Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina. CHOQUE CCAHUANA Santiago, CHOQUE CRUZ Augustina, Communauté paysanne de Chaupimayo

Chapitre

Titre: Préparation du rituel
Durée: 00:00:57   [00:00:00 > 00:00:57]
Dans un premier temps, le liseur prépare le tissu rituel où sont placées les feuilles de coca (« unkhuña » en quechua), dans lequel il ajoute une pièce de monnaie de 1 sol (monnaie péruvienne), puis il plie le tissu en 4. Il approche ensuite le sac près de la tête du patient, qui doit alors souffler 3 fois dessus. Le liseur ouvre ensuite le sac sur la table de lecture et place la pièce de monnaie sur une feuille de coca sélectionnée et pose l’ensemble à un des coins du sac, orienté vers l’est (comme la plupart des rituels andins traditionnels).
Titre: Première séance de lecture
Durée: 00:02:22   [00:00:57 > 00:03:20]
Le liseur (Santiago) commence sa séance de lecture en demandant au patient son nom et la question qu’il veut poser, motif de sa consultation. Dans ce cas, le demandeur (Juan Carlos), formule une question sur son travail futur dans la ville de Cusco. Le liseur prépare les feuilles de coca, en prend une poignée et souffle dessus en invoquant les esprits des Apus locaux (seigneurs-montagnes), à qui l’on demande de répondre à la question par l’intermédiaire des feuilles de coca et du liseur. Le liseur jette alors les feuilles sur le tissu en plusieurs fois, pour interpréter ce que « disent » les feuilles. Il va alors répéter ce geste autant de fois que nécessaire pour confirmer et approfondir l’interprétation, formulant des questions plus précises concernant la demande du patient. Dans cette séance, le liseur explique que le patient ne va pas encore travailler à Cusco, qu’il va subir des retards dans sa recherche de travail, car il va d’abord voyager avant de pouvoir venir travailler dans cette ville.
Titre: Interprétation des feuilles
Durée: 00:02:21   [00:03:20 > 00:05:41]
Dans cette séquence, les liseurs expliquent au patient la signification des feuilles de coca : - Si la feuille tombe à l’endroit : signifie « oui » - Si la feuille tombe retournée : signifie « non » - Si une feuille est retournée chevauchant une autre feuille : signifie « obstacle, retard » - Lorsque des feuilles sont alignées en demi-cercle, formant un chemin : signifie « voyage »
Titre: Seconde séance de lecture
Durée: 00:05:02   [00:05:41 > 00:10:44]
La seconde séance se déroule de la même manière que la séance avec le premier patient : la liseuse (Augustina) commence sa séance de lecture en demandant à la patiente son nom et la question qu’elle veut poser. Dans ce cas, la patiente (Valérie), formule une question sur la réalisation de son projet dans la ville de Cusco. La liseuse prépare les feuilles de coca, en prend une poignée et souffle dessus en invoquant les esprits des Apus locaux (seigneurs-montagnes), à qui l’on demande de répondre à la question par l’intermédiaire des feuilles de coca et de la liseuse. La liseuse jette alors les feuilles sur le tissu en plusieurs fois, pour interpréter ce que « disent » les feuilles. Elle va alors répéter ce geste autant de fois que nécessaire pour préciser l’interprétation. Dans cette séance, la liseuse explique à la patiente qu’elle ne pourra pas réaliser son projet dans l’immédiat et que cela risque de lui prendre du temps, mais que finalement elle réussira si elle se décide définitivement et qu’elle reste patiente.

4 chapitres.
  • Dans un premier temps, le liseur prépare le tissu rituel où sont placées les feuilles de coca (« unkhuña » en quechua), dans lequel il ajoute une pièce de monnaie de 1 sol (monnaie péruvienne), puis il plie le tissu en 4. Il approche ensuite le sac près de la tête du patient, qui doit alors souffler 3 fois dessus. Le liseur ouvre ensuite le sac sur la table de lecture et place la pièce de monnaie sur une feuille de coca sélectionnée et pose l’ensemble à un des coins du sac, orienté vers l’est (comme la plupart des rituels andins traditionnels).
