Archéologie

141 médias.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: tremblement; de; terre; habitat; comparative. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • STRAUCH, Ingo
    Archéologie. Conférence filmée. Ingo Strauch présente son projet de recherche sur les manuscrits en Kharosthi, tirés de la collection de Bajaur et la littérature bouddhiste de Gandhara, une région au nord de Pakistan. La conférence, d’une façon méthodique, présente tout d’abord la découverte en 1999 de ces manuscrits et le contexte de son étude. Il procède ensuite par une étude comparative des fragments, vertical et horizontal et les modifications de typologie selon les périodes. Cette étude permet de comprendre l’usage d’une langue, ses permutations, notamment avec l’arrivée du Sanskrit et sa chute.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: Fouille archéologique. Entretien filmé. Jean-François Breton présente brièvement son parcours professionnel et son engagement dans l’expédition de fouilles archéologiques à Shabwha, en Yémen en 1974. Après avoir retracé la chronologie des avancées de recherches archéologiques au Yémen, il expose son double intérêt pour le pays. La cause première est que, à l’inverse de l’Egypte, le Mésopotamie et le Levant, l’Arabie du Sud et le Yémen en particulier est resté longtemps méconnu par les archéologues, dû notamment aux troubles politiques. La deuxième raison est son originalité. Son isolement par rapport aux autres civilisations pose la question de l’influence ou d’isolement total.
  • VAN DEN BOSSCHE, Benjamin
    Archéologie. Conférence filmée. Benjamin Van den Bossche revient sur l’étude de l’organisation des espaces ruraux en Normandie en proposant des méthodologies nouvelles. A partir des sites de Bayeux et Caen il montre en quoi il est impératif de traiter l’espace sur différentes échelles et prélever les grandes tendances de l’occupation du sol diachronique. Grâce aux données archéologiques décapées et les études géographiques, stratigraphiques, zoologique et botanique, il émet des propositions à valeur exploratoire sur l’occupation territoriale du Néolithique au 1er siècle avant notre ère.
  • RILLY, Claude
    Archéologie. Entretien filmé. Claude Rilly présente son parcours intellectuel et scientifique. Son intérêt au méroïtique s’est concrétisé par la suite de ses études en égyptologie. Il nous présente l’histoire de cette langue en comparaison avec les hiérographies égyptiens ainsi que les différentes méthodes (graffito, paléographie) pour construire le corpus d’analyse et déchiffrer le méroïtique. En utilisant les photographies, Claude Rilly nous décrit les sites archéologiques méroïtique, se trouvant principalement au Soudan. L’entretien se termine par ses travaux sur les langues vivantes au Soudan et sur les problématiques de la description de langue.
  • AGOSTINI, Alessio
    Archéologie: épigraphie. Conférence filmée. La Mission Archéologique Italienne, à Baraqish a découvert deux inscriptions dans un nouveau site de Temple B. L’épigraphie de ces deux textes amène Alessio Agostini à établir une chronologie du temple, ses principaux acteurs, notamment le dieu auquel il est dédié. En comparaison avec les fouilles du Temple de Nakrah, non loin du deuxième site, il établit des rapports entre les inscriptions lapidaires trouvées sur les deux sites. Par ailleurs, les termes architecturaux cités dans le texte permettent de réfléchir à la construction même du temple. Ainsi il met en corrélation, une étude épigraphique et une étude architecturale, qui permettent de se justifier. La discussion prolonge le débat sur ces terminologies, notamment sur le terme de « shibâm », qui a plusieurs significations.
  • LORETO, Romolo
    Archéologie: fouille. Conférence filmée. La Mission Archéologique Italienne mène une nouvelle expédition de fouilles au « Grand Temple », à Tamna, Yémen, suite à laquelle des nouvelles données viennent vérifier les hypothèses par rapport à la chronologie et la fonction du lieu. Romolo Loreto procède par une description architecturale et architectonique des deux édifices, A et B, qui composent le TT1. Grâce aux comparaisons avec les trouvailles d’autres expéditions et d’autres bâtiments dans la même région, à savoir le temple Athirat, il établit une nouvelle interprétation du lieu. La similarité du style des escaliers et du puits avec celui du temple Athirat le date entre IVe siècle avant Jésus Christ et Ier siècle après Jésus Christ, contre l’hypothèse initiale qui le datait du VIIe et VIIIe siècle avant Jésus-Christ. Par ailleurs, la présence d’autels et de puits confirme le l’hypothèse selon lequel il s’agit d’un temple et non un palais.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: ethnologie; agricole. Entretien filmé. La première question incitée par l’étude de la civilisation sudarabique est celle de l’agriculture, et notamment celle de l’agriculture irriguée. Dès le IIIe millénaire, se dégagent deux types d’agricultures selon les milieux différents : une agriculture en marge du désert qui dépend des orages annuels et une agriculture de montagne, cette dernière étant la plus sophistiquée. Les agriculteurs ont su utiliser les crues violentes des montagnes pour créer des oasis dans lesquels peuvent se construire des établissements urbains.
  • MULTHOFF, Anne
    Archéologie: paléographie. Conférence filmée. A la lumière des textes trouvés à la capitale du royaume de Saba, Anne Multhoff mène une nouvelle approche à la législation de l’époque. Le corpus dénommé RES 3959 est divisé en deux sections, la première dont la traduction est claire et la deuxième qui reste problématique. Elle tente une nouvelle traduction, en soulignant d’abord les incohérences puis insérant ses propres interprétations.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie. Cours filmé. Les données démographiques écrites couvrent essentiellement les quelques derniers siècles. Depuis la sortie d’Afrique d’Homo ergaster – notre ancêtre humain direct – et son expansion géographique en Eurasie vers 1,8 millions d’années, jusqu’aux périodes sub-actuelles, il n’existe aucune donnée pour reconstruire 99,99 % de l’histoire démographique des êtres humains, qui soit interprétable avec les outils traditionnels de la démographie. Pourtant les principales théories démographiques existantes, de Malthus à Boserup (et leur mélange), exigent des temps (très) longs pour pouvoir valablement être testées. Pour reconstruire cette histoire, on doit donc faire appel à d’autres sources que les données écrites et à d’autres techniques que les techniques courantes des démographes. L’information fournie par les données archéologiques et leurs modèles d’interprétation deviennent alors incontournables. Avec la question : « Faire de la démographie avec quoi et comment ? », deux grands thèmes seront abordés cette année : 1) Les données paléodémographiques, représentées par des distributions spatio-temporelles : i) de vestiges archéologiques (sites, dates 14C, outils, urbains), ii) de squelettes par âge de nécropoles ; 2) L’inférence démographique à partir des distributions des données et leurs densités. Comment remonter des données aux paramètres démographiques générateurs ?
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie. Entretien filmé. Les fouilles à Shabwa ont permis de découvrir un grand nombre de bâtiments dont la nature a été débattue par différentes théories historiques. Deux sources contradictoires amènent à penser d’une part, sur la base des fouilles de l’Armée britannique en 1936, qu’il s’agit de nécropoles et d’autre part en suivant la source antique, de lieux de cultes. Selon la deuxième théorie , les sous-bassement correspondraient à la fondation des maisons. Les études de ces vestiges, ainsi que le palais royal de Shabwa permet de reconstituer d’une façon précise l’architecture du Yémen antique et les solutions originales qu’elle apporte.
  • Francisco TELLEZ CANCINO
    Archéologie. Recherche de terrain filmée. En el Norte de Chile se encuentran sitios arqueológicos relacionados con la minería y la metalurgía pre y post hispánica. Francisco I. Tellez Cancino, director del museo regional de Iquique (Chile) propone una charla para exponer los descubrimientos arqueológicos y las escavaciones de la región.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. Albena Milanova revient sur les facteurs de dévastation de la région Nord-Est de la Bulgarie, en les rattachant à la première campagne russe de Sviatoslav en 968. La guerre russo-byzantine a eu lieu sur le territoire bulgare, mais tant dis que les sources écrites bulgares attestent que les destructions sont de la faute des Byzantins, ces-derniers les renient. En effet, la Byzance considérait le Bulgare comme partie intégrante de l’Empire et leur but est la reconquête de ce territoire perdu plus que du pillage.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie. Entretien filmé. Le projet de l’Atlas diachronique est un projet inabouti qui avait l’ambition de réunir toutes les données archéozoologiques pour en constituer une base de données et une carte de présence/absence des espèces. Sa préoccupation est d’abord patrimonial, autant sur le plan culturel que naturel. Or, au bout de trois ans, à cause de changement de directions au sein du CNRS et du manque de financement, Jean-Denis Vigne a dû adapter le projet sous d’autres formes. Récemment, il mène un projet semblable mais concernant seulement le tiers-nord de la France. Or, le groupement animal s’ouvre vers tous les vertébrés et le projet cherche à intéresser les anthropologues et les Ministères de la Culture et de l’Environnement.
  • MARX, Michael
    Archéologie: paléographie. Conférence filmée. Michael Marx présente son projet Corpus Coranicum en collaboration avec Angelika Neuwirth et Nicolai Sinai. Soutenu par l’Académie des Sciences Humaines de Berlin-Bradenburg, le projet, crée en 2007 est une tentative de développement d’une meilleure compréhension du Coran par l’Occident. Le travail est divisé en trois sections : la documentation textuelle à partir de laquelle sont créées des base de données, l’intertexte ou la mise en contexte des passages du Coran avec les autres textes contemporains et enfin le commentaire littéraire. Se concentrant principalement sur les deux premières sections, Michael Marx retrace l’histoire de ce type d’approche, initiés par de grands érudits comme Bergsträss ou Nöldeke puis présente quelques exemples de recherche, notamment la traduction de l’expression « Ukht Hârûn » qui se réfère à Mariam, sœur de Moïse et Marie, mère de Dieu. Ses études amènent deux dichotomies principales : l’héritage judéo-chrétienne face à celui d’islam et l’époque de Jahilya, où l’époque avant le Coran qui contredit l’existence de l’Antiquité Tardive. Ce sont des résultats du caractère fragmentaire de disciplines dans les études orientales qui n’adhèrent pas à une vision cohérente.
  • Carole FRARESSO, Nicolas GOEPFERT et Véronique WRIGHT
    Archéologie. Recherche de terrain filmée. L’histoire des Moche est divisée en plusieurs périodes, caractérisées par le style artistique qui les accompagnent, notamment la céramique et le travail métallurgique. Evaluée entre le Ier siècle après JC, jusqu’au VIIIe siècle, déclin de la culture Moche, une grande partie de l’histoire de ce peuple a pu être retracée grâce aux fouilles archéologiques de plusieurs sites dont la huaca de la Luna. Il s’agit d’une pyramide à degré, pendant de la huaca del Sol, toutes deux inachevées, construites en adobe, distantes d’environ 400 mètres et entre lesquelles se trouvait la principale cité Moche. Les fouilles archéologiques de la huaca de la Luna ont permis de révéler l’évolution de la culture Moche et notamment le rôle religieux et rituel de celle-ci. Les Moches étaient également des artisans céramistes et métallurgistes dont les techniques élaborées ne cessent d’intéresser les archéologues. Avant la fin du XIXe siècle, les diverses empreintes laissées par les Moches étaient attribuées aux Chimú et ce n'est qu'en 1898 et 1899 que Max Uhle, archéologue allemand, en fouillant les huaca del Sol et de la Luna, finit par identifier une culture distincte des autres cultures pré-colombiennes. À la fin des années 1920, l'archéologue péruvien Julio Tello proposa d'appeler cette civilisation la civilisation Moche ou Mochica, en référence à l'ancienne langue parlée sur la côte nord du Pérou, le Muchik. Les fouilles aux alentours de la huaca del Sol et surtout la huaca de la Luna se poursuivent aujourd'hui bien que les bâtiments aient été partiellement recouverts par le sable au fil des siècles. Les recherches avaient commencé par le sommet des temples et s'effectuent de palier en palier vers la base. Aujourd'hui les temples sont menacés par le phénomène El Niño. Les trois archéologues, Carole FRARESSO, Véronique WRIGHT et Nicolas GOEPFERT exposent dans ce colloque l’avancée de leurs recherches sur les pratiques rituelles et artistiques des Mochicas.
