Géographie urbaine

1 média.
  • Géographie urbaine. Colloque filmé. Annick BIZOUERNE est géographe et travaille à la sous-direction de l'aménagement de la Mairie de Paris. Son intervention vise à faire part d'expériences de projets d'aménagements mêlant niveaux locaux et globaux, à travers les exemples de la Plaine Saint-Denis et des Docks de Saint-Ouen. Il s'agit de projets de recomposition d'urbaine d'anciennes zones industrielles, lancés à 15 ans d'intervalle (respectivement 1991 et 2005). Ils présentent des programmes mixtes (bureaux, logements, équipements...), et répondent aux objectifs d'intensification urbaine et de métropolisation. Annick BIZOUERNE propose d'en examiner les conditions permettant la rencontre du local et du global. Celles-ci sont au nombre de quatre : -Une volonté politique des collectivités, à un niveau large dans le temps et l'espace. Dans le cas de la Plaine Saint-Denis, un élément déterminant a été la parution du livre blanc de Michel Rocard en 1990, faisant de la Plaine Saint-Denis un territoire prioritaire. A Saint-Ouen, la municipalité engagera une démarche similaire 15 ans plus tard. -Le recours à des urbanistes réputés, ce qui suppose d'y consacrer un budget important. -Le partage du projet par le bas et par le haut. Les deux exemples illustrent une volonté d'appropriation du projet par les populations résidant sur ces territoires. Celle-ci a été favorisée par différentes organisations, telles les « Assises de la Plaine », présentant les grandes étapes du projet. Ce partage « par le bas » va donner de la force et de la légitimité au projet. Le partage « par le haut » (avec les grands partenaires) permet lui d'obtenir des investissements importants en infrastructures qui dépassent les possibilités des communes ou intercommunalités. -La capacité à maintenir un niveau d'exigence dans la durée et l'accompagnement du projet. Cette expertise d'usage semble tout à fait importante et mobilisatrice. Au regard de ces conditions requises pour mener à bien un projet urbain, Annick BIZOUERNE s'interroge sur la capacité des 10 grandes équipes internationales chargées de définir l'avenir de la métropole parisienne à les réunir.