Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ?. DOURGNON Julien, GODIN Antoine, MATARASSO Pierre, MERCKAERT Jean, PALLIET Emmanuel, SANTELMANN Paul, TESSIER Nathalie

Chapitre

Titre: Présentation de la séance par Jean MERCKAERT
Durée: 00:01:16   [00:00:00 > 00:01:16]
Jean MERCKAERT introduit cette séance en indiquant que les principaux débats relatifs à la transition écologique concernent la manière d'y parvenir, ce qui sera l'enjeu principal de cette séance.
Titre: Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ? par Nathalie TESSIER
Durée: 00:12:16   [00:01:16 > 00:13:32]
Nathalie TESSIER est attachée d'administration au Commissariat général au développement durable, qui est un service du Ministère de l'Ecologie. Son propos concerne les emplois de l'économie verte. Historiquement, le premier rôle du Commissariat général au développement durable a été de lancer le grenelle de l'environnement. Concernant l'emploi, il a réuni différents acteurs au sein de comités de domaines intéressés par l'économie verte. Une fois cette phase passée, une appropriation par de nombreux acteurs de la thématique de la transition énergétique dans le cadre de leur fonctionnement ordinaire a eu lieu. Un réseau relatif au développement durable et aux emplois « verts » a donc été créé, qu'il s'agit donc maintenant d'animer. Concernant plus précisément le thème de cette séance, Nathalie TESSIER indique que le Commissariat général travaille à la sécurisation des revenus et à la qualité de l'emploi en facilitant le développement de filières émergentes, par un travail de structuration. Une difficulté relative à ces objectifs est de créer un langage commun afin que tous les acteurs engagés se comprennent. Un travail avec les territoires a aussi été engagé, à travers une phase d'expérimentation au moment du grenelle. Nathalie TESSIER donne en conclusion des exemples d'actions plus spécifiques menées par le Commissariat général, telles que la formation initiale, et la formation professionnelle continue.
Titre: Comment mettre l’enseignement professionnel et la formation continue en phase avec les exigences de la transition? Par Paul SANTELMANN
Durée: 00:11:00   [00:13:32 > 00:24:33]
Paul SANTELMANN représente la direction de l’ingénierie de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Un travail d'analyse du « verdissement » des métiers a été réalisé et publié récemment, en relation avec Alternatives Economiques. Outre cette analyse de l'évolution des emplois et des compétences, un triple problème se pose. Tout d'abord, ce qu'il nomme une « dualisation » de la société, représentée par un tiers d'actifs en difficulté sur le marché du travail. Le second problème est que les politiques de l'emploi des décennies passées ne sont pas développées en lien avec les transformations du système productif, caractérisées par la transition numérique, écologique, etc.Troisièmement, l'état de l'appareil de formation professionnelle (initiale et continue) est à mettre en question. Il indique que tout en étant l'objet d'un lieu de relégation, il doit forcément s'adapter aux nouveaux défis qui se présentent à lui. Par ailleurs, il explique qu'aucun élément statistique sur les liens entre la formation et la transition écologique n'est disponible, ce qui empêche bien sûr de définir clairement une stratégie. Cette explication, mises en relation avec d'autres qu'il avance brièvement, souligne un décalage entre l'appareil de formation et la transition écologique. Il indique en conclusion la nécessité de mener une réflexion sur la restructuration d'un appareil de formation professionnelle continue, qui serait dès lors à la hauteur des enjeux de la transition pour les générations de salariés en place.