  • Le liseur (Santiago) commence sa séance de lecture en demandant au patient son nom et la question qu’il veut poser, motif de sa consultation. Dans ce cas, le demandeur (Juan Carlos), formule une question sur son travail futur dans la ville de Cusco. Le liseur prépare les feuilles de coca, en prend une poignée et souffle dessus en invoquant les esprits des Apus locaux (seigneurs-montagnes), à qui l’on demande de répondre à la question par l’intermédiaire des feuilles de coca et du liseur. Le liseur jette alors les feuilles sur le tissu en plusieurs fois, pour interpréter ce que « disent » les feuilles. Il va alors répéter ce geste autant de fois que nécessaire pour confirmer et approfondir l’interprétation, formulant des questions plus précises concernant la demande du patient. Dans cette séance, le liseur explique que le patient ne va pas encore travailler à Cusco, qu’il va subir des retards dans sa recherche de travail, car il va d’abord voyager avant de pouvoir venir travailler dans cette ville.
  • Dans cette séquence, les liseurs expliquent au patient la signification des feuilles de coca : - Si la feuille tombe à l’endroit : signifie « oui » - Si la feuille tombe retournée : signifie « non » - Si une feuille est retournée chevauchant une autre feuille : signifie « obstacle, retard » - Lorsque des feuilles sont alignées en demi-cercle, formant un chemin : signifie « voyage »
  • La seconde séance se déroule de la même manière que la séance avec le premier patient : la liseuse (Augustina) commence sa séance de lecture en demandant à la patiente son nom et la question qu’elle veut poser. Dans ce cas, la patiente (Valérie), formule une question sur la réalisation de son projet dans la ville de Cusco. La liseuse prépare les feuilles de coca, en prend une poignée et souffle dessus en invoquant les esprits des Apus locaux (seigneurs-montagnes), à qui l’on demande de répondre à la question par l’intermédiaire des feuilles de coca et de la liseuse. La liseuse jette alors les feuilles sur le tissu en plusieurs fois, pour interpréter ce que « disent » les feuilles. Elle va alors répéter ce geste autant de fois que nécessaire pour préciser l’interprétation. Dans cette séance, la liseuse explique à la patiente qu’elle ne pourra pas réaliser son projet dans l’immédiat et que cela risque de lui prendre du temps, mais que finalement elle réussira si elle se décide définitivement et qu’elle reste patiente.
Titre: Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina
Sous-titre: Pratique divinatoire andine, Ausangate, PEROU
Auteur(s): CHOQUE CCAHUANA Santiago, CHOQUE CRUZ Augustina, Communauté paysanne de Chaupimayo
Durée: 00:03:56
Date de réalisation: 06/09/2011
Lieu de réalisation: Comunidad Campesina de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU
Genre: Pratiques religieuses
Langue(s): Quechua (Runasimi)
Cette vidéo, tournée dans la communauté paysanne de Chaupimayo (région du massif de l'Ausangate, département de Cusco, Pérou), présente le rituel de lecture des feuilles de coca, pratique de divination andine. La lecture de coca (« Qatipay » en quechua) est réalisée par des « liseurs de coca », appelés localement « curanderos » (« guérisseurs »), qui en laissant tomber des feuilles de coca sur un tissu rituel, interprètent la manière dont les feuilles sont tombées, ainsi que leur agencement pour répondre aux questions du « patient » venu consulter.
Dans cette vidéo, les deux liseurs de coca sont Santiago CHOQUE CCAHUANA et sa femme Augustina CHOQUE CRUZ. Augustina a reçu le don pour lire la coca après avoir été touchée par la foudre dans sa maison lors d’une nuit d’orage. Dans les croyances andines, les guérisseurs sont censés recevoir leurs dons après avoir été touchés par la foudre, qui représente une des plus anciennes déités andines liées au monde surnaturel. Cette croyance est d’autant plus forte dans le massif de l’Ausangate, réputé être l’Apu - esprit de la montagne - majeur de la région de Cusco. Après son accident, Augustina a ainsi été capable de lire dans les feuilles de coca, pratique divinatoire qu’elle a également transmise à son mari Santiago. Le rituel divinatoire se déroule en deux temps : la préparation du rituel et la séance de lecture des feuilles. Dans un premier temps, le liseur prépare le tissu rituel où sont placées les feuilles de coca (« unkhuña » en quechua), dans lequel il ajoute une pièce de monnaie de 1 sol (monnaie péruvienne), puis il plie le tissu en 4. Il approche ensuite le sac près de la tête du patient, qui doit alors souffler 3 fois dessus. Le liseur ouvre ensuite le sac sur la table de lecture et place la pièce de monnaie sur une feuille de coca sélectionnée et pose l’ensemble à un des coins du sac, orienté vers l’est (comme la plupart des rituels andins traditionnels). La séance de lecture peut alors commencer. Le liseur demande au patient son nom et la question qu’il veut poser, motif de sa consultation. Le liseur prépare alors les feuilles de coca, en prend une poignée et souffle dessus en invoquant les esprits des Apus locaux (seigneurs-montagnes), à qui l’on demande de répondre à la question par l’intermédiaire des feuilles de coca et du liseur. Le liseur jette alors les feuilles sur le tissu en plusieurs fois, pour interpréter ce que « disent » les feuilles. Il va alors répéter ce geste autant de fois que nécessaire pour confirmer et approfondir l’interprétation, formulant des questions plus précises concernant la demande du patient.
