Langue et pouvoir : Quelle place pour l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles) ?. BERNARD Pierre-Joan

Chapitre

Titre: Intervention
Durée: 00:22:37   [00:00:00 > 00:22:37]
Genre: Extrait d'un colloque filmé
Langue(s): Français
Lors de cette intervention, Pierre-Joan BERNARD évoque trois aspects: le rapport entre langue et pouvoir, la différence entre oralité et écriture, et enfin la place de la langue d’oc dans une seigneurie occitane. A Montpellier, entre le XII et le XIIIe siècles, toutes les chartes seigneuriales étaient rédigées en latin. Pierre-Joan BERNARD explique ce phénomène par le désir du seigneur d’alors d’imposer une autorité en revenant à une langue stable, établie, et associée à un pouvoir fort. Ces chartes étaient rédigées par des notaires et des scribes professionnels, dans un latin parfait. Quant à l’occitan, il était principalement employé par les consulats où dans le cadre des serments de fidélité, les textes concernés étaient tous empreints d’une forte oralité ou rédigés par des personnes n’ayant pas de formation lettrée savante et qui donc ne maîtrisaient pas le latin (comme les marchands).
Type: Persee- Le portail des revues scientifiques
Auteur: Christiane MARCHELLO-NIZIA
Url: http://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1984_act_82_1_2815?h=pouvoir&h=latin&h=langue
Marchello-Nizia Christiane. Production littéraire, politique linguistique et pouvoir d'État au XIIe siècle dans les pays de langue française. In: Culture et idéologie dans la genèse de l'État moderne. Actes de la table ronde de Rome (15-17 octobre 1984) Rome : École Française de Rome, 1985. pp. 199-210. (Publications de l'École française de Rome, 82)
Titre: Questions du public
Durée: 00:11:45   [00:22:37 > 00:34:22]
Langue(s): Français
Dans ce chapitre, deux questions sont posées à Pierre-Joan BERNARD. La première concerne la différence entre le latin, une langue du passé, et l’occitan, une langue du présent et orale: une tension est-elle visible entre les deux langues dans les textes de cette époque ? La deuxième question porte sur la présence de l’occitan dans les textes du consulat rédigés pendant la période étudiée à Montpellier. L’intervenant explique alors que cet emploi est dû à une spécificité sociologique. En effet le consulat est lié à un milieu qui ne possède pas les connaissances nécessaires pour rédiger en latin.

