Le Guaraní, patrimoine culturel immatériel du Paraguay. MELIA, Bartomeu

Chapitre

Titre: Colonisation du Paraguay et arrivée des jésuites
Durée: 00:14:34   [00:00:00 > 00:14:34]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Bartomeu Meliá nous explique que dans les procès coloniaux, il est fait mention des conséquences de la colonisation. Parmi ses conséquences, on trouve la destruction d’une culture et de sa langue, parfois jusqu’à l’oublie de son existence, la substitution d’une culture et d’une langue par une autre, ou encore la transformation de deux langues en contact (par exemple, au niveau sémantique ou grammatical). Parfois, la colonisation peut également résulté en la création d’une nouvelle langue. Pour les Guaranís la colonisation espagnole a été relativement faible du fait de la pauvreté de leurs terres, le métissage est donc resté minime. Si l’administratif se fait en espagnole, les populations continuent à parler guaraní. A la fin du XVIe siècle, les Guaranís ont connu un déclin démographique, le gouverneur de la région a alors demandé au franciscain de les aider, se mouvement sera encore plus important avec les jésuites. Avec ces derniers, se met en place un nouveau processus, sans métissage, qui résultera dans la transformation des indigènes.
Titre: Les jésuites et la langue guaraní : littérature et traduction
Durée: 00:09:04   [00:14:34 > 00:23:38]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Les jésuites, minoritaires, prennent le partie d’apprendre le guaraní, plutôt que d’enseigner l’espagnol. Dans cette optique, ils ont rapidement travaillé sur la grammaire, la rédaction de dictionnaires et sur la traduction de catéchismes ou de sermons. La première grammaire est publiée en 1640 à Madrid. Dès le XVIIe siècle, les écoles donnent déjà de bons résultats et une littérature en langue indigène, non religieuse, se développe.
Titre: Débat historique sur la traduction de quatre termes : Ta’yra, Memby, Túva et Tupâ
Durée: 00:22:52   [00:23:38 > 00:46:30]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
L’évêque du Paraguay, exilé par le gouverneur de la ville de Corrientes, se servit du grand dictionnaire du Père Montoya pour tenter de prendre en défaut les jésuites auxquels il était opposé. Dans ce dictionnaire, il sélectionna quatre termes des catéchismes : « Ta’yra », fils de l’homme, « Memby », fils de la femme, « Túva », père, et « Tupâ », Dieu. L’évêque sortit les termes de leurs contextes et les réinterpréta en se basant sur leurs différents sens. Montoya répliqua que ces traductions étaient déjà acceptées au Brésil et approuvée par la Sainte Institution. Il entreprit ensuite une étude étymologique et phonologique de ces termes, montrant de cette façon dans quelle mesure l’interprétation de l’évêque avait été faussée.
Titre: Décomposition éthymologique abusive des mots
Durée: 00:13:14   [00:46:30 > 00:59:44]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Bartomeu Meliá nous explique que les mots ne peuvent pas systématiquement se décomposer par syllabe ou par racines étymologiques, mais qu’il est nécessaire de les considérer dans leur ensemble et dans la culture dont ils sont issus. Le terme « tupá », utilisé pour la traduction de « Dieu », n’est à l’origine qu’un dieu du tonnerre parmi d’autres. Ce terme désigne même, occasionnellement, les chamanes. Mais, Montoya, en décomposant le mot en deux, parvient à démontrer que le sens de « tupá » est parfaitement adapté pour la traduction de « Dieu ». « Tu- », a pour sens l’admiration, tandis que « -pá », signifie l’interrogation. Montaya conclu son manuscrit en précisant que l’étude de l’étymologie ne peut être dissociée d’une étude phonétique, il est également nécessaire de connaître l’emploi de ce mot et de pouvoir le comparer à d’autres mots de la même langue. En linguistique le sens d’un mot est également influencé par son cadre d’utilisation actuelle et historique.
Titre: Les différents types de littérature en langue indigène
Durée: 00:08:36   [00:59:44 > 01:08:20]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Il existe différents types de littératures en langue indigène. On trouve tout d’abord les grammaires et dictionnaires, rédigés par les jésuites, pour les jésuites. Il y a ensuite une littérature écrite par les indiens sous la direction des jésuites, comme les textes de Nicolás Yapuguay. En marge de ces deux premières catégories, une troisième littérature s’est développée, et sur laquelle les jésuites n’ont aucune prise. Cette littérature est apparue alors que les indiens étaient en guerres contre les Espagnols et les Portugais et se compose de textes aux thématiques multiples.