Sujet: Langues et dialectes quechuas
Topique: Dialecte Quechua II Sud
Titre: Dialecte quechua de Cusco
Dialecte Quechua II Sud: Dialecte Quechua II Sud Pérou – Inca (Cusco)
Cadre spatial du thème: Entité territoriale ; Province de Quispicanchis, Département de Cusco ; Communauté paysanne de Chaupimayo ; Español ; Comunidad campesina de Chaupimayo ; Communautés paysannes ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude ; Région du massif de l'Ausangate
La communauté paysanne de Chaupimayo est située dans le district de Ocongate, dans la province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou.
Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes » (« comunidades campesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
La communauté de Chaupimayo est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas).
Cadre temporel du thème: 06/09/2011
Les dialectes quechuas II Sud ou II C, selon la classification de Alfredo Torero (1964) et Gary Parker (1963), sont des dialectes parlés dans le sud du Pérou (Quechua Chanca dans la région d'Ayacucho, Quechua Inca dans la région de Cusco et Quechua Colla sur l'altiplano dans la région de Puno), dans plusieurs régions de Bolivie (Quechua Cochabamba, Quechua Potosi, Quechua sucre, Quechua Chuquisaca, Quechua Oruro) et dans certaines parties du Nord Ouest de l'Argentine. Ils sont inter-compréhensibles, présentent les mêmes structures grammaticales et peu de différences lexicales. Ils constituent également la forme dialectale quechua la plus parlée.
Sujet: Connaissances et pratiques concernant la nature et l'univers
Topique: Lecture de la coca, Pratique divinatoire andine
Langue d'origine: Español
Expression en langue originale: Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina
Epistémè: Connaissances traditionnelles
Epistémè: Savoir-faire
Epistémè: Vision, connaissance de la nature
Cadre spatial du thème: Entité territoriale ; Communauté paysanne de Chaupimayo ; Español ; Comunidad campesina de Chaupimayo ; Montagne ; Altiplano/plaine d'altitude
Province de Quispicanchis, Département de Cusco http://en.wikipedia.org/wiki/Quispicanchi_Province
La communauté paysanne de Chaupimayo est située dans le district de Ocongate, dans la province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou.
Dans les zones rurales andines de Pérou, il existe des institutions communales appelées « Communautés paysannes »(« comunidades campesinas »), qui sont des entités juridiques à vocation agropastorale, fondées sur la propriété collective des terres. Cette institution andine, correspondant aux anciens « comun de indios » (villages d’ « indiens »), a été créée par deux principaux décrets constitutionnels établissant des structures foncières spécifiques : en 1920, la constitution reconnaît l’indivision des terres de communauté et leur caractère imprescriptible, et en 1933, la constitution décrète les terres de communauté inaliénables. Les comuneros ont l’usufruit des parcelles détenues en commun par la communauté, ils considèrent cependant en être les propriétaires et ont le droit d’en disposer et de les transmettre.
Région du massif de l’Ausangate La communauté de Chaupimayo est située dans la région du massif de l'Ausangate, appartenant à la cordillère de Vilcanota au Sud du Pérou. Ce massif s'élève à 6,384m d'altitude. Cette montagne est considérée comme l'Apu (seigneur montagne) majeur de la région de Cusco, qui est une divinité honorée dans les croyances andines locales. En raison de son climat et de sa géographie d’altitude, cette zone se caractérise principalement par l’élevage des troupeaux de camélidés (lamas et alpacas). http://en.wikipedia.org/wiki/Ausangate
Cadre temporel du thème: 06/09/2011
Justification de la valeur patrimoniale: LEGRAND-GALARZA ; Valérie ; Lecture de la coca, pratique divinatoire andine ; Español ; Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina ; LEGRAND GALARZA ; La lecture de la coca comme rituel divinatoire andin
La lecture des feuilles de coca est une pratique divinatoire traditionnelle considérée comme un patrimoine culturel immatériel andin. Originaire des Andes, cette pratique rituelle fait appel au système de connaissances andin sur la nature et la surnature. La feuille de coca, élément rituel central dans les Andes, joue un rôle d’intermédiaire de savoir entre les esprits tutélaires des montagnes (Apus) et les hommes. Elle « parle » aux liseurs de coca, qui expriment le savoir transmis par les Apus à travers les feuilles. Cette pratique constitue donc un savoir-faire unique vecteur des savoirs traditionnels de la culture andine.
