Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av. J.-C.. Jean-François BRETON « Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av

Chapitre

Titre: 30 ans d’expérience archéologique
Durée: 00:07:09   [00:00:00 > 00:07:09]
Genre: Extrait d'entretien filmé
Langue(s): Français
Jean-François Breton est archéologue, directeur de recherche au CNRS de Nanterre dans l’unité « Archéologie et science de l’antiquité », et responsable de la mission archéologie au Yémen. L’ouverture d’une fouille dans un ancien royaume d’Arabie de sud en 1974 marque le point de départ de son expérience qui fête donc ses 30 ans cette année. Le Yémen l’intéressait pour deux raisons. Tout d’abord, l’Arabie du sud restait encore majoritairement inconnue, contrairement à d’autres pays de la région comme l’Egypte. Ensuite, le Yémen est le seul pays à présenter un relief de haute montagne accompagné de moussons régulières. Ces deux particularités géo-météorologiques réunies laissaient espérer qu’une civilisation tout à fait originale avait pu y voir le jour dans le passé.
Sujet: Régions et pays
Topique: Montagne
Territoire: Désert
Mots-clés: Yémen ; Géographie ; Relief ; Climat ;
Aspects rhétoriques et discursifs: Explication
Le Yémen est le seul pays de la région du Moyen-Orient a présenter un relief de hautes montages, ces dernières sont également les plus hautes avec un point culminant à 3000 mètres. Ces hautes montages sont frappées par la mousson dans un cylce régulier, l'eau de ces pluies descends les flancs pour aller nourrir les oasis en bordure du désert ou sur la côte. C'est grâce à cela que des oasis on pu voir le jour sur tout le piémont.
Titre: Les sources et l’histoire
Durée: 00:03:30   [00:07:09 > 00:10:39]
Langue(s): Français
Jean-François Breton récapitule brièvement l’état des connaissances sur l’Arabie du sud en 1974. Au XIXe siècle, des voyageurs avaient découvert des inscriptions en langue sudarabique, on en dénombre aujourd’hui environ 20 milles ce qui représente un fond relativement important. La plupart de ces inscriptions consistent en des textes sur l’irrigation, les constructions, l’économie quotidienne ou encore des dédicaces aux dieux, on ne compte qu’à peine 30 textes historiques.
Sujet: Discipline/approche SHS
Topique: Philologie
Libellé: Inscriptions en langues sudarabiques
Détail particulier: Etudes des quelques 20 milles inscriptions en langues sudarabiques mis à jours depuis les débuts de l'archéologie au Yémen.
Mots-clés: Yémen ; Inscription ; Langue sudarabique ; Moyen-Orient ; Antiquité ; Age de bronze ; Age de fer ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description
Titre: Textes hors d’Arabie
Durée: 00:04:47   [00:10:39 > 00:15:26]
Langue(s): Français
Certains textes hors d’Arabie mentionnent également la région, comme les textes bibliques, le livre des rois, les récits de voyageurs Grecs ou encore les écrivains Romains. Il existe deux grandes théories sur l’origine de la culture sud-arabique. Selon certains elle serait issue du contact avec le monde méditerranéen occidental aux alentours du VIe siècle avant notre ère. Cette théorie est soutenue par la proximité épigraphique des lettres sudarabiques et grecques. D’autres soupçonnent une origine largement antérieure. Mais les chercheurs semblent mélangés les âges du bronze et du fer. Les fouilles archéologiques n’ont pas encore permis d’apporter la réponse, cependant elles ont permis de faire d’autres découvertes, comme par exemple que le site de Shabwa avait connu une très longue occupation. En effet, les différentes strates géologiques successives feraient remonter le site au IIe millénaires avant notre ère.
