Catégories descriptives, statistiques et démographie. BLUM Alain

Chapitre

Titre: Présentation de la problématique
Durée: 00:05:07   [00:00:00 > 00:05:07]
Ce deuxième entretien du directeur d'études à l'EHESS Alain BLUM est dédié à la construction et à l'utilisation des catégories ethniques dans la compréhension des formes et structures sociales, particulièrement en France. Cette question