La lecture des feuilles de coca est une pratique traditionnelle reposant sur le système de croyances et de connaissances andin dans lequel la coca joue le rôle d’intermédiaire entre les esprits tutélaires des montagnes (Apus) et les hommes. Les praticiens de la lecture (« curanderos » : guérisseurs) mettent en œuvre les connaissances qu’ils ont acquises sur le monde naturel et surnaturel afin de développer ce savoir-faire rituel.
Nom: CHOQUE CCAHUANA
Prénom: Santiago
Rôle: Informateur sollicité
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Communauté paysanne de Chaupimayo District d'Ocongate, Province de Quispicanchis, Département de Cusco, Communauté paysanne de Chaupimayo, PEROU
Santiago CHOQUE CCAHUANA est originaire de la communauté paysanne de Chaupimayo, province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou. Il est éléveur d'alpacas (camélidés andins) et arriero (guide muletier de chevaux) dans la région du massif de l'Ausangate, où il a grandi et appris la tradition orale locale de sa famille en langues quechua et espagnole. Dans cette vidéo, il pratique la lecture divinatoire des feuilles de coca qu'il a appris auprès de sa femme Augustina.
Nom: CHOQUE CRUZ
Prénom: Augustina
Rôle: Informateur sollicité
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Augustina CHOQUE CRUZ est originaire de la communauté paysanne de Marampaqui, province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou. Tisseuse, Augustina vit actuellement dans la communauté voisine de Chaupimayo avec son mari Santiago CHOQUE CCAHUANA, où ils élèvent des alpacas. Elle a également hérité de dons divinatoires dont elle nous fait la démonstration dans cette vidéo à travers la lecture des feuilles de coca.
Nom: Comunidad campesina de Chaupimayo
Adresse: Communauté paysanne de Chaupimayo District d'Ocongate, Province de Quispicanchis, Département de Cusco, PEROU
La communauté paysanne de Chaupimayo est située dans le district de Ocongate, dans la province de Quispicanchis, département de Cusco au Pérou.
Nom: GALARZA ROCHA
Prénom: Juan Carlos
Rôle: Enquêteurs
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Musicien, chercheur assistant
Adresse: Paris, FRANCE
Musicien bolivien vivant à Paris spécialiste du charango, Juan Carlos Galarza Rocha a participé en tant qu'assistant aux recherches sur le terrain en Bolivie et au Pérou pour le projet du portail PCIA.
Nom: LEGRAND-GALARZA
Prénom: Valérie
Rôle: Anthropologues
Appartenance: INaLCO - Institut national des Langues et Civilisations Orientales, France
Fonction: Chercheuse anthropologue, Laboratoire du CERLOM (Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde)
Adresse: Paris, FRANCE
Doctorante en Anthropologie (CERLOM - Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde, INALCO), chargée de cours de quechua et de civilisation andine à l’INALCO, elle a également travaillé au sein de la section sur le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO (Paris). Ses recherches portent sur la poésie chantée en langue quechua - wayno - en tant que patrimoine culturel immatériel, dans la région de Cusco (Sud du Pérou). Elle participe actuellement aux travaux de recherches du projet ASA-SHS (ESCoM-FMSH, France) à travers l’élaboration d’un portail audiovisuel en ligne concernant le patrimoine vivant des populations andines au Pérou et en Bolivie (traditions orales, langue quechua, musiques, fêtes, rituels, savoirs et savoir-faire). Cette vidéothèque culturelle et pédagogique s’appuie sur le témoignage des acteurs locaux afin de contribuer à la préservation, la diffusion et la revalorisation de leurs savoirs.
