Llama T'ikachay. Ritual de marcación de las llamas. LEGRAND-GALARZA, Valérie, CHOQUE CCAHUANA Santiago, CCELCCA SUYU Simon, ALANOJA SUYU Placido, CONDORI COCHANI Nieves, ALANOJA SUYU Santos

Chapitre

Titre: Introduction
Durée: 00:00:23   [00:00:00 > 00:00:23]
Titre: Présentation des participants
Durée: 00:00:15   [00:00:23 > 00:00:38]
Présentation des participants principaux au rituel de marquage des lamas : Simon CCELCCA SUYU, Placido ALANOJA SUYU, Nieves CONDORI COCHANI, Santos ALANOJA SUYU et Santiago CHOQUE CCAHUANA.
Titre: Présentation et préparation du rituel
Durée: 00:03:27   [00:00:38 > 00:04:06]
La première étape de préparation du rituel consiste à mettre en place la table rituelle "mesa ritual" où sont réunis les principaux éléments utilisés lors des offrandes, notamment l’alcool (vin et alcool de canne à sucre) pour les libations et les feuilles de coca. Lors de la préparation du rituel, les participants échangent entre eux des kintus de coca (3 feuilles mises en éventail), provenant de sacs rituels (Ukhuchu) cousus à partir de peaux disséquées de condors, de lama et d'alpaca. Ils préparent également les fils de laine qui serviront au marquage des lamas et mettent en place le lama pour commencer le rituel.
Titre: Offrandes préliminaires
Durée: 00:01:32   [00:04:06 > 00:05:38]
Le rituel comment par des offrandes d’alcool (vin et alcool de canne à sucre) et de feuilles de coca qui sont offertes par les participants au lama en signe d’honneur et aux principales divinités invoquées à qui l’on demande aide et protection pour le rituel. Les participants invoquent à travers des paroles rituelles en langue quechua deux types de divinités : les Apus, seigneurs des montagnes détenteurs des ressources animales et la pachamama, terre-mère protectrice et détentrice de la fertilité.
Titre: Marquage des lamas
Durée: 00:02:09   [00:05:38 > 00:07:48]
Dans les Andes, le marquage des lamas consiste à coudre les oreilles des animaux avec des fils de laine colorée, permettant d’identifier les différents membres d’un même troupeau. Le parrain du rituel commence ainsi par désigner les acteurs du rituel, chacun étant associé à une oreille à marquer. Le rituel se poursuit alors par la couture des fils de laine sur les oreilles du lama.
Titre: Offrandes finales
Durée: 00:03:09   [00:07:48 > 00:10:57]
Enfin, le rituel se clôture par de nouvelles offrandes d’alcool et de coca afin d’octroyer chance, protection et fertilité au nouveau troupeau marqué.

6 chapitres.
  • La première étape de préparation du rituel consiste à mettre en place la table rituelle "mesa ritual" où sont réunis les principaux éléments utilisés lors des offrandes, notamment l’alcool (vin et alcool de canne à sucre) pour les libations et les feuilles de coca. Lors de la préparation du rituel, les participants échangent entre eux des kintus de coca (3 feuilles mises en éventail), provenant de sacs rituels (Ukhuchu) cousus à partir de peaux disséquées de condors, de lama et d'alpaca. Ils préparent également les fils de laine qui serviront au marquage des lamas et mettent en place le lama pour commencer le rituel.
  • Le rituel comment par des offrandes d’alcool (vin et alcool de canne à sucre) et de feuilles de coca qui sont offertes par les participants au lama en signe d’honneur et aux principales divinités invoquées à qui l’on demande aide et protection pour le rituel. Les participants invoquent à travers des paroles rituelles en langue quechua deux types de divinités : les Apus, seigneurs des montagnes détenteurs des ressources animales et la pachamama, terre-mère protectrice et détentrice de la fertilité.
  • Dans les Andes, le marquage des lamas consiste à coudre les oreilles des animaux avec des fils de laine colorée, permettant d’identifier les différents membres d’un même troupeau. Le parrain du rituel commence ainsi par désigner les acteurs du rituel, chacun étant associé à une oreille à marquer. Le rituel se poursuit alors par la couture des fils de laine sur les oreilles du lama.
  • Enfin, le rituel se clôture par de nouvelles offrandes d’alcool et de coca afin d’octroyer chance, protection et fertilité au nouveau troupeau marqué.
