Films d'archive

23 médias.
  • RIESTER Jürgen
    Archives de l'APCOB: Ce documentaire présente des images d'archives de l'ONG APCOB. Documentaires audiovisuels. Ce documentaire présente l'APCOB (Apoyo Para el Campesino-Indígena del Oriente Boliviano ), une organisation de soutien pour les paysans indigènes de l'orient bolivien, à travers l’interview de Jürgen Riester, son fondateur, et des extraits vidéos des recherches et activités menées par l’association. Ce reportage audiovisuel aborde notamment l’histoire des cultures indigènes de Bolivie.
  • CORMANN Enzo, DURNEY Daniel, NAUGRETTE Catherine, PADOVANI Jean-Marc
    Donatienne: Vidéo de la chanteuse Donatienne interprétant une composition d'Aperghis. Colloque filmé. Le Colloque Voix contemporaines est organisé à la Maison de la recherche de l’université Sorbonne-Nouvelle, par l’ED Arts & Médias (Paris III) et l’Observatoire musical français (Paris IV). Lors de cette deuxième demi-journée, trois intervenants se relaient autour de la même thématique : les voix contemporaines. Daniel Durney finit son exposé commencé dans la première partie du colloque, puis Enzo Cormann et Jean-Marc Padovani viennent présenter leur travail commun sur le jazz poème, avant de répondre aux questions du public.
  • Donnatienne: Extrait vidéo de la chanteuse Donnatienne Michel-Dansac interprétant une composition d'Aperghis. Extrait d'un colloque filmé. Daniel Dunrey, enseignant-chercheur, termine son exposé (voir la première partie du colloque pour visionner le début de son intervention) en abordant le travail d’Aperghis, notamment son œuvre « Récitation » qui est un ensemble de pièce solo pour voix, dédié à la chanteuse Martine Viard. Ce type de composition, à la fois très structuré et absurde, pousse la chanteuse, selon ses propres dires, à interpréter différents personnages pendant le chant. Aperghis souhaitait que les comportements vocaux de la chanteuse induisent des situations. Cette démarche, ainsi que la vision de l’interprète, sont présentés dans le film « Tempête sous un crâne » (de Catherine Maximoff). Pour clore sa prise de parole, Daniel Durney propose de visionner un extrait d’un enregistrement de la chanteuse Donnatienne Michel-Dansac interprétant une composition d’Aperghis.
  • Scène de fouille: Transitions visuelles. Recherche de terrain filmée. Cette ouvre présente l’esthétique de l’archéologie portant sur la stratigraphie de la terre. Elle évoque le retour dans le temps. Les toiles en plastique érigées et entourées d’un espace représentent les diverses couches de la terre. Contrairement aux réelles fouilles archéologies dont le site doit être creusé dans le sens vertical afin de découvrir le passé, les visiteurs, symbolisant l’homme du présent, peuvent entrer dans cette espace et marcher dans le sens horizontal par rapport à la surface de la terre jusqu’au site archéologique reconstitué. Cette expérience pourrait être comparée comme la découverte du passé par le présent.
  • Film d'atchive en noir et blanc montrant la fouille. Recherche de terrain filmée. Les objets présentés dans son installation sur les ponts représentent des points de repère du temps. Pour l’artiste, le pont n’est pas un simple passage entre la communauté locale et la vie extérieure, mais il pourrait également être un repère dans le temps à travers des objets présentés. Certains considèrent ces objets comme les ordures, mais pour les archéologues, ce sont des traces de la vie de quotidienne. Le choix de l’artiste d’installer ses œuvres sur les ponts relie également de son intention de montrer qu’en plus du temps, les ponts ont également une signification liée à l’espace. Car le fait de rester sur le pont, on se suspend également au dessus de trois éléments : l’air, le fleuve et la terre.
  • Groupement des enfants étudiant les vestiges archéologqiues sur place. Recherche de terrain filmée. Les enfants sont au cœur de plusieurs activités et projets artistiques. Ils créent eux-mêmes leurs œuvres, dessins, peintures, masques, sculptures etc. Parfois, les artistes les font participer au sein de leurs œuvres comme l’installation, la performance et la création musicale.
  • Film d'archive montrant la performance d'Araya Rasdjarmrearnsook: Plan visuel entre 41 et 60 secondes, Plongées, Zoom, Plans généraux. Recherche de terrain filmée. Son œuvre se consacre à la morte et à son esthétique. Ce qui a également une relation aves l’archéologie dont le résultat des fouilles joint souvent à la morte, représentée par la découverte des squelettes humains et animaux ainsi que les utiles et les ustensiles enterrés.
  • Un entretien de Dr. Rasmi Shoocongdej. Recherche de terrain filmée. Toutes les preuves découvertes témoignent que l’homme vécut dans cette région pendant très longtemps. On découvre de nombreux outils en pierre dans le site Tam Rod. Cet endroit fut le plus grand lieu de fabrication industrielle de ces outils jamais découvert. Les traces humaines découvertes dans ce site pourraient également être attribuées à l’Homosapien, datées entre 12,000 et 13,000 ans.