Titre: L'évolution des emplois et des compétences liés à la transition énergétique par Emmanuel PALLIET
Durée: 00:11:30   [00:24:33 > 00:36:03]
Emmanuel PALLIET est expert économique et social chez Syndex, un cabinet d'expertise auprès de représentants et salariés. Sa communication vise à présenter une étude sur l'évolution de l'emploi et des compétences associées à la transition écologique en Ile-de-France. A l'issue du grenelle de l'environnement, les sujets liés à la baisse des gaz à effet de serre ont été régionalisés. Cette étude a été réalisée pendant deux ans avec une soixante de partenaires. Il s'agissait de comprendre l'évolution des métiers des secteurs de l'automobile, des transports, de l'énergie, de l'eau et des bâtiments en Ile-de-France dans les prochaines décennies. Une approche transversale a ainsi été adoptée, cherchant à pointer des passerelles entre différents secteurs. Les conclusions de l'étude ont été les suivantes. En premier lieu, l'état des lieux a mis en évidence une évolution quantitative d'emplois très modérée sur les cinq années à venir, avec des formations essentiellement assurées par les entreprises. Deuxièmement, la transition écologique met en scène des affrontements entre secteurs. Emmanuel PALLIET illustre ce propos à travers l'exemple des toits végétalisés. En troisième lieu, l'étude a permis de mettre en avant des passerelles entre secteurs, via des reconversions professionnelles, notamment dans les domaines du transport et de l'entretien des espaces verts. L'expert continue en indiquant que l'étude a permis de développer des outils permettant d'accompagner ces transitions inter-sectorielles qui, comme l'a précédemment mis en évidence Paul SANTELMANN, recouvrent des enjeux complexes.
Titre: Perspective sur la transition écologique allemande par Pierre MATARASSO
Durée: 00:10:41   [00:36:03 > 00:46:45]
Pierre MATARASSO est ingénieur de recherche au Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement. Il se centrera ici sur le cas de la transition énergétique allemande, qui permet de décentrer le point de vue. Son hypothèse est que ce cas témoigne d'une certaine « avance » de ce pays en la matière. L'Allemagne a pour projet d'être exemplaire en matière de transition énergétique, avec de forts objectifs affichés en ce qui concerne la baisse des gaz à effet de serre, ou la part de l'énergie nucléaire, par exemple. Cette position a été définie par un gouvernement d'union nationale. Il indique que malgré ce scénario ambitieux, l'Allemagne fait l'objet de fortes critiques de la part de ses pays voisins. Celles-ci portent notamment sur l’irrationalité de la sortie du nucléaire, le retour du charbon discriminant sur un plan écologique, et la question de la politique économique de l'Allemagne. Pourtant, en avançant un certain nombre de chiffres, Pierre MATASSARO prouve que ces critiques ne sont pas forcément fondées. Il insiste ensuite sur les raisons des succès de cette transition énergétique, parmi lesquelles le rôle des collectivités, le rôle de la banque KFW (historiquement chargée du plan Marshall après la Seconde Guerre Mondiale), et enfin l'existence de l'agence de l'environnement DENA. En conclusion, Pierre MATARASSO indique que cette transition se fait en accord avec un autre projet allemand nommé « Industrie 4.0 », lequel semble être créateur d'emplois qualifiés.
Titre: « L'employeur de dernier recours » et le plein emploi durable par Antoine GODIN
Durée: 00:13:13   [00:46:45 > 00:59:58]
Antoine GODIN est chercheur à la Kemmy business school. Il développe l'idée d' « employeur de dernier recours » formulée notamment par Keynes et Minsky, s'inscrivant dans l'histoire de la pensée macro-économique. Celle-ci propose d'uniformiser les salaires et les avantages sociaux, en créant un salaire minimal. Cette politique aurait dès lors pour effet automatique un plein emploi durable. D'un point de vue pratique, cette idée a été mise en place à deux reprises. Une première fois en Argentine, avec des résultats très encourageants. Une deuxième fois en Inde, avec des résultats sociaux et économiques tout aussi impressionnants. Au niveau européen, Antoine GODIN aborde le concept de taux de chômage non accélérationniste (c'est-à-dire un taux de chômage permettant d'absorber les accroissements de la demande globale sans provoquer de pressions inflationnistes). Si l'on raisonne en terme de personnes, il indique que cet indicateur n'est pas acceptable puisqu'il préconiser un nombre important de chômeurs dans certains pays. Il passe ensuite à une analyse qu'une politique de « l'employeur de dernier recours » aurait aux Etats-Unis et en Europe, en termes de lutte contre la pauvreté. Un plus grand taux de participation sur le marché du travail se ferait aussi ressentir, pour des coûts relativement modestes. En définitive, l'important semble être de définir le rôle du gouvernement dans les politiques de l'emploi et de la transition énergétique.
