Gérard Sabard, ancien ouvrier, chef d'équipe atelier formation puis responsable méthode chez Fulmen de 1962 à 1998.

Chapitre

Titre: Entrée chez Fulmen en 1962 en tant qu'OS1
Durée: 00:08:20   [00:00:00 > 00:08:20]
Gérard Sabard raconte les débuts de sa carrière professionnelle avec des expériences brèves dans des secteurs comme la boulangerie ou la conserverie. Puis il raconte son entrée chez Fulmen en 1962, au retour de son service militaire en Algérie : il y fera toute sa carrière. Il narre son arrivée dans l'usine et son premier poste au contrôle batterie. Il se souvient de la spécificité du travail au contact avec une substance comme l'acide, et souligne également que les tâches réalisées ne nécessitaient pas de maîtrise technique complexe : "C'était pas sorcier, j'ai appris vraiment vite." Il passe d'OS1 à OS2 en 10 ans. Il détaille ensuite les différents types de batteries que Fulmen fabriquait, des petites et moyennes pour les téléphones aux grandes pour les sous-marins et l'armée.
Sujet: Entrée dans la vie professionnelle
Topique: entrée dans la vie professionnelle
Titre: L'atelier formation plaques
Durée: 00:12:22   [00:08:20 > 00:20:42]
Gérard Sabard décrit dans cet extrait le fonctionnement de l'atelier formation plaque, dans lequel il passe ensuite chef d'atelier. Il se remémore les grilles de plomb et les techniques d'empatage, et souligne à nouveau la pénibilité des conditions de travail liée au contact avec l'acide. "Les vapeurs d'acide c'était affreux, on éternuait énormément". Il dépeint ici des conditions de travail très difficiles, et une inconscience générale face aux dangers d'une telle exposition. Il se souvient aussi d'une bonne ambiance de travail, de bons contacts avec les ouvriers. Le pointage en est un bon exemple : "Si les gars arrivaient en retard, ils pouvaient pas pointer, mais moi ils venaient me voir et on s'arrangeait, parce que sinon ça décalait toute la chaîne de travail". Sa tâche principale consistait à organiser le programme des équipes dans la semaine pour équilibrer la répartition. "Du moment que les gars faisaient leur boulot, je les embêtais pas."
Sujet: Pénibilité
Topique: pénibilité physique
Sujet: Gestion du temps professionnel
Topique: pointage
Sujet: Santé et risques professionnels
Topique: Prévention / protection
Titre: Le contrôle et la réception
Durée: 00:04:29   [00:20:42 > 00:25:12]
Dans cet extrait, Gérard Sabard se remémore sa mutation soudaine du service des méthodes au service contrôle du jour au lendemain, sans explication. "C'était Fulmen, c'était comme ça ! Et après je suis repassé aux méthodes (rires)" Dans cet atelier, il découvre des techniques managériales en décalage avec la réalité du travail à laquelle il est confronté. "C'était une fumisterie, on me demandait d'atteindre des objectifs qui étaient impossible à réaliser". Il se souvient que ses relations avec les ouvriers lui paraissaient très cordiales, mais que celles avec la hiérarchie, qui ne voulait pas entendre ses remarques, ont commencé à se dégrader. "Les cadences étaient intenables mais ils voulaient rien entendre !"
Sujet: Innovation technique et organisationnelle
Topique: rationalisation des tâches
Titre: Le service des méthodes
Durée: 00:08:14   [00:25:12 > 00:33:26]
Au service des méthodes, la tâche de Gérard Sabard consistait à rédiger des fiches des différents postes de la chaîne opératoire afin que les ouvriers disposent et suivent les instructions. Ces fiches étaient attachées aux machines car les ouvriers changeaient sur la ligne de montage. C'est à cette période qu'il s'est aussi essayé au "chrono", à chronométrer ses collègues, ce qui lui a valu quelques remontrances de la part des autres ouvriers. "Ça, ça m'a pas plu... J'ai tout fait chez Fulmen !"