Titre: La réussite des missions jésuites au Paraguay et leur échec au Chaco
Durée: 00:08:41   [01:08:20 > 01:17:01]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
D’après Bartomeu Meliá, l’échec des missions jésuites au Chaco est dû aux mauvaises conjectures culturelles. Alors que le système économique des peuples agriculteurs, leurs religions, et l’organisation par villages, sont propices au christianisme, la culture Chaco, peuple de chasseurs nomades pour qui la cellule familiale est au centre des croyances, ne disposait pas de bases favorables à la conversion. Cependant, à partir du XIXe siècle, le mode de vie des Chaco s’est modifié et le christianisme s’est très bien implanté dans leur culture.
Titre: L’héritage psychologique et la filiation matérialiste des franciscains chez les jésuites
Durée: 00:06:43   [01:17:01 > 01:23:44]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Bartomeu Meliá cite les lettres de Saint Ignace, adressées aux Pères qui se rendaient aux Indes. Il leur demandait de rédiger au moins deux écrits, un pour le grand public où seraient relatés tous les faits et anecdotes intéressantes, et un deuxième écrit plus formel, pour lui-même. D’après Bartomeu Meliá, cette demande serait à l’origine de la tradition jésuite de produire beaucoup de textes. Aujourd’hui, ces très nombreux manuscrits sont de réels témoignages ethnographiques.
Titre: L’origine du manuscrit des jésuites
Durée: 00:08:32   [01:23:44 > 01:31:34]
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Les manuscrits jésuites sont aujourd’hui dispersés aux quatre coins du monde. Certains ont tout simplement disparu, d’autres ont été détruits, une partie a été vendue à des particuliers (comme à Bravo et De Angelis), on en trouve dans les archives du Brésil ou à Buenos Aires, etc.

8 chapitres.
  • Conférence filmée. Bartomeu Meliá nous explique que dans les procès coloniaux, il est fait mention des conséquences de la colonisation. Parmi ses conséquences, on trouve la destruction d’une culture et de sa langue, parfois jusqu’à l’oublie de son existence, la substitution d’une culture et d’une langue par une autre, ou encore la transformation de deux langues en contact (par exemple, au niveau sémantique ou grammatical). Parfois, la colonisation peut également résulté en la création d’une nouvelle langue. Pour les Guaranís la colonisation espagnole a été relativement faible du fait de la pauvreté de leurs terres, le métissage est donc resté minime. Si l’administratif se fait en espagnole, les populations continuent à parler guaraní. A la fin du XVIe siècle, les Guaranís ont connu un déclin démographique, le gouverneur de la région a alors demandé au franciscain de les aider, se mouvement sera encore plus important avec les jésuites. Avec ces derniers, se met en place un nouveau processus, sans métissage, qui résultera dans la transformation des indigènes.
  • Conférence filmée. Les jésuites, minoritaires, prennent le partie d’apprendre le guaraní, plutôt que d’enseigner l’espagnol. Dans cette optique, ils ont rapidement travaillé sur la grammaire, la rédaction de dictionnaires et sur la traduction de catéchismes ou de sermons. La première grammaire est publiée en 1640 à Madrid. Dès le XVIIe siècle, les écoles donnent déjà de bons résultats et une littérature en langue indigène, non religieuse, se développe.
  • Conférence filmée. L’évêque du Paraguay, exilé par le gouverneur de la ville de Corrientes, se servit du grand dictionnaire du Père Montoya pour tenter de prendre en défaut les jésuites auxquels il était opposé. Dans ce dictionnaire, il sélectionna quatre termes des catéchismes : « Ta’yra », fils de l’homme, « Memby », fils de la femme, « Túva », père, et « Tupâ », Dieu. L’évêque sortit les termes de leurs contextes et les réinterpréta en se basant sur leurs différents sens. Montoya répliqua que ces traductions étaient déjà acceptées au Brésil et approuvée par la Sainte Institution. Il entreprit ensuite une étude étymologique et phonologique de ces termes, montrant de cette façon dans quelle mesure l’interprétation de l’évêque avait été faussée.
  • Conférence filmée. Bartomeu Meliá nous explique que les mots ne peuvent pas systématiquement se décomposer par syllabe ou par racines étymologiques, mais qu’il est nécessaire de les considérer dans leur ensemble et dans la culture dont ils sont issus. Le terme « tupá », utilisé pour la traduction de « Dieu », n’est à l’origine qu’un dieu du tonnerre parmi d’autres. Ce terme désigne même, occasionnellement, les chamanes. Mais, Montoya, en décomposant le mot en deux, parvient à démontrer que le sens de « tupá » est parfaitement adapté pour la traduction de « Dieu ». « Tu- », a pour sens l’admiration, tandis que « -pá », signifie l’interrogation. Montaya conclu son manuscrit en précisant que l’étude de l’étymologie ne peut être dissociée d’une étude phonétique, il est également nécessaire de connaître l’emploi de ce mot et de pouvoir le comparer à d’autres mots de la même langue. En linguistique le sens d’un mot est également influencé par son cadre d’utilisation actuelle et historique.