Sujet: Langues et Civilisations
Topique: Langues et cultures du Proche et Moyen Orient
Mots-clés: Langue sudarabique ; Culture sudarabique ; Yémen ; Moyen-Orient ; Age de bronze ; Age de fer ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Age de bronze & Age de fer
Aspects rhétoriques et discursifs: Explication ; Hypothèse
Les cultures sudarabiques anciennes sont parfaitement originales. Aujourd'hui encore, nous n'avons pas de certitude sur leur origine, encore moins sur celles de leurs langues. Il existe différentes théories, dont aucune n'a pu être prouvée. Elles sont cependant officiellement rattachées à la famille des langue sémitiques.
Titre: Agriculture : les différents milieux
Durée: 00:03:46   [00:15:26 > 00:19:12]
Langue(s): Français
L’un des thèmes étudiés a été celui de l’agriculture, centrale dans cette région. Les grandes villes d’Arabie du sud étaient toutes entourées de systèmes d’irrigations extrêmement développés. Le sud de la région est dominé par une barrière rocheuse culminant à 3000 mètres d’altitude et qui permet une agriculture sèche. L’Est est quant à lui constitué d’une grande cuvette désertique. Les pluies qui s’abattent sur les montagnes donnent lieux à des crues violentes que les habitants récupèrent, ainsi que le limon qu’elles charrient, pour créer des oasis sur tout le piémont.
Titre: Milieu et irrigation
Durée: 00:05:33   [00:19:12 > 00:24:45]
Langue(s): Français
Autour de Shabwa, les archéologues se sont aperçus qu’il existait de gigantesques oasis reliés directement au fleuve. Les populations récupéraient les eaux qu’ils répartissaient ensuite grâce à des canaux, chaque parcelle recevait ainsi la même quantité d’eau. Grâce à l’intervention de géographes, nous sommes aujourd’hui capables de reconstituer un schéma général de la création d’oasis d’une grande originalité comparé à ceux du Moyen et du Proche-Orient. On peut aujourd’hui affirmer que dès le IIIe millénaire avant notre ère, les paysan savaient déjà exploiter les crues et créer des champs, on connait également la taille maximum de ces oasis ainsi que leurs modes de fonctionnement.
Sujet: Savoir-faire traditionnel
Topique: Agriculture
Détail particulier: Dans la région d'Arabie du Sud, la maîtrise de l'eau est une problématique au coeur de la société puisuque sans une irrigation suffisante il ne peut pas y avoir d'agriculture.
Mots-clés: Agriculture ; Yémen ; Eau ; Irrigation ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Age de bronze & Age de fer
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Exposé spécialisé
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Julien Charbonnier
Url: http://cy.revues.org/1627
Julien Charbonnier, « L’agriculture en Arabie du Sud avant l’Islam », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 01 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/1627
Titre: Architecture et urbanisme
Durée: 00:06:40   [00:24:45 > 00:31:25]
Langue(s): Français
Sur le site de Shabwa, des bâtiments étranges de forme carrée ou rectangulaire ont été retrouvés, il s’agit de grands soubassements réguliers en pierre. Des militaires anglais y avaient retrouvés des ossements, ce qui leur avait laissé penser qu’il pouvait s’agit de tombes dans une nécropole. Cependant, les sources antiques mentionnent la présence de très nombreux temples dans les villes d’Arabie, cela aurait donc aussi pu correspondre à des lieux de culte, mais il s’agit en réalité des soubassements de maisons.
Sujet: Artisanat du monde
Topique: Bâtiment artisanal
Mots-clés: Architecture ; Maison ; Yémen ; Shabwa ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Age de bronze & Age de fer
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Hypothèse
Sur le site de Shabwa, au Yémen, les archéologues sont aujourd'hui capable de reconstituer en partie des maisons anciennes remontant au moins à l'Age de fer.
Titre: Société tribale
Durée: 00:02:46   [00:31:25 > 00:34:11]
Langue(s): Français
On se pose plusieurs questions sur les sociétés tribales, on sait cependant qu’elles étaient organisées en tribus sédentaires, qu’elles disposaient d’une hiérarchie et d’une organisation développée. On sait aussi grâce aux inscriptions retrouvées, que le lien du sang était primordial dans ses tribus des oasis.