  • YULE, Paul
    Archéologie: datation; chronologie. Conférence filmée. Dans la conférence, Paul Yule met en lumière la difficulté d’établir une chronologie à Zafar, capitale de Himyara, suite à la découverte d’une figure couronnée, sur la façade de l’édifice. Il compare différentes écoles stylistiques ainsi que les données iconographiques, le menant aux sources de l’art byzantin, greco-romain et judéo-chrétien. La pluralité des références, ainsi que les couches de l’édifice provenant de différentes époques résistent à une chronologie exacte. En conclusion, il limite l’élaboration des figures à une période de 502 à 540 CE. Lors de la discussion, plusieurs avis divergent, ainsi il existe encore des incertitudes par rapport à ce sujet.
  • MALRAIN, François et MARECHAL, Denis
    Archéologie. Conférence filmée. Les travaux de fouilles et de décapages dans les espaces ruraux de la vallée de l’Oise du Néolithique au temps moderne révèlent une occupation intense du sol. Quoiqu’il y a peu de données avant la Tène, le décapage et le développement de l’agglomération permettent une étude plus approfondie du site de la Tène et de la période gallo-romaine. A travers des données géologiques, carpologique, archéozoologique, François Malrain et Denis Marecham avancent des hypothèses d’occupation spatiale. Le site de Verberie témoigne notamment d’une organisation rationnelle de l’espace.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. A la question sur la période de la décadence de l’Empire byzantin, Albena Milanova éclaircit les chronologies incertaines grâce à la base de matériaux riche et diversifiée. Elle s’interroge sur l’évolution du peuplement après l’invasion byzantine et son influence sur l’habitat. Les XIe et XII siècles dans l’histoire byzantine est peu valorisée car le pays n’existe pas en tant que tel, mais ils forment une problématique intéressante sur l’interaction entre la culture dominante byzantine et ses provinces. A travers l’étude de l’habitat et de la chronologie, Albena Milanova tente de répondre à la question si les provinces bulgares ont pu suivre la même évolution que l’Empire byzantin.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. En conséquence de la désertion de la région Nord-Est du pays, la région du Sud connut un fort peuplement, grâce à la migration des habitants du Nord-Est, à la fin du Xe et à la première moitié du XIe siècle. Il y a une concentration dans le bassin sub-balkanique, la région de la Thrace et les plaines occidentales. Le Sud étant la zone frontalière entre la Bulgarie et la Byzance, la politique byzantine en fait un territoire sécurisée, non-attrayant pour les tribus barbares aux dépens de la région du Nord-Est. En outre, des réseaux vastes d’habitats non-fortifiés se sont installés à l’Ouest du territoire. On observe ainsi un exode interne au pays.
  • CLESSE Joel, LE BECHENNEC Yves, MICHEL Geneviève, ROLLAND Joëlle, RIVOAL Stéphane, SERRANO Liney
    Archéologie. Documentaires et reportages. La direction des archives de la ville de Pantin et le bureau de l'archéologie du conseil général de la Seine-Saint-Denis se sont associés pour lancer un protocole d'expérimentation scientifique et tenter de comprendre la méthodologie de fabrication de bracelets en verre à l’époque gauloise. Cette expérimentation a été organisée sous la direction scientifique d’Yves Le Bechennec, après les travaux de fouilles effectués à Pantin depuis 1996. Plusieurs techniques de fabrication ont été mises en application : la technique indienne (formation d’un anneau de verre sur un cône de terre cuite et pose d’un cordon de verre chaud cueilli dans le four sur un anneau élargi sur cône), la technique népalaise élargissement d’une perle aux ferrets) ainsi qu'une technique spécifique (enroulement du verre sur cylindre et estampage) proposée par les verriers. En outre, l’équipe nous montre également l’utilisation du four à bois pour cette fabrication, permettant aux verriers de travailler au plus près de la source de chaleur. Cette expérience nous a appris enfin que la fabrication de ces bracelets pendant la protohistoire fut une production de masse et que les ateliers de fabrications possédaient parfaitement la maîtrise du feu. Nous remercions tout particulièrement la ville de Pantin qui nous a gracieusement autorisé la diffusion de ce film ainsi que Madame Geneviève Michel, conservateur du patrimoine, pour sa coordination.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: interprétation; squelette; nécropole. Entretien filmé. En poursuivant son idée sur les données non-conventionnelles de la paléodémographie, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL propose plusieurs niveaux d’interprétation de ces données. Tout d’abord, à partir des données archéologiques, comme la distribution des squelettes dans les nécropoles permet de reconstruire la somme d’âge individuelle des squelettes mais de point de vue démographique, il est plus intéressant d’en extraire une information sur la distribution globale. Cet aspect technique du travail du démographe amène à la confusion des échelles de valeurs. Sa démographie rapproche plus des sciences naturelles que la sociologie et les facteurs culturelles du dynamisme démographique.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie. Entretien filmé. Venceslas Kruta définit le contexte dans lequel ont évolué les études celtiques. Des années 60 à 70, il y a eu un moment de vide car le domaine a été considéré comme établi et les spécialistes ont tombé lors de la Première Guerre Mondiale. La recherche officielle de la France était alors la Gaule Romaine. Or, Venceslas Kruta propose un cours intitulé « Protohistoire de l’Europe », une vision inscrivant les Celtes dans le contexte européen et remet ainsi en cause le concept d’Antiquité nationale.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: démographie; éthnologie; géographie; chronologie. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel élabore l’autre exemple de marqueur populationnel, qu’est la base de données des dates du le carbone 14, marquant la contraction de la métapopulation néanderthalienne et l’expansion des hommes modernes en Europe. A partir de la procédure géostatistique, il reconstruit le continuum des variables, en établissant la date minimum de la présence des Néanderthaliens et la date maximum de l’apparition des hommes modernes. Les cartes ont permis d’extraire des isochrones, afin d’étudier les progressions chronologiques de la dynamique populationnelle. On observe une durée de « co-occurrence » où les deux métapopulations s’observent. Cette étude permet de faire un graphique sur le taux d’accroissement estimé par la variation chronologique de la taille des aires, où on observe une montée progressive des hommes modernes et la disparition des Néanderthaliens. Enfin, Bocquet-Appel termine par montrer la future base de données, s’étendant dans les aires plus larges, suivant 833 dates du carbone 14.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: démographie; éthnologie; géographie; chronologie. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel élabore l’autre exemple de marqueur populationnel, qu’est la base de données des dates du le carbone 14, marquant la contraction de la métapopulation néanderthalienne et l’expansion des hommes modernes en Europe. A partir de la procédure géostatistique, il reconstruit le continuum des variables, en établissant la date minimum de la présence des Néanderthaliens et la date maximum de l’apparition des hommes modernes. Les cartes ont permis d’extraire des isochrones, afin d’étudier les progressions chronologiques de la dynamique populationnelle. On observe une durée de « co-occurrence » où les deux métapopulations s’observent. Cette étude permet de faire un graphique sur le taux d’accroissement estimé par la variation chronologique de la taille des aires, où on observe une montée progressive des hommes modernes et la disparition des Néanderthaliens. Enfin, Bocquet-Appel termine par montrer la future base de données, s’étendant dans les aires plus larges, suivant 833 dates du carbone 14.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: démographie; démodynamique. Cours d'enseignement supérieur filmé. En s’appuyant sur un certain nombre d’hypothèses, Jean-Pierre Bocquet-Appel questionne l’utilisation des données archéologique, dynamique géographique et écolo-démographique dans la distribution spatio-temporelle de la métapopulation. Les vestiges archéologiques permettent de deviner la densité de la population, or il faut en déduire le processus générateur. Le point central de l’argument est la relation linéaire dans les différentes périodes, un constant qui permettrait de mesurer les variations démographiques. Il termine par présenter des avantages et inconvénients de la distribution des sites archéologiques.
  • BENARD, Clare
    Archéologie. Conférence filmée. Claire Benard mène une réflexion diachronique, du Néolithique au temps moderne sur les sites ruraux du plateau de Saclay, mettant en évidence l’évolution et les transformations par périodes de l’occupation des terroirs.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: commerce; cultivation. Entretien filmé. Jean-François Breton apporte plus de précision sur le commerce de l’encens et sa concentration dans la région sudarabique, due à son climat favorable. Les plantes de l’encens se trouvent dans les franges désertiques, sur les côtes de la Mer Rouge. L’Egypte a fait plusieurs tentatives d’acclimater les plantes à leur milieu. A la moitié du IIe millénaire, ils importent les plantes d’encens, or leur exploitation est sans succès car le climat d’Egypte n’est pas propice à la culture. Le Proche-Orient connait d’autres types d’encens que ceux commercialisés par l’Arabie du Sud. Le commerce prend fin à la fin de l’Antiquité.
  • CINQ-MARS, François
    Archéologie. Conférence filmée. François Cinq-mars soulève la problématique des conséquences de l’exploitation minière sur le paysage et l’urbanisme, notamment à Thetford Mine, Canada. Les nouveaux projets d’aménagements ont débuté en 2000, proposant de transformer les terrils en dunes de sable, construire du Land Art, construire une téléphérique… Le Musée minéralogique de Thetford Mines en fait sa mission de conserver le patrimoine et d’améliorer les conditions de vie dans la région minière.
  • DUMONT, Gérard
    Archéologie. Conférence filmée. Selon Gérard Dumont, le paysage pose les problèmes de la sélectivité du regard, la subjectivité du point de vue, soit « noir » donc négatif, soit « vert », positif. En partant du postulat que le paysage est avant tout une représentation, il retrace l’évolution historique du paysage dans le Bassin Minier, à Valencienne, surtout dans notre perception, relayée par les œuvres d’art et écrites pour se généraliser au XXe siècle dans les cartes postales et les photographies. Les éléments constitutifs du paysage minier sont hérités de cette époque : le chevalement et le terril.
