifique en reliant le passé à la communauté d’aujourd’hui et créent, dans cette perspective, le projet "La gestion des ressources archéologiques Ban Rai et Tham Lod, Pang Mapha, Mae Hong Son (2006-2008)". Par la suite, des artistes ont été invités dans les villages et sur les sites archéologiques pour imaginer avec la population locale des œuvres artistiques. Cette inspiration, qui peut être comparée à une conversation entre l’archéologie et l’esthétique, a donné naissance au Projet “From (Different) Horizons of Rockshelter” : to Break Down the Methodology of Archeology, Phrase in Anthropology and Spirit in Art (2007-2008) ”. Ce carnet de notes est également à l’origine de l’exposition artistique “From (Different) Horizons of Rockshelter” qui s'est déroulée à Ban Rai, Tham Lod, Pang Mapha, Mae Hong Son et s'est terminée au Princess Maha Chakri Sirindhorn Anthropology Centre et au National Gallery, Bangkok, Thaïlande.
  • DARCQUE, Pascal
    Géosciences, sciences de la terre. Pascal DARCQUE nous présente la discipline archéologique à travers différentes angles. Par exemple, l’analyse comparative des habitats entre l’époque de l’Age de bronze et celle du Néolithique. Il met l’accent sur l’importance de l’évolution constante des questions archéologiques. Quant à la méthodologie, les archéologues doivent faire face à la quantité considérable des données recueillies sur le terrain avant la phrase de l’interprétation. L’utilisation des différentes techniques (dessin, photographie, vidéo) pour les enregistrer et la gestion pour les structurer informatiquement sont ainsi indispensables. Ces phrases d’intervention nécessitent le travail en équipe multidisciplinaire. L’objectif est de mettre en évidence le niveau d’occupation. Et reliant les mobiliers et d’autres éléments de même niveau d’occupation, l’archéologue peut comprendre le mode de vie des gens (usage de différents d’objets, différents d’aménagement) dans une perspective anthropologique, voire tenir un discours interprétatif.
  • Géosciences, sciences de la terre. Reportages audiovisuels. Yves LE BECHENNEC présente l’état du site qui ne possède pas de couche de protection volcanique et est très sensible à l’érosion. Les couches sur lesquelles les ancêtres ont vécu se situent au niveau du bord du chantier ou un peu dessous. La grande partie des données (mobiliers…) sur le site disparues a été consommée par les végétaux. Yve LE BECHENNEC insiste sur l’importance des études tant sur des remblais découverts dans le fossé, creusé par les gaulois, que sur les couches d’occupation. Elles apporteront à l’archéologie, particulièrement à la datation et à la compréhension spatiale du site.