Géographie culturelle. BERQUE Augustin

Chapitre

Titre: Géographie positiviste contre géographie phénoménologique
Durée: 00:08:12   [00:00:00 > 00:08:12]
Augustin BERQUE est géographe et orientaliste, directeur d'études à l'Ecole des Hautes en Sciences Sociales, et membre du centre de recherches sur le Japon, qu'il a dirigé pendant 18 ans. Ses domaines de recherches sont principalement l'écoumène, qu'il définit comme le rapport de l'homme à son milieu, et le paysage. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment des monographies concernant la culture japonaise et la géographie. La dernière d'entre-elles est Ecoumène. Introduction à l'étude des milieux humains, publiée en 2000 aux éditions Belin. Il également dirigé de nombreux ouvrages collectifs. Le chercheur a une formation de géographie poursuivie à l'école française de la géographie, et a appris le chinois et le japonais à l'école des langues orientales. Il a appris une géographie positiviste, le courant phénoménologique ne s'étant développé que plus tard, au cours des années 1970.
Titre: La théorie des milieux humains de Watsuji Tetsurô
Durée: 00:06:16   [00:08:12 > 00:14:28]
Augustin BERQUE se trouvait au Japon à la fin des années 1960. En quête de sujets de recherche, il pris connaissance de l'ouvrage Climate and Culture de Watsuji Tetsurô, philosophe japonais. Il indique que le mauvaise traduction du livre ne lui permis pas de comprendre la problématique du livre, formulée en réaction à Être et temps de Martin Heidegger.
Titre: La notion de Médiance
Durée: 00:12:21   [00:14:28 > 00:26:50]
La thèse de doctorat d'Augustin BERQUE qu'il écrit dans les années 1970 sur la colonisation de l'île de Hokkaido par la société japonaise lui ouvrit des pistes de recherche sur la géographie culturelle. Il s'intéressa par la suite au milieu, et à la problématique de Watsuji Tetsurô, qui était d'introduire l'ontologie de Heidegger en relation avec l'espace. Il s'attacha à traduire l'ouvrage Climate and Culture du philosophe japonais, ce qui le mena à forger le concept de médiance. Il insiste sur la longue durée de ce travail, qui dura jusqu'aux années 1990. Il fut au cours de cette période sensibilisé à la géographie phénoménologique, sans en être réellement conscient.
Titre: Le paradigme du dépassement de la modernité dans une perspective japonaise
Durée: 00:13:53   [00:26:50 > 00:40:43]
Après avoir rédigé dans la seconde partie des années 1970 des ouvrages sur le Japon, le géographe entreprit de réétudier la pensée de Watsuji Tetsurô, après que se soit développé l'idée que le Japon avait accédé à la postmodernité avant l'Europe occidentale, et que le paradigme de la modernité occidentale devait être abandonné. Le courant du dépassement de la modernité émergea donc au sein de l'école philosophique de Kyoto. En 1994, en constatant l'importance que prenait cette question, il décida de lancer un programme de recherche sur ce thème, ce qui déboucha sur 3 publications. C'est suite à ce programme qu'il entreprit la lecture d'Être et temps de Martin Heidegger.
Titre: La critique de Heidegger par Watsuji
Durée: 00:03:28   [00:40:43 > 00:44:11]
Ainsi, il apparut à Augustin BERQUE que l'ouvrage de Watsuji Tetsurô était une critique de celui de Martin Heidegger, qui se structurait autour d'une opposition entre l'individu et le collectif.
Titre: La mésologie, science des milieux
Durée: 00:04:36   [00:44:11 > 00:48:47]
Cette prise de conscience permit au chercheur de fonder une théorie des milieux humains qu'il nomma mésologie. Sa problématique se constitua donc véritablement à la fin des années 1990.
Titre: La géographie phénoménologique
Durée: 00:03:53   [00:48:47 > 00:52:41]
L'itinéraire intellectuel du cherché retracé, il s'attache ensuite à définir plus précisément la notion de géographie phénoménologique. La géographie traditionnelle étudie les phénomènes d'un point de vue positiviste, en supposant que l'observateur peut s'abstraire de son objet de recherche. Le point de vue des individus concernés en est absent. S'attacher à comprendre comment les individus se représentent leur milieu change fondamentalement la problématique. C'est ce que s'attache à étudier la géographie phénoménologique, émergeant dans les années 1970.