  • SEGUIER, Jean-Marc
    Archéologie. Conférence filmée. Jean-Marc Seguier fait une esquisse de son étude sur l’évolution et l’exploitation rurale dans les vallées fluviales en prenant comme exemple le confluent Seine-Yonne de la Tène ancienne à la fin de l’Antiquité. Cette problématique lui permet de comprendre comment les communautés rurales s’insèrent dans un milieu naturel particulier. Grâce à une analyse globale et diachronique, il relève des formes diverses d’occupation de l’espace par périodes.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. La deuxième vague de peuplement selon Albena Milanova s’est constituée dans le développement rural sous le règne de l’empereur byzantin Manuel 1er Comnène. La stabilité politique et la condition climatique favorable ont contribué à la mise en valeur des grandes propriétés monastiques et aristocratique dans les territoires du Nord. Tandis que le Sud est habité par la noblesse byzantine, le Nord est délaissé à la seule culture des terres de cette dernière. A cette initiative, les campagnes connaît un épanouissement, comme le témoigne les actes de monastère ainsi que la découverte des sceaux privés, témoignant d’une correspondance entre le propriétaire et leur intendants. La proposition d’Albena Milanova réfute l’axiome historiographique précédemment établi selon lequel la noblesse ne contribuait pas au développement rural.
  • Dirección General de Escuelas Gobierno de Mendoza, UNCuyo
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. Los arqueólogos consideran que es posible delimitar geográficamente los procesos culturales que surgieron en los milenios anteriores a la llegada de los europeos, sobre todo de la región mácercana a la cordillera, el actual San Juan, norte y centro de mendoza (subárea Centro-Oeste Argentina). Con el nombre de precerámico se conoce en américa al período máantiguo en el que habitaban cazadores y recolectores nómades, eventualmente agricultores incipientes.
  • SCHWARTZ, Dominique
    Archéologie. Conférence filmée. Dominique Schwartz présente les résultats récents de l’étude des paysages d’enclos, très peu connu en Alsace. Les premiers travaux ont débuté à Osenbach à partir de 1998. Il pose un certain nombre de question sur l’extension de cet écosystème, leurs activités et leur âge. Afin d’y répondre, il met en place des méthodes allant de la cartographie simplifié aux relevés laser et spectrométrie, qui permet de relever les grandes structures d’enclos à l’échelle régionale. Les résultats étant encore fragiles, Dominique Schwartz n’avance que des hypothèses.
  • MEILLIEZ, Francis
    Archéologie. Conférence filmée. La particularité de la région du Nord/Pas-de-Calais exige un aménagement territorial durable. Francis Meilliz relève le fait qu’il y coexiste deux types de terrains : une partie rocheuse très perméable à l’eau et une partie peu perméable. La partie perméable située en amont du bassin minier subit des inondations périodiques qu’il va, à l’inverse des politiques régionales, essaie d’intégrer car elles apportent des éléments de sédimentation et améliorent les terrains. A la suite des études, des solutions sont proposées par le conférencier.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: art; culture. Entretien filmé. En s’appuyant sur trois exemples concrets, Venceslas Kruta explique comment l’appropriation des styles grecs et étrusques par les Celtes témoigne d’une forme de pensée particulière chez les Celtes. D’abord, le thème de la frise de fleur de lotus a été adapté en double feuilles de gui, plante vénérée chez les Celtes, répondant ainsi à leur culte. L’assemblage de signes, comme le motif du cheval à tête d’homme en divinité solaire révèle une pensée cohérente. Enfin, on retrouve cette appropriation dans l’urbanisme. Le plan de la ville celtique est calqué sur le plan de la ville gréco-romaine.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie. Entretien filmé. Sur l’extension géographique des fouilles archéologiques sur une bonne partie de l’Europe se superposent un fondement identitaire commun. En effet, les Celtes comprenaient vingt-deux pays d’Europe, du Sud de Portugal et d’Espace aux Carpates et à la limite méridionale des Plaines du Nord. Ils composent le deuxième marqueur ancestrale de la population tchèque après les slaves, suivant une étude des généticiens tchèques. L’importance de la racine celtique en Europe doit être reconnue. En France, c’est la nostalgie de la Gaule, motivation politique, qui favorise les recherches.
  • LUNDSTROM-BAUDAIS, Karen
    Archéologie. Conférence filmée. Karen LUNDSTROM-BAUDAIS fait une présentation de chaque type de meule encore en usage au nord-ouest du Népal, soulignant leur fonction social dans une société agraire importante.
  • FLEISCHER, Robert
    Archéologie: iconographie. Conférence filmée. Divisée en trois sous-parties, la conférence se concentre sur la question de figures de bronze découvertes sur le site de Jabal al’-Awd, par le DAI. La première partie concerne les statues importées d’Egypte, ma deuxième, de l’Empire Romain et enfin, la troisième concerne la production locale. Cette dernière est caractérisée par un moulage en creux, le noyau gardé à l’intérieur des figures et un moulage séparé des différentes parties. Des analyses comparatives ont permis d’établir les lieux de provenance de ces figures, ainsi que leur datation. Or, Deux statues de femme restent cependant inclassables parmi les trois lieux de productions. De plus, le caractère hétérogène des objets trouvés dans un seul lieu posent la question du pourquoi les trouve-t-on ainsi réunis. En se basant sur les hypothèses formulées par Sabina Antonini, se dégagent trois possibilités : soit face à l’invasion des Ethiopiens, les indigènes ont voulu mettre leur trésor dans un lieu sûr, soit la collection est un butin de leurs propres guerres, ou encore les Ethiopiens ont collecté leur butin après l’invasion mais n’ont pas pu les transporter. Le conférencier soutient la deuxième hypothèse comme la plus valable.
  • ROBIN Christian Julien
    Archéologie. Au cours de cet entretien, Christian Julien ROBIN discutera autour des « Journées sabéennes » qu’il a mis en place officiellement depuis 1993 et qui ont lieu régulièrement chaque année depuis 2000. Il reviendra ensuite sur son parcours académique et nous apprendrons pourquoi et comment il a appris les langues sémitiques, l’arabe, et s’est spécialisé en philologie, en archéologie en dans les pays de la péninsule arabique, notamment le Yémen puis l’Arabie Saoudite. Il discutera aussi de son travail de recherche sur les inscriptions dans les vestiges de l’époque de la haute antiquité et de la naissance de l’Islam. La période de la naissance de l’Islam et ses premiers siècles seront aussi discutés puisque c’est une période qu’il étudiait encore à la date de l’entretien. En effet, il cherche à comprendre qu’est ce qui a fait que l’Islam a dominé cette région du monde alors que la religion n’y était pas prédisposée.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. Albena Milanova présente son projet de fouilles archéologiques qu’elle mène sur les périphéries du monde byzantin, en particulier en Bulgarie. Partagées sur deux sites, la ville médiévale de Veliki Preslav et la vallée de Maritsa, les fouilles permettent de comprendre les tendances latentes du centre de l’Empire Byzantin par l’architecture, l’urbanisme, les objets de la vie quotidienne. La datation entre VIIe et XIe puis de XIIe siècle est privilégiée par l’Etat car les deux périodes étaient les périodes hégémoniques de la Bulgarie, indépendante de la domination byzantine. Or, Albena Milanova en souligne l’importance de cette domination et son héritage sur la culture méconnue de la Bulgarie médiévale.
  • SHOOCONGDEJ Rasmi, From (Different) Horizons of Rockshelter, Atelier des Arkéonautes (ADA), n° 1909, 2009 [en ligne]; URL: http://semioweb
    Archéologie. Recherche de terrain filmée. Ce documentaire a été réalisé à partir d’un carnet de notes de recherche du projet "Archéologie du haut plateau à Pang Mapha", province de Mae Hong Song (Thaïlande), (Phase 1-2, 2001-2006). Il présente l’ensemble du processus des travaux archéologiques, qui se fonde, d'une façon objective, sur les preuves du passé. Réel travail multidisciplinaire, la recherche des racines de l’homme du haut plateau à l'aide de diverses méthodes aidant à la reconstitution du passé - exploration, fouilles, analyse et interprétation - a été réalisée grâce aux travaux conjoints d'archéologues et d’experts venant de différentes disciplines. L’image interprétée de l’homme, de la société et de l’environnement ancien, ne repose plus dans les ouvrages ou dans les articles académiques. Partant de cette constatation, les archéologues dépassent le processus habituel de la recherche scientifique en reliant le passé à la communauté d’aujourd’hui et créent, dans cette perspective, le projet "La gestion des ressources archéologiques Ban Rai et Tham Lod, Pang Mapha, Mae Hong Son (2006-2008)". Par la suite, des artistes ont été invités dans les villages et sur les sites archéologiques pour imaginer avec la population locale des œuvres artistiques. Cette inspiration, qui peut être comparée à une conversation entre l’archéologie et l’esthétique, a donné naissance au Projet “From (Different) Horizons of Rockshelter” : to Break Down the Methodology of Archeology, Phrase in Anthropology and Spirit in Art (2007-2008) ”. Ce carnet de notes est également à l’origine de l’exposition artistique “From (Different) Horizons of Rockshelter” qui s'est déroulée à Ban Rai, Tham Lod, Pang Mapha, Mae Hong Son et s'est terminée au Princess Maha Chakri Sirindhorn Anthropology Centre et au National Gallery, Bangkok, Thaïlande.
  • COLLINS, Edward
    Archéologie. Conférence filmée. Edward Collins propose une vision historique sur l’évolution de la production alimentaire. Travaillant sur les aspects opérationnels et techniques de la production alimentaire, la question se situe au niveau du système alimentaire. L’étude de la graine, son acheminement jusqu’à la table a été l’objet de recherches. La consommation de la graine par rapport à la géographie révèle le motif de l’utilisation des moulins de meules en Europe, qui s’adapte à de différents types de graine. Dans les moulins à eau, l’interdépendance de meule française et anglaise permet de travailler les qualités différentes de graine. A partir du XIXe siècle le Royaume-Uni privilège les meules industrielles afin de produire en plus grande quantité. Or, l’importation de graines dures au XXe siècle fait des dégâts sur les meules, obligeant les meuniers à trouver un nouveau type de pierre. Ils ont du abandonner les meules traditionnelles pour de nouveaux mortiers qui permettent de séparer les graines des germes.
  • ANATI, Emmanuel
    Archéologie: paléoethologie; anthropologie des religions. Entretien filmé. Emmanuel Anati retrace dans cet entretien son parcours professionnel qui l’a attiré vers l’étude de la montagne Har Karkom, dans le désert Néghève en Israël. Vingt-quatre ans de recherche le mène à conclure que la montagne est celle decrite dans la Bible, pendant l’épisode de l’Exode, nommé le Mont Sinaï. Pour confirmer sa théorie, il fait des analyses topographiques de la Bible mais aussi des textes égyptiens qui le permet de retracer l’itinéraire de l’Exode. Or, une donnée géologique du lieu, considéré comme aride et invivable à l’époque de l’Exode selon la Bible ; l’oblige à reconsidérer la datation de l’Exode, qui serait, selon lui situé au IIIe millénaire avant Jésus-Christ. Suite à la découverte de nombreux sanctuaires et des objets d’art rupeste, il est possible que la montagne ne soit pas le lie de culte priviliégé des Hébreux mais de peuples avant eux.
