Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La force et les usages des représentations (1/2). ASSEO Henriette, BEROCAN VEIGA Felipe, DEBERT Guita, HIRATA Helena

Chapitre

Titre: La "Journée nationale des Gitans" au Brésil : symbolique des espaces, stéréotypes et conflits autour d'un nouveau rite du calendrier officiel par Felipe BEROCAN VEIGA
Durée: 00:33:09   [00:00:00 > 00:33:09]
Selon certaines agences internationales, les Gitans sont la minorité ethnique la plus vulnérable aux discriminations, au sein des pays de l’Union Européenne. Ils cohabitent depuis des siècles avec des préjugés liés à leur mode de vie particulier. Aussi bien en Europe qu’au Brésil, des mouvements émanant des Gitans pour leur reconnaissance voient le jour. Ainsi apparaissent des politiques publiques d’inclusion de cette minorité. L’anthropologue Felipe BEROCAN VEIGA propose ici d’analyser un exemple de ces politiques, à travers la « Journée nationale des Gitans » mise en place au Brésil par le président Lula le 25 mai 2006. Celle-ci inscrit le 24 mai comme une date commémorative inscrite dans le calendrier officiel républicain, et s’accompagne de mesures spécifiques à cette minorité. Pour la première fois, l’accent est mis sur l’importance des Gitans dans la construction historique et culturelle de l’identité nationale brésilienne. Le 24 mai 2007 eu lieu la première célébration de cette journée au salon noir du ministère de la justice à Brasilia. Toutefois, on peut remarquer que cette fête fut aussi l’occasion de l’expression de conflits entre différents groupes, opposant la militante et avocate Mirian STANESON à la majorité des membres d’associations gitanes. Elle s’érigea en leader des Gitans, n’hésitant pas à mobiliser une image romantique et exotique des Gitans. Elle établit ainsi un agenda politique entre Gitans et gouvernement, sans qu’il n’y ait aucune discussion collective. Cela déclencha une vague de mécontentement de la part d’associations gitanes, entrainant une vaste confusion dans ce processus de reconnaissance de cette minorité au Brésil. Les années suivantes, avec l’entrée en scène de nouveaux acteurs au sein de ces négociations, Felipe BEROCAN VEIGA explique les transformations survenues dans le domaine religieux et spirituel, entrainant des bouleversements identitaires. En effet, pour la première fois, des non-Gitans voulurent s’identifier à ce groupe. En somme, cette analyse montre comment la manipulation de stéréotypes au profit d’une hégémonie familiale (celle de Mirian STANESCON) eut de fortes implications sur le -déjà complexe- dialogue entre Gitans et gouvernement pour la reconnaissance de leurs droits au Brésil.
Titre: L'inclusion exotique. Des Roms de la Galicie polonaise traversent l'Europe - 1907-1912 par Henriette ASSEO
Durée: 00:42:26   [00:33:09 > 01:15:35]
Henriette ASSEO est historienne et membre du Centre de Recherches Historiques (CRH) de l’EHESS. Elle est spécialiste de l’histoire du peuple tsigane en Europe. Le passé des Tsiganes n’a selon l’historienne que peu de liens avec ce que nous entendons actuellement par ce terme. Le but de cette présentation est de montrer « comment la reconstitution historique des diverses modalités d’existence romani, à travers un usage sériel des archives et indiciaire des sources imprimées, permet d’éviter un double écueil : celui de la réification transhistorique et aussi celui de la labellisation des incarnés ». Pour cela, Henriette ASSEO construit sa démonstration autour de trois types de sources. Le premier ensemble regroupe l’appareillage administratif et policier de la « politique tsigane », constituée entre 1906 et 1912 dans tous les pays européens. Ces différentes politiques européennes présentent deux caractéristiques communes. Elles ne sont pas nées d’une concertation nationale mais de débats législatifs nationaux. De plus, elles concernent en priorité le statut de nationaux mais pas d’étrangers. Par ailleurs, la catégorisation « Tsigane » ne porte jamais sur des individus mais sur des familles. Le second type de source est le matériau des recensements effectués entre 1890 et 1898 dans tous les pays européens au même moment. Celui-ci est très précis et permet de brosser un tableau général de la part des Tsiganes en Europe. Une première remarque est que la majorité des Tsiganes alors recensés est sédentaire, intégrée dans les villes. Enfin, ces documents peuvent être complétés par ceux produits par les enquêteurs de la fin du XIXème siècle. Ainsi, le croisement de ces sources dresse un tableau des sociétés tsiganes en Europe à la fin du XIXème siècle à la fois contrasté mais aussi marqué par la fiction socio-économique. Avant de proprement aborder l’objet d’étude, il est