L'ergativité et les langues d'Amérique . Francesc QUEIXALOS

Chapitre

Titre: Recherches sur les langues de la famille guahibo, katukina et émérillon/ Direction d'un programme sur l'ergativité
Durée: 00:13:30   [00:00:00 > 00:13:30]
Francesc Queixalos est directeur du CELIA, linguiste spécialiste des langues amazonniennes. Il travaille tout d'abord sur les la langue guahibo des indiens sicuani de Colombie, puis sur les katukinas du Brésil et enfin sur l'émérillon de Guyane. Il coordonne un programme international du CNRS sur l'ergativité.
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Emérillon
Localisation spatiale du thème: Guyane
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues tupi-guarani
Localisation spatiale du thème: Guyane
Titre: Le CELIA (Centre d’étude des langues indigènes d’Amérique)
Durée: 00:05:00   [00:13:30 > 00:18:30]
Le CELIA est fondé au début des années 70 par Bernard Pottier. Dans cette lignée, l'équipe du CELIA travaille aujourd'hui sur la documentation, la description et les réflexions théoriques sur les langues indigènes du continent américain.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Ethnolinguistique
Titre: La carte de l'Amérique et la diversité linguistique
Durée: 00:12:41   [00:18:30 > 00:31:11]
La diversité des langues n'est pas infinie, affirme Queixalos, car elle est intimement liée à l'esprit humain et à la communication. Mais dans les endroits coupés du monde, des traits originaux peuvent exister, et c'est dans ce sens qu'on peut parler de diversité. Il y a à peu près un millier de langues sur le continent américain et 150 familles (en Afrique, par comparaison, on trouve environ 2000 langues mais seulement 20 familles). La diversité se juge sur l'absence de parenté génétique entre deux groupes de langues, c'est-à-dire sur l'absence d'origine commune.
Titre: L’hypothèse de Greenberg, les migrations et les familles de langues américaines
Durée: 00:09:21   [00:31:11 > 00:40:32]
Greenberg prétendait qu'en Amérique, il n'existait que trois famille de langues, correspondant à trois vagues de migrations. Il a baptisé la plus importante: l'amérinde. Il a ensuite émis deux hypothèses: la première, celle d'une migration se faisant sur 40.000 ans, la deuxième sur 20.000 ans.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Histoire de la linguistique
Titre: Distribution des groupes linguistiques: des grandes familles aux langues isolées
Durée: 00:10:22   [00:40:32 > 00:50:55]
Queixalos expose les différentes familles de langues par ordre de grandeur: des plus importantes jusqu'aux langues isolées.
Sujet: Les peuples aborigènes
Topique: Arawak
Localisation spatiale du thème: Argentine ; Guyane
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues arawakiennes
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues iroquoiennes
Localisation spatiale du thème: Canada
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues mayas
Localisation spatiale du thème: Honduras ; Mexique
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues na-dené
Localisation spatiale du thème: Etats-Unis d'Amérique
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues quechua
Localisation spatiale du thème: Argentine ; Colombie ; Pérou
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues uto-aztèques
Sujet: Les peuples aborigènes
Topique: Maya
Localisation spatiale du thème: Mexique
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Wayana
Localisation spatiale du thème: Guyane
Titre: Le nombre de locuteurs de ces langues amérindiennes
Durée: 00:05:54   [00:50:55 > 00:56:49]
Toutes ces langues sont en danger de mort. On a l’impression que, parce que le quechua est parlé par 10 millions de personne, c’est une langue puissante, mais en fait, en un siècle, le quechua est passé des deux tiers de la population du Pérou à un cinquième de la population quechuaphone, dit Queixalos. Toutes ces langues sont en train de perdre du terrain, or, à cause des difficultés d’accès, elles ont encore été très peu étudiées.
Sujet: Langues et familles des langues amérindiennes
Topique: Langues quechua
Localisation spatiale du thème: Pérou
Sujet: Les peuples aborigènes
Topique: Mapuches
Localisation spatiale du thème: Chili
Sujet: Les peuples aborigènes
Topique: Quechuas
Localisation spatiale du thème: Pérou
Titre: Fonctions syntaxiques, rôles sémantiques et transformation dative
Durée: 00:15:41   [00:56:49 > 01:12:30]
Les études ont été faussées car on ne distinguait pas les fonctions syntaxiques (sujet-objet) des rôles sémantiques (agent - patient). Aujourd’hui on distingue soigneusement l’agent (celui qui donne), le patient (la chose donnée) et le destinataire (celui qui reçoit). Les fonctions syntaxiques sont des constituants de la phrase, hiérarchisés en fonction d’un certains nombres de phénomènes identifiables et qui servent de tests pour savoir qui est en haut et qui est en bas, par exemple dans une construction transitive du type «attraper».
