The Paradox of Global Poverty - Extrait. GUPTA, Akhil
Titre: The Paradox of Global Poverty - Extrait
Sous-titre: Akhil GUPTA
Auteur(s): GUPTA, Akhil
Durée: 00:12:44
Date de réalisation: 03/06/2009
Lieu de réalisation: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France
Genre: Cours d'enseignement supérieur filmé
Langue(s): English
Quelles sont les conditions juridiques et sociales qui font que les conditions de la pauvreté semblent normales ? Si l’Inde est épargnée par les famines massives ou les grandes vagues de mortalité dues aux catastrophes naturelles, c’est grâce à la démocratie qui y prévaut : multipartisme, et presse libre. Pourtant des formes de violences invisibles causent la mort de millions de pauvres : selon Akhil GUPTA, ces formes de violence sont l’inaction et la non-intervention des états face aux phénomènes d’extrême pauvreté dans le monde. L’extrême pauvreté n’est pas un état de fait inévitable, elle est due à un manque de prévention, pire, à de véritables politiques d’extermination lente envers ceux qu’on laisse tout simplement mourir. Selon Akhil GUPTA, l’extrême pauvreté est due à une forme de « thanato-politique. »
Sujet: Théories et notions scientifiques en SHS
Topique: Théorie de la biopolitique
Titre: Biopolitique et extrême pauvreté
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Exposé théorique
Akhil GUPTA se réfère à la théorie de Michel Foucault de la "biopolitique", comme façon pour les Etats d'établir un "contrôle" sur le corps social de l'extrême pauvreté. "La Biopolitique est un néologisme formé par Michel Foucault pour identifier une forme d'exercice du pouvoir qui porte, non plus sur les territoires mais sur la vie des gens, sur des populations, le biopouvoir." (Wikipédia)
Nom: ABELES
Prénom: Marc
Rôle: Responsables de conférences
Appartenance: EHESS - Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Fonction: Directeur d'études
Adresse: Paris, France
Normalien, titulaire d’un doctorat de 3e cycle et d’un doctorat d’État en anthropologie, Marc Abélès a consacré ses premiers travaux, sous la direction de Claude Lévi-Strauss, aux pratiques politiques d’une société d’Ethiopie méridionale (Ochollo). Entré au CNRS, il a été membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale de 1979 à 1995. Il a mené des recherches sur le politique et les institutions dans les contextes français et européen en reprenant plusieurs questions abordées à propos des Ochollo. L’élection, les pratiques d’assemblées, la symbolique politique sont au coeur de ses travaux sur la vie politique en Bourgogne (Jours tranquilles en 89, 1989), sur les rituels de François Mitterrand (Anthropologie de l’État, 1990), sur l’Assemblée nationale (Un ethnologue à l’Assemblée, 2000), sur les avatars de la représentation politique (L’Echec en politique, 2005) et sur le Parlement européen (La vie quotidienne au Parlement européen, 1992). En 1993, à la demande de la Commission européenne, il a dirigé une recherche anthropologique au sein de cet organisme. Plus récemment ses investigations ont porté sur la Silicon Valley, où il s’est intéressé aux créateurs de start-up et adeptes de la philanthropie (Les Nouveaux riches. Un ethnologue dans la Silicon Valley, 2002), et sur les nouveaux pouvoirs et contre-pouvoirs dans le contexte de la globalisation (Politique de la survie, 2006). De 1990 à 1998, il a siégé au Comité national du CNRS. Il dirige le Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales qu’il a contribué à créer en 1995. En 2005, il a été élu directeur d’études à l’EHESS où son enseignement traite de l’anthropologie des institutions. Il a été visiting scholar à Brown University (1997), Stanford University (2000), et professeur invité à New York University (2004), Boston University (2006), Universidad de Buenos Aires (2006).
Lien: http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article96
GUPTA, Akhil. Segment de la discussion portant sur la pauvreté et le système mondial, in «The Paradox of Global Poverty», conférence de Mr Akhil GUPTA, Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1829, 2009, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1829&ress=6394&video=10396&format=68#
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est l'ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias) à la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme) le 3 juin 2009, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Lien: http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: Analyse de la conférence intitulée "The Paradox of Global Poverty"
Sous-titre: Analyse pour portail FMSH-AAR
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: SYLVESTRE, Isabelle. Analyse de la vidéo source découpée d’un segment de la conférence «The Paradox of Global Poverty», de Mr Akhil GUPTA (Professeur d'anthropologie à l'Université de Californie - UCLA - Los Angeles, USA) - 2012, Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1829, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1829&ress=6394&video=10396&format=68#
Id analyse: 273f2172-fa8f-4ecf-88d0-6ff5ea0c66e6
Id vidéo: 40baba01-531f-46f1-a26a-224e028542e7
Conférence de Akhil GUPTA (Professeur d'anthropologie à l'Université de Californie - UCLA - Los Angeles, USA) réalisée le 3 juin 2009, dans le cadre du séminaire "Figures du global-politique" de Marc Abélès. Discutant : Jonathan Friedman, directeur d'études à l'EHESS.
L’intensification des processus transnationaux transforme radicalement la configuration des espaces politiques contemporains. On a vu ainsi émerger de nouveaux lieux de pouvoir et de contre-pouvoir, avec la montée en puissance d’institutions internationales et d’organisations non gouvernementales dont on mesure l’impact dans la gestion des affaires planétaires. Mais le global-politique ne saurait être circonscrit en termes de rapport de forces, ni pensé comme une forme super-étatique. Il se construit à côté de l’univers des partages territoriaux, sans s’imposer aux états et aux dispositifs classiques de la souveraineté comme un pouvoir surplombant. Penser le global-politique implique de ne pas l’analyser seulement comme un ensemble d’instances de négociation et de prise de décision, mais aussi en tant que lieux du politique où s’engendrent des normes, des concepts, des paramètres de discussion, et où se concrétise une puissance collective, faite de tensions, voire d’affrontements, mobilisant des protagonistes issus de strates hétéroclites. Ce séminaire vise à explorer les différentes figures du global-politique en prenant appui sur des travaux ethnographiques très récents, et à affiner les instruments conceptuels et méthodologiques pour approcher ce phénomène.