  • Jean-François BRETON « Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av
    Archéologie. Entretien filmé. Jean-François Breton, Directeur de recherche au CNRS, nous présente dans cet entretien, l'état des connaissance archéologiques concernant les cultures sudarabiques, dont l'une des plus connues est à l'origine du royaume de Saba. Fort de 30 d'expérience, il aborde les principaux sites qu'il a étudié comme Shabwa. Le climat d'Arabie du sud est tel que la problématique de l'eau était au centre au de la vie en société, non seulement les différentes techniques d'irrigations étaient extrêmement développé, mais les villages eux-mêmes s'organisaient par oasis.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: démographie. Cours d'enseignement supérieur filmé. Pour introduire son cours sur les distributions spatio-temporelles de marqueurs populationnels, Jean-Pierre Bocquet-Appel met en place la problématique générale et le plan du cours. Il explique les concepts et mots clés comme distribution spatio-temporelle, patron géographique, marqueurs populationnels et données génétiques. Les problèmes posés par une interprétation démographique des données archéologiques sont tout aussi de nature intellectuelle que factuelle. Une confusion entre objets d’études, à savoir la catégorie de nécropoles et celle de la paléodémographie, une stagnation dans la découverte des sites archéologiques et les interprétations contradictoires des données génétiques demandent une clarification.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. La deuxième forte vague de désertion de la région Nord-Est est due à une série d’invasions répétitives par les tribus Petchenègues de 1030-1050 d’une fréquence annuelle. La Byzance installe ces tribus nomades de 800 mille personnes dans ce territoire. Aux XVe et XVIe siècles, les sites fortifiés sont complètement abandonnés pour un nouveau mode de peuplement autour des axes principaux de communication, à savoir le Danube, la Mer Noire et le Près-Balkan.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie. Entretien filmé. Jean-François Breton prend l’exemple du royaume de Saba pour comprendre l’organisation de la société yémnite en rapport avec son territoire. Il en donne la défintion comme étant une collectivité humaine unie par un culte et un territoire, en occurrence, l’oasis. La société se repose donc sur une organisation vitale de gestion d’eau, ainsi pourrait-on la rapprocher à une société hydraulique. Or, le cas particulier de l’Arabie de Sud est que les sociétés tribales s’organisent entre-eux sans pouvoir f édérateur. En revanche le royaume de Saba entretient par périodes un rôle de domination par rapport aux autres royaumes. Le progrès technique du système d’irrigation est le problème central de ces sociétés. Trois thèses ont été proposées sur la solution adoptée : soit les habitants ont construit des canaux pour ramener de l’eau en amont, en sachant que les structures sont fragiles, soit ils ont surbaissé le niveau des champs, soit, telle la solution leguée à Saba, ils ont construits des digues pour soulever l’eau au niveau des champs. Ces différentes thèses sont au cœur du débat entre les historiens et archéologues.
  • MARCIGNY, Cyril
    Archéologie: paléoenvironnement. Conférence filmée. Cyril Marcigny fait une présentation de plusieurs modèles de fermes de l’âge de Bronze, en Normandie autour du littoral de la Manche, notamment la ferme de Nonant et de l’île de Tatihou. Il confronte cette dernière au système parcellaire de la Manche-Mer-du-Nord, un système qui dépasse celui connu en France. L’étude est encore incomplet, la raison pour laquelle le système des parcellaires a pris fin reste inconnue, ainsi il va falloir s’ouvrir vers d’autres disciplines par exemple, la géographie afin d’avoir une lecture plus enrichissantes.
  • LABUDA, Jozef
    Archéologie. Conférence filmée. Jozef Labuda présente l’évolution du paysage de la région minière de Banska Štiavnica, en Slovaquie, depuis ses premières exploitations par les Celtes au IIIe siècle avant Jésus Christ jusqu’à la réhabilitation du paysage au XXe siècle. Connue comme « la ville de l’argent », Banska Stiavnica connait une extraction minérale intensive, aboutissant à la construction de nombreuses fonderies et à la découverte de nouvelles méthodes d’extraction. Réservoir de main d’œuvres, elle permet un nombre important de constructions romanes, au XIIIe siècle, puis gothiques et baroques. Or, vue sa forte dépendance au bois, la région connait une forte déforestation, suite à laquelle un système de gestion d’eau a été inventé afin de trouver une autre source d’énergie. Lors de XIXe et XXe siècles, une baisse en extraction minière, permet une reforestation. Ainsi un paysage industriel a su se reconvertir.
  • BLANCQUAERT , Gertrude
    Archéologie. Conférence filmée. Gertrude Blancquaert dresse un portrait exhaustif de l’occupation territoriale du Nord/Pas-de-Calais, au second âge de Fer, en particulier dans la région de Dourges. D’une perspective culturelle et naturelle, l’environnement rural connaît une occupation dense et homogène. Grâce aux données archéologiques, géomorphiques, paléoenvironnementales et archéozoologiques, Gertrude Blancquaert analyse l’aménagement de l’espace rural.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie. Entretien filmé. Le sujet de la colonialisation de l’Europe par le rat noir est encore débattu aujourd’hui. Différentes chronologies sont proposées pour son arrivée en Europe entre le Ier, le IIe ou encore le IIIe millénaire avant Jésus-Christ. En collaboration avec Frédérique Audoin-Rouzeau, Jean-Denis Vigne a tenté à travers différentes approches de suivre la progression de cette espèce devenue commensale.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie. Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL élabore la question de la démographie spatiale. A l’inverse des données agrégées, cette technique permet de reconstruire la variation des données en tout point sur une carte. Paru dans le supplément « The Population », il met au point un outil afin de quantifier la vague de la chute de la fécondité en Europe du XIXe au XXe siècles et l’expansion spatiale de la contraception au Royaume-Uni. Or, en essayant de transposer la méthode en Inde, il échoue à cause de manque de variables. Le problème pour l’Inde se situe au niveau de la relation entre population et religion, et non des aspects quantifiables.
  • KOWALEWSKA-MARSZALEK Hanna
    Archéologie: Archéologie ; Histoire de l'homme ;. Entretien filmé. Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK est archéologue et travaille en tant que documentaliste experte à l'Institut d'Archéologie et d'Ethnologiede l'Académie Polonaise des Sciences de Varsovie. Ses travaux de recherche sont axés sur l'habitat néolithique. Elle s'intéresse plus particulièrement à l'analyse spaciale, fonctionnelle et écologique des sites d'habitat, à la reconstitution des structures de ces derniers dans le cadre de leur milieu naturel ainsi qu'aux pratiques funéraires de la préhistoire. Dans le cadre de son travail de terrain, elle a effectué de nombreuses fouilles mais s'est tout particulièrement consacrée à la prospection du cimetière néolithique situé sur le Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), site qu'elle a découvert en 1980 et dont elle poursuit l'étude. Après avoir évoqué son parcours scientifique, Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK revient sur les structures d'habitat et l'organisation de l'espace des différentes civilisations du Néolithique en Europe centrale et en France. Elle décrit ensuite les fouilles du cimetière du Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), qu'elle dirige depuis 1980. Le site présente des structures d’habitats différentes car il a été utilisé du Néolithique jusqu'au début de l'âge du bronze. La profession d'archéologue, la question de la multidisciplinarité, le travail de reconstitution, la paléo-économie, l'investissement des populations locales lors du travail de fouilles seront quelques-uns des sujets abordés dans la suite de l'entretien.
  • KOWALEWSKA-MARSZALEK Hanna
    Archéologie. Entretien filmé. Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK est archéologue et travaille en tant que documentaliste experte à l'Institut d'Archéologie et d'Ethnologiede l'Académie Polonaise des Sciences de Varsovie. Ses travaux de recherche sont axés sur l'habitat néolithique. Elle s'intéresse plus particulièrement à l'analyse spaciale, fonctionnelle et écologique des sites d'habitat, à la reconstitution des structures de ces derniers dans le cadre de leur milieu naturel ainsi qu'aux pratiques funéraires de la préhistoire. Dans le cadre de son travail de terrain, elle a effectué de nombreuses fouilles mais s'est tout particulièrement consacrée à la prospection du cimetière néolithique situé sur le Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), site qu'elle a découvert en 1980 et dont elle poursuit l'étude. Après avoir évoqué son parcours scientifique, Hanna KOWALEWSKA-MARSZALEK revient sur les structures d'habitat et l'organisation de l'espace des différentes civilisations du Néolithique en Europe centrale et en France. Elle décrit ensuite les fouilles du cimetière du Plateau de Sandomierz (Petite Pologne), qu'elle dirige depuis 1980. Le site présente des structures d’habitats différentes car il a été utilisé du Néolithique jusqu'au début de l'âge du bronze. La profession d'archéologue, la question de la multidisciplinarité, le travail de reconstitution, la paléo-économie, l'investissement des populations locales lors du travail de fouilles seront quelques-uns des sujets abordés dans la suite de l'entretien.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie. Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL définit la démographie comme technique permettant de quantifier les entrées et les sorties d’une population, en se fondant sur des données issues de la statistique. Sa recherche concernant une démographie du passée, il est contraint d’utiliser les données spécifiquement archéologiques et de transformer celles-ci en termes démographiques. A travers son étude, la problématique essentielle est la colonisation de la planète depuis l’an 1 million 8 à aujourd’hui, des hommes archaïques aux hommes actuels. Il stipule que la dynamique d’expansion des humains est due à la pression démographique qui oblige les hommes à modifier la productivité dans l’économie afin de nourrir de plus en plus de personnes. Or, aujourd’hui il existe un paradoxe : les pays occidentaux, principaux pays de productivité ne sont pas des pays à haut niveau de fécondité. La progression démographique semble donc fonctionner indépendamment des habitats.
  • Claudio MERCADO y Gerardo SILVA
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. La Pampa del Toco, ubicaba en el norte de Chile, entre Antofagasta e Iquique es una de las zonas más secas del planeta, donde el índice de erosión es tan bajo que en términos geográficos ha permanecido igual desde 25 millones de años. La región, ocupada hace 5 mil años por grupos cazadores recolectores fue posteriormente ocupada por pastores, grupos caravaneros, agricultores, conquistadores y salitreros. En el desierto se instalaron, a partir del siglo XIX, empresas extractoras de salitre y actualmente SQM (Sociedad Química y Minera de Chile), que explota el litio.
  • O’MIEL, Catherine
    Archéologie. Conférence filmée. Catherine O’Miel revient sur la procédure suivi par l’Association Bassin Minier pour que le Bassin Minier du Nord/Pas de Calais soit inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Au-delà du but initial, l’Association en s’engageant avec d’autres partenaires régionales va participer à la création d’une nouvelle image du territoire, au lancement d’un dynamisme de développement local et à l’amélioration de l’image et de l’attractivité du Bassin Minier. Le projet s’ouvre donc vers une mobilisation générale du territoire.
  • HANUSSE, Claire
    Archéologie: habitat. Conférence filmée. Claire Hanusse centre son étude à partir du phénomène du village déserté en Basse-Normandie, au Moyen-âge. L’histoire de l’étude monte aux historiens de l’économie, les travaux des historiens allemands et anglais pour se propager dans d’autres disciplines comme la géographie et enfin, l’archéologie. L’intérêt du phénomène réside dans le fait qu’il révèle un point de vue macro-historique : lié à la fois, au contexte historique, économique et géographique, il concentre en lui les questions autour du mouvement des individus dans l’espace. Le travail de fouilles que Claire Hanusse mène à Courtisigny dans la Plaine de Caen repose les différents points de vue sur le phénomène.
  • FULGA, Ligia; BUCUR, Corneliu
    Archéologie. Conférence filmée. La meule en Roumanie se trouve dans le domaine rural, exclusivement à l'exploitation familialle. En traversant les périodes, elle reçoit des influences grecque, celtique ou encore romaine. L'objet s'ancre donc dans une histoire culturelle de la Roumanie.