Titre: Le revenu de base par Jean DOURGNON
Durée: 00:08:36   [00:59:58 > 01:08:35]
Julien DOURGNON est professeur de sciences économiques et sociales et membre d'Alternatives Economiques. Il expliquera ici en quoi l'alternative du revenu de base permet de sécuriser les revenus. Il indique en premier lieu qu'une réflexion sur la sécurisation et la continuité des parcours et revenus émerge car ces derniers sont discontinus. L'idée qu'il faudrait instaurer un salaire de base à l'intérieur de la protection sociale est portée par certains acteurs. Celui-ci aurait trois propriétés essentielles : il serait individuel, universel, et enfin inconditionnel. Cette idée est présentée de manières fort diverses, mais aurait pour effet d'intégrer l'individu. D'autres sont partisans d'un aménagement du salariat. L'emploi serait conservé comme référent central, mais il s'agirait d'élargir et d'étirer les dispositifs actuels de protection lorsque l'emploi ne parvient plus à subvenir aux besoins de l'individu. Il semble ainsi à Julien DOURGNON que ces deux logiques, bien que se différenciant sur les enjeux cruciaux du plein emploi, ont toutefois comme point commun de chercher à garantir de la continuité pour l'individu. L'idée d'un revenu primaire découplé de l'emploi semble en tout cas être un élément sur lequel il est nécessaire de s'arrêter.
Titre: Discussion avec le public modérée par Jean MERCKAERT
Durée: 00:24:38   [01:08:35 > 01:33:13]
Question 1 : Quelle est la position de Julien DOURGNON sur le partage du travail, qui pourrait être considéré comme une alternative supplémentaire à celles présentées ? Question 2 : Quels sont les avis des participants aux monnaies locales complémentaires comme outils de financement aux diverses transitions ? Question 3 : Témoignage sur la participation d'un membre du public à un des programmes mis en place par l'OIT en Inde. En ce qui concerne les parcours « discontinus », la remarque est faite que ce qualificatif concerne uniquement un pan financier. Question 4 : Le co-président du conseil scientifique de la fondation de l'Ecologie Politique indique l'existence d'une brochure publiée récemment envisageant le même thème que celui traité par cette session, sous un prisme différent. Il demande ensuite s'il n'est pas possible de parler d'activité plutôt que d'emploi. Question 5 : N'est-il pas possible de considérer que l'argent investi dans les politiques de la BCE devraient cibler la transition énergétique ? Question 6 : Les indicateurs de soutenabilité existent-ils en Allemagne ? Question 7 : Comment le débat public relatif à la transition énergétique peut-il prendre place ?

8 chapitres.
  • Nathalie TESSIER est attachée d'administration au Commissariat général au développement durable, qui est un service du Ministère de l'Ecologie. Son propos concerne les emplois de l'économie verte. Historiquement, le premier rôle du Commissariat général au développement durable a été de lancer le grenelle de l'environnement. Concernant l'emploi, il a réuni différents acteurs au sein de comités de domaines intéressés par l'économie verte. Une fois cette phase passée, une appropriation par de nombreux acteurs de la thématique de la transition énergétique dans le cadre de leur fonctionnement ordinaire a eu lieu. Un réseau relatif au développement durable et aux emplois « verts » a donc été créé, qu'il s'agit donc maintenant d'animer. Concernant plus précisément le thème de cette séance, Nathalie TESSIER indique que le Commissariat général travaille à la sécurisation des revenus et à la qualité de l'emploi en facilitant le développement de filières émergentes, par un travail de structuration. Une difficulté relative à ces objectifs est de créer un langage commun afin que tous les acteurs engagés se comprennent. Un travail avec les territoires a aussi été engagé, à travers une phase d'expérimentation au moment du grenelle. Nathalie TESSIER donne en conclusion des exemples d'actions plus spécifiques menées par le Commissariat général, telles que la formation initiale, et la formation professionnelle continue.