Sujet: Peuples du monde
Topique: Société tribale sudarabique
Détail particulier: Les sociétés tribales sudarabiques étaient organisées autour du lien familiale et hiérarchisées.
Mots-clés: Société tribale ; Oasis ; Yémen ; Culture sudarabique ; Age de Bronze ; Age de Fer ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Hypothèse
Type: HAL SHS - L'archive ouverte des SHS
Auteur: Jérémie Schiettecatte
Url: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00580647/document
Jérémie Schiettecatte. L’évolution du peuplement sudarabique du Ier au VIe siècle. J. Schiettecatte, Chr. J. Robin. L’Arabie à la veille de l’islam. Un bilan clinique, Diffusion De Boccard, p. 217-249, 2008, Orient et Méditerranée, 3.
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Jérémie Schiettecatte
Url: http://remmm.revues.org/4743
Jérémie Schiettecatte, « La population des villes sudarabiques préislamiques : entre ‘aṣabiyya et ḥaḍarî », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 15 avril 2008, consulté le 02 mai 2015. URL : http://remmm.revues.org/4743
Titre: Le royaume de Saba
Durée: 00:07:50   [00:34:11 > 00:42:01]
Langue(s): Français
Le royaume de Saba, ou Sheba, est une collectivité humaine unie par un culte commun et par un territoire. Il dispose d’un ensemble social précis et hiérarchisé, mais le lien unissant la population n’était pas celui vital de l’organisation des crues. La société sudarabique correspond en une juxtaposition de dizaines d’oasis non unifiés. A certaines époques, les sabéens ont dominés la région, mais on ignore comment cela se traduisait dans la vie quotidienne ou l’organisation interne et externe des oasis.
Sujet: Peuples du monde
Topique: Royaume de Saba
Détail particulier: Peuple sudarabique ancien mentionné dans la bible, pour cela il est probablement aussi le plus célèbre de la région qu'il a dominé à plusieurs reprise au cours du 1er millénaire avant J.-C..
Mots-clés: Yemen ; Culture Sudarabique ; Saba ; Royaume de Saba ; Bible ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet:
Période du Xe siècle avan J.-C. au IIIe siècle après J.-C. (estimation)
Aspects rhétoriques et discursifs: Explication ; Exposé scientifique ; Hypothèse
Titre: Société et commerce
Durée: 00:05:05   [00:42:01 > 00:47:06]
Langue(s): Français
Si la richesse des populations d’Arabie du sud est liée au commerce comme cela semble être le cas, on peut se demander ce qu’ils faisaient de l’argent qu’ils gagnaient. Il semble qu’ils ne le réinvestissaient pas nécessairement dans l’agriculture mais dans la pierre. Un investissement massif dans l’agriculture aurait en effet encouragé des progrès techniques, or cela ne semble pas avoir été le cas, l’un des indices est l’abandon des oasis vers la fin du IV siècle à cause de difficultés agraires.
Titre: Egypte et encens
Durée: 00:04:54   [00:47:06 > 00:52:00]
Langue(s): Français
Les arbres à encens nécessitent des conditions climatiques particulières qui sont réunies en Arabie du sud. Les égyptiens, grands consommateur d’encens et de Myrrhe, ont lancé plusieurs expéditions dans ce qu’ils appelaient le pays de Pount, afin d’en ramener. Il n’y a cependant aucune certitude que leur destination se trouvait en Arabie du sud, en effet la description du lieu semble correspondre d’avantage aux côtes africaines. Il n’en reste pas moins que le commerce des arbres à encens à permis aux cultures sudarabiques de s’enrichir jusqu’à la fin de l’antiquité où l’engouement pour les encens semble s’être tarie.