Titre: La géographie culturelle
Durée: 00:09:09   [00:52:41 > 01:01:51]
Le terme de géographie culturelle existe depuis longtemps. Dans son acception américaine, elle s'occupe d'étudier des phénomènes géographiques de manière très positive. Cependant, dans le contexte français des années 1980, elle consiste à tenir compte des faits de culture, cette dernière étant définie comme le sens que les sociétés accordent au monde. Ainsi, la thèse de doctorat qu'Augustin BERQUE a soutenue en 1977 s'inscrivait dans cette perspective, puisqu'il s'agissait de voir comment une culture pouvait être menée au changement en s'implantant dans un nouvel environnement physique.
Titre: L'ethno-géographie
Durée: 00:00:57   [01:01:51 > 01:02:49]
Un rapport étroit existe entre la géographie phénoménologique et l'ethno-géographie. La différence est que la première ne s'intéresse pas seulement aux sociétés dites « primitives » mais bien à leur ensemble.
Titre: La problématique du paysage
Durée: 00:08:53   [01:02:49 > 01:11:42]
Augustin BERQUE a lors de ses études étudié le paysage sous une approche positiviste. Lors de son voyage au Japon, il a découvert que la société japonaise se représentait le paysage d'une manière différente de la sienne, ce qui a soulevé de nouvelles interrogations. Le chercheur précise que le concept de paysage apparaît en Europe lors de la Renaissance, ce qui indique que cette société commence à cette époque à se représenter son environnement en terme de paysage. Cette problématique de représentation sociale du paysage se pose alors en sciences sociales au cours de la fin des années 1970.
Titre: Etude sur le paysage
Durée: 00:12:54   [01:11:42 > 01:24:37]
Augustin BERQUE rappelle que ses voyages prolongés au Japon lui ont permis de comprendre de quelles manières certaines problématiques étaient formulées par cette société, notamment autour du paysage et de la nature. Il y a découvert l'histoire de la conception du paysage au Japon, qui s'inscrit sur une période longue. Le chercheur indique qu'il a trouvé des échos à ces problématiques en France, notamment auprès de Bernard Lassus et de sa notion de « démesurable », qu'il lie à la notion d'ouverture de monde de Martin Heidegger dans L'origine de l’œuvre d'art.
Titre: Le principe de Zong Bing
Durée: 00:03:34   [01:24:37 > 01:28:11]
Depuis longtemps, les études sur le paysage existent eu Europe et en Orient. En effet, Zong Bing a écrit une introduction à la peinture de paysage au Vème siècle en Chine, qui est considérée comme le premier traité de peinture du paysage connu dans l'histoire. Son principe indique que le paysage est constitué d'une matière physique et tend aussi vers l'immatériel. Le problème qui se pose dès lors est celui de la relation entre ces deux pôles.
Titre: Le dualisme philosophique Européen et la culture japonaise
Durée: 00:06:07   [01:28:11 > 01:34:19]
Avant de découvrir le paradigme moderne occidental établi au XVIIème siècle formulé par Descartes, qui a établi la distinction entre sujet et objet, s'est posée la question pour la culture japonaise de traduire les concepts de la philosophie occidentale. Augustin BERQUE indique que toute l'esthétique japonaise va contre une conception dualiste, mais tend plutôt à la communion.
Titre: Le "lieu Nishidien" et le dépassement de la modernité
Durée: 00:08:44   [01:34:19 > 01:43:03]
La figure principale de l'école de Kyoto, qui porta le thème du dépassement de la modernité, est le philosophe Kitaro Nishida. Il essaya de dépasser le dualisme sujet/objet en conceptualisant ce qu'il nomme le « lieu ». Il en chercha les logiques, qui sont celles du prédicat et de la métaphore. En somme, Nishida a produit une explication ontologique à la tendance japonaise à assimiler ce que la culture moderne européenne tend à considérer comme antagoniste.

14 chapitres.