  • CHARBONNIER, Julien
    Archéologie. Conférence filmée. Julien Charbonnier décrit trois types de systèmes d’irrigation dans le Sud d’Arabie, au royaume d’Himyar : barrage, tunnel et canaux, Harrat et murs de terrasse. A travers leur répartition dans l’espace, principalement en agglomération près des grandes villes, il observe que les barrages servent d’abord le pouvoir politique à s’imposer sur le paysage. Les constructions hydrauliques d’Himyar témoignent de son apogée.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie: Archéozoologie. Entretien filmé. Le mouvement de l’anthropozoologie a été crée par François Poplin afin d’ouvrir la discipline de l’archéozoologie sur des confrontations avec d’autres types de données, en occurrence, des données ethnographiques. L’homme et l’animal ont une interaction triple : l’homme est de nature animal, l’animal est un bien matériel pour l’homme et enfin, l’animal agit avec l’homme dans l’histoire des techniques. Ces interactions apportent un éclairage fort sur l’histoire des sociétés. Seul en France, l’archéozoologie est ouverte de cette manière à l’anthropologie.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie: Archéozoologie. Entretien filmé. Jean-Denis Vigne donne une définition du domaine de l’archéozoologie comme un ensemble de techniques complémentaires, organisé de manière cohérente qui permettent de décrypter l’information des restes d’animaux issus des fouilles archéologique. Selon différents types de marqueurs, chronologique, fonctionnel ou encore moléculaire et atomique, on peut construire une collection de documentation mais qui prendrait sens qu’en appuyant sur un contexte. Le vestige archéozoologique tient un double discours : l’objet est une interface des activités humaines et de l’environnement.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: fouille. Entretien filmé. Venceslas Kruta explique sa démarche pour étudier l’art celtique. Les fouilles plus qu’une base de données, est avant tout, une méthodologie de travail qui développe un esprit critique dans le sens où il faut savoir interpréter. Les œuvres d’art sont les traces que les Celtes ont laissées de leur civilisation. A travers une comparaison des modèles grecs, étrusques et romains avec la version celtique, on arrive à comprendre leur mentalité. En effet, les changements stylistiques témoignent d’un système de pensée propre aux Celtes.
  • Dirección General de Escuelas Gobierno de Mendoza - UNCuyo
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. Mendoza formó su identidad a partir del trabajo de sus primeros habitantes, los huarpes, hasta la composición de su economía, caracterizada por minifundios (pequeñas propiedades vitivinícolas que surgen con la llegada del español), en contraste con el desarrollo de la pampa húmeda, donde se conformaron oligarquías terratenientes, propietarias de latifundios, espacio de extravío de gauchos pobres y errantes. El desierto impone su hostilidad natural que condiciona al hombre y hace necesaria una cultura de lucha contra la adversidad.
  • BOUVET, Phaedra
    Archéologie: céramologie; anthropologie. Conférence filmée. Dans le cadre de la conférence, Phaedra Bouvet présent sa thèse sur la genèse de l’indianisation en Asie du Sud-est, en particulier sur les sites de Khao Sam Kaeo en Thaïlande péninsulaire et de Batujaya en Indonésie. Les fouilles ont révélé une concentration de céramiques dites « roulettées » et ses variations morphologiques. Grâce à l’analyse stylistique comparative entre les deux sites et le prototype indien, Phaedra Bouvet tente de retrouver les premiers échanges entre l’Inde et l’Asie du Sud. Elle pose à la fois une question sur le commerce, l’acquisition et le déplacement de ce style de céramique et la réactivité des groupes emprunteurs/producteurs.
  • Da RE, Maria Gabriella
    Archéologie. Conférence filmée. Le moulin à âne tient une place particulière dans la culture de la Sardaigne, avant l’arrivée des moulins électriques à la fin du XIXe siècle. De la ville à la campagne, des maisons riches aux pauvres, le moulin à âne a été reconnu comme signe de la suprématie séculaire de la tradition. Malgré l’apparence archaïque, les techniques de construction variant peu, il permet d’obtenir des grains très fins. D’ailleurs, l’animal âne est symbole de la fidélité en Sardaigne, représentant aussi une éthique.
  • FORTI, Alain
    Archéologie. Conférence filmée. A travers les œuvres de deux artistes, Pierre Paulus et Giuseppe Flangini, Alain Forti rend compte de l’attrait des paysages industriels par les arts. Centré sur la ville de Charleroi, appelé « Pays Noir », les deux peintres partagent un point de vue expressionniste sur le paysage et la condition ouvrière.
  • BLANCHET, Stéphane et MENTELE, Serge
    Archéologie: archéologie; préventive. Conférence filmée. Stéphane Blanchet fait une présentation de données issues des opérations archéologiques préventives sur le site de la Tourelle par l’Inrap. A travers l’évolution chronologique du site, on aperçoit une structuration de l’espace de plus en plus forte. Ainsi, l’étude des chemins et réseaux agraires, menée par Pierre Poilpre témoigne de l’importance du plateau au sein des activités rurales depuis l’âge du Bronze au Moyen-âge.
  • MATTERNE , Véronique et RUAS, Maris-Pierre
    Archéologie: archéobotanique. Conférence filmée. Véronique Matterne et Marie-Pierre Ruas présentent leurs données carpologiques sur la culture de l’avoine dans les régions du Nord de la France, comme le Calvados de l’âge de Fer à son essor au Moyen âge. L’intérêt est suscité par l’importance de l’avoine en tant que forage énergétique pour les chevaux et représentation d'une culture printanière. L’étude cherche à distinguer entre une avoine cultivée et sauvage, sa répartition sur un ensemble de régions et par périodes historiques mais aussi les nouvelles espèces à identifier.
  • SZEWCZYK , Kazimierz
    Archéologie. Conférence filmée. La vallée de Walbrzych était une région minière, spécialisée dans l’exploitation du charbon. La première évocation des mines date de 1536. Son apogée au début de XIXe siècle avec les installations de constructions techniques telles que les chemins de fer, les chevalements en acier et les machines à vapeur qui va être remplacé par l’électricité, façonne le paysage en élargissant celui-ci vers un complexe urbain industriel. Or, après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs mines seront fermées suite à la baisse de demande et sur les trois mines restantes, le manque de fonds de l’Etat et l’arrivée d’un nouveau système économique vont les basculer dans la désuétude. Un taux important de gaz polluant et d’inondation entraine l’abandon des sites. A l’initiative du Musée de l’Industrie et de la Technique, les valeurs historiques des mines sont reconnues et des travaux de rénovation et de conservation sont mises en place, non sans peine.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: démographie; paléodémographie. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel énumère trois types de données paléodémographiques : la masse de sites archéologqiues dans un espace donné, la dynamique géographique mettant en relief l’extension de l’aire de sitribution et enfin les données écologico-démographique correspondant à la corrélation entre la latitude et la densité de la population. A partir de ces trois données, il peut établir la distribution spatio-temporelle de la population.
  • CARPENTIER, Vincent
    Archéologie: archéoenvironnemental; archéozoologique. Conférence filmée. Vincent Carpentier décrit l’évolution des formes encloses dans le paysage en Basse-Normandie. A travers l’étude des plans et les fouilles, il constate 3 mouvements : de l’âge de Bronze, la forme d’établissement en enclos débute et prend son importance à l’âge de Fer, or il se perd au profit des habitats groupés au VIIe siècle et ne connaîtra une reprise qu’en Haut Empire. La pérennité de la forme témoigne de son importance à l’écart de l’environnement et en fait un facteur de façonnage du paysage actuel. En guise d’ouverture, Vincent Carpentier propose de restituer les espaces ruraux en Basse-Normandie grâce à l’échantillonnage des enclos et de partir sur des bases diachronique et interdisciplinaire.
  • KASZYNSKI, Marc
    Archéologie. Conférence filmée. Le paysage minier est objet de mutations économiques et sociales, sous l’influence des différents acteurs. La fermeture des mines nécessite une reconversion des activités et une mise à niveau des bâtiments de logements pour les nouveaux locataires. Des procédés de conservation et de « mise en sécurité » des bâtiments sont mis en place par les Charbonnages de France, en lien avec l’Etablissement public foncier qui mène des projets de reconversion des friches industrielles. De la logique d’investissement, ils se trouvent face à une logique de fonctionnement, à la recherche des propriétaires qui pourraient faire une gestion durable des terrains.
  • OTTELLI, Luciano
    Archéologie. Conférence filmée. Lucien Ottelli fait une présentation historique de l’exploitation minière et Sardaigne, les innovations technologiques et l’évolution de la Nature au cours du temps jusqu’à son aboutissement à l’heure actuelle. Par ce panorama, il met en relief les occupations successives de la Sardaigne par des civilisations différentes, des fenico-puniques aux romains qui apportent tour à tour une activité minière spécifique. L’intervention humaine bouleverse la morphologie du paysage et construit une stratification de la mémoire.
  • DE LUMLEY Henry
    Archéologie. Entretien filmé. Henry De Lumley, Préhistorien directeur du Muséum d’Histoire Naturelle et membre du CNRS, nous présente les huit grandes étapes de l’évolution humaine, qui sont selon lui les plus importante. Il retrace donc l’histoire des hommes, des premiers bipèdes à l’invention de l’écriture, c’est-à-dire toute la période de la Préhistoire.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie. Entretien filmé. Les missions sur les petites îles sont des mises à l’épreuve des modèles d’interactions entre l’homme et l’animal dégagés à partir des grandes îles. A partir des exemples de Lavezzi, Corse et de Zembra, Tunisie, Jean-Denis Vigne a observé une évolution biologique liée à des milieux particuliers. La fonction de l’île de Lavezzi a été d’accueillir les troupeaux ainsi que des exclus de la société, l’histoire animale se trouvant ainsi liée à la notion de marginalité. De même, la présence des lapins, unique en Tunisie sur l’île de Zembra a ouvert un nouveau champ d’investigation.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Archéologie: fouille. Entretien filmé. La découverte en mai 1968 de la nécropole Loisy-en-Brie et d’une hypogée amène Jean-Pierre BOCQUET-APPEL à constituer sa thèse du troisième cycle. A partir de l’étude de ces squelettes, il reconstruit la distribution des âges et les âges immatures, afin de comparer les différents standards d’âges du Néolithique et de l’époque actuelle, postindustrielle. L’hypogée, grande galerie où ont été exhumés les morts, critique la façon d’analyser la population par les autres démographes. Afin de répondre aux problèmes techniques, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL mélange les données démographiques non-conventionnelles et les données démographiques spatiales.
  • ANATI Emmanuel
    Archéologie: Approche compréhensive. Entretien filmé. L'archéologue Emmanuel ANATI revient au cours de cet entretien sur son parcours universitaire, ainsi que sur ses recherches actuelles. Celles-ci s'articulent autour de l'hypothèse que l'art des sociétés « lointaines » est une source d'accès à une compréhension de l'esprit humain. Il développe ainsi plus en profondeur les implications et les enjeux de son travail.