Sujet: Lieux de référence
Topique: Pays de Pount
Mots-clés: Afrique du nord ; Moyen-Orient ; Pays de Pount ; Encens ; Egypte Pharaonique ;
Aspects rhétoriques et discursifs: Hypothèse
Le pays de Pount, bien qu'il n'ait pas pu être localisé avec certitude, est mentionné plusieurs fois dans des récits de l'Egypte Pharaonique. Il s'agirait d'un lieu riche où l'ont trouverait notemment de l'encens et le Myrrhe, deux produits dont les égyptiens étaient de grands consommateurs. L'un des récites les plus célèbres le mentionnant est l'expédition organisée par Hatchepsout, reine pharaon de la XVIIIe dynastie.
Titre: Relations autour de la mer Rouge
Durée: 00:06:16   [00:52:00 > 00:58:16]
Langue(s): Français
Historiquement, on sait qu’il y a eut des échanges de part et d’autre de la mer Rouge. Entre 1995 et 1998, une équipe allemande a fouillé la ville de Sabr où des céramiques ont montré des grandes similitudes avec des céramiques de la côte africaine. Lorsqu’au VIIe siècle avant notre ère, Saba s’impose comme le plus important royaume, les Sabéens essayent alors d’exercer une hégémonie. Ils vont jusqu’aux côtés, et établissement même des colonies sur les côtes africaines, avant de s’y fondre.
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Jérémie Schiettecatte
Url: http://cy.revues.org/1671
Jérémie Schiettecatte, « Ports et commerce maritime dans l’Arabie du Sud préislamique », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 02 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/1671
Titre: Cultures pré-sudarabiques
Durée: 00:03:40   [00:58:16 > 01:01:56]
Langue(s): Français
On se pose aujourd’hui encore des questions concernant les cultures pré-sudarabiques au IIe millénaire avant notre ère du côté de Shabwa et des marges du désert. Notre connaissance de la région au paléolithique, au néolithique et même à l’âge de bronze reste vague. Cependant, dans les hautes terres du Yémen, il a été prouvé que dans certaines régions il avait existé une occupation extensive et intensive du sol depuis le IIIe millénaire avant notre ère.
Sujet: Peuples du monde
Topique: Cultures pré-sudarabiques
Détail particulier: Aujourd'hui encore on ne sait presque rien sur les cultures pré-sudarabiques.
Mots-clés: Histoire ; Peuple ; Culture prés-sudarabique ; Yémen ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Période du Paléolithique à l'Age de Bronze
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Hypothèse
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Jean-François Breton
Url: http://cy.revues.org/1
Jean-François Breton, « Une archéologie sans débats ? », Chroniques yéménites [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 02 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/1
Titre: L’âge de bronze et les rites funéraires de Ruwak
Durée: 00:03:32   [01:01:56 > 01:05:28]
Langue(s): Français
En bordure du désert, il existe deux directions de recherches. L’une d’entre elles, une mission française, à mis à jours d’importantes nécropoles, ce qui a démontré la présence de population sédentaires mais nomadisante dans un rayon géographique limité. Autour de ce site, près de 7 milles tombes ont été retrouvées, les plus ancienne remontant au IIIe millénaire avant notre ère et les plus récente au Ier.
Sujet: De l'identité culturelle
Topique: Culture du sacré
Fait culturel: Symbole de la mort
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Période du IIIe au Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description ; Hypothèse
Plusieurs Nécropoles sudarabiques anciennes ont été retrouvées. L'ancienneté de ces nécropoles nous indique à la fois la période à laquelle ses peuples ont pu s'installer sur ses lieux, mais également certains aspects de leur mode de vie. Nous savons entre autre qu'ils étaient des sédentaires nomadisants, se dépalçant dans un rayons géographique limité.