  • Conférence filmée. Il existe différents types de littératures en langue indigène. On trouve tout d’abord les grammaires et dictionnaires, rédigés par les jésuites, pour les jésuites. Il y a ensuite une littérature écrite par les indiens sous la direction des jésuites, comme les textes de Nicolás Yapuguay. En marge de ces deux premières catégories, une troisième littérature s’est développée, et sur laquelle les jésuites n’ont aucune prise. Cette littérature est apparue alors que les indiens étaient en guerres contre les Espagnols et les Portugais et se compose de textes aux thématiques multiples.
  • Conférence filmée. D’après Bartomeu Meliá, l’échec des missions jésuites au Chaco est dû aux mauvaises conjectures culturelles. Alors que le système économique des peuples agriculteurs, leurs religions, et l’organisation par villages, sont propices au christianisme, la culture Chaco, peuple de chasseurs nomades pour qui la cellule familiale est au centre des croyances, ne disposait pas de bases favorables à la conversion. Cependant, à partir du XIXe siècle, le mode de vie des Chaco s’est modifié et le christianisme s’est très bien implanté dans leur culture.
  • Conférence filmée. Bartomeu Meliá cite les lettres de Saint Ignace, adressées aux Pères qui se rendaient aux Indes. Il leur demandait de rédiger au moins deux écrits, un pour le grand public où seraient relatés tous les faits et anecdotes intéressantes, et un deuxième écrit plus formel, pour lui-même. D’après Bartomeu Meliá, cette demande serait à l’origine de la tradition jésuite de produire beaucoup de textes. Aujourd’hui, ces très nombreux manuscrits sont de réels témoignages ethnographiques.
  • Conférence filmée. Les manuscrits jésuites sont aujourd’hui dispersés aux quatre coins du monde. Certains ont tout simplement disparu, d’autres ont été détruits, une partie a été vendue à des particuliers (comme à Bravo et De Angelis), on en trouve dans les archives du Brésil ou à Buenos Aires, etc.
Titre: Le Guaraní, patrimoine culturel immatériel du Paraguay
Auteur(s): MELIA, Bartomeu
Durée: 01:31:34
Date de réalisation: 16/03/2006
Lieu de réalisation: INALCO, 2 rue de Lille, 75343, Paris cedex 07, France
Langue(s): Français
Bartomeu Meliá, Père jésuite ethnographe, expose ici le problème de la traduction hispano-guaraní en reprenant les divers contextes, historique, linguistique ou politique. qui ont à la fois permis la création d'ouvrages de références comme celui du Père Montoya (1651) dont il commente plusieurs exemples, et qui ont également donné lieu à des confusions et des manipulations. Bartemeu Meliá commente l'implication et le rôle des missions jésuites au début de la langue écrite guaraní et des diverses littératures associées. Dans la deuxième partie de sa présentation, Bartomeu Meliá répond aux questions du public. Il aborde notamment la littérature indigène, dans le contexte missionnaire, ou l'histoire des manuscrits jésuites.
Bartomeu Meliá est né à Porreres, Mayorque, Espagne en 1932. Jésuite, il est arrivé au Paraguay en 1954 où il a commencé l’étude de la langue et de la culture guarani avec le père Antonio Guasch comme professeur. Il a obtenu un doctorat de l’Université de Strasbourg en 1969 sur le thème « La création d’un langage chrétien dans les réductions des guarani au Paraguay ». Disciple et collaborateur de Don León Cardogan, Bartomeu Meliá a été professeur d’ethnographie et de culture guarani à l’Université catholique d’Asunción et Président du Centre d’Etudes Anthropologiques. Il a été directeur des revues Suplemento Antropológico et Estudios Paraguayos jusqu’en 1976. Il participe activement à divers programmes d’éducation interculturelle bilingue aussi bien au Paraguay qu’en Bolivie, au Brésil ou en Argentine. Il est membre de la Commission Nationale. Bartomeu Meliá expose ici le problème de la traduction hispano-guaraní en reprenant les divers contextes, historique, linguistique ou politique. qui ont à la fois permis la création d'ouvrages de références comme celui du Père Montoya (1651) dont il commente plusieurs exemples, et qui ont également donné lieu à des confusions et des manipulations. Bartemeu Meliá commente l'implication et le rôle des missions jésuites au début de la langue écrite guaraní et des diverses littératures associées. Dans la deuxième partie de sa présentation, Bartomeu Meliá répond aux questions du public. Il aborde notamment la littérature indigène, dans le contexte missionnaire, ou l'histoire des manuscrits jésuites.