  • FAVORY, François
    Archéologie. Conférence filmée. François Favory donne une vue d’ensemble de parcellaires antiques et romains dans la région du Nord de la France. Il s’appuie surtout sur les recherches de Gérard Chouquier et d’autres archéologues qui ont construit des cartes selon des échelles différentes, qu’elle soit la projection au sol, les vues aériennes ou la télédétection par satellite. Le contrôle archéologique nuance et génère la morphologie des parcellaires contemporains. Comme perspectives d’ouverture, François Favory propose de rattacher l’ensemble des parcellaires à une centration, faire attention aux méthodologies utilisées et respecter les données. Il re-analyse le vocabulaire, préférant le terme de finage au terrain et unités intermédiaires aux entités. Un travail précis qui permettra de révéler la ligne directrice de la longue durée des parcellaires dans la période gallo-romaine.
  • GEORGES-LEROY , Muriel
    Archéologie. Conférence filmée. Muriel Georges-Leroy présente le travail d’enquête menée dans le massif forestier de Haye et comment grâce à la nouvelle technique de LIDAR, une étude plus approfondie des parcellaires fossiles était rendue possible. Issue de la lignée de la télédétection, les informations recueillies par le laser subit un premier traitement qui consiste à isoler les points qui ont impacté le sol des points qui ont impacté le sous-sol, puis transcrits pour une meilleure visualisation, par ombrage. Les levés permettent d’établir une carte chronologique et de voir les blocs typologiquement différents des parcellaires.
  • Archéologie. Colloque filmé. Dans cette intervention, Marion Fontaine parle du paysage minier dans le contexte national. Depuis les années soixante-dix, les territoires et les instalations miniers ont fait un nombre conséquent des travaux qui pourraient se regrouper sous la dénomination d'études des paysages miniers. Elle évoque l'importance des travaux des géographes qui travaillent sur le paysage minier et le changement des espaces miniers en général.
  • DESHAIES, Michel
    Archéologie. Conférence filmée. Après la réunification de l’Allemagne en 1989, des projets de réhabilitations sont mises en place immédiatement dans les exploitations minières en uranium et en lignite intensives en ex-RDA. Le cas de l’exploitation de l’uranium de Saxe et de Thuringe avance vers un effacement total des héritages miniers. La destruction systématique des chevalements et des terrils, l’utilisation par la suite des matériaux des terrils pour reboucher les galeries font partie des opérations de réhabilitation qui vise à la construction d’un nouveau paysage. A Ronneburg, le « Bundesgartenshaw » devient le symbole du triomphe du projet sur les dévastations des mines. Des mesures plus atténuantes ont été prises pour les exploitations de lignites. L’IBA se charge de reconvertir la région en destination touristique tout en gardant la dimension culturelle, de l’héritage minier avec des installations rappelant les terrils et un musée de la mine de Basse Lusace.
  • PREITE, Massimo
    Archéologie. Conférence filmée. Massimo Preite suscite des réflexions sur le paysage industriel et pose la question du paysage comme un objet scientifique. A partir de quatre critères d’analyse, il brosse les différents sites miniers dans la région de Grosstane, Toscane partant des premiers établissements étrusques jusqu’au XXe siècle. Cela permet d’avoir un aperçu de l’héritage des activités minières sur le paysage toscan et de repositionner la question du paysage comme une notion avant tout, du savant et du spécialiste car il nécessite une distance que ne possède pas le minier. Le paysage soulève les concepts de totalité, d’indivisibilité ainsi que l’interaction entre les systèmes de production et l’environnement. Or, le paysage est menacé, d’où l’importance des décisions à prendre à son égard.
  • SKORUPKA, Matthias
    Archéologie: archéozoologie. Conférence filmée. Matthias Skorupka présente les premières études des ossements d’animaux trouvés dans le Temple d’Almaqah, à Sirwa, Yémen. Il souligne l’importance des animaux dans les religions d’Arabie du Sud, qui est confirmé d’une part par les représentations animales dans les lieux sacrés et d’autre part, par les inscriptions lapidaires parlant de sacrifices et rituels. Dans le temple d’Almaqah, principal dieu d’Ibex, datant du milieu du VIIe siècle avant J.C., trois lieux où différents types d’ossements ont été trouvés, permettent d’émettre des hypothèses quant à leurs fonctions. « La salle d’os », fortement spécialisée, où on ne trouve que des tali, semble revêtir une fonction symbolique. « La partie inférieure du temple », moins spécialisé semble être un lieu fonctionnel. Enfin, les deux « salles de travail », ne comportant pas d’os spécialisés peuvent être assimilés à un dépôt. Ces hypothèses restent encore à vérifier, après une étude plus approfondie.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie: Archéozoologie. Entretien filmé. La diversité des sociétés du Néolithique témoigne de la complexité de l’organisation politique intra et supra -communautaire. Au-delà d’une période dite « préhistorique », le Néolithique est une mécanique d’exploitation villageoise, qui ne prendra fin qu’au grand exode rural du IX-Xemes siècles. Jean-Denis Vigne centre son étude sur l’île de Chypre, à partir de 820 avant J.C. où on remarque une sédentarisation forte, accompagné d’un système technique très élaboré. Quelles sont les dynamiques internes de ces sociétés qui ont amené au basculement cosmogonique de l’esprit des humains ? Comment se comportent-ils face aux Mésolithiques ? Les sociétés se différencient-elles selon les régions ? A travers ces questionnements sur le Néolithique, on appréhende le processus d’émergence des sociétés.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: Epigraphie. Entretien filmé. Jean-François Breton fait un état des lieux des éléments connus en 1974 par rapport à la civilisation sudarabique, au Ier millénaire avant Jésus Christ. Il énumère le corpus d’inscriptions découvertes par les archéologues , allant de textes d’irrigation, de construction aux dédicaces aux dieux et aux textes illustrant les échanges économiques dans la vie quotidienne.
  • SLOTTA, Rainer
    Archéologie. Conférence filmée. Rainer Slotta attire notre attention sur la préservation des vieilles installations minières dans la région de la Ruhr, en ex-RFA et les stratégies de reconversion. A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un renouvellement de l’intérêt pour le patrimoine industriel s’accompagne de la baisse du national socialisme. A l’initiative des musées allemands à Munich, les expositions architecturales, comme l’Internationale Bauausstellung Emscher Park, IBA et la reconversion de ces sites en zones culturelles et touristiques redonnent vie aux monuments à valeur historique. Malgré ces tentatives de modernisation, l’étude du patrimoine industriel a baissé depuis 1962 et peu d’intérêt à conserver les anciennes installations en vue d’autres types d’exploitation et le privilège accordé aux monuments historiques. Les mesures pour conserver ces sites sont encore à prendre.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie. Entretien filmé. La période de l’holocène, définition géologique qualifiant les normes du réchauffement qui a bousculé le climat glaciaire dans un climat tempéré que nous connaissons est une période fascinante de l’Histoire des sociétés. A la différence des autres périodes, l’emprise avec le présent, peu de différences entre les animaux du début de l’holocène et aujourd’hui permet une première validation de faits. De plus, l’abondance de la documentation contribue à la richesse de la recherche.
  • Mirko SOLARI
    Archéologie. Extrait d'une recherche de terrain filmée. L'anthropologue Mirko SOLARI retrace les différentes périodes préhispaniques à travers les wakas (vestiges) de Lima et de ses environs. Il insiste sur la dimension pédagogique développée par les interventions archéologiques ainsi que sur la destruction récente de nombreux vestiges. Il déplore le manque d'intérêt des autorités péruviennes pour leur patrimoine et la nécessité de valoriser la richesse de l'identité andine auprès des autochtones, grâce à son passé.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: fouille; paléographie; sauvetage. Entretien filmé. Venceslas Kruta termine l’entretien par évoquant l’intérêt de différentes types de documentation archéologique, surtout les fouilles. L’inscription en langue celtique en caractère étrusque en Italie du Nord, témoigne de la présence de la civilisation dans cette région depuis la fin du VIIe siècle avant Jésus Christ. Or, les fouilles sur la civilisation celte, héritage du travail des archéologues du XIXe siècle, permet de comprendre le fonctionnement de l’habitat, de l’économie et les rites. Ce corpus s’étoffe au fil des ans, en vue de la génération d’archéologues à venir. Deux mouvements animent les découvertes : les grands terrassements par des constructions de routes font resurgir des sites insoupçonnés et l’archéologie de sauvetage tend à respecter le terrain de fouilles, privilégiant les grands ensembles aux petits. Le travail d’archéologue est lié à cette préservation pour l’avenir.
  • SAN JUAN, Guy
    Archéologie. Conférence filmée. Guy San Juan effectue un retour sur les fouilles archéologiques menées dans le plateau de Thaon, à Caen, en Basse-Normandie sur les établissements ruraux de l’âge de Fer dans les années 90. A travers l’étude d’un « espace restreint », de la vallée de La Mue, il dégage plusieurs types d’enceintes correspondant aux périodes du Bronze finale et de la fin de l’âge de Fer. La vallée partage le paysage en deux lieux de vie : occidentale et orientale. Les trouvailles proposent des perspectives de recherche, en ce qui concerne la plaine alluviale, les chemins et les espaces boisés. Il faudra aussi privilégier la période du Bronze final et le premier âge de Fer et mener une étude des restes organiques.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: Paléogéologie. Entretien filmé. Jean-François Breton développe la réflexion sur les oasis et le système d’irrigation originale autour de Shabwa. Cette originalité provient du fait que les oasis sont directement liés aux torrents et qu’il existe une répartition égale en amont et en aval. Grâce à la collaboration avec les géologues, il a pu dresser un schéma général de la création de l’oasis. Il réussit ainsi à déterminer la durée de ces oasis, commençant dès le IIIe millénaire avant Jésus Christ et la taille maximum des oasis. Une tentative de datation des champs est en cours, par le biais de moyens thermoluminescence.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie. Conférence filmée. Edward Hawes prend l’exemple de l’industrie de sardines en conserve et de la moutarde afin d’illustrer le complexe agroalimentaire mis en place aux Etats-Unis, dès le XIXe siècle. Les entrepreneurs, à vue de la popularité des sardines en conserve français, créent une industrie imitant ces produits étrangers. Ils proposent soit les sardines dans l’huile, soit à la moutarde. Cette dernière etant fortement en demande, J.W. Ray, le grand-père de Nancy Ray, décide d’ouvrir des moulins de moutarde pour répondre à cette demande. C’est sur ce moulin à moutarde en particulier que Hawes s’attarde afin de montrer le processus de production à la meule de la moutarde. Il remarque que les méthodes n’ont pas changé depuis le XIXe siècle. Une correspondance existe donc entre l’entreprise de meules, moutarde et sardine.
  • CATTEDDU, Isabelle et MARGUERIE, Dominique
    Archéologie: archéobotanique. Conférence filmée. Isabelle Catteddu et Dominique Marguerie présentent les résultats de leurs recherches sur deux sites de la région de Coglais, à Ille-et-Vilaine en Haute Bretagne, au Haut Moyen-âge. Les fouilles sont effectuées dans les paysages fossilisés dans les régions fossoyés, complétées par l’analyse des données environnementales. Les deux sites « Teilleuil » et « Louvanquiat » proposent des modèles de parcelles où les activités domestiques cohabitent avec les activités agropastorales. Des études polliniques du territoire révèlent un lien étroit entre la biodiversité et les activités humaines. L’hétérogénéité est à son maximum en Haut Moyen-âge avant de tomber en déclin face au développement des activités agricoles plus industrialisées. Ils terminent leur présentation par la présentation du nouveau site de fouille, « La Perdriotais », au Châteaugiron, où de nouvelles perspectives sont ouvertes.