nécessaire de rappeler les caractères originaux de la circulation bohémienne. Un premier point essentiel déjà souligné est que le nomadisme n’est en aucun cas un système constitutif des sociétés tsiganes dans leur ensemble. mais plutôt une modalité particulière de certains groupes à une époque donnée. Ensuite, les traditions de voyage sont toujours ancrées dans un territoire restreint. Les conduites de traversée des frontières ne sont que très peu nombreuses, et liées à des transformations politiques et non pas économiques. La deuxième grande vague de Tsiganes orientaux est arrivée en Occident entre 1865 et 1880. En reconstituant les itinéraires de certaines familles, on peut voir que celles-ci ne se contentaient pas de survivre mais évoluaient en fonction des systèmes de surveillance européens. Henriette ASSEO propose donc de reconstituer l’itinéraire d’un groupe particulier, celui composé de 4 familles de chaudronniers de Galicie (région située entre la Pologne et l’Ukraine), qui arrivèrent entre 1905 et 1914 en Europe. Cette migration ne passait pas inaperçue et ne le cherchait pas. L’historienne cherche donc à comprendre la présentation de soi de ce groupe. Elle montre que ce groupe, loin d’être sans ressources, était représenté très positivement dans les différentes presses nationales et locales. Aussi, son travail était particulièrement valorisé. C’est ce que l’historienne définit comme une « inclusion exotique », c’est-à-dire une valorisation de l’art de se présenter. En conclusion, elle note que cette représentation est en nette opposition avec l’image des bohémiens itinérants.
Titre: Les migrations et le marché de soins aux personnes âgées par Guita DEBERT
Durée: 00:25:15   [01:15:35 > 01:40:51]
Guita DEBERT enseigne l’anthropologie à l’Université de Campinas, et est membre du centre de recherches PAGU. Sa présentation porte sur le marché transnational de soins aux personnes âgées, sujet qu’elle a étudié à partir d’une recherche de terrain menée à Bologne. Elle propose d’analyser les configurations de ce nouveau marché croissant, qui répond à l’augmentation de la durée de la vie, en donnant de nouvelles significations aux migrations. Le lien entre accroissement de la durée de vie et migration est encore peu étudié, et laisse place à de nombreux travaux. Pour cela, l’anthropologue propose de commencer par présenter les approches sociologiques de type structural visant à comprendre le lien entre globalisation et vieillissement. Puis elle exposera les récits des aides-soignants, permettant de comprendre leur travail en Italie. Dans un dernier temps, elle se concentrera sur la manière dont la construction des genres et des nationalités intervient dans les relations entre employeurs et immigrants d’une part, et entre immigrants de différentes nationalité d’autre part. I : Vieillissement, biopolitique et globalisation Les jeunes chômeurs des pays pauvres tentent de franchir les frontières des pays riches, à fort taux de vieillissement, et finissent pas occuper une position importante dans le marché des soins aux personnes âgées. Ces mouvements créent, selon l’anthropologue, des systèmes proches des pratiques esclavagistes, constitutives du développement capitaliste. Dans ce processus, les migrants constituent un flux de main d’œuvre pour les pays du nord, et vivent dans des conditions de vie précaires. II Restitution des entretiens En Italie, le travail non rémunéré et informel des femmes a été la source la plus importante d’offre de soins aux personnes âgées. Cela constitue une exception en Europe. Toutefois, l’augmentation du taux d’emploi des femmes et la vieillissement de la population mènent à une transformation de ce modèle. Le marché des soins a donc, depuis les années 1990, évolué. Une concurrence entre migrants d’Europe de l’est (fortement diplômés et se destinant à une immigration courte) et ceux d’Amérique et d’Asie (moins diplômés et cherchant à s’installer en Italie sur une durée plus longue) s’est développée. Guita DEBERT se livre ensuite à une rapide restitution d’une partie des entretiens qu’elle a réalisé lors de sa recherche à Bologne. III Lien entre construction des genres et relations employeurs/immigrants et immigrants de différentes nationalités. Parmi les catégories qui constituent le fait d’être une « bonne aide-soignante » interviennent la nationalité. Pourtant, l’anthropologue met en évidence quelques distinctions effectuées par des immigrants de différentes nationalités. En définitive, si les recherches à mener en la matière sont vastes, la chercheuse point le fait que celles-ci joueront un rôle central dans le destin des aides-soignantes et la configuration des espaces publics et privés de la vie urbaine.