Sujet: Lieux de référence
Topique: Djebel Ruwaik
Autre formulation du sujet: Nécropole sudarabique
Mots-clés: Yémen ; Nécropole ; Culture sudarabique ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Période du IIIe au Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Description
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Tara Steimer-Herbet
Url: http://cy.revues.org/27
Tara Steimer-Herbet, « Le Mégalithisme au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 30 août 2005, consulté le 02 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/27
Titre: La transition : âge de bronze, fer, sudarabique
Durée: 00:04:13   [01:05:28 > 01:09:41]
Langue(s): Français
Les cultures sudarabiques sont passées de l’âge de bronze à l’âge de fer entre le XIIIe et le Xe siècle avant notre ère. Cela est dû en parti à d’important mouvement de populations venant du Levant à cette époque. Mais certaines sources archéologiques tendent à tempérer cette théorie. En effet, de nouvelles fouilles à Shabwa en 2000 ont montré que l’architecture et la céramique n’ont pas connues de rupture profonde entre les niveaux les plus anciens et les plus récents des strates géologiques, ce qui sous-entend une évolution lente et naturelle des populations locales.
Sujet: Epoques et périodes historiques
Topique: Passage de l'âge de bronze à l'âge de fer
Détail particulier: Les cultures sudarabiques ne semblent pas avoir traversé de grands boulversements, au contraire l'évolution lente et continue laisse supposer qu'elle ait été naturelle.
Mots-clés: Age de bronze ; Age de fer ; Culture sudarabique ; Yémen ; Evolution ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Période entre le XIII et le Xe siècle avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Explication ; Hypothèse
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Mounir Arbach
Url: http://cy.revues.org/1779
Mounir Arbach, « Aux origines de l’établissement des royaumes sudarabiques », Chroniques yéménites [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 02 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/1779
Titre: L’archéologie : les solutions de continuité
Durée: 00:05:10   [01:09:41 > 01:14:51]
Langue(s): Français
Les autorités yéménites souhaitent mettre en valeur leur patrimoine, dans ce but elles encouragent les recherches et la sauvegarde des cultures sudarabiques. Particulièrement lorsque cela permet de mettre en avant un art authentique et peu marqué par des emprunts.
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Mounir Arbach, Rémy Crassard, Holger Hitgen et Lamya Khalidî
Url: http://cy.revues.org/1170
Mounir Arbach, Rémy Crassard, Holger Hitgen et Lamya Khalidî, « Vers une archéologie préventive au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 08 octobre 2007, consulté le 02 mai 2015. URL : http://cy.revues.org/1170
Titre: Changements climatiques
Durée: 00:02:34   [01:14:51 > 01:17:25]
Langue(s): Français
On sait que le climat a évolué depuis le IIIe millénaire, mais pas de façon majeure. Il y a bien évidemment eut au cours des siècles des périodes plus ou moins humides et une avancée du désert, mais les changements climatique d’ampleur sont plus anciens.

16 chapitres.
  • Extrait d'entretien filmé. Jean-François Breton est archéologue, directeur de recherche au CNRS de Nanterre dans l’unité « Archéologie et science de l’antiquité », et responsable de la mission archéologie au Yémen. L’ouverture d’une fouille dans un ancien royaume d’Arabie de sud en 1974 marque le point de départ de son expérience qui fête donc ses 30 ans cette année. Le Yémen l’intéressait pour deux raisons. Tout d’abord, l’Arabie du sud restait encore majoritairement inconnue, contrairement à d’autres pays de la région comme l’Egypte. Ensuite, le Yémen est le seul pays à présenter un relief de haute montagne accompagné de moussons régulières. Ces deux particularités géo-météorologiques réunies laissaient espérer qu’une civilisation tout à fait originale avait pu y voir le jour dans le passé.
  • Jean-François Breton récapitule brièvement l’état des connaissances sur l’Arabie du sud en 1974. Au XIXe siècle, des voyageurs avaient découvert des inscriptions en langue sudarabique, on en dénombre aujourd’hui environ 20 milles ce qui représente un fond relativement important. La plupart de ces inscriptions consistent en des textes sur l’irrigation, les constructions, l’économie quotidienne ou encore des dédicaces aux dieux, on ne compte qu’à peine 30 textes historiques.