Titre: Llama T'ikachay. Ritual de marcación de las llamas
Sous-titre: Rituel de marquage des lamas, Ausangate, PEROU
Auteur(s): LEGRAND-GALARZA, Valérie, CHOQUE CCAHUANA Santiago, CCELCCA SUYU Simon, ALANOJA SUYU Placido, CONDORI COCHANI Nieves, ALANOJA SUYU Santos
Durée: 00:03:56
Date de réalisation: 23/08/2010
Lieu de réalisation: Comunidad Campesina de Chillca Phinaya, Département de Cusco, PEROU
Genre: Pratiques religieuses
Langue(s): Español ; Quechua (Runasimi)
Cette vidéo présente le rituel de marquage des lamas dans la communauté paysanne de Chillca Phinaya, située dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco (Pérou). Ce rituel est composé de trois étapes principales : les offrandes préliminaires, le marquage du troupeau et les offrandes finales.
Les éleveurs de lamas de la communauté de Chillca Phinaya réalisent chaque année à la fin du mois d’août le rituel de marquage de leurs troupeaux de lamas dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco (Pérou). La première étape du rituel, consiste à réaliser des offrandes préliminaires d’alcool et de feuilles de coca aux lamas, à la Pachamama (terre-mère) et aux Apus (seigneurs des montagnes), dont l’Ausangate représente l’Apu principal. Chacun des participants au rituel réalise ainsi à tour de rôle des libations et des incantations rituelles servant à demander l’appui et la bénédiction des principales divinités invoquées pour la réalisation du rituel. Une fois les offrandes terminées, les éleveurs commencent l’étape de marquage des lamas, qui consiste à coudre des fils de laine colorée sur les oreilles des lamas afin d’identifier les membres de leurs troupeaux respectifs. Enfin, le rituel se clôture par de nouvelles offrandes d’alcool et de coca afin d’octroyer chance, protection et fertilité au nouveau troupeau marqué. Afin de célébrer le rituel, les participants organisent ensuite une fête durant laquelle ils chantent et jouent des huaynos -chants traditionnels andins, accompagnés par la bandurria, instrument à corde andin caractéristique de cette région. Le rituel de marquage des nouveaux membres du troupeau est une étape fondamentale chez les éleveurs de lamas des régions d’altitude des Andes péruviennes. Ce rituel constitue un patrimoine immatériel andin, dans lequel interviennent des savoirs et savoir-faire concernant les animaux, ainsi que des croyances andines témoignant d’une cosmologie et d’une ontologie spécifiques.
Sujet: Langues et dialectes quechuas
Topique: Dialecte Quechua II Sud
Titre: Dialecte quechua de Cusco
Dialecte Quechua II Sud: Dialecte Quechua II Sud Pérou – Inca (Cusco)
Cadre spatial du thème: Entité territoriale ; Province de Canchis, Département de Cusco ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya ; Español ; Comunidad campesina de Chaupimayo ; Communautés paysannes ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude ; Région du massif de l'Ausangate
La communauté paysanne de Chillca Phinaya est située dans le district de Pitumarca, dans la province de Canchis, département de Cusco au Pérou.
Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes » (« comunidades campesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
La communauté de Chaupimayo est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas).
Cadre temporel du thème: 23/08/2010
Les dialectes quechuas II Sud ou II C, selon la classification de Alfredo Torero (1964) et Gary Parker (1963), sont des dialectes parlés dans le sud du Pérou (Quechua Chanca dans la région d'Ayacucho, Quechua Inca dans la région de Cusco et Quechua Colla sur l'altiplano dans la région de Puno), dans plusieurs régions de Bolivie (Quechua Cochabamba, Quechua Potosi, Quechua sucre, Quechua Chuquisaca, Quechua Oruro) et dans certaines parties du Nord Ouest de l'Argentine. Ils sont inter-compréhensibles, présentent les mêmes structures grammaticales et peu de différences lexicales. Ils constituent également la forme dialectale quechua la plus parlée.
Dialecte quechua de Cusco, variété de la région de l'Ausangate (province de Canchis)
Sujet: Les rituels et manifestations festives
Topique: Rituels agropastoraux
Titre: Rituel de marquage des lamas
Cadre spatial du thème: Entité territoriale ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco. ; Español ; Comunidad campesina de Chillca Phinaya ; Communautés paysannes ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude ; Région du massif de l’Ausangate
La communauté paysanne de Chillca Phinaya est située dans le district de Pitumarca, dans la province de Canchis, département de Cusco au Pérou.
Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes »(« comunidadescampesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
La communauté de Chillca Phinaya est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas).