Nom: LEGRAND-GALARZA
Prénom: Valérie
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Fonction: Ingénieur d’études, Projet ASA-SHS (Atelier de Sémiotique Audiovisuelle en Sciences Humaines et Sociales)
Adresse: Fondation Maison des Sciences de l'Homme 190, avenue de France 75013 Paris, FRANCE, Paris, FRANCE
Doctorante en Anthropologie (CERLOM - Centre d’étude et de recherche sur les littératures et oralités du monde, INALCO), chargée de cours de quechua et de civilisation andine à l’INALCO, elle a également travaillé au sein de la section sur le Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO (Paris). Ses recherches portent sur la poésie chantée en langue quechua - wayno - en tant que patrimoine culturel immatériel, dans la région de Cusco (Sud du Pérou). Elle participe actuellement aux travaux de recherches du projet ASA-SHS (ESCoM-FMSH, France) à travers l’élaboration d’un portail audiovisuel en ligne concernant le patrimoine vivant des populations andines au Pérou et en Bolivie (traditions orales, langue quechua, musiques, fêtes, rituels, savoirs et savoir-faire). Cette vidéothèque culturelle et pédagogique s’appuie sur le témoignage des acteurs locaux afin de contribuer à la préservation, la diffusion et la revalorisation de leurs savoirs.
Type: Article
Auteur: Remedios De La Peña Begué
Remedios De La Peña Begué. "El uso de la coca entre los incas". 1977. Revista Española de Antropología Americana. Departamento de Antropología y Etnología de América. Universidad Complutense de Madrid. España. Pág. 277-304
Type: Livre
Auteur: Sébastien Baud
Sébastien Baud Faire parler les montagnes : initiation chamanique dans les Andes péruviennes. A. Colin, Paris, 2011
Type: Livre
Auteur: Lauro Hinostroza
Lauro Hinostroza La adivinación andina : estudio de la antropología médica aplicada en el Perú. Lima : CEPCAP, Centro de Estudios Promoción, Capacitación y Apoyo Popular, 1988
Type: Livre
Auteur: Virginie de Véricourt
Virginie de Véricourt Rituels et croyances chamaniques dans les Andes boliviennes : les semences de la foudre. L'Harmattan, Paris, 2000
Type: Livre
Auteur: Catherine J. Allen
Catherine J. Allen. The hold life has : coca and cultural identity in an Andean community. Washington ; London : Smithsonian Institution Press, 2002
Type: Démonstration(s)
Démonstration d'une séance de divination andine à travers la lecture des feuilles de coca, dans la région de l'Ausangate, Cusco, PEROU.
Type: Contexte "Patrimoine culturel"
Public cible: Vidéos pour un public "communautaire"
Sauvegarde et diffusion d'un patrimoine culturel immatériel: la pratique divinatoire andine de la lecture des feuilles de coca au Pérou.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Recherches en anthropologie sur la culture andine, notamment les savoirs et savoir-faire en lien avec la nature, les croyances et les pratiques divinatoires.
CHOQUE CCAHUANA Santiago, CHOQUE CRUZ Augustina, Communauté paysanne de Chaupimayo. "Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina. Pratique divinatoire andine, Ausangate, PEROU", Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA), n°097, 2011
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© LEGRAND-GALARZA, Valérie, ESCoM-FMSH, Paris, FRANCE, 2012
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Santiago CHOQUE CCAHUANA, Communauté de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU, 2011. Augustina CHOQUE CRUZ, Communauté paysanne de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU, 2011. Communauté paysanne de Chaupimayo, Département de Cusco, PEROU, 2011.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette analyse est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libre de la reproduire, la distribuer et la communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette analyse présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page
Lien: Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France
Titre: Analyse anthropologique d'une vidéo sur la lecture de la coca, pratique divinatoire andine
Langue(s): Français
Comment citer: LEGRAND-GALARZA, Valérie. "Analyse anthropologique d'une vidéo sur la lecture de la coca, pratique divinatoire andine". Analyse culturelle d'une vidéo source "Lectura de la coca, Práctica adivinatoria andina. Pratique divinatoire andine, Ausangate, PEROU", 2011, Patrimoine Culturel Immatériel Andin (PCIA), n°097, 2012
Id analyse: 7e6f9884-f2e8-4fcd-96e0-384116d1d622
Id vidéo: 1d2c421a-8cc8-458c-99c8-e22aabcbf5dc
Analyse anthropologique de la lecture des feuilles de coca, rituel divinatoire andin pratiqué dans la région du massif de l'Ausangate, département de Cusco, Pérou. Cette description analyse le rituel à travers deux séances de lecture et une interprétation de la signification des feuilles par les praticiens du rituel.