Sujet: Gestion du temps professionnel
Topique: chronométrage
Sujet: Chaîne opératoire
Topique: opérations techniques
Titre: Souvenirs de conflits avec la hiérarchie
Durée: 00:12:21   [00:33:26 > 00:45:48]
Gérard Sabard se souvient des interactions, bonnes ou conflictuelles, avec les différents directeurs qu'il a connus. C'est l'occasion pour lui de revenir sur son engagement auprès des syndicats de l'usine, et de nous faire le récit de certains des moments de solidarité ouvrière les plus forts qui l'aient marqué. " Y a tellement eu de grèves chez Fulmen que je ne pourrais pas vous raconter la première, mais moi mon enegagement il a vraiment commencé dans les années 1980 pendant les premiers licenciements".
Sujet: Conflits du travail
Topique: revendications et grèves
Sujet: Conflits du travail
Topique: vie syndicale
Titre: Le rachat de Fulmen par "les Américains"
Durée: 00:19:38   [00:45:48 > 01:05:26]
Gérard Sabard se souvient, après le rachat de Fulmen par Fiat dans un premier temps, que l'usine est finalement acquise par un groupe américain. Pour l'ancien employé, c'est le début de la fin de l'histoire du groupe. ll décrit d'abord l'arrivée de nouvelles batteries : les batteries étanches, et leurs spécificités techniques, puis énumère les répercussions de ces changements de produits sur la formation et le savoir-faire des ouvriers. L'arrivée de l'informatique est aussi évoquée comme un courant d'air frais sur l'ambiance de travail dans un contexte marqué par la fermeture des autres usines. "Toutes ces évolutions ça nous a donné de l'espoir que ça irait mieux quand même". Puis Gérard Sabard nous raconte avec émotion les dix dernières années de Fulmen, et les combats syndicaux mémorables organisés par les ouvriers pour ne pas perdre les murs de leur entreprise. Malheureusement, et malgré les semaines de lutte, Fulmen ferme ses portes définitivement en 1998.
Sujet: Conflits du travail
Topique: fermeture d'entreprise
Sujet: Innovation technique et organisationnelle
Topique: informatisation

6 chapitres.
  • Gérard Sabard raconte les débuts de sa carrière professionnelle avec des expériences brèves dans des secteurs comme la boulangerie ou la conserverie. Puis il raconte son entrée chez Fulmen en 1962, au retour de son service militaire en Algérie : il y fera toute sa carrière. Il narre son arrivée dans l'usine et son premier poste au contrôle batterie. Il se souvient de la spécificité du travail au contact avec une substance comme l'acide, et souligne également que les tâches réalisées ne nécessitaient pas de maîtrise technique complexe : "C'était pas sorcier, j'ai appris vraiment vite." Il passe d'OS1 à OS2 en 10 ans. Il détaille ensuite les différents types de batteries que Fulmen fabriquait, des petites et moyennes pour les téléphones aux grandes pour les sous-marins et l'armée.
  • Gérard Sabard décrit dans cet extrait le fonctionnement de l'atelier formation plaque, dans lequel il passe ensuite chef d'atelier. Il se remémore les grilles de plomb et les techniques d'empatage, et souligne à nouveau la pénibilité des conditions de travail liée au contact avec l'acide. "Les vapeurs d'acide c'était affreux, on éternuait énormément". Il dépeint ici des conditions de travail très difficiles, et une inconscience générale face aux dangers d'une telle exposition. Il se souvient aussi d'une bonne ambiance de travail, de bons contacts avec les ouvriers. Le pointage en est un bon exemple : "Si les gars arrivaient en retard, ils pouvaient pas pointer, mais moi ils venaient me voir et on s'arrangeait, parce que sinon ça décalait toute la chaîne de travail". Sa tâche principale consistait à organiser le programme des équipes dans la semaine pour équilibrer la répartition. "Du moment que les gars faisaient leur boulot, je les embêtais pas."