  • Augustin BERQUE est géographe et orientaliste, directeur d'études à l'Ecole des Hautes en Sciences Sociales, et membre du centre de recherches sur le Japon, qu'il a dirigé pendant 18 ans. Ses domaines de recherches sont principalement l'écoumène, qu'il définit comme le rapport de l'homme à son milieu, et le paysage. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment des monographies concernant la culture japonaise et la géographie. La dernière d'entre-elles est Ecoumène. Introduction à l'étude des milieux humains, publiée en 2000 aux éditions Belin. Il également dirigé de nombreux ouvrages collectifs. Le chercheur a une formation de géographie poursuivie à l'école française de la géographie, et a appris le chinois et le japonais à l'école des langues orientales. Il a appris une géographie positiviste, le courant phénoménologique ne s'étant développé que plus tard, au cours des années 1970.
  • La thèse de doctorat d'Augustin BERQUE qu'il écrit dans les années 1970 sur la colonisation de l'île de Hokkaido par la société japonaise lui ouvrit des pistes de recherche sur la géographie culturelle. Il s'intéressa par la suite au milieu, et à la problématique de Watsuji Tetsurô, qui était d'introduire l'ontologie de Heidegger en relation avec l'espace. Il s'attacha à traduire l'ouvrage Climate and Culture du philosophe japonais, ce qui le mena à forger le concept de médiance. Il insiste sur la longue durée de ce travail, qui dura jusqu'aux années 1990. Il fut au cours de cette période sensibilisé à la géographie phénoménologique, sans en être réellement conscient.
  • Après avoir rédigé dans la seconde partie des années 1970 des ouvrages sur le Japon, le géographe entreprit de réétudier la pensée de Watsuji Tetsurô, après que se soit développé l'idée que le Japon avait accédé à la postmodernité avant l'Europe occidentale, et que le paradigme de la modernité occidentale devait être abandonné. Le courant du dépassement de la modernité émergea donc au sein de l'école philosophique de Kyoto. En 1994, en constatant l'importance que prenait cette question, il décida de lancer un programme de recherche sur ce thème, ce qui déboucha sur 3 publications. C'est suite à ce programme qu'il entreprit la lecture d'Être et temps de Martin Heidegger.
  • L'itinéraire intellectuel du cherché retracé, il s'attache ensuite à définir plus précisément la notion de géographie phénoménologique. La géographie traditionnelle étudie les phénomènes d'un point de vue positiviste, en supposant que l'observateur peut s'abstraire de son objet de recherche. Le point de vue des individus concernés en est absent. S'attacher à comprendre comment les individus se représentent leur milieu change fondamentalement la problématique. C'est ce que s'attache à étudier la géographie phénoménologique, émergeant dans les années 1970.
  • Le terme de géographie culturelle existe depuis longtemps. Dans son acception américaine, elle s'occupe d'étudier des phénomènes géographiques de manière très positive. Cependant, dans le contexte français des années 1980, elle consiste à tenir compte des faits de culture, cette dernière étant définie comme le sens que les sociétés accordent au monde. Ainsi, la thèse de doctorat qu'Augustin BERQUE a soutenue en 1977 s'inscrivait dans cette perspective, puisqu'il s'agissait de voir comment une culture pouvait être menée au changement en s'implantant dans un nouvel environnement physique.
  • Un rapport étroit existe entre la géographie phénoménologique et l'ethno-géographie. La différence est que la première ne s'intéresse pas seulement aux sociétés dites « primitives » mais bien à leur ensemble.
  • Augustin BERQUE a lors de ses études étudié le paysage sous une approche positiviste. Lors de son voyage au Japon, il a découvert que la société japonaise se représentait le paysage d'une manière différente de la sienne, ce qui a soulevé de nouvelles interrogations. Le chercheur précise que le concept de paysage apparaît en Europe lors de la Renaissance, ce qui indique que cette société commence à cette époque à se représenter son environnement en terme de paysage. Cette problématique de représentation sociale du paysage se pose alors en sciences sociales au cours de la fin des années 1970.
  • Augustin BERQUE rappelle que ses voyages prolongés au Japon lui ont permis de comprendre de quelles manières certaines problématiques étaient formulées par cette société, notamment autour du paysage et de la nature. Il y a découvert l'histoire de la conception du paysage au Japon, qui s'inscrit sur une période longue. Le chercheur indique qu'il a trouvé des échos à ces problématiques en France, notamment auprès de Bernard Lassus et de sa notion de « démesurable », qu'il lie à la notion d'ouverture de monde de Martin Heidegger dans L'origine de l’œuvre d'art.
