Marcel Didailler, ancien chauffeur mécanicien à la SNCF .

Chapitre

Titre: Souvenirs de guerre
Durée: 00:04:26   [00:00:00 > 00:04:26]
Monsieur Didailler débute son récit de souvenirs dans les années 1940, pendant l'Occupation des allemands en France. Il se souvient de son quotidien en temps de guerre, et raconte comment il s'est retrouvé à Périgueux, en Dordogne, à fabriquer des clés pour les sous-officiers en tant qu'ajusteur.
Titre: Premier accident de travail
Durée: 00:04:52   [00:04:26 > 00:09:18]
Monsieur Didailler raconte dans cet extrait son premier accident de travail alors qu'il est encore en apprentissage ajustage à Capdenac. Il explique comment cette erreur de choix d'outil lui a non seulement causé une blessure importante, mais aussi un rappel à l'ordre de la part de ses supérieurs de classe.
Titre: Les tâches quotidiennes d'un apprenti conducteur-électricien de train
Durée: 00:06:19   [00:09:18 > 00:15:37]
Dans ce passage, Monsieur Didailler revient sur son choix de parcours professionnel et sur ses premières expériences dans le chemin de fer. Il choisit d'abord un apprentissage d'ajusteur "C'était ça qui me plaisait. On pouvait faire forge aussi, j'aimais beaucoup la forge, mais j'étais pas baraqué comme un forgeron !". Il enchaîne ensuite avec un stage de conducteur électricien, d'abord à Toulouse, puis à Tarbes. A l'époque, la SNCF n'est pas centralisée, il existe plusieurs lignes (Midi, Paris-Orléans, PLM, Alsace-Lorraine,...) et un tas de locomotives différentes qu'il faut apprendre à conduire et réparer. Le souvenir de Monsieur Didailler reste un souvenir d'apprentissage pénible : "Il fallait mettre l'eau et faire le feu dans les locomotives, parfois on avait plusieurs de tonnes de charbon !".
Titre: Le stage vapeur
Durée: 00:08:48   [00:15:37 > 00:24:26]
Monsieur Didailler s'arrête ici sur la période entre la fin de son stage comme conducteur-électricien et le début de son stage vapeur à Châteauroux. Il doit alors faire des allers-retours tous les jours dans les trains ouvriers pour retrouver sa femme installée à Argenton-sur-Creuse, puis est nommé en 1953 élève-conducteur à Vierzon où il s'installe dans une petite chambre au dessus d'une épicerie du centre.
Titre: Les instructeurs et l'Ecole de Maistrance
Durée: 00:07:39   [00:24:26 > 00:32:05]
A la fin de son entretien, Marcel Didailler se souvient de tous les instructeurs qu'il a croisé sur son chemin et qui l'ont formé à l'art du chemin du fer. Il explique aussi comment son manque de diplôme l'a poussé à entreprendre une deuxième phase d'étude à l'école de Maistrance à Paris, et ce en "cachette" de ses instructeurs.

5 chapitres.
  • Monsieur Didailler débute son récit de souvenirs dans les années 1940, pendant l'Occupation des allemands en France. Il se souvient de son quotidien en temps de guerre, et raconte comment il s'est retrouvé à Périgueux, en Dordogne, à fabriquer des clés pour les sous-officiers en tant qu'ajusteur.
  • Monsieur Didailler raconte dans cet extrait son premier accident de travail alors qu'il est encore en apprentissage ajustage à Capdenac. Il explique comment cette erreur de choix d'outil lui a non seulement causé une blessure importante, mais aussi un rappel à l'ordre de la part de ses supérieurs de classe.
  • Dans ce passage, Monsieur Didailler revient sur son choix de parcours professionnel et sur ses premières expériences dans le chemin de fer. Il choisit d'abord un apprentissage d'ajusteur "C'était ça qui me plaisait. On pouvait faire forge aussi, j'aimais beaucoup la forge, mais j'étais pas baraqué comme un forgeron !". Il enchaîne ensuite avec un stage de conducteur électricien, d'abord à Toulouse, puis à Tarbes. A l'époque, la SNCF n'est pas centralisée, il existe plusieurs lignes (Midi, Paris-Orléans, PLM, Alsace-Lorraine,...) et un tas de locomotives différentes qu'il faut apprendre à conduire et réparer. Le souvenir de Monsieur Didailler reste un souvenir d'apprentissage pénible : "Il fallait mettre l'eau et faire le feu dans les locomotives, parfois on avait plusieurs de tonnes de charbon !".
  • Monsieur Didailler s'arrête ici sur la période entre la fin de son stage comme conducteur-électricien et le début de son stage vapeur à Châteauroux. Il doit alors faire des allers-retours tous les jours dans les trains ouvriers pour retrouver sa femme installée à Argenton-sur-Creuse, puis est nommé en 1953 élève-conducteur à Vierzon où il s'installe dans une petite chambre au dessus d'une épicerie du centre.
  • A la fin de son entretien, Marcel Didailler se souvient de tous les instructeurs qu'il a croisé sur son chemin et qui l'ont formé à l'art du chemin du fer. Il explique aussi comment son manque de diplôme l'a poussé à entreprendre une deuxième phase d'étude à l'école de Maistrance à Paris, et ce en "cachette" de ses instructeurs.
Titre: Marcel Didailler, ancien chauffeur mécanicien à la SNCF
Date de réalisation: 01/01/2011
Lieu de réalisation: Vierzon
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Cette partie d'entretien de Marcel Didailler est consacrée à un récit mémoriel sur les années d'apprentissage à Capdenac, puis entre Vierzon et Argenton-sur-Creuse sur la ligne du Paris-Orléans de la future SNCF.
Sujet: Secteurs industriels
Topique: Chemin de fer
Nom: DIDAILLER
Prénom: Marcel
Rôle: Témoins de l'époque
Fonction: Vierzon
Adresse: France, Université François Rabelais de Tours,2011
DIDAILLER Marcel, Vierzon, France, 2011 © MICHAU Nadine, Université François Rabelais de Tours, 2011
Nom: MICHAU
Prénom: Nadine
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Adresse: Université François-Rabelais de Tours, France, 2011
MICHAU Nadine, Université François-Rabelais de Tours, France, 2011
Nom: Université François Rabelais de Tours /CITERES/ CETU ETIcS
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Fonction: 2011
Université François Rabelais de Tours /CITERES/ CETU ETIcS, 2011
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de(s) ayant-droit(s) du contenu du média: © DIDAILLER Marcel, Vierzon, France, 2011 © MICHAU Nadine, Université François Rabelais de Tours, 2011. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de son(ses) auteur(s): © Université François Rabelais de Tours /CITERES/ CETU ETIcS, 2011 ; © MICHAU Nadine, Université François-Rabelais de Tours, France, 2011. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Titre: Analyse thématique de l'entretien filmé de Marcel Didailler, ancien chauffeur mécanicien à la SNCF
Langue(s): Français
Type: Analyses thématiques
Id analyse: 0d3dfe36-1e42-4b17-bf4a-9b410e8cdf13
Id vidéo: 84ce71f6-58a2-473d-9359-03c5fb0085ed