  • Certains textes hors d’Arabie mentionnent également la région, comme les textes bibliques, le livre des rois, les récits de voyageurs Grecs ou encore les écrivains Romains. Il existe deux grandes théories sur l’origine de la culture sud-arabique. Selon certains elle serait issue du contact avec le monde méditerranéen occidental aux alentours du VIe siècle avant notre ère. Cette théorie est soutenue par la proximité épigraphique des lettres sudarabiques et grecques. D’autres soupçonnent une origine largement antérieure. Mais les chercheurs semblent mélangés les âges du bronze et du fer. Les fouilles archéologiques n’ont pas encore permis d’apporter la réponse, cependant elles ont permis de faire d’autres découvertes, comme par exemple que le site de Shabwa avait connu une très longue occupation. En effet, les différentes strates géologiques successives feraient remonter le site au IIe millénaires avant notre ère.
  • L’un des thèmes étudiés a été celui de l’agriculture, centrale dans cette région. Les grandes villes d’Arabie du sud étaient toutes entourées de systèmes d’irrigations extrêmement développés. Le sud de la région est dominé par une barrière rocheuse culminant à 3000 mètres d’altitude et qui permet une agriculture sèche. L’Est est quant à lui constitué d’une grande cuvette désertique. Les pluies qui s’abattent sur les montagnes donnent lieux à des crues violentes que les habitants récupèrent, ainsi que le limon qu’elles charrient, pour créer des oasis sur tout le piémont.
  • Autour de Shabwa, les archéologues se sont aperçus qu’il existait de gigantesques oasis reliés directement au fleuve. Les populations récupéraient les eaux qu’ils répartissaient ensuite grâce à des canaux, chaque parcelle recevait ainsi la même quantité d’eau. Grâce à l’intervention de géographes, nous sommes aujourd’hui capables de reconstituer un schéma général de la création d’oasis d’une grande originalité comparé à ceux du Moyen et du Proche-Orient. On peut aujourd’hui affirmer que dès le IIIe millénaire avant notre ère, les paysan savaient déjà exploiter les crues et créer des champs, on connait également la taille maximum de ces oasis ainsi que leurs modes de fonctionnement.
  • Sur le site de Shabwa, des bâtiments étranges de forme carrée ou rectangulaire ont été retrouvés, il s’agit de grands soubassements réguliers en pierre. Des militaires anglais y avaient retrouvés des ossements, ce qui leur avait laissé penser qu’il pouvait s’agit de tombes dans une nécropole. Cependant, les sources antiques mentionnent la présence de très nombreux temples dans les villes d’Arabie, cela aurait donc aussi pu correspondre à des lieux de culte, mais il s’agit en réalité des soubassements de maisons.
  • On se pose plusieurs questions sur les sociétés tribales, on sait cependant qu’elles étaient organisées en tribus sédentaires, qu’elles disposaient d’une hiérarchie et d’une organisation développée. On sait aussi grâce aux inscriptions retrouvées, que le lien du sang était primordial dans ses tribus des oasis.
  • Le royaume de Saba, ou Sheba, est une collectivité humaine unie par un culte commun et par un territoire. Il dispose d’un ensemble social précis et hiérarchisé, mais le lien unissant la population n’était pas celui vital de l’organisation des crues. La société sudarabique correspond en une juxtaposition de dizaines d’oasis non unifiés. A certaines époques, les sabéens ont dominés la région, mais on ignore comment cela se traduisait dans la vie quotidienne ou l’organisation interne et externe des oasis.
  • Si la richesse des populations d’Arabie du sud est liée au commerce comme cela semble être le cas, on peut se demander ce qu’ils faisaient de l’argent qu’ils gagnaient. Il semble qu’ils ne le réinvestissaient pas nécessairement dans l’agriculture mais dans la pierre. Un investissement massif dans l’agriculture aurait en effet encouragé des progrès techniques, or cela ne semble pas avoir été le cas, l’un des indices est l’abandon des oasis vers la fin du IV siècle à cause de difficultés agraires.