  • Dans cet extrait, Gérard Sabard se remémore sa mutation soudaine du service des méthodes au service contrôle du jour au lendemain, sans explication. "C'était Fulmen, c'était comme ça ! Et après je suis repassé aux méthodes (rires)" Dans cet atelier, il découvre des techniques managériales en décalage avec la réalité du travail à laquelle il est confronté. "C'était une fumisterie, on me demandait d'atteindre des objectifs qui étaient impossible à réaliser". Il se souvient que ses relations avec les ouvriers lui paraissaient très cordiales, mais que celles avec la hiérarchie, qui ne voulait pas entendre ses remarques, ont commencé à se dégrader. "Les cadences étaient intenables mais ils voulaient rien entendre !"
  • Au service des méthodes, la tâche de Gérard Sabard consistait à rédiger des fiches des différents postes de la chaîne opératoire afin que les ouvriers disposent et suivent les instructions. Ces fiches étaient attachées aux machines car les ouvriers changeaient sur la ligne de montage. C'est à cette période qu'il s'est aussi essayé au "chrono", à chronométrer ses collègues, ce qui lui a valu quelques remontrances de la part des autres ouvriers. "Ça, ça m'a pas plu... J'ai tout fait chez Fulmen !"
  • Gérard Sabard se souvient des interactions, bonnes ou conflictuelles, avec les différents directeurs qu'il a connus. C'est l'occasion pour lui de revenir sur son engagement auprès des syndicats de l'usine, et de nous faire le récit de certains des moments de solidarité ouvrière les plus forts qui l'aient marqué. " Y a tellement eu de grèves chez Fulmen que je ne pourrais pas vous raconter la première, mais moi mon enegagement il a vraiment commencé dans les années 1980 pendant les premiers licenciements".
  • Gérard Sabard se souvient, après le rachat de Fulmen par Fiat dans un premier temps, que l'usine est finalement acquise par un groupe américain. Pour l'ancien employé, c'est le début de la fin de l'histoire du groupe. ll décrit d'abord l'arrivée de nouvelles batteries : les batteries étanches, et leurs spécificités techniques, puis énumère les répercussions de ces changements de produits sur la formation et le savoir-faire des ouvriers. L'arrivée de l'informatique est aussi évoquée comme un courant d'air frais sur l'ambiance de travail dans un contexte marqué par la fermeture des autres usines. "Toutes ces évolutions ça nous a donné de l'espoir que ça irait mieux quand même". Puis Gérard Sabard nous raconte avec émotion les dix dernières années de Fulmen, et les combats syndicaux mémorables organisés par les ouvriers pour ne pas perdre les murs de leur entreprise. Malheureusement, et malgré les semaines de lutte, Fulmen ferme ses portes définitivement en 1998.
Titre: Gérard Sabard, ancien ouvrier, chef d'équipe atelier formation puis responsable méthode chez Fulmen de 1962 à 1998
Date de réalisation: 20/05/2017
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Dans cet entretien, Gérard Sabard se souvient de son arrivée au sein de l'usine Fulmen en 1962, dans laquelle il a travaillé pendant plus de 30 ans. A travers les souvenirs de sa carrière, il raconte ses changements réguliers de postes, ses rencontres, ses combats syndicaux les plus marquants jusqu'à leur point d'orgue au moment de l'annonce de la fermeture en 1998. Cet entretien filmé est aussi un témoignage de l'attachement fort d'un ouvrier à son usine.
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de(s) ayant-droit(s) du contenu du média. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de son(ses) auteur(s). Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Titre: Analyse thématiques de l'entretien filmé de Gérard Sabard, ancien employé chez Fulmen de 1962 à 1998
Id analyse: 752f04af-bce9-475a-8232-abefd60c0bbf
Id vidéo: ab70b317-7f2b-4f14-a6c9-fea1fcb3800c