Jean-Pierre Bocquet-Appel

11 médias.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours filmé. Les données démographiques écrites couvrent essentiellement les quelques derniers siècles. Depuis la sortie d’Afrique d’Homo ergaster – notre ancêtre humain direct – et son expansion géographique en Eurasie vers 1,8 millions d’années, jusqu’aux périodes sub-actuelles, il n’existe aucune donnée pour reconstruire 99,99 % de l’histoire démographique des êtres humains, qui soit interprétable avec les outils traditionnels de la démographie. Pourtant les principales théories démographiques existantes, de Malthus à Boserup (et leur mélange), exigent des temps (très) longs pour pouvoir valablement être testées. Pour reconstruire cette histoire, on doit donc faire appel à d’autres sources que les données écrites et à d’autres techniques que les techniques courantes des démographes. L’information fournie par les données archéologiques et leurs modèles d’interprétation deviennent alors incontournables. Avec la question : « Faire de la démographie avec quoi et comment ? », deux grands thèmes seront abordés cette année : 1) Les données paléodémographiques, représentées par des distributions spatio-temporelles : i) de vestiges archéologiques (sites, dates 14C, outils, urbains), ii) de squelettes par âge de nécropoles ; 2) L’inférence démographique à partir des distributions des données et leurs densités. Comment remonter des données aux paramètres démographiques générateurs ?
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Entretien filmé. En poursuivant son idée sur les données non-conventionnelles de la paléodémographie, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL propose plusieurs niveaux d’interprétation de ces données. Tout d’abord, à partir des données archéologiques, comme la distribution des squelettes dans les nécropoles permet de reconstruire la somme d’âge individuelle des squelettes mais de point de vue démographique, il est plus intéressant d’en extraire une information sur la distribution globale. Cet aspect technique du travail du démographe amène à la confusion des échelles de valeurs. Sa démographie rapproche plus des sciences naturelles que la sociologie et les facteurs culturelles du dynamisme démographique.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel élabore l’autre exemple de marqueur populationnel, qu’est la base de données des dates du le carbone 14, marquant la contraction de la métapopulation néanderthalienne et l’expansion des hommes modernes en Europe. A partir de la procédure géostatistique, il reconstruit le continuum des variables, en établissant la date minimum de la présence des Néanderthaliens et la date maximum de l’apparition des hommes modernes. Les cartes ont permis d’extraire des isochrones, afin d’étudier les progressions chronologiques de la dynamique populationnelle. On observe une durée de « co-occurrence » où les deux métapopulations s’observent. Cette étude permet de faire un graphique sur le taux d’accroissement estimé par la variation chronologique de la taille des aires, où on observe une montée progressive des hommes modernes et la disparition des Néanderthaliens. Enfin, Bocquet-Appel termine par montrer la future base de données, s’étendant dans les aires plus larges, suivant 833 dates du carbone 14.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel élabore l’autre exemple de marqueur populationnel, qu’est la base de données des dates du le carbone 14, marquant la contraction de la métapopulation néanderthalienne et l’expansion des hommes modernes en Europe. A partir de la procédure géostatistique, il reconstruit le continuum des variables, en établissant la date minimum de la présence des Néanderthaliens et la date maximum de l’apparition des hommes modernes. Les cartes ont permis d’extraire des isochrones, afin d’étudier les progressions chronologiques de la dynamique populationnelle. On observe une durée de « co-occurrence » où les deux métapopulations s’observent. Cette étude permet de faire un graphique sur le taux d’accroissement estimé par la variation chronologique de la taille des aires, où on observe une montée progressive des hommes modernes et la disparition des Néanderthaliens. Enfin, Bocquet-Appel termine par montrer la future base de données, s’étendant dans les aires plus larges, suivant 833 dates du carbone 14.
  • SAKUNTABHAI, Primsuda
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours d'enseignement supérieur filmé. En s’appuyant sur un certain nombre d’hypothèses, Jean-Pierre Bocquet-Appel questionne l’utilisation des données archéologique, dynamique géographique et écolo-démographique dans la distribution spatio-temporelle de la métapopulation. Les vestiges archéologiques permettent de deviner la densité de la population, or il faut en déduire le processus générateur. Le point central de l’argument est la relation linéaire dans les différentes périodes, un constant qui permettrait de mesurer les variations démographiques. Il termine par présenter des avantages et inconvénients de la distribution des sites archéologiques.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours d'enseignement supérieur filmé. Pour introduire son cours sur les distributions spatio-temporelles de marqueurs populationnels, Jean-Pierre Bocquet-Appel met en place la problématique générale et le plan du cours. Il explique les concepts et mots clés comme distribution spatio-temporelle, patron géographique, marqueurs populationnels et données génétiques. Les problèmes posés par une interprétation démographique des données archéologiques sont tout aussi de nature intellectuelle que factuelle. Une confusion entre objets d’études, à savoir la catégorie de nécropoles et celle de la paléodémographie, une stagnation dans la découverte des sites archéologiques et les interprétations contradictoires des données génétiques demandent une clarification.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL élabore la question de la démographie spatiale. A l’inverse des données agrégées, cette technique permet de reconstruire la variation des données en tout point sur une carte. Paru dans le supplément « The Population », il met au point un outil afin de quantifier la vague de la chute de la fécondité en Europe du XIXe au XXe siècles et l’expansion spatiale de la contraception au Royaume-Uni. Or, en essayant de transposer la méthode en Inde, il échoue à cause de manque de variables. Le problème pour l’Inde se situe au niveau de la relation entre population et religion, et non des aspects quantifiables.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Entretien filmé. Jean-Pierre BOCQUET-APPEL définit la démographie comme technique permettant de quantifier les entrées et les sorties d’une population, en se fondant sur des données issues de la statistique. Sa recherche concernant une démographie du passée, il est contraint d’utiliser les données spécifiquement archéologiques et de transformer celles-ci en termes démographiques. A travers son étude, la problématique essentielle est la colonisation de la planète depuis l’an 1 million 8 à aujourd’hui, des hommes archaïques aux hommes actuels. Il stipule que la dynamique d’expansion des humains est due à la pression démographique qui oblige les hommes à modifier la productivité dans l’économie afin de nourrir de plus en plus de personnes. Or, aujourd’hui il existe un paradoxe : les pays occidentaux, principaux pays de productivité ne sont pas des pays à haut niveau de fécondité. La progression démographique semble donc fonctionner indépendamment des habitats.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Cours d'enseignement supérieur filmé. Jean-Pierre Bocquet-Appel énumère trois types de données paléodémographiques : la masse de sites archéologqiues dans un espace donné, la dynamique géographique mettant en relief l’extension de l’aire de sitribution et enfin les données écologico-démographique correspondant à la corrélation entre la latitude et la densité de la population. A partir de ces trois données, il peut établir la distribution spatio-temporelle de la population.
  • BOCQUET-APPEL, Jean-Pierre
    Jean-Pierre Bocquet-Appel. Entretien filmé. La découverte en mai 1968 de la nécropole Loisy-en-Brie et d’une hypogée amène Jean-Pierre BOCQUET-APPEL à constituer sa thèse du troisième cycle. A partir de l’étude de ces squelettes, il reconstruit la distribution des âges et les âges immatures, afin de comparer les différents standards d’âges du Néolithique et de l’époque actuelle, postindustrielle. L’hypogée, grande galerie où ont été exhumés les morts, critique la façon d’analyser la population par les autres démographes. Afin de répondre aux problèmes techniques, Jean-Pierre BOCQUET-APPEL mélange les données démographiques non-conventionnelles et les données démographiques spatiales.