  • Les arbres à encens nécessitent des conditions climatiques particulières qui sont réunies en Arabie du sud. Les égyptiens, grands consommateur d’encens et de Myrrhe, ont lancé plusieurs expéditions dans ce qu’ils appelaient le pays de Pount, afin d’en ramener. Il n’y a cependant aucune certitude que leur destination se trouvait en Arabie du sud, en effet la description du lieu semble correspondre d’avantage aux côtes africaines. Il n’en reste pas moins que le commerce des arbres à encens à permis aux cultures sudarabiques de s’enrichir jusqu’à la fin de l’antiquité où l’engouement pour les encens semble s’être tarie.
  • Historiquement, on sait qu’il y a eut des échanges de part et d’autre de la mer Rouge. Entre 1995 et 1998, une équipe allemande a fouillé la ville de Sabr où des céramiques ont montré des grandes similitudes avec des céramiques de la côte africaine. Lorsqu’au VIIe siècle avant notre ère, Saba s’impose comme le plus important royaume, les Sabéens essayent alors d’exercer une hégémonie. Ils vont jusqu’aux côtés, et établissement même des colonies sur les côtes africaines, avant de s’y fondre.
  • On se pose aujourd’hui encore des questions concernant les cultures pré-sudarabiques au IIe millénaire avant notre ère du côté de Shabwa et des marges du désert. Notre connaissance de la région au paléolithique, au néolithique et même à l’âge de bronze reste vague. Cependant, dans les hautes terres du Yémen, il a été prouvé que dans certaines régions il avait existé une occupation extensive et intensive du sol depuis le IIIe millénaire avant notre ère.
  • En bordure du désert, il existe deux directions de recherches. L’une d’entre elles, une mission française, à mis à jours d’importantes nécropoles, ce qui a démontré la présence de population sédentaires mais nomadisante dans un rayon géographique limité. Autour de ce site, près de 7 milles tombes ont été retrouvées, les plus ancienne remontant au IIIe millénaire avant notre ère et les plus récente au Ier.
  • Les cultures sudarabiques sont passées de l’âge de bronze à l’âge de fer entre le XIIIe et le Xe siècle avant notre ère. Cela est dû en parti à d’important mouvement de populations venant du Levant à cette époque. Mais certaines sources archéologiques tendent à tempérer cette théorie. En effet, de nouvelles fouilles à Shabwa en 2000 ont montré que l’architecture et la céramique n’ont pas connues de rupture profonde entre les niveaux les plus anciens et les plus récents des strates géologiques, ce qui sous-entend une évolution lente et naturelle des populations locales.
  • On sait que le climat a évolué depuis le IIIe millénaire, mais pas de façon majeure. Il y a bien évidemment eut au cours des siècles des périodes plus ou moins humides et une avancée du désert, mais les changements climatique d’ampleur sont plus anciens.
Titre: Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av. J.-C.
Sous-titre: Entretien avec Jean-François BRETON
Auteur(s): Jean-François BRETON « Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av
Durée: 01:17:25
Date de réalisation: 28/01/2004
Lieu de réalisation: Fondation Maison des Sciences de l'Homme Paris France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Jean-François Breton, Directeur de recherche au CNRS, nous présente dans cet entretien, l'état des connaissance archéologiques concernant les cultures sudarabiques, dont l'une des plus connues est à l'origine du royaume de Saba. Fort de 30 d'expérience, il aborde les principaux sites qu'il a étudié comme Shabwa. Le climat d'Arabie du sud est tel que la problématique de l'eau était au centre au de la vie en société, non seulement les différentes techniques d'irrigations étaient extrêmement développé, mais les villages eux-mêmes s'organisaient par oasis.