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique appliquée
Discipline, domaine: Linguistique didactique
Titre: Les langues ergatives
Durée: 00:12:39   [01:12:30 > 01:25:09]
La majorité des langues du monde est organisée de telle façon que dans une construction transitive active simple, celui qui agit (agent) est placé plus haut que celui qui subit (le patient). Les langues ergatives montrent que dans cette construction transitive de base la position hiérarchique serait inversée. On considère ergative, toute langue qui a un peu d’ergativité. Il y a plein de sous types de langues ergatives: Queixalos donne un exemple concret des deux plus importants. Les langues ergatives ont des caractéristiques décelables à travers la syntaxe. La majorité des langues ergatives sont morphologiquement ergatives et syntaxiquement accusatives. Les langues qui cumulent l’ergativité dans les deux aspects sont très rares.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique théorique
Titre: Le critère syntaxique, un exemple concret du Katukina
Durée: 00:05:17   [01:25:09 > 01:30:27]
Les constituants (identification sujet-objet) sont des paquets. Queixalos donne un exemple concret dans le Katukina à partir de la phrase "le serpent attrape le chien".
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique appliquée
Titre: Elucubrations sur l'évolution de la construction ergative
Durée: 00:16:17   [01:30:27 > 01:46:45]
Très peu de langues dans le monde sont organisées de cette façon. Cette organisation de la grammaire semble être instable: la construction ergative est fragile et tend à s’affaiblir. Or cette faiblesse expliquerait pourquoi les langues ergatives ont tendance à se réorganiser vers un type accusatif.Il nous manque des chaînons dans l’évolution des langues qui correspondent souvent à des phases de changements très rapides. Il est donc possible que le basculement entre l’ergatif et l’accusatif soit un changement relativement rapide qui initie un long chemin vers une organisation accusative de la grammaire par une requête de l’agent de la prééminence syntaxique.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique cognitive
Titre: Elucubrations sur l'évolution des langues et le "tout intransitif"
Durée: 00:07:08   [01:46:45 > 01:53:54]
La théorie du type de langue «tout intransitif» n’a pas beaucoup de succès pour l’instant, dit Francesc Queixalos. Il existe un groupe d’enfants sourds-muets à qui l’on n’a pas appris le langage des signes et qui ont fini par créer leur propre langage. Or dans leur langage, on peut remarquer qu’il n’y a pas de construction transitive. Dans ce modèle, le seul participant important est le patient. Dans certaines langues, il y a peu d’utilisation transitive. Pour Queixalos, l’une des hypothèses de la création des langues fortement ergatives est que les langues peuvent passer par une phase «tout intransitif» et qu’une sous classe des verbes intransitifs serait apte à prendre un participant qui serait la cause de l'action.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique cognitive

11 chapitres.
  • Francesc Queixalos est directeur du CELIA, linguiste spécialiste des langues amazonniennes. Il travaille tout d'abord sur les la langue guahibo des indiens sicuani de Colombie, puis sur les katukinas du Brésil et enfin sur l'émérillon de Guyane. Il coordonne un programme international du CNRS sur l'ergativité.
  • La diversité des langues n'est pas infinie, affirme Queixalos, car elle est intimement liée à l'esprit humain et à la communication. Mais dans les endroits coupés du monde, des traits originaux peuvent exister, et c'est dans ce sens qu'on peut parler de diversité. Il y a à peu près un millier de langues sur le continent américain et 150 familles (en Afrique, par comparaison, on trouve environ 2000 langues mais seulement 20 familles). La diversité se juge sur l'absence de parenté génétique entre deux groupes de langues, c'est-à-dire sur l'absence d'origine commune.
  • Toutes ces langues sont en danger de mort. On a l’impression que, parce que le quechua est parlé par 10 millions de personne, c’est une langue puissante, mais en fait, en un siècle, le quechua est passé des deux tiers de la population du Pérou à un cinquième de la population quechuaphone, dit Queixalos. Toutes ces langues sont en train de perdre du terrain, or, à cause des difficultés d’accès, elles ont encore été très peu étudiées.