3 chapitres.
  • Selon certaines agences internationales, les Gitans sont la minorité ethnique la plus vulnérable aux discriminations, au sein des pays de l’Union Européenne. Ils cohabitent depuis des siècles avec des préjugés liés à leur mode de vie particulier. Aussi bien en Europe qu’au Brésil, des mouvements émanant des Gitans pour leur reconnaissance voient le jour. Ainsi apparaissent des politiques publiques d’inclusion de cette minorité. L’anthropologue Felipe BEROCAN VEIGA propose ici d’analyser un exemple de ces politiques, à travers la « Journée nationale des Gitans » mise en place au Brésil par le président Lula le 25 mai 2006. Celle-ci inscrit le 24 mai comme une date commémorative inscrite dans le calendrier officiel républicain, et s’accompagne de mesures spécifiques à cette minorité. Pour la première fois, l’accent est mis sur l’importance des Gitans dans la construction historique et culturelle de l’identité nationale brésilienne. Le 24 mai 2007 eu lieu la première célébration de cette journée au salon noir du ministère de la justice à Brasilia. Toutefois, on peut remarquer que cette fête fut aussi l’occasion de l’expression de conflits entre différents groupes, opposant la militante et avocate Mirian STANESON à la majorité des membres d’associations gitanes. Elle s’érigea en leader des Gitans, n’hésitant pas à mobiliser une image romantique et exotique des Gitans. Elle établit ainsi un agenda politique entre Gitans et gouvernement, sans qu’il n’y ait aucune discussion collective. Cela déclencha une vague de mécontentement de la part d’associations gitanes, entrainant une vaste confusion dans ce processus de reconnaissance de cette minorité au Brésil. Les années suivantes, avec l’entrée en scène de nouveaux acteurs au sein de ces négociations, Felipe BEROCAN VEIGA explique les transformations survenues dans le domaine religieux et spirituel, entrainant des bouleversements identitaires. En effet, pour la première fois, des non-Gitans voulurent s’identifier à ce groupe. En somme, cette analyse montre comment la manipulation de stéréotypes au profit d’une hégémonie familiale (celle de Mirian STANESCON) eut de fortes implications sur le -déjà complexe- dialogue entre Gitans et gouvernement pour la reconnaissance de leurs droits au Brésil.
  • Henriette ASSEO est historienne et membre du Centre de Recherches Historiques (CRH) de l’EHESS. Elle est spécialiste de l’histoire du peuple tsigane en Europe. Le passé des Tsiganes n’a selon l’historienne que peu de liens avec ce que nous entendons actuellement par ce terme. Le but de cette présentation est de montrer « comment la reconstitution historique des diverses modalités d’existence romani, à travers un usage sériel des archives et indiciaire des sources imprimées, permet d’éviter un double écueil : celui de la réification transhistorique et aussi celui de la labellisation des incarnés ». Pour cela, Henriette ASSEO construit sa démonstration autour de trois types de sources. Le premier ensemble regroupe l’appareillage administratif et policier de la « politique tsigane », constituée entre 1906 et 1912 dans tous les pays européens. Ces différentes politiques européennes présentent deux caractéristiques communes. Elles ne sont pas nées d’une concertation nationale mais de débats législatifs nationaux. De plus, elles concernent en priorité le statut de nationaux mais pas d’étrangers. Par ailleurs, la catégorisation « Tsigane » ne porte jamais sur des individus mais sur des familles. Le second type de source est le matériau des recensements effectués entre 1890 et 1898 dans tous les pays européens au même moment. Celui-ci est très précis et permet de brosser un tableau général de la part des Tsiganes en Europe. Une première remarque est que la majorité des Tsiganes alors recensés est sédentaire, intégrée dans les villes. Enfin, ces documents peuvent être complétés par ceux produits par les enquêteurs de la fin du XIXème siècle. Ainsi, le croisement de ces sources dresse un tableau des sociétés tsiganes en Europe à la fin du XIXème siècle à la fois contrasté mais aussi marqué par la fiction socio-économique. Avant de proprement aborder l’objet d’étude, il est nécessaire de rappeler les caractères originaux de la circulation bohémienne. Un premier point essentiel déjà souligné est que le nomadisme n’est en aucun cas un système constitutif des sociétés tsiganes dans