  • Film d'archive montrant l'examen du site par divers spécialistes, Film d'archive montrant l'examen scientifique au laboratoire. Recherche de terrain filmée. La reconstitution du passé pour comprendre cette civilisation nécessite les interventions de plusieurs experts de divers domaines. Par exemple, plusieurs géologues thaïlandais et étrangers sont venus analyser et interpréter le déplacement de la croûte terrestre, influençant sur la formation de la grotte et les rochers. Les scientifiques, spécialistes de paléoenvironnement, prélèvent des échantillons du bois de cercueils et collectent les plantes et les pollens de notre temps pour les analyser. Grâce à ces études, l’équipe a pu reconstituer qu’il y a 32,000 ans, le temps de la Région Pangmapha fut beaucoup plus froid qu’aujourd’hui et la forêt très dense. Ainsi, les cercueils découverts sont tout en teck, âgé de plus de 100 ans, ont été fabriqués dans un seul tronc. De plus, l’équipe bénéfice également des interventions d’autres experts. Le dentiste analyse les dents humaines, découvertes dans plusieurs grottes, dans l’objectif de connaître l’habitude alimentaire et les maladies buccales. Et le généticien reprend la suite pour examiner l’ADN. L’archéozoologue étudie les dents des animaux, particulièrement, celles des rongeurs pour connaître l’environnement de l’époque. Le vétérinaire intervient pour analyser les ossements d’animaux dans le but de les identifier. En ce qui concerne l’homme, le médecin légiste prélève des traces de la lymphe dans le cercueil du site Ban-rai. Deux crânes, découverts dans le même site, sont également envoyés à l’ingénieur informatique qui collabore étroitement avec l’anthropologue pour la reconstitution. Entretemps, les archéologues emploient la méthode du carbon 14 pour la datation de ces deux sites.
  • Film d'archive sur la scène de nettoiement des squelettes sur terrain, Un entretien de Nuthamun Phureepatpong, spécialiste de l’anthropologie physique. Recherche de terrain filmée. La position du crâne n’est pas naturelle. Généralement, le crâne doit être dans le même sens que la colonne vertébrale. Mais celui-ci est posé en vertical par rapport à la surface de la terre. Trois parties de la colonne vertébrale ont été également retrouvées sous ce crâne. Il serait donc possible qu’il y ait une séparation entre le crâne et le corps. Néanmoins, on ne peut confirmer pleinement cette hypothèse à cause du mauvais état du squelette. L’équipe ne découvre très peu d’autres preuves.
  • Film d'archive montrant le processus de fouille à Ban-rai. Recherche de terrain filmée. Le site de Ban-rai a été choisi pour les premières fouilles. Car étant un lieu important de célébrations religieuses, il devrait contenir les traces archéologiques. Les fouilles commencent par un nettoyage de surface. Ensuite, l’équipe détermine trois chantiers de 4 mètres fois 4 mètres. Le premier, situé au milieu du site, est sous les cercueils en bois. Ce chantier a pour objectif d’examiner les éventuelles parties de cercueils tombées par terre et d’étudier la structure des colonnes, supportant des cercueils, dont une partie a été enterrée. Le deuxième chantier est au bord du site où se trouvent le reste des cendres sur le sol. Et le troisième est à côté de l’entrée du site. L’équipe déplace le cercueil et fouille la surface dessous. Elle tamise la terre afin de savoir s’il existe des perles, des graines ou d’autres objets de taille minuscule.
  • Film d'archive sur Dr. Rasmi Shoocongdej, Film d'archive sur le processus de fouille: Ce film d'archive dure 9 secondes (entre 00: 11 : 14 et 00: 11 : 22), Plan visuel entre 16 et 40 secondes, Plans d’ensemble, Panoramiques, Angles normaux, Plongées. Film d'arrchive dure 20 secondes (entre 00 : 11 : 35 et 00 : 11: 55). Recherche de terrain filmée. Le Dr. Rasmi Schoocongdej a cherché d’autres éventuels lieux d’habitation du peule, propriétaire de cette culture. Ainsi, l’abri sous roche de Tom Rod peut l’être. En effet, ce site, très plat, est proche de la source d’eau et de la grotte Tom Rod où les cercueils ont été également retrouvés. L’équipe reprend la même méthodologie. Trois zones ont été choisies : la partie sous roche, qui pourrait être le lieu d’habitation, la pente et la surface plate en bas. Un squelette humain a été découvert à la profondeur de 60 centimètres dans la première zone. De nombreux ossements d’animaux ont été également retrouvés. Certains portent des traces de brûlure et peuvent donc être le reste de repas. Ainsi, l’homme à l’époque dut savoir utiliser le feu. Ces ossements appartiennent à plusieurs sortes d’animaux, par exemple, cerfs, singes et rhinosaurus. Ce dernier vit habituellement dans la forêt profonde. Ce qui signifie que cette région posséda une importante végétation. A part des ossements, l’équipe a également découvert de nombreux outils en pierre, en bonne et en mauvais état. Ce lieu pourrait également être l’endroit de fabrication des outils.