Sujet: Traduction littéraire
Topique: hispano-guaraní
Localisation spatiale du sujet: Paraguay
Localisation temporelle du sujet:
Du XVIe siècle à aujourd'hui.
Aspects rhétoriques et discursifs: Discours littéraire ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Sujet: Linguistique et langues
Topique: Linguistique
Domaine: Traduction, traductique
Localisation spatiale du sujet: Paraguay
Localisation temporelle du sujet:
Du XVIe siècle à aujourd'hui.
Aspects rhétoriques et discursifs: Discours littéraire ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Sujet: Histoire des religions
Topique: Missionnaires jésuites
Localisation spatiale du sujet: Paraguay
Localisation temporelle du sujet: XVIe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Discours littéraire ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Sujet: Régions et pays
Topique: Paraguay
Localisation temporelle du sujet:
Du XVIe siècle à aujourd'hui.
Aspects rhétoriques et discursifs: Discours littéraire ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Nom: Melia
Prénom: Bartomeu
Rôle: Anthropologues
Fonction: Professeur d'ethnographie
Adresse: Président du Centre d'Etudes Anthropologiques, Paraguay
Bartomeu Melia, Ancien professeur d'ethnologie et de culture guarani de l'Université catholique d'Asuncion, Président du Centre d'Etudes Anthropologiques, Paraguay
Type: Média écrit
Auteur: Capucine Boidin
Url: http://nuevomundo.revues.org/3857?lang=fr
« Bartolomé Meliá », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Mémoires de l'américanisme, 2007, mis en ligne le 20 janvier 2008, consulté le 19 mai 2014. URL : http://nuevomundo.revues.org/3857 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.3857 Entretien en français: Presentation : Bartomeu Meliá est né à Porreres, Mayorque, Espagne en 1932. Jésuite, il est arrivé au Paraguay en 1954 où il a commencé l’étude de la langue et de la culture guarani avec le père Antonio Guasch comme professeur. Il a obtenu un doctorat de l’Université de Strasbourg en 1969 sur le thème « La création d’un langage chrétien dans les réductions des guarani au Paraguay ». Disciple et collaborateur de Don León Cardogan, Bartomeu Meliá a été professeur d’ethnographie et de culture guarani à l’Université catholique d’Asunción et Président du Centre d’Etudes Anthropologiques. Il a été directeur des revues Suplemento Antropológico et Estudios Paraguayos jusqu’en 1976. Il participe activement à divers programmes d’éducation interculturelle bilingue aussi bien au Paraguay qu’en Bolivie, au Brésil ou en Argentine. Il est membre de la Commission Nationale. Les thèmes abordés : En esta entrevista, Bartomeu MELIA describe su entrada como antropólogo en Paraguay, dando cuenta de los distintos grupos indígenas con los que entra en contacto. A partir de su larga permanencia en América del sur, presenta una introducción sobre los principales trabajos realizados con las comunidades
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour spécialistes
Présentation abordant des thèmes de linguistique, d'histoire, de théologie et d'ethnologie.
MELIA, Bartomeu. " Le Guaraní, patrimoine culturel immatériel du Paraguay ", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°923, 2006, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/923/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DE PABLO, Elisabeth, Ingénieur de Recherches, ESCoM-FMSH, Paris, 2006 © BONNEMAZOU, Camille, ESCoM-FMSH, Paris, 2006 © FILLON, Richard, ESCoM-FMSH, Paris, 2006
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© MELIA, Bartomeu, Professeur d'ethnologie et de culture guarani, Université catholique d'Asuncion, Asuncion, 2006 © BOIDIN, Capucine, IHEAL Paris, 2006
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page "
Titre: Présentation de Bartomeu MELIA sur les Guaranís et les jésuites
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. « Séminaire de Bartomeu MELIA sur les Guaranís et les jésuites » (Portail ARC, 2014) : http://www.arc.msh-paris.fr/
Id analyse: 0ca533dd-efdc-4688-ab25-48cc9f716c75
Id vidéo: de9d52c5-d8b8-4aba-9e20-97c8ac2d319f
Description de la présentation de Bartomeu Meliá sur les Guaranís, les jésuites et les subtilités du travail de traduction.