  • MARAQTEN, Mohammed
    Archéologie: épigraphie. Conférence filmée. Le travail de fouilles de l’American Foundation for the Study of Man, à Mahram Bilqis, permet de redécouvrir des inscriptions didactiques dans le temple Awan sur le système d’irrigation. Mohammed Maraqten analyse trois de ces textes inédits. Le premier est une incantation adressée au dieu Almaqah demandant de la pluie près une période de sécheresse de sept ans. L’inscription révèle deux plantes auparavant inconnues et donne des informations sur les rituels au temple Awan. La deuxième inscription mène à l’identification de canaux. Enfin, le troisième révèle l’existence d’une vallée. Ainsi les évidences épigraphiques permettent d’avoir de nouvelles connaissances sur le système d’irrigation dans l’oasis.
  • GHESQUIERE, Emmanuel
    Archéologie: environnement. Conférence filmée. Emmanuel Ghesquière livre les comptes-rendus de fouilles effectués en Basse-Normandie sur deux sites : la minière de Ri et l’enceinte de Goulet, découverts par un décapage pour l’autoroute A 88. A travers l’étude du terrain ainsi que les silex, haches et autres mobiliers, il dresse une modélisation graphique qui permettrait de mesurer l’extension des aires et de définir une chronologie précise. Ces études lui permettront par la suite de reconnaître l’ensemble des composants d’un territoire néolithique et de découvrir d’autres agrégations autour d’une minière.
  • ARBACH, Mounir
    Archéologie: épigraphie; chronologie. Conférence filmée. A partir de trois textes obtenus par pillage à Jawf, Mounir Arbach reconstitue la chronologie des rois de Nashshân. A cause de l’opposition du gouvernement yéménite, les archéologues n’ont pas pu conduire des fouilles archéologiques qui apporteront des preuves aux hypothèses formulés à partir de ces textes.
  • BEAUNE (de), Sophie A
    Archéologie. Conférence filmée. Sophie A. de Beaune dresse un inventaire d’objets avant l’invention des meules, commençant son étude au Paléolithique au Néolithique. Par l’observation des traces sur les outils, elle détermine une action de broyage selon les types de percussion. Ensuite, elle donne une vision globale de l’évolution du matériel, à chaque période correspondante. Outre l’étude des outillages, il va s’agir aussi de retrouver les gestes associées et reconstituer leur évolution. De ce point de vue préhistorique, nous comprenons la relation intrinsèque entre l’outil et le geste et son évolution.
  • DE MOULINS, Dominique et PHILLIPS, Carl
    Archéologie. Conférence filmée. Carl Phillips, en collaboration avec Dominique de Moulins, présente cinq types de palmiers trouvés dans le paysage de l’Arabie du Sud. Il mène une étude détaillée sur l’origine de ces plantes, à partir des preuves archéologiques ou épigraphiques, en concentrant plus sur le palmier-dattier et le palmier-doum, les palmiers principaux du pays.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie: Archéozoologie. Entretien filmé. Jean-Denis Vigne se dit être rentré dans l’archéologie par hasard. Par hasard des passions et des rencontres, plus ou moins prestigieux, des amis aux personnages comme Jean Guilaine, François Poplin qui n’arrêteront pas de l’influencer sur sa vie à venir. De formation naturaliste, ses diverses expériences professionnelles dans l’enseignement, au CNRS, au Muséum d’Histoire Naturelle et dans le syndicat lui confèrent une base interdisciplinaire sur laquelle il tire sa démarche.
  • REQUIRAND Claude
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. Claude REQUIRAND a travaillé pendant plus de quarante ans pour l’Education Nationale en France, au sein d’un laboratoire d’hydrologie, géologie et paléontologie à l’Université de Montpellier II. Il s’intéresse depuis longtemps à l’étude des dolmens de la région montpelliéraine, et nous propose à travers ce reportage de découvrir quelques dolmens et menhirs du Larzac. Il nous invite aussi à une traversée du Cirque de Navacelles, gorges naturelles d’une profondeur de 300 m, résultant de l’abandon d’un méandre de la rivière la Vis, créant ainsi une cascade de 8 m de haut. >> Pour plus d'informations, consultez la documentation audiovisuelle : "Métallurgie industrielle dans l'Europe occidentale à l'âge du cuivre."
  • FONTAINE, Marion
    Archéologie. Conférence filmée. Marion Fontaine analyse la manière d’analyser le paysage par les historiens et les archéologues industriels. Elle met à plat les rapports complexes entre les sciences sociales, surtout l’Histoire et le paysage et la société. Un rappel historique et l’évolution des études sur le paysage minier mettent à l’écart la France, dont la représentation du paysage est plutôt agricole et rurale. Les études sont fragmentées, mais on observe un intérêt grandissant pour le patrimoine industriel et les efforts de conservation. Le paysage pose question car il est avant tout un lieu interdisciplinaire, qui exige une ambivalence du regard, tant les sciences sociales que les arts. Entre fascination et détestation, c’est un produit de la culture, qui porte en elle ses changements.
  • OUZOULIAS, Pierre
    Archéologie. Conférence filmée. Pierre OUZOULIAS met en doute le principe logique et mathématique des archéologues travaillant sur l’organisation spatiale d’un agro-système et la théorie des lieux centraux selon laquelle les villes fonctionnent sur un système de domination. En s’appuyant sur les travaux d’autres archéologues, il prône l’analyse économique du développement agricole. Les deux formes élémentaires de production agricole, exploitation familiale et entreprise ont des relations complexes et variés avec l’environnement, en ce qui concernent le nombre de personnes que chacun mobilise ainsi que la production. La lecture se fait selon l’échelle à laquelle l’organisation s’exprime.
  • COOKSON, Midred
    Archéologie. Conférence filmée. Mildred Cookson nous livre son expérience de meunière en Angleterre au XXIe siècle. En partant sur son moulin à eau, au bord de la Tamise, elle présente l’historique du lieu et les transformations qu’a subies le moulin depuis sa construction en 1423, les outils, le commerce et les étapes de la construction de la meule, ainsi que les différentes qualités de pierre. Présentation pédagogique , facilement compréhensible.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: archéologie; classique; sauvetage. Entretien filmé. Présentation biographique et professionnelle de Venceslas Kruta. Son parcours à travers les études de latin, de l’archéologie classique et de la Préhistoire en Tchécoslovaquie ainsi que l’expérience sur le terrain d’une mission de sauvetage archéologique au Nord-Ouest de la Bohème l’amènent à s’intéresser à l’étude des Celtes.
  • DESROCHES, Jean-Paul
    Archéologie. Jean-Paul Desroches, conservateur général du patrimoine et directeur de la Mission archéologique française en Mongolie présente les résultats de fouilles à travers les photographies, dessins ainsi que les images de synthèse des sites et des objets découverts à la nécropole aristocratique de Gol Mod, l'un des principaux sites khunnu au cœur de la province d'Arkhangaï.
  • LEMAIRE, André
    Archéologie: falsification; données; chronologie. Conférence filmée. André Lemaire conteste la chronologie proposée par Jacqueline Pirenne dans son ouvrage « La Grèce et le Saba » et propose de la rectifier. Il se concentre notamment sur deux inscriptions sabéenne et minéenne ainsi que la chronologie de l’hégémonie successive du Saba puis du Maîn de la route de l’encens. A travers une chronologie comparative de faits historiques datés, il apporte de nouvelles données chronologiques à l’histoire du Proche-Orient.
  • AMIRKHANOV, Hizri et NAUMKIN,Vitalij et SEDOV, Alexander
    Archéologie: Ethnographie. Conférence filmée. Le professeur Hizri Amirkhanov détaille les conséquences des découvertes récentes sur l’île de Socotra, situé au Nord Est de l’Océan Indien, non loin de l’Arabie Saoudite. Après une description géographique et topologique, il présente l’expédition archéologique russe menée sur le site de Wadi Hajurya 1. Les fouilles ont abouti à la découverte de nombreux outils en pierre. Le site amène à penser qu’il a été occupé par la culture Oldawon, la première civilisation de la période Paléolithique spécialisée dans la taille de pierre. La découverte permet ainsi de retracer la route d’immigration à Socotra et de poser la question de la durée du séjour de la civilsation Oldawan sur l’île.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: recherche; contextualisée. Entretien filmé. Venceslas Kruta défini sa recherche sur les Celtes comme une recherche contextualisée. A la différence des autres archéologues qui tendent à ériger des modèles et à les appliquer sur une civilisation, Venceslas Kruta mène une approche par communauté, essaie de comprendre l’origine des éléments diversifiés présents dans une culture locale. Cette approche lui permet d’être plus prudent et mieux à l’écoute des sources.
  • DARCQUE, Pascal
    Archéologie. Pascal DARCQUE nous présente la discipline archéologique à travers différentes angles. Par exemple, l’analyse comparative des habitats entre l’époque de l’Age de bronze et celle du Néolithique. Il met l’accent sur l’importance de l’évolution constante des questions archéologiques. Quant à la méthodologie, les archéologues doivent faire face à la quantité considérable des données recueillies sur le terrain avant la phrase de l’interprétation. L’utilisation des différentes techniques (dessin, photographie, vidéo) pour les enregistrer et la gestion pour les structurer informatiquement sont ainsi indispensables. Ces phrases d’intervention nécessitent le travail en équipe multidisciplinaire. L’objectif est de mettre en évidence le niveau d’occupation. Et reliant les mobiliers et d’autres éléments de même niveau d’occupation, l’archéologue peut comprendre le mode de vie des gens (usage de différents d’objets, différents d’aménagement) dans une perspective anthropologique, voire tenir un discours interprétatif.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: ethnologie. Entretien filmé. La Mer Rouge devient au cours des décennies un lieu d’échanges et de liens entre les régions environnantes. Au IIe millénaire avant Jésus Christ, elle constitue un ensemble culturel et commercial entre les pays de la côte d’Afrique, mais elle sera remplacée par l’Arabie du Sud. A la moitié du VIIe siècle, à l’apogée du Saba, le royaume s’étend sur l’autre rive de la Mer Rouge et établit ses colonies dans le Tigré. Enfin, au IIe millénaire après Jésus-Christ, l’invasion de l’Arabie du Sud par les Ethiopiens à deux reprises signent de nouveaux liens entre les régions autour de la Mer Rouge.
  • ABDULLAH, Yusuf
    Archéologie: épigraphie. Conférence filmée. Yusuf Abdullah présente lors de la conférence, des remarques sur ses dernières trouvailles sur le site archéologique de Raymat Humaid, non loin de Sanaa, capitale de Yémen. De nombreux inscriptions, dessins et graffitis sur pierre, datant de l’Age de Bronze posent un certain nombre de questions. D’une part, la langue de l’inscription remonte à la langue ancienne de Yémen, avec laquelle a été rédigé le Coran ainsi que le Zabur, dont le contenu est retranscrit sur certaines des pierres. D’autre part, le dessin représentant un palais, que Yusuf Abdullah a par la suite, associé au palais de Raydan, permet de comprendre à la fois l’architecture et l’intention de l’artiste.