  • Film d'archive montrant les sites archéologiques dans la grotte, Un entretien de John Spies: Ce film présente les cercueils découverts. Recherche de terrain filmée. L’équipe a commencé par le rassemblement des études préexistantes du Département des Beaux-Arts et interviewé John Spie, spéléologue australien, installé à Pangmapha. Grâce à ses connaissances, l’équipe a pu rapidement avancer ses recherches. Pour cette exploration, l’équipe a découvert 31 grottes archéologiques et a inventorié l’ensemble des sites pour la première fois. Le rocher Ban-rai est le site le plus important. Car l’équipe y a découvert 15 cercueils, 95 colonnes en bois. Certains cercueils ont été posés sur la structure en bois, composés de colonnes verticales, plantés dans le sol. Cet endroit est le plus grand cimetière ouvert.
  • Un entretien de Dr. Rasmi Shoocongdej. Recherche de terrain filmée. Ces fouilles sont le résultat d’un travail multidisciplinaire et systématique. Il n’a y aucun cloisonnement entre les disciplines. Elles donneront également une inspiration sur le projet expérimental de la rencontre entre l’archéologie et l’art.
  • Film d'archive montrant la découverte des photographies prises par la population elle-même, Film d'archive montrant le travail en collaboration entre l'équipe des archéolgues et la population locale: Plan visuel entre 16 et 40 secondes. Recherche de terrain filmée. Le projet invite la population locale à participer aux activités grâce aux appareils de photo donnés par l’équipe, qui devient dès lors à son tour l’objet de l’observation. Ainsi, le rôle entre la population locale et les chercheurs venant de l’extérieur s’est renversé.
  • Film d'archive de la rencontre entre l'équipe des archéolgues avec la population: Plan visuel entre 6 et 15 secondes, Plans d’ensemble, Plans rapprochés. Recherche de terrain filmée. Ses œuvres représentent le changement du mode de la vie de la communauté. Son intention est de montrer à la fois l’identité préservée de la part de la population locale et l’acceptation de nouveaux faits extérieurs. L’artiste demande aux enfants de dessiner la maison de leurs rêves et à la population locale d’être modèle photographiée devant un fonds, peinture montrant un immeuble érigé au milieu de la forêt et de fleuve. Le concept de faire participer la population locale à la création artistique rejoint à celui de l’archéologie qui a pour objectif d’encourager la communauté à la gestion du site archéologique, en tant que son patrimoine, par elle-même.
  • Film d'archive montrant Valentina Dubasky travaillant sur place: Plans d’ensemble, Plans rapprochés, Plans moyens, Zoom, Plan visuel entre 41 et 60 secondes. Recherche de terrain filmée. Ces œuvres reflètent ses pures imaginations par rapport aux cercueils découverts. A l’origine, les peintures murales dans la grotte sont ses principales sources d’inspiration avec le caractère répétitif des dessins sur une surface déformée. Les peintures, de différents périodes, représentent la relation entre le passé et le présent ainsi qu’entre la communauté et l’environnement.
  • Témoignages vidéo: Philippe BAZIN nous présente deux témoignages vidéo de comoriens qui racontent des anecdotes de leur vie quotidienne en tant que "population d'exil". Colloque filmé. Lors de son intervention au Colloque international - Figurer l'exil qui a eu lieu en mars 2014 Philippe BAZIN, photographe, nous présente son travail artistique et militant sur la population comorienne à travers son exposition "Noir silence" réalisée en 2007. Son travail nous montre comment l'exil n'est pas seulement une question de déplacement, une question spatiale puisque souvent il se constitue une forme d'exil "sur place".
  • Jazz poem: Extrait vidéo du concert "Films noirs - Jazz Poem". Colloque filmé. Dans cette dernière partie, Enzo Cormann et Jean-Marc Padovani répondent aux questions du public. Ils abordent la question du lien entre la parole et la métrique de la mélodie, le problème du sens, ainsi que l’importance de l’écoute dans un travail de groupe. Cette vidéo se termine avec un extrait du film « Film noir/Jazz poem »
  • Film d'archive l'ensemble des objets découverts dans la réserve sur place, Film d'archive montrant l'intérieur du chantier de fouille creusé. Recherche de terrain filmée. Le chantier de fouilles a la profondeur d’un immeuble de deux étages. De nombreuses preuves ont été collectées, particulièrement, des morceaux d’ustensiles en terre cuite. (6343 pièces au site Tam Rod et 5597 pièces au site Ban-rai)
  • Oeuvre filmique de Julieta HANONO: Court-métrage réalisé dans un campement de jeunes à Rosario: une population exclue de toute reconnaissance. Extrait d'un colloque filmé. Soko PHAY, maître de conférences à l'université Paris 8 au département d'arts plastiques, nous introduit lors du Colloque International - Figurer l'exil, le concept d'exilience à travers les images et, plus particulièrement, à travers l'expérience exilique de Julieta HANONO, une artiste militante. Soko PHAY insiste sur l'absence d'images dans les contextes extrêmes, la situation paradoxale de sujets doubles (une vie laissée et une vie à construire) et l'expérience du décentrement.