Sujet: Discipline/approche SHS
Topique: Archéologie
Libellé: Cultures sudarabiques anciennes
Mots-clés: Archéologie ; Arabie ; Yémen ; Cultures sudarabiques ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Exposé spécialisé
Sujet: Peuples du monde
Topique: Peuples sudarabiques
Mots-clés: Civilisation ; Culture ; Yémen ; Arabie du sud ; Antiquité ; Pré-Islamique ;
Localisation spatiale du sujet: Yémen
Localisation temporelle du sujet: Ier millénaire avant J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Sujet: Régions et pays
Topique: Yémen
Aspects rhétoriques et discursifs: Description
Le Yémen est une république du monde Arabe située au sud de la péninsule arabique et issue de la réunion du Yémen du sud et du Yémen du nord en 1990. Aujourd’hui encore, la situation politique du pays reste instable et depuis le début du XXIe siècle, plusieurs révoltes et rébellions ont troublé le Yémen. Historiquement, bien que l’on y trouve des sites aussi anciens que la préhistoire, le premier véritable royaume du Yémen est le royaume sabéen aux environs de 1500 av. J.-C.
Nom: BRETON
Prénom: Jean-François
Rôle: Archéologues
Appartenance: Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS
Fonction: Archéologue
Adresse: CNRS, Nanterre, France
Jean-François BRETON est Directeur de Recherche au CNRS. Ses domaines de recherche portent sur l'histoire romaine, l'histoire de l’Orient hellénistique et romain, l'archéologie et l'histoire de la péninsule Arabique et l'archéologie de l'Arabie du Sud.
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Persee- Le portail des revues scientifiques
Auteur: Bron François. Jean-François Breton et Muhammad 'Abd Al Qàdir BàfaqIh, avec M. 'Amir, R. Audouin, M. BaPafïr, F. Baratte, J. Barrera, M. Kazanski, J. Koltès, Ch. Robin, J.-C. Roux, S. Tassinari, Kh. Az-Zubaydï
Url: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/syria_0039-7946_1995_num_72_1_8636_t1_0279_0000_1
Bron François. Jean-François Breton et Muhammad 'Abd Al Qàdir BàfaqIh, avec M. 'Amir, R. Audouin, M. BaPafïr, F. Baratte, J. Barrera, M. Kazanski, J. Koltès, Ch. Robin, J.-C. Roux, S. Tassinari, Kh. Az-Zubaydï, Trésors du wādī Dura (République du Yemen), Fouille franco- yèmènite de la nécropole de Hajar am- Dhaybiyya, (Bibliothèque archéologique et historique, tome 141), Syria, 1995, vol. 72, n° 1, pp. 279-281.
Type: Présentation(s) générale(s)
Jean-François Breton présente brièvement ses 30 années d'experience dans l'archéologie de la région sudarabique.
Type: Education formelle
Public cible: Pour tout public
Cette vidéo peut servir de support ou de complément dans le cas d'un cours sur les cultures du Moyen-Orient ou bien sur l'archéologie.
Jean-François BRETON « Histoire et archéologie de l'Arabie du Sud au Ier millénaire av. J.-C. », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 194, 2004, [en ligne]. URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/194/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© CHALLULAU, Hélène, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2004 © SPUTO-MIALET, Margot, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2004
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BRETON, Jean-François, Archéologue, CNRS, Nanterre, France, 2004 © GOTMAN, Anne, Sociologue, CNRS, Paris, France, 2004
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Lien: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse général d’un entretien sur les cultures sudarabiques
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. « Analyse général d’un entretien sur l’archéologie en Arabie du sud » (Portail ARC, 2015) : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/194/
Id analyse: 02090024-f728-41f4-87e8-34214742ceec
Id vidéo: ea501a6f-9028-4fd1-9c2c-9275ecc15479
Analyse d’un entretien avec Jean-François BRETON sur le thème de l’archéologie en Arabie du sud.