leur ensemble. mais plutôt une modalité particulière de certains groupes à une époque donnée. Ensuite, les traditions de voyage sont toujours ancrées dans un territoire restreint. Les conduites de traversée des frontières ne sont que très peu nombreuses, et liées à des transformations politiques et non pas économiques. La deuxième grande vague de Tsiganes orientaux est arrivée en Occident entre 1865 et 1880. En reconstituant les itinéraires de certaines familles, on peut voir que celles-ci ne se contentaient pas de survivre mais évoluaient en fonction des systèmes de surveillance européens. Henriette ASSEO propose donc de reconstituer l’itinéraire d’un groupe particulier, celui composé de 4 familles de chaudronniers de Galicie (région située entre la Pologne et l’Ukraine), qui arrivèrent entre 1905 et 1914 en Europe. Cette migration ne passait pas inaperçue et ne le cherchait pas. L’historienne cherche donc à comprendre la présentation de soi de ce groupe. Elle montre que ce groupe, loin d’être sans ressources, était représenté très positivement dans les différentes presses nationales et locales. Aussi, son travail était particulièrement valorisé. C’est ce que l’historienne définit comme une « inclusion exotique », c’est-à-dire une valorisation de l’art de se présenter. En conclusion, elle note que cette représentation est en nette opposition avec l’image des bohémiens itinérants.
  • Guita DEBERT enseigne l’anthropologie à l’Université de Campinas, et est membre du centre de recherches PAGU. Sa présentation porte sur le marché transnational de soins aux personnes âgées, sujet qu’elle a étudié à partir d’une recherche de terrain menée à Bologne. Elle propose d’analyser les configurations de ce nouveau marché croissant, qui répond à l’augmentation de la durée de la vie, en donnant de nouvelles significations aux migrations. Le lien entre accroissement de la durée de vie et migration est encore peu étudié, et laisse place à de nombreux travaux. Pour cela, l’anthropologue propose de commencer par présenter les approches sociologiques de type structural visant à comprendre le lien entre globalisation et vieillissement. Puis elle exposera les récits des aides-soignants, permettant de comprendre leur travail en Italie. Dans un dernier temps, elle se concentrera sur la manière dont la construction des genres et des nationalités intervient dans les relations entre employeurs et immigrants d’une part, et entre immigrants de différentes nationalité d’autre part. I : Vieillissement, biopolitique et globalisation Les jeunes chômeurs des pays pauvres tentent de franchir les frontières des pays riches, à fort taux de vieillissement, et finissent pas occuper une position importante dans le marché des soins aux personnes âgées. Ces mouvements créent, selon l’anthropologue, des systèmes proches des pratiques esclavagistes, constitutives du développement capitaliste. Dans ce processus, les migrants constituent un flux de main d’œuvre pour les pays du nord, et vivent dans des conditions de vie précaires. II Restitution des entretiens En Italie, le travail non rémunéré et informel des femmes a été la source la plus importante d’offre de soins aux personnes âgées. Cela constitue une exception en Europe. Toutefois, l’augmentation du taux d’emploi des femmes et la vieillissement de la population mènent à une transformation de ce modèle. Le marché des soins a donc, depuis les années 1990, évolué. Une concurrence entre migrants d’Europe de l’est (fortement diplômés et se destinant à une immigration courte) et ceux d’Amérique et d’Asie (moins diplômés et cherchant à s’installer en Italie sur une durée plus longue) s’est développée. Guita DEBERT se livre ensuite à une rapide restitution d’une partie des entretiens qu’elle a réalisé lors de sa recherche à Bologne. III Lien entre construction des genres et relations employeurs/immigrants et immigrants de différentes nationalités. Parmi les catégories qui constituent le fait d’être une « bonne aide-soignante » interviennent la nationalité. Pourtant, l’anthropologue met en évidence quelques distinctions effectuées par des immigrants de différentes nationalités. En définitive, si les recherches à mener en la matière sont vastes, la chercheuse point le fait que celles-ci joueront un rôle central dans le destin des aides-soignantes et la configuration des espaces publics et privés de la vie urbaine.