  • Paul SANTELMANN représente la direction de l’ingénierie de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Un travail d'analyse du « verdissement » des métiers a été réalisé et publié récemment, en relation avec Alternatives Economiques. Outre cette analyse de l'évolution des emplois et des compétences, un triple problème se pose. Tout d'abord, ce qu'il nomme une « dualisation » de la société, représentée par un tiers d'actifs en difficulté sur le marché du travail. Le second problème est que les politiques de l'emploi des décennies passées ne sont pas développées en lien avec les transformations du système productif, caractérisées par la transition numérique, écologique, etc.Troisièmement, l'état de l'appareil de formation professionnelle (initiale et continue) est à mettre en question. Il indique que tout en étant l'objet d'un lieu de relégation, il doit forcément s'adapter aux nouveaux défis qui se présentent à lui. Par ailleurs, il explique qu'aucun élément statistique sur les liens entre la formation et la transition écologique n'est disponible, ce qui empêche bien sûr de définir clairement une stratégie. Cette explication, mises en relation avec d'autres qu'il avance brièvement, souligne un décalage entre l'appareil de formation et la transition écologique. Il indique en conclusion la nécessité de mener une réflexion sur la restructuration d'un appareil de formation professionnelle continue, qui serait dès lors à la hauteur des enjeux de la transition pour les générations de salariés en place.
  • Emmanuel PALLIET est expert économique et social chez Syndex, un cabinet d'expertise auprès de représentants et salariés. Sa communication vise à présenter une étude sur l'évolution de l'emploi et des compétences associées à la transition écologique en Ile-de-France. A l'issue du grenelle de l'environnement, les sujets liés à la baisse des gaz à effet de serre ont été régionalisés. Cette étude a été réalisée pendant deux ans avec une soixante de partenaires. Il s'agissait de comprendre l'évolution des métiers des secteurs de l'automobile, des transports, de l'énergie, de l'eau et des bâtiments en Ile-de-France dans les prochaines décennies. Une approche transversale a ainsi été adoptée, cherchant à pointer des passerelles entre différents secteurs. Les conclusions de l'étude ont été les suivantes. En premier lieu, l'état des lieux a mis en évidence une évolution quantitative d'emplois très modérée sur les cinq années à venir, avec des formations essentiellement assurées par les entreprises. Deuxièmement, la transition écologique met en scène des affrontements entre secteurs. Emmanuel PALLIET illustre ce propos à travers l'exemple des toits végétalisés. En troisième lieu, l'étude a permis de mettre en avant des passerelles entre secteurs, via des reconversions professionnelles, notamment dans les domaines du transport et de l'entretien des espaces verts. L'expert continue en indiquant que l'étude a permis de développer des outils permettant d'accompagner ces transitions inter-sectorielles qui, comme l'a précédemment mis en évidence Paul SANTELMANN, recouvrent des enjeux complexes.
  • Pierre MATARASSO est ingénieur de recherche au Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement. Il se centrera ici sur le cas de la transition énergétique allemande, qui permet de décentrer le point de vue. Son hypothèse est que ce cas témoigne d'une certaine « avance » de ce pays en la matière. L'Allemagne a pour projet d'être exemplaire en matière de transition énergétique, avec de forts objectifs affichés en ce qui concerne la baisse des gaz à effet de serre, ou la part de l'énergie nucléaire, par exemple. Cette position a été définie par un gouvernement d'union nationale. Il indique que malgré ce scénario ambitieux, l'Allemagne fait l'objet de fortes critiques de la part de ses pays voisins. Celles-ci portent notamment sur l’irrationalité de la sortie du nucléaire, le retour du charbon discriminant sur un plan écologique, et la question de la politique économique de l'Allemagne. Pourtant, en avançant un certain nombre de chiffres, Pierre MATASSARO prouve que ces critiques ne sont pas forcément fondées. Il insiste ensuite sur les raisons des succès de cette transition énergétique, parmi lesquelles le rôle des collectivités, le rôle de la banque KFW (historiquement chargée du plan Marshall après la Seconde Guerre Mondiale), et enfin l'existence de l'agence de l'environnement DENA. En conclusion, Pierre MATARASSO indique que cette transition se fait en accord avec un autre projet allemand nommé « Industrie 4.0 », lequel semble être créateur d'emplois qualifiés.