Cadre temporel du thème: 23/08/2010
Justification de la valeur patrimoniale: Rituel de marquage des lamas ; Le rituel de marquage des lamas comme patrimoine culturel immatériel andin ; LEGRAND-GALARZA ; Valérie ; Le marquage des lamas comme patrimoine culturel immatériel ; LEGRAND GALARZA
Le rituel de marquage des nouveaux membres du troupeau est une étape fondamentale chez les éleveurs de lamas des régions d’altitude des Andes péruviennes. Ce rituel constitue un patrimoine immatériel andin, dans lequel interviennent des savoirs et savoir-faire concernant les animaux, ainsi que des croyances andines témoignant d’une cosmologie et d’une ontologie spécifiques.
Sujet: Connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers
Topique: Système de connaissances concernant les animaux andins
Détail particulier: Camélidés andins: lamas
Titre: Connaissances traditionnelles concernant les lamas
Epistémè: Connaissances traditionnelles
Epistémè: Expérience pratique
Epistémè: Savoir-faire
Epistémè: Vision, connaissance de la nature
Epistémè: Vision, connaissance de la surnature
Cadre spatial du thème: Province de Quispicanchis, Département de Cusco ; Entité territoriale ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya ; Español ; Comunidad campesina de Chillca Phinaya ; Communautés paysannes ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude ; Région du massif de l’Ausangate
La communauté paysanne de Chillca Phinaya est située dans le district de Pitumarca, dans la province de Canchis, département de Cusco au Pérou.
Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes » (« comunidades campesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
La communauté de de Chillca Phinaya est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas).
Cadre temporel du thème: 23/08/2010
Justification de la valeur patrimoniale: La pratique de marquage des troupeaux de lamas comme patrimoine culturel immatériel ; Connaissances sur les animaux ; LEGRAND-GALARZA ; Valérie ; Le marquage des lamas comme patrimoine culturel immatériel ; LEGRAND GALARZA
Le rituel de marquage des nouveaux membres du troupeau est une étape fondamentale chez les éleveurs de lamas des régions d’altitude des Andes péruviennes. Ce rituel constitue un patrimoine immatériel andin, dans lequel interviennent des savoirs et savoir-faire concernant les animaux, ainsi que des croyances andines témoignant d’une cosmologie et d’une ontologie spécifiques.
Les éleveurs de lamas de la communauté de Chillca Phinaya réalisent chaque année à la fin du mois d’août le rituel de marquage de leurs troupeaux de lamas dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco (Pérou). Cette pratique pastorale fait intervenir un ensemble de savoir-faire et de connaissances traditionnelles concernant les animaux et le monde surnaturel.
Sujet: La musique andine selon le contexte social
Topique: Wayno
Détail particulier: Chant
Langue d'origine: Quechua (Runasimi)
Expression en langue originale: Waynu
Origine: Musique traditionnelle
Titre: Waynos
Cadre spatial du thème: Entité territoriale ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya ; Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco. ; Español ; Comunidad campesina de Chillca Phinaya ; Communautés paysannes ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude ; Région du massif de l’Ausangate
La communauté paysanne de Chillca Phinaya est située dans le district de Pitumarca, dans la province de Canchis, département de Cusco au Pérou.
Communautés paysannes Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes »(« comunidadescampesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
Région du massif de l’Ausangate La communauté de Chillca Phinaya est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas).
Cadre temporel du thème: 23/08/2010
Justification de la valeur patrimoniale: Les waynos comme patrimoine culturel immatériel ; LEGRAND GALARZA ; Valérie
Issu de la tradition poétique et musicale andine, le wayno en langue quechua est considéré au sein de la littérature orale comme le genre par excellence de la chanson populaire dans les Andes péruviennes. Ces chants, dansés en couple, s’interprètent lors de différentes manifestations festives marquant à la fois le cycle de la terre (semailles, récoltes, rites de fertilité) et celui des hommes (baptême, mariage, funérailles). Ils accompagnent également les activités quotidiennes, telles que le pastoralisme ou le tissage. Reconnus comme un élément d’identité fort, les waynos accompagnent les moments-clés de la vie des hommes à la fois dans les communautés paysannes et dans les milieux urbains. Au-delà d’un simple « outil de divertissement », cet art vivant se révèle aussi porteur de ressources poétiques et de messages symboliques complexes, en lien avec des questions fondamentales telles que le choix du conjoint, la maturation de l'individu ou les frontières entre monde humain et monde naturel. Ils constituent donc un patrimoine culturel immatériel andin.
Afin de célébrer le rituel, les participants organisent ensuite une fête durant laquelle ils chantent et jouent des waynos -chants traditionnels andins, accompagnés par la bandurria, instrument à corde andin caractéristique de cette région.