  • MILANOVA , Albena
    Archéologie. Entretien filmé. Albena Milanova étudie la question de l’habitat en Bulgarie et les incidences de la domination byzantine sur celui-ci. Les réseaux d’habitats sont constitués d’une part par l’héritage d’habitat ancien, à savoir le relief et le climat du pays, or l’invasion byzantine d’autre part va contribuer à changer la distribution de la population. Avec deux tableaux comparant l’état du peuplement en Bulgarie au Nord-Est et au Sud dans deux périodes données, la première antérieure à l’invasion byzantine, aux IXe-Xe siècles et la seconde, sous domination byzantine, aux XIe-XIIe siècles, on observe un inversement de la situation. Aux IXe-Xe siècles, le Nord-Est était prospère et le Sud, déserte car situé sur la frontière instable entre la Bulgarie et la Byzance. Or, après l’invasion, le Nord-Est se trouve dévasté. La Byzance a ainsi une incidence forte dans la répartition de la population en Bulgarie médiévale.
  • CHARLOUX, Guillaume; NEHME, Laïla
    Archéologie: fouille. Conférence filmée. Leïla Nehmé et Guillaume Charloux présentent leurs trouvailles dans la zone de fouilles à Madain Sâlih, en Hégra Ancien. La ville, à cheval entre une province romaine d’Arabie et le royaume nabatéen, pose la question de la durée de l’occupation romaine et la survivance de la ville. Dans un premier temps, Leïla Nehmé présente une vue générale de la ville et son intérêt historique, avant de pencher sur une étude plus approfondie des nécropoles, tombes et cimetières qui collaborent à émettre une chronologie du lieu. Guillaume Charloux poursuit sur la zone résidentielle et tente de retrouver à partir de sondages chrono-stratigraphiques et de matériaux trouvés dans le sol, l’organisation urbaine. Leurs hypothèses demandent encore à être vérifiés, avec des recherches supplémentaires.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: ethnographie. Entretien filmé. En lien avec l’irrigation, le commerce de l’encens constitue une autre grande source de revenus en Arabie du Sud. Or, ses bénéfices ont, plutôt que contribuer à améliorer l’agriculture irriguée, servi à augmenter le prestige des villes à travers l’architecture en pierre très travaillée. Ainsi les progrès techniques dans l’agriculture n’ont pas été investis, à la différence des civilisations contemporaines grecque et romaine. Il exclut ainsi la troisième théorie selon laquelle les agriculteurs auraient construit des digues. En effet, ils continuent à utiliser le système traditionnel des canaux jusqu’à l’épuisement obligeant l’abandon des oasis dans le Ve siècle avant Jésus Christ. Dès lors le peuple de L’Arabie du Sud se réfugie dans les hauts plateaux, notamment au Moyen-âge.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: Anthropologie ; Sociologie. Entretien filmé. La société vivante à Shabwa est une société sédentaire tribale. Grâce aux inscriptions, Jean-François Breton a pu retrouver l’organisation hiérarchisée du tribu qui privilégie le lien de sang. Les questions suivantes sont de définir le lien étroit entre la collectivité humaine et le territoire et ensuite d’identifier le culte de ce tribu.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie: iconographie; symbolisme. Entretien filmé. Venceslas Kruta tire de sa citation « l’art celtique est un art de la métamorphose », des postulats de mentalité celtique. D’abord, le changement de formes étant une force divine, ce que Paul-Marie Duval appelle « vitatisme », l’homme doit le subir. La mise en image de ce mouvement, la métamorphose, témoigne de la capacité d’un objet d’avoir différentes formes. Réunis dans une même image, les trois ordres de la Nature, les ordres végétal, animal et humain s’influent l’un sur l’autre. De même le symbole de la triskèle représente les mouvements solaires dans un seul signe. Le gui, plante vénérée par les Celtes pour ses feuilles persistants, est une projection dans le domaine végétale du concept de l’immortalité de l’âme, dépendant d’un corps mortel, comme l’arbre. A partir de l’observation de la nature, les Celtes construisent leurs signes.
  • KRUTA, Venceslas
    Archéologie. Entretien filmé. A partir des objets celtiques en métal, Venceslas Kruta dresse un système de significations propres aux Celtes. La difficulté d’interprétation réside dans la dialectique entre la fonction et la forme, la fonction imposant parfois la forme. Or, il en tire les manières de voir le monde chez les Celtes : premièrement, la représentation est toujours allusive, abstraite, conférant ainsi un caractère sacré à la représentation. Deuxièmement, les éléments symboliques, selon leurs combinaisons donnent à lire plusieurs niveaux. C’est ainsi une vision du monde cyclique où les images peuvent avoir différents sens selon leur agencement. Par ailleurs, en comparant les civilisations celtes dans différentes régions, Venceslas Kruta remarque qu’il existe une diversité à l’intérieur de la culture mais aussi un rapport d’entente avec le substrat indigène, comme par exemple, les Celtes d’Italie. Ainsi, une vision globale des Celtes apparait comme dynamique et articulé.
  • BRETON, Jean-François
    Archéologie: épigraphie; analyse; comparative. Entretien filmé. Après avoir décrit le corpus d’inscriptions découvertes à Yémen, Jean-François Breton énumère les sources extérieures parlant de l’Arabie du Sud, à savoir la Bible, le Livre des Rois, les récits des voyageurs grecs et plus tard, les écrivains romains. L’ensemble de documents a fait naître deux thèses sur l’avènement de la culture sudarabique, l’un la situant au Vie siècle avant Jésus-Christ et l’autre au Ier millénaire avant Jésus-Christ. Ce débat va motiver les recherches de Jacqueline Pirenne, directrice de l’expédition de fouilles de la Mission Archéologique Française, à Shabwa, Yémen.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, au dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: Pompéi. Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: fouille; Newstead. Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie. Documentaires audiovisuels. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: antiquité romaine. Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Archéologie: urbanisation; moderne. Entretien filmé. Rick Jones est conférencier en archéologie romaine, du Département de Sciences Archéologiques de l'Université de Bradford, au Royaume-Uni. Dans cette série d’entretien, il présente son projet nommé « The Anglo-American Project in Pompeii », qui est une étude intensive sur Pompéi, à travers les fouilles, l’étude de l’architecture et l’urbanisme qui amène à comprendre la structure sociale de l’Empire Romain. A l’encontre des méthodes traditionnelles de l’archéologie, professeur Rick Jones privilège les objets de la vie quotidienne et le peuple, aux dépens des œuvres d’art et la haute société.
  • HOCKENSMITH, Charles
    Archéologie: Anthropologie. Conférence filmée. Charles Hockensmith présente l’industrie de meules en conglomérat née de la fin du XVIIe et dure jusqu’au début du XXe siècle, pour remplacer les pierres importées de France, à coût élevé. Elle prend essor dans l’Est des Etats-Unis, en particulier dans les états de New York, Pennsylvanie et Virginia. A travers des diapositives il nous montre les carrières dans ces trois états et la survivance de la tradition meulière.
  • PHILLIPS, Carl
    Archéologie. Conférence filmée. Carl Phillips attire l’attention sur les fouilles sur le site « station de gaz » dénommé Kashawbah, à Tihamah et les rapports avec d’autres cultures préislamiques de Sabr et d’Al-Hamid. La stratigraphie du site ainsi que l’analyse comparative des céramiques et poteries trouvés sur les trois sites permettent d’établir une chronologie sur trois phases : la première, l’âge de Bronze, se rapprochant de Sabr puis les deux autres, l’âge de Fer, plus proche d’Al-Hamid. La dénomination de Kashawbah pose problème car elle provient du nom du propriétaire de la station de gaz et non un nom pour le site lui-même. Carl Phillips propose alors le nom de Wadi-Iki 1, correspondant au nom de la zone.
  • FRANTSOUZOFF, Serguey
    Archéologie: philologie. Conférence filmée. Serguey Frantsouzoff propose une traduction des extraits 3 et 4 du texte trouvé à Khor Rori, dans la région de Dhofar, en s’appuyant sur les travaux d’Alessandra Avanzini. L’analyse sémiotique qu’il mène reste à être re-interprété, car il n’arrive pas à arriver à un consensus sur la traduction.
  • DE MAIGRET, Alessandro
    Archéologie: Excavation. Conférence filmée. Alessandro de Maigret change le sujet de sa conférence qui normalement porte sur les fouilles à Madain Sâlih, au projet italo-saudite sur la ville de Dumat al-Jandal. Ceci est sous la forme d’un court compte-rendu et les projets que lui et son équipe poursuivront. Entreprises du 23 avril au 7 mai 2009 , les fouilles ont permis de découvrir sous la cité médiévale des structures de murs, appelées consécutivement M1 à M9. Les poteries trouvées datent de la période islamique, or la date des murs elles-mêmes varie. Les pistes à poursuivre sont le M6 et comment retracer sa construction, et une étude paléo-environnementale du site en rapport avec l’oasis.
  • DOBBINS John
    Archéologie: Projet du Forum de Pompéi. Entretien filmé. Cet entretien avec le professeur d'archéologie John DOBBINS s'articule en deux temps. En premier lieu, une présentation de la cité de Pompéi et du Projet du Forum de Pompéi est réalisée. Puis prend place une visite guidée de la cité, permettant de mieux se représenter sa structure, ainsi que l'avancement des recherches du Projet.
  • Audouin, Rémy, conférence intitulée "Un Inédit du Jawf", in" XIIIèmes Rencontres sabéennes - Actualités de la recherche sur l'archéologie et l'épigraphie de l'Arabie ancienne", Atelier des Arkéonautes (ADA), n°2020, 2009, [en ligne] ; URL : http://semioweb
    Archéologie. Rémy Audouin présente les objets archéologiques de la civilisation de Jawf (entre VIIIème et IVème siècle avant notre ère) du Yémen à travers des dessins et photographies. Certains objets sont conservés au musée du Louvre et d’autres sont récemment découverts à grâce au financement de mission archéologique de l’UNESCO. Rémy Audouin a également invité son collègue, Mounir Arbach à témoigner leur collaboration de travail sur terrain et a ouvert la discussion avec le public dans la salle sur les questions tant scientifique que politique de protection des biens culturels.
  • VIGNE, Jean-Denis
    Archéologie. Entretien filmé. Les îles sont des terrains de recherche de prédilection de Jean-Denis Vigne, car elles constituent des lieux riches en évolution animale et l’anthropologie sociale. L’objet de sa thèse, la faune de mammifère de Corse lui a fait comprendre que l’homme est le facteur d’évolution des cortèges d’animaux. En effet, l’introduction de la faune de mammifère s’est fait seulement à partir des besoins de l’homme, un reflet de l’univers anthropisé. Dès le début de la Néolithique, la domestication des îles s’accompagnent de la domestication des animaux. Son travail s’ouvre alors vers d’autres îles et sur d’autres groupes d’animaux pour constater que seuls les mammifères sont concernés par cette introduction.
  • Archéologie. Une équipe d'archéo-anthropologues du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et de l'Inrap ont fouillé, de novembre 2008 à avril 2009, un cimetière du haut Moyen Âge à Noisy-le-Grand, sur 1 200 m2. Celui-ci pourrait être mis en relation avec l'oratoire et la "villa royale" mentionnés par Grégoire de Tours dans l'Histoire des Francs, à la fin du VIe siècle.