  • Antoine GODIN est chercheur à la Kemmy business school. Il développe l'idée d' « employeur de dernier recours » formulée notamment par Keynes et Minsky, s'inscrivant dans l'histoire de la pensée macro-économique. Celle-ci propose d'uniformiser les salaires et les avantages sociaux, en créant un salaire minimal. Cette politique aurait dès lors pour effet automatique un plein emploi durable. D'un point de vue pratique, cette idée a été mise en place à deux reprises. Une première fois en Argentine, avec des résultats très encourageants. Une deuxième fois en Inde, avec des résultats sociaux et économiques tout aussi impressionnants. Au niveau européen, Antoine GODIN aborde le concept de taux de chômage non accélérationniste (c'est-à-dire un taux de chômage permettant d'absorber les accroissements de la demande globale sans provoquer de pressions inflationnistes). Si l'on raisonne en terme de personnes, il indique que cet indicateur n'est pas acceptable puisqu'il préconiser un nombre important de chômeurs dans certains pays. Il passe ensuite à une analyse qu'une politique de « l'employeur de dernier recours » aurait aux Etats-Unis et en Europe, en termes de lutte contre la pauvreté. Un plus grand taux de participation sur le marché du travail se ferait aussi ressentir, pour des coûts relativement modestes. En définitive, l'important semble être de définir le rôle du gouvernement dans les politiques de l'emploi et de la transition énergétique.
  • Julien DOURGNON est professeur de sciences économiques et sociales et membre d'Alternatives Economiques. Il expliquera ici en quoi l'alternative du revenu de base permet de sécuriser les revenus. Il indique en premier lieu qu'une réflexion sur la sécurisation et la continuité des parcours et revenus émerge car ces derniers sont discontinus. L'idée qu'il faudrait instaurer un salaire de base à l'intérieur de la protection sociale est portée par certains acteurs. Celui-ci aurait trois propriétés essentielles : il serait individuel, universel, et enfin inconditionnel. Cette idée est présentée de manières fort diverses, mais aurait pour effet d'intégrer l'individu. D'autres sont partisans d'un aménagement du salariat. L'emploi serait conservé comme référent central, mais il s'agirait d'élargir et d'étirer les dispositifs actuels de protection lorsque l'emploi ne parvient plus à subvenir aux besoins de l'individu. Il semble ainsi à Julien DOURGNON que ces deux logiques, bien que se différenciant sur les enjeux cruciaux du plein emploi, ont toutefois comme point commun de chercher à garantir de la continuité pour l'individu. L'idée d'un revenu primaire découplé de l'emploi semble en tout cas être un élément sur lequel il est nécessaire de s'arrêter.
  • Question 1 : Quelle est la position de Julien DOURGNON sur le partage du travail, qui pourrait être considéré comme une alternative supplémentaire à celles présentées ? Question 2 : Quels sont les avis des participants aux monnaies locales complémentaires comme outils de financement aux diverses transitions ? Question 3 : Témoignage sur la participation d'un membre du public à un des programmes mis en place par l'OIT en Inde. En ce qui concerne les parcours « discontinus », la remarque est faite que ce qualificatif concerne uniquement un pan financier. Question 4 : Le co-président du conseil scientifique de la fondation de l'Ecologie Politique indique l'existence d'une brochure publiée récemment envisageant le même thème que celui traité par cette session, sous un prisme différent. Il demande ensuite s'il n'est pas possible de parler d'activité plutôt que d'emploi. Question 5 : N'est-il pas possible de considérer que l'argent investi dans les politiques de la BCE devraient cibler la transition énergétique ? Question 6 : Les indicateurs de soutenabilité existent-ils en Allemagne ? Question 7 : Comment le débat public relatif à la transition énergétique peut-il prendre place ?
Titre: Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ?