  • Les études ont été faussées car on ne distinguait pas les fonctions syntaxiques (sujet-objet) des rôles sémantiques (agent - patient). Aujourd’hui on distingue soigneusement l’agent (celui qui donne), le patient (la chose donnée) et le destinataire (celui qui reçoit). Les fonctions syntaxiques sont des constituants de la phrase, hiérarchisés en fonction d’un certains nombres de phénomènes identifiables et qui servent de tests pour savoir qui est en haut et qui est en bas, par exemple dans une construction transitive du type «attraper».
  • La majorité des langues du monde est organisée de telle façon que dans une construction transitive active simple, celui qui agit (agent) est placé plus haut que celui qui subit (le patient). Les langues ergatives montrent que dans cette construction transitive de base la position hiérarchique serait inversée. On considère ergative, toute langue qui a un peu d’ergativité. Il y a plein de sous types de langues ergatives: Queixalos donne un exemple concret des deux plus importants. Les langues ergatives ont des caractéristiques décelables à travers la syntaxe. La majorité des langues ergatives sont morphologiquement ergatives et syntaxiquement accusatives. Les langues qui cumulent l’ergativité dans les deux aspects sont très rares.
  • Très peu de langues dans le monde sont organisées de cette façon. Cette organisation de la grammaire semble être instable: la construction ergative est fragile et tend à s’affaiblir. Or cette faiblesse expliquerait pourquoi les langues ergatives ont tendance à se réorganiser vers un type accusatif.Il nous manque des chaînons dans l’évolution des langues qui correspondent souvent à des phases de changements très rapides. Il est donc possible que le basculement entre l’ergatif et l’accusatif soit un changement relativement rapide qui initie un long chemin vers une organisation accusative de la grammaire par une requête de l’agent de la prééminence syntaxique.
  • La théorie du type de langue «tout intransitif» n’a pas beaucoup de succès pour l’instant, dit Francesc Queixalos. Il existe un groupe d’enfants sourds-muets à qui l’on n’a pas appris le langage des signes et qui ont fini par créer leur propre langage. Or dans leur langage, on peut remarquer qu’il n’y a pas de construction transitive. Dans ce modèle, le seul participant important est le patient. Dans certaines langues, il y a peu d’utilisation transitive. Pour Queixalos, l’une des hypothèses de la création des langues fortement ergatives est que les langues peuvent passer par une phase «tout intransitif» et qu’une sous classe des verbes intransitifs serait apte à prendre un participant qui serait la cause de l'action.
Titre: L'ergativité et les langues d'Amérique
Auteur(s): Francesc QUEIXALOS
Durée: 01:53:54
Date de réalisation: 16/05/2006
Lieu de réalisation: Villejuif (France)
Genre: Enquête linguistique filmée
Langue(s): Français
Au-delà de ses propres travaux de recherche, Francesc Queixalos présente dans cet entretien le concept de diversité des langues, la carte linguistique de l'Amérique, l'hypothèse de Greenberg et l'évolution des recherches sur les migrations ethniques, la distribution des familles de langues et leurs locuteurs, ainsi que la notion de langues ergatives.
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Ethnolinguistique
Sujet: Approches et thèmes de recherche
Topique: Linguistique appliquée
Discipline, domaine: Linguistique historique
Discipline, domaine: Linguistique théorique
Libellé: Ergativité
Francesc QUEIXALOS. "L'ergativité et les langues d'Amérique", 16/05/2006. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/ES/Event.asp?id=776&url=/776/introduction.asp
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur de cette ressource audiovisuelle est l'ESCoM-FMSH, Paris, 2006.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: L'ergativité et les langues d'Amérique
Sous-titre: Entretien de recherche en linguistique
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: PAPINO, Manuela, "Analyse de l'archive découpée sur l'entretien de F. Queixalos: L'ergativité et les langues d'Amérique", 19/09/2012.http://www.archivesaudiovisuelles.fr/ES/Event.asp?id=776&url=/776/introduction.asp
Id analyse: 519a7827-0c28-4ed3-aac7-261c7b6ea5f8
Id vidéo: 5556a9fb-e4e5-4a2b-a00a-4a47360e2750
L'analyse met en évidence deux temps forts dans cet entretien. Tout d'abord un recensement minutieux et une explication détaillée et facilement accessible des différentes langues et familles de langues amérindiennes. Francesc Queixalos rend compte des données connues mais aussi des hypothèses historiques sur la généalogie des langues. Dans la deuxième partie de l'entretien, il explique la notion d'ergativité en donnant des exemples concrets dans le katukina, avant de conclure sur ses propres hypothèses concernant l'évolution de la construction ergative et des langues en général.