Titre: Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La force et les usages des représentations (1/2)
Sous-titre: Session II, Partie 1
Auteur(s): ASSEO Henriette, BEROCAN VEIGA Felipe, DEBERT Guita, HIRATA Helena
Durée: 03:10:43
Date de réalisation: 08/12/2011
Lieu de réalisation: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, France
Genre: Extrait d'un colloque filmé
Langue(s): Français
Cette première après-midi du colloque international « Migrations et dynamiques urbaines » s’intéresse aux usages faits des représentations liées aux thèmes de l'« Exotisation » des populations et de la « Folklorisation » des espaces.
Ce colloque « Migrations et dynamiques urbaines » se centre sur l’étude des phénomènes d’ « exotisation » -en tant que production d’inégalités- créés à l’intersection des flux migratoires et de la présence d’immigrés dans les espaces urbains. Plus particulièrement, cette après-midi se centre sur les usages des représentations liées à ces enjeux. Les chercheurs réunis aborderont ce thème selon leurs recherches respectives. Ainsi, l’anthropologue Felipe BEROCAN VEIGA s’intéressera à la « Journée nationale des Gitans » instaurée au Brésil depuis 2006. L’historienne Henriette ASSEO étudiera certaines représentations liées aux Tsiganes en développant ses recherches sur l’itinéraire d’un groupe de Roms traversant l’Europe au début du XXème siècle. Guita DEBERT exliquera les liens existants entre migrations et marché des soins aux personnes âgées, à partir du travail de terrain menée à Bologne.
Sujet: Sujet
Topique: Bologne, Paris
Mots-clés: sciences sociales, usage, représentations, villes, migration, Paris, Bologne
Pays: France
Pays: Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Exposé historique ; Exposé scientifique
La séance de ce colloque en sciences sociales s'intéresse aux usages des représentations liées aux villes et aux migrations, à travers des exemples de recherches de terrains menées -entre autres- dans les villes de Bologne et de Paris.
Sujet: Pays
Topique: Brésil
Pays: France
Pays: Italie
Mots-clés: sciences sociales, rusages, représentations, villes, migrations, France, Brésil, Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Exposé historique ; Exposé scientifique
La séance de ce colloque en sciences sociales s'intéresse aux usages des représentations liées aux villes et aux migrations, à travers des exemples de recherches de terrains menées au Brésil, en France et en Italie.
Sujet: Sujet
Topique: Diversité culturelle, villes, et migrations
Mots-clés: villes, migrations, diversité culturelle, villes, migrations
Libellé: Usages des représentations
Mots-clés: usages, représentations, diversité culturelle
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique
Ce colloque en sciences sociales articule l'étude des dynamiques urbaines et celle des migrations, ce qui peut être regroupé dans le thème plus large de la diversité culturelle.
Cette manifestation s'intéresse plus spécifiquement aux usages qui sont faits des représentations liées à la diversité culturelle.
Sujet: Sujet
Topique: Migration et marginalité
Mots-clés: sciences sociales, villes, migration, marginalité, Tsiganes
Libellé: Usage des représentations
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique
La partie de ce colloque en sciences sociales les problèmes de marginalité sociale qui sont associés aux phénomènes de migrations et de dynamiques urbaines, à travers l'étude des Tsiganes et d'autres groupes sociaux marginalisés.
La partie de ce colloque en sciences sociales, en ce qu'elle s'intéresse spécifiquement aux usages des représentations liées aux migrations et aux villes, aborde notamment les problèmes de marginalité sociale qui sont associés à ces phénomènes.