  • Depuis longtemps, les études sur le paysage existent eu Europe et en Orient. En effet, Zong Bing a écrit une introduction à la peinture de paysage au Vème siècle en Chine, qui est considérée comme le premier traité de peinture du paysage connu dans l'histoire. Son principe indique que le paysage est constitué d'une matière physique et tend aussi vers l'immatériel. Le problème qui se pose dès lors est celui de la relation entre ces deux pôles.
  • Avant de découvrir le paradigme moderne occidental établi au XVIIème siècle formulé par Descartes, qui a établi la distinction entre sujet et objet, s'est posée la question pour la culture japonaise de traduire les concepts de la philosophie occidentale. Augustin BERQUE indique que toute l'esthétique japonaise va contre une conception dualiste, mais tend plutôt à la communion.
  • La figure principale de l'école de Kyoto, qui porta le thème du dépassement de la modernité, est le philosophe Kitaro Nishida. Il essaya de dépasser le dualisme sujet/objet en conceptualisant ce qu'il nomme le « lieu ». Il en chercha les logiques, qui sont celles du prédicat et de la métaphore. En somme, Nishida a produit une explication ontologique à la tendance japonaise à assimiler ce que la culture moderne européenne tend à considérer comme antagoniste.
Titre: Géographie culturelle
Sous-titre: Entretien avec Augustin BERQUE
Auteur(s): BERQUE Augustin
Durée: 01:43:03
Date de réalisation: 07/11/2002
Lieu de réalisation: Fondation Maison des Sciences de l'Homme 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, FRANCE
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Le géographe et orientaliste Augustin BERQUE revient au cours de cet entretien sur son parcours intellectuel et scientifique ainsi que sur les grandes problématiques de son travail. Il développera ainsi les notions de médiance, de mésologie, de géographie phénoménologique et de paysage.
Sujet: Théories et notions scientifiques en SHS
Topique: Concept de médiance
Mots-clés: Médiance; rapport; société; environnement
Discipline, domaine: Géographie culturelle
Localisation spatiale du sujet: France ; Japon
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Dialogue ; Discussion ; Entretien ; Exposé scientifique
Dans une approche géographique à la fois culturelle et phénoménologique, la traduction de l'ouvrage "Climate and culture" du philosophe japonais Watsuji Tetsurô mena Augustin BERQUE à forger le concept de médiance, qui définit le rapport d'une société à son environnement.
Sujet: Sujet
Topique: Géographie culturelle; phénoménologie; médiance; mésologie
Domaine: Géographie culturelle
Domaine: Géographie phénoménologique
Domaine: Mésologie
Localisation spatiale du sujet: France ; Japon
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Dialogue ; Discussion ; Entretien ; Exposé scientifique
Le géographe et orientaliste Augustin BERQUE revient au cours de cet entretien sur son parcours intellectuel et scientifique ainsi que sur les grandes problématiques de son travail. Il développe ainsi les notions de médiance, de mésologie, de géographie phénoménologique et de paysage.
Sujet: Sujet
Topique: Réprésentations sociales du paysage
Mots-clés: Réprésentations sociales; paysage; culture; géographie
Localisation spatiale du sujet: France ; Japon
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Dialogue ; Discussion ; Entretien ; Explication ; Exposé scientifique
Augustin BERQUE indique que ses voyages au Japon lui ont permis de découvrir que la question du paysage et de ses représentations sociales varie selon les cultures. Il a donc abordé cette problématique sous un angle culturel et phénoménologique.
Type: Sites web
Url: http://crj.ehess.fr/
Site du Centre de recherches sur le Japon de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
Type: Sites web
Url: www.ehess.fr/
Site de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
Type: Conversations
Entretien avec le géographe Augustin BERQUE sur la géographie culturelle.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Entretien avec Augustin BERQUE destiné à toute personne s'intéressant à la géographie.
BERQUE Augustin. « Géographie culturelle », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°55, 2002, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/55
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE, 2002
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© BILJETINA Charles, réalisateur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2002 © BONNEMAZOU Camille, réalisateur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2002
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BERQUE Augustin, directeur d'études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, FRANCE, 2002
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Géographie culturelle »
Langue(s): Français
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Géographie culturelle » (Portail AGORA, 2015): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 3c29fb78-6506-4b6e-9ba9-8fcd8b29a8d8
Id vidéo: 2d5c2839-b819-48ce-b453-8f2394fc3f68