Nom: ALANOJA SUYU
Prénom: Placido
Rôle: Informateur sollicité
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco., Communauté paysanne de Chillca Phinaya, PEROU
Placido ALANOJA SUYU est éleveur de lamas dans la région de l'Ausangate.
Nom: ALANOJA SUYU
Prénom: Santos
Rôle: Informateur sollicité
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco., Communauté paysanne de Chillca Phinaya, PEROU
Santos ALANOJA SUYU est éleveur de lamas dans la région de l'Ausangate.
Nom: CCELLCCA SUYU
Prénom: Simon
Rôle: Informateur sollicité
Adresse: Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco., Pitumarca, PEROU
Simon CCELLCA SUYU est éleveur de lamas dans la région de l'Ausangate.
Nom: CHOQUE CCAHUANA
Prénom: Santiago
Rôle: Informateur sollicité
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Communauté paysanne de Chaupimayo District d'Ocongate, Province de Quispicanchis, Département de Cusco, Communauté paysanne de Chaupimayo, PEROU
Santiago CHOQUE CCAHUANA est originaire de la communauté paysanne de Chaupimayo, province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou. Il est éléveur d'alpacas (camélidés andins) et arriero (guide muletier de chevaux) dans la région du massif de l'Ausangate, où il a grandi et appris la tradition orale locale de sa famille en langues quechua et espagnole. Dans cette vidéo, il conte des récits quechuas avec sa femme Augustina CHOQUE CRUZ.
Nom: Comunidad campesina de Chillca Phinaya
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco., PEROU
Nom: CONDORI COCHANI
Prénom: Nieves
Rôle: Témoin sollicité
Adresse: Communauté paysanne de Chillca Phinaya, District de Pitumarca, Province de Canchis, Département de Cusco., Communauté paysanne de Chillca Phinaya, PEROU
Nom: GALARZA ROCHA
Prénom: Juan Carlos
Rôle: Enquêteurs
Fonction: Musicien, chercheur assistant
Adresse: Paris, FRANCE
Musicien bolivien vivant à Paris spécialiste du charango, Juan Carlos Galarza Rocha a participé aux recherches sur le terrain en Bolivie et au Pérou pour le projet du portail PCIA, à travers la prise de contacts avec les personnes interviewées et le tournage de certaines vidéos.
Nom: LEGRAND-GALARZA
Prénom: Valérie
Rôle: Anthropologues
Appartenance: INaLCO - Institut national des Langues et Civilisations Orientales, France
Fonction: Chercheuse anthropologue, Laboratoire du CERLOM (Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde)
Adresse: Paris, FRANCE
Doctorante en Anthropologie (CERLOM - Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde, INALCO), chargée de cours de quechua et de civilisation andine à l’INALCO, elle a également travaillé au sein de la section sur le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO (Paris). Ses recherches portent sur la poésie chantée en langue quechua - wayno - en tant que patrimoine culturel immatériel, dans la région de Cusco (Sud du Pérou). Elle participe actuellement aux travaux de recherches du projet ASA-SHS (ESCoM-FMSH, France) à travers l’élaboration d’un portail audiovisuel en ligne concernant le patrimoine vivant des populations andines au Pérou et en Bolivie (traditions orales, langue quechua, musiques, fêtes, rituels, savoirs et savoir-faire). Cette vidéothèque culturelle et pédagogique s’appuie sur le témoignage des acteurs locaux afin de contribuer à la préservation, la diffusion et la revalorisation de leurs savoirs.
Nom: LEGRAND-GALARZA
Prénom: Valérie
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Fonction: Ingénieur d’études, Projet ASA-SHS (Atelier de Sémiotique Audiovisuelle en Sciences Humaines et Sociales)
Adresse: Fondation Maison des Sciences de l'Homme 190, avenue de France 75013 Paris, FRANCE, Paris, FRANCE
Doctorante en Anthropologie (CERLOM - Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde, INALCO), chargée de cours de quechua et de civilisation andine à l’INALCO, elle a également travaillé au sein de la section sur le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO (Paris). Ses recherches portent sur la poésie chantée en langue quechua - wayno - en tant que patrimoine culturel immatériel, dans la région de Cusco (Sud du Pérou). Elle participe actuellement aux travaux de recherches du projet ASA-SHS (ESCoM-FMSH, France) à travers l’élaboration d’un portail audiovisuel en ligne concernant le patrimoine vivant des populations andines au Pérou et en Bolivie (traditions orales, langue quechua, musiques, fêtes, rituels, savoirs et savoir-faire). Cette vidéothèque culturelle et pédagogique s’appuie sur le témoignage des acteurs locaux afin de contribuer à la préservation, la diffusion et la revalorisation de leurs savoirs.