Sous-titre: Transition écologique, travail, emploi
Auteur(s): DOURGNON Julien, GODIN Antoine, MATARASSO Pierre, MERCKAERT Jean, PALLIET Emmanuel, SANTELMANN Paul, TESSIER Nathalie
Date de réalisation: 27/01/2015
Lieu de réalisation: FMSH, 190 avenue de France, 75013 Paris, FRANCE
Genre: Workshop filmé
Langue(s): Français
Cette journée d'études organisée par l'Institut Veblen et le Collège d'Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme est dédiée à l'impact de la transition énergétique sur les emplois. Pour étudier cette question, des acteurs provenant de différents champs (universitaire, associatif, syndical, professionnel) interviendront lors de trois séances dédiées à l'exploration d'une problématique spécifique. Cette troisième séance s'interroge sur la sécurisation des parcours et des revenus ainsi que sur la qualité des emplois liés à la transition énergétique.
Nathalie TESSIER, attachée d'administration au Commissariat général au développement durable, précisera les actions menées par cet organisme à ce propos. Paul SANTELMANN, directeur de l’ingénierie de l'Association pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA), envisagera le lien complexe entre la formation initiale et continue d'une part, et la transition énergétique d'autre part. Emmanuel PALLIET, expert économique, présentera une étude sur l'évolution de l'emploi et des compétences associés à la transition écologique en Ile-de-France. La transition écologique allemande sera mise en perspective par Pierre MATARASSO, chercheur au CIRED-CNRS. Antoine GODIN, également chercheur, présentera les effets de la mise en place d'une politique de « l'employeur de dernier recours ». Enfin, Julien DOURGNON analysera les enjeux autour de l'idée du revenu de base, avant qu'une discussion conclue cette troisième table-ronde.
Nom: DOURGNON
Prénom: Julien
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Paris, FRANCE
Julien DOURGNON est membre d'Alternatives Economiques, Paris, FRANCE, 2015
Nom: GODIN
Prénom: Antoine
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Chercheur
Adresse: Limerick, IRLANDE
Antoine GODIN est chercheur, Kemmy Business School, Limerick, IRLANDE, 2015
Nom: PALLIET
Prénom: Emmanuel
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Expert économique et social
Adresse: Paris, FRANCE
Emmanuel PALLIET est expert économique et social, Syndex, Paris, FRANCE, 2015
Nom: TESSIER
Prénom: Nathalie
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Attachée d'administration
Adresse: Paris, FRANCE
Nathalie TESSIER est attachée d'administration, Commissariat général au développement durable, Paris, FRANCE, 2015
DOURGNON Julien, GODIN Antoine, MATARASSO Pierre, MERCKAERT Jean, PALLIET Emmanuel, SANTELMANN Paul, TESSIER Nathalie. « Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ? », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2348, 2015, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2348
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Le producteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est: © ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Les réalisateurs de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © DE PABLO Elisabeth, responsable éditoriale, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2015 © DOBREVA Neli, ingénieur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2015 © SALLEY Benjamin, réalisateur free-lance, Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
L'auteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © DOURGNON Julien, Alternatives Economiques, Paris, FRANCE, 2015 © GODIN Antoine, chercheur, Kemmy Business School, Limerick, IRLANDE, 2015 © MATARASSO Pierre, ingénieur de recherche, Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement, CNRS, Paris, FRANCE, 2015 © MERCKAERT Jean, rédacteur en chef, Revue Projet, Saint-Denis, FRANCE, 2015 © PALLIET Emmanuel, expert économique et social, Syndex, Paris, FRANCE, 2015 © SANTELMANN Paul, directeur de l’ingénierie, Association pour la Formation Professionnelle des Adultes, Paris, FRANCE, 2015 © TESSIER Nathalie, attachée d'administration, Commissariat général au développement durable, Paris, FRANCE, 2015
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ? »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Quelle sécurisation des parcours et des revenus ? Quelle qualité de l’emploi ? » (Portail AGORA, 2015): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 53bea8a9-bd66-4122-94f8-df5a2d152af6
Id vidéo: 829abf72-b0f8-4665-834f-c5a2cfa43e5b