2 chapitres.
  • Extrait d'un colloque filmé. Lors de cette intervention, Pierre-Joan BERNARD évoque trois aspects: le rapport entre langue et pouvoir, la différence entre oralité et écriture, et enfin la place de la langue d’oc dans une seigneurie occitane. A Montpellier, entre le XII et le XIIIe siècles, toutes les chartes seigneuriales étaient rédigées en latin. Pierre-Joan BERNARD explique ce phénomène par le désir du seigneur d’alors d’imposer une autorité en revenant à une langue stable, établie, et associée à un pouvoir fort. Ces chartes étaient rédigées par des notaires et des scribes professionnels, dans un latin parfait. Quant à l’occitan, il était principalement employé par les consulats où dans le cadre des serments de fidélité, les textes concernés étaient tous empreints d’une forte oralité ou rédigés par des personnes n’ayant pas de formation lettrée savante et qui donc ne maîtrisaient pas le latin (comme les marchands).
  • Dans ce chapitre, deux questions sont posées à Pierre-Joan BERNARD. La première concerne la différence entre le latin, une langue du passé, et l’occitan, une langue du présent et orale: une tension est-elle visible entre les deux langues dans les textes de cette époque ? La deuxième question porte sur la présence de l’occitan dans les textes du consulat rédigés pendant la période étudiée à Montpellier. L’intervenant explique alors que cet emploi est dû à une spécificité sociologique. En effet le consulat est lié à un milieu qui ne possède pas les connaissances nécessaires pour rédiger en latin.
Titre: Langue et pouvoir : Quelle place pour l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles) ?
Sous-titre: Nouvelle recherche en domaine occitan : approches interdisciplinaires
Auteur(s): BERNARD Pierre-Joan
Date de réalisation: 11/06/2009
Lieu de réalisation: Centre universitaire Jean-François Champollion, Place de Verdun, 81012 Albi, France
Genre: Extrait d'un colloque filmé
Langue(s): Français
Cette vidéo présente l’intervention de Pierre-Joan BERNARD, Université Lyon III, archivistique et histoire médiévale, au sujet du rôle de l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier entre les XIIe et XIIIe siècles. Cette intervention à lieu dans le cadre du colloque « Nouvelle recherche en domaine occitan : approches interdisciplinaires », qui s’est tenu à l’institut des Etudes Occitanes, Albi, France, les 11 et 12 Juin 2009. Sa communication, explique-t-il, s’attache à étudier le rôle de l’occitan dans les chartes seigneuriales de Montpellier entre le moyen-âge classique et tardif. En effet, alors que dans d’autres villes occitanes, la langue d’oc est couramment employée comme langue écrite, à Montpellier le latin domine. Or, il semblerait que cette spécificité soit liée à un choix politique volontaire.
Sujet: Les langues du monde
Topique: Latin
Libellé: Latin ; romain ; langue romane
Localisation spatiale du sujet: Europe latine
Aspects rhétoriques et discursifs: Exemplification ; Hypothèse
Le latin était la langue officielle des romains pendant l’antiquité et est à l’origine des langues romanes modernes (italien, espagnol, français, etc.). La langue s’est largement répandue en Europe et dans le bassin méditerranéen au travers des conquêtes romaines. Il s’est peu à peu fondu dans les langues locales jusqu’à donner naissance à des langues complètement différentes. A l’occasion du concile de Tours en 813, les prêtres ont reçu la consigne de traduire leurs sermons dans une langue intelligible pour les paroissiens, ce qui sous-entendait qu’à cette époque déjà, ils ne comprenaient plus le latin.
Sujet: Villes, villages et autres localités habitées
Topique: Montpellier
Langue d'origine: Occitan
Expression en langue originale: Montpelhièr
Mots-clés: Montpellier ; france ; hérault ; occitan
Le sujet par pays: France
Localisation temporelle du sujet: 985
Montpelier est une commune française, chef-lieu de la région Languedoc-Roussillon, située dans le sud de la France. La ville à vu le jour au moyen-âge, aux alentours de 985, année au cours de laquelle les terres qui lui correspondent ont été données à un chevalier. Ville marchande, elle se développe également comme un pôle de savoir et artistique (université de médecine au XIIIe siècle). La seigneurie passe aux mains des rois d’Aragon, puis de Majorque. Cette période, entre le XIIIe et le XIVe siècles, est considérée comme l’âge d’or de Montpellier. Mais à partir du XIIIe siècle, elle connait une série de troubles qui la font passer au rang de ville secondaire, et en 1349, elle passe aux mains du roi de France et perd donc sa quasi-autonomie. Au cours du XVIIe et du XVIIIe siècles, Montpellier retrouve une certaine prospérité.
Sujet: Les langues du monde
Topique: Occitan
Mots-clés: Occitan ; langue d'oc ; langue
Localisation spatiale du sujet: Espagne ; France ; Italie
Aspects rhétoriques et discursifs: Exemplification ; Hypothèse
L’occitan, aussi appelé langue d’oc est une langue romane parlée dans le sud de la France, le nord -est de l’Espagne et le nord-ouest de l’Italie. L’occitan serait le produit de l’évolution naturelle du latin dans ces régions, mêlée aux langues locales qui ont alors été absorbées. On considère généralement que l’occitan a connu un âge d’or entre le Xe et le XIIe siècles grâce aux troubadours qui ont diffusé les récits en langue d’oc. En France, il fût entre autres employé dans l’administration, faisant concurrence au latin, jusqu’à son remplacement progressif par le français.
Type: Contexte "Education"
Public cible: Pour spécialistes
Reflexion sur le thème du rôle des langues selon le cadre de leur emploi (juridique, politique, économque, etc.)
BERNARD Pierre-Joan. " Langue et pouvoir : Quelle place pour l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles) ? ", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1847, 2009, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1847/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, France, 2009
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DE PABLO Elisabeth, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2009 © FILLON Richard, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2009
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BERNARD Pierre-Joan, Université Lyon III, Lyon, France, 2009
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse générale de la vidéo « Langue et pouvoir : Quelle place pour l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles)?»
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. Analyse générale de la vidéo « Langue et pouvoir : Quelle place pour l’occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles) ? ». (Portail ARC, 2016), http://www.arc.msh-paris.fr/
Id analyse: 56e2c126-e832-4bcb-ada2-d567148a9d24
Id vidéo: 145db3a5-8404-49ee-9ce8-5a44ea32ca14
Analyse générale de l’intervention de Pierre-Joan BERNARD à l’occasion d’un colloque sur la langue occitane.