Type: Livre
Auteur: Jorge FLORES OCHOA
Jorge FLORES OCHOA, Llamichos y paqocheros : pastores de llamas y alpacas, Centro de Estudios Andinos Cuzco-CEAC : Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología-CONCYTEC, Cusco, 1988
Type: Livre
Auteur: César ITIER
César Itier, Parlons Quechua. La langue du Cuzco. L'Harmattan, Paris, 1997 Dans l'imaginaire des Européens, le quechua est souvent associé à l'empire des Incas. Mais sait-on qu'avec plus de dix millions de locuteurs, le quechua est aujourd'hui la plus parlée des langues autochtones des Amériques ? L'expression " langue du Cuzco " est une des désignations les plus fréquentes parmi les auteurs des XVIe et XVIIe siècles pour parler du quechua. S'il est bien vrai que ce qu'on appelle le quechua ne se limite pas au dialecte du Cuzco mais désigne un ensemble de variétés linguistiques possédant chacune sa propre sphère de rayonnement culturel, le quechua du Cuzco demeure la variété possédant la tradition écrite la plus constante jusqu'à nos jours et, avec des variantes minimales, elle est de loin la forme du quechua parlée par le plus grand nombre de locuteurs. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage une vision d'ensemble de l'histoire et de la société andines, de la littérature et de la mythologie quechuas ainsi que la première grammaire du quechua de Cuzco en français, accompagnée d'éléments de conversation courante et d'un lexique quechua - français et français - quechua. Ce livre est une invitation à découvrir les pays andins à travers la langue dans laquelle ils ont forgé leur spécificité culturelle et à établir des relations privilégiées avec un peuple peu habitué à voir des étrangers manier sa langue.
Type: Livre
Auteur: Jorge FLORES OCHOA
Jorge FLORES OCHOA, Pastoreo altoandino : realidad, sacralidad y posibilidades, Plural : Museo Nacional de Etnografía Folklore, La Paz, 2000.
Type: Livre
Auteur: Jorge FLORES OCHOA
Jorge FLORES OCHOA, Pastores de puna, Uywamichiq punarunakuna, Instituto de Estudios Peruanos, Lima, 1977.
Type: Témoignages
Témoignage des participants, membres de la communauté de Chillca Phinaya (région de l'Ausangate, PEROU), concernant leur pratique rituelle.
Type: Contexte "Patrimoine culturel"
Public cible: Vidéos pour un public "communautaire"
Sauvegarde et diffusion d'un patrimoine culturel immatériel: le rituel traditionnel de marquage des lamas dans la région de l'Ausangate, Département de Cusco, au Pérou.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Recherches en anthropologie concernant la culture andine, les pratiques et savoirs traditionnels.
LEGRAND-GALARZA, Valérie, CHOQUE CCAHUANA Santiago, CCELCCA SUYU Simon, ALANOJA SUYU Placido, CONDORI COCHANI Nieves, ALANOJA SUYU Santos. "Llama T'ikachay. Ritual de marcación de las llamas, PEROU", Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA), n°040, 2012
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© LEGRAND-GALARZA, Valérie, ESCoM-FMSH, Communauté de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU, 2012
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Santiago CHOQUE CCAHUANA, Communauté de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU, 2010. Simon CCELCCA SUYU, Communauté de Chillca Phinaya, Département de Cusco, PEROU, 2010. Placido ALANOJA SUYU, Communauté de Chillca Phinaya, Département de Cusco, PEROU, 2010. Nieves CONDORI COCHANI, Communauté de Chillca Phinaya, Département de Cusco, PEROU, 2010. Santos ALANOJA SUYU, Communauté de Chillca Phinaya, Département de Cusco, PEROU, 2010.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette analyse est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libre de la reproduire, la distribuer et la communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette analyse présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page
Lien: Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France
Titre: Analyse d'une vidéo sur le rituel de marquage des lamas, PEROU
Sous-titre: Région de l'Ausangate, Pérou
Langue(s): Français
Comment citer: LEGRAND-GALARZA, Valérie. "Analyse d'une vidéo sur le rituel de marquage des lamas, PEROU", Analyse culturelle d'une vidéo source "Llama T'ikachay. Ritual de marcación de las llamas, PEROU", 2012, Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA), n°040, 2012
Id analyse: 45c911c6-0ea7-446f-b8cb-93f711471f0c
Id vidéo: f084f6e9-bf98-4536-a2a4-2ea0a61ab3a0
Analyse anthropologique du rituel de marquage des lamas dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco, Pérou.