Sujet: Sujet
Topique: Migrations des Tsiganes, migrations de travail en Italie, et migrations de Brésiliens à Paris
Mots-clés: Migrations de Tsiganes, migrations de travail en Italie, migrations de Brésiliens à Paris
Libellé: Usages des représentations
Mots-clés: villes, migrations, représentations, usages, sciences sociales
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique
Ce colloque étudie trois types de migrations différentes: Celles des Tsiganes au début du XXème siècle, celles des migrations de travail plus contemporaines en Italie liées aux soins aux personnes âgées, et enfin celle d'un groupe spécifique de Brésiliens à Paris au XXIème siècle également.
La partie de ce colloque s'intéresse spécifiquement aux usages des représentations liées aux villes et aux migrations.
Sujet: Sujet
Topique: Représentations des migrants
Mots-clés: représentations, villes, migrations
Libellé: groupes migrants
Mots-clés: représentations, migrants
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Contestation ; Critique ; Description ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique ; Exposé théorique
La partie de ce colloque, s'intéressant spécifiquement aux représentations liées aux villes et migrations, s'attache d'une certaine manière à analyser et à remettre en cause certains représentations attribuées aux migrants.
Ce colloque s'intéresse spécifiquement aux représentations liées aux migrants.
Sujet: Sujet
Topique: Villes et migrations
Mots-clés: villes, migrations, diversité culturelle
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique
La partie de ce colloque en sciences sociales, en ce qu'elle s'intéresse aux usages des représentations liées aux migrations et aux villes, aborde donc, d'une manière globale, le thème de la diversité culturelle.
Sujet: Sujet
Topique: XXIe siècle ap. J.-C.
Siècle(s): XXe siècle ap. J.-C.
Mots-clés: villes, migrations, sciences sociales, histoire
Libellé: Usages des représentions
Mots-clés: usages, représentations, villes, migrations, sciences sociales
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Italie
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé scientifique
Ce colloque en sciences sociales s'intéresse à l'histoire des migrations et des dynamiques urbaines aux XXème et XXIème siècles.
La partie de ce colloque en sciences sociales s'intéresse plus particulièrement aux usages des représentations liées aux migrations et aux villes, sur une période récente.
Nom: CHAVE
Prénom: Juliette
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Réalisateur
Adresse: FRANCE
Juliette CHAVE est réalisatruce, FRANCE.
Nom: PARADISO
Prénom: Frédéric
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Fonction: Réalisateur
Adresse: Paris, FRANCE
Frédéric PARADISO est réalisateur, LT Productions, Paris, FRANCE
Type: Exposé(s) scientifique(s)
Colloque de sciences sociales sur l'usage des représentations liées aux villes et aux migrations.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Recherches en sciences sociales sur les usages des représentations liées aux villes et aux migrations.
ASSEO Henriette, BEROCAN VEIGA Felipe, DEBERT Guita, HIRATA Helena . « Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La force et les usages des représentations (1/2) », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2163, 2011, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2163/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© PARADISO, Frédéric, réalisateur, LT Productions, Paris, FRANCE © DE PABLO, Elisabeth, Responsable éditorial, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © CHAVE, Juliette, réalisatrice, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© ASSEO, Henriette, membre associée du Centre de Recherches Historiques, EHESS, Paris, FRANCE, 2011 © BEROCAN VEIGA, Felipe, Enseignant-chercheur, Université fédérale de Rio de Janeiro, BRESIL, 2011 © DEBERT, Guita, enseignante en anthropologie, Université de Campinas, São Paulo , BRESIL, 2011 © GOMES, Laura Graziela, enseignante en anthropologie, Université fédérale de Fluminense, Rio de Janeiro, BRESIL, 2011 © HIRATA, Helena, Directrice d’études émérite, CNRS, Paris, FRANCE, 2011 © SCHPUN, Mônica Raisa, Directrice éditoriale de la revue Brésil(s). Sciences humaines et sociales. Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain (CRBC-Mondes Américains/EHESS), Paris, FRANCE, 2011
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse générale de la vidéo " Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La force et les usages des représentations (1/2) "
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse générale de la vidéo " Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La force et les usages des représentations (1/2) " (Portail AGORA, 2014): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 7ed2f493-5780-4525-b2bc-caff5dfb8e89
Id vidéo: d2140c3e-44a1-41d0-809c-0395bf756d77
Analyse générale de la deuxième session du colloque international « Migrations et dynamiques urbaines « Exotisation » des populations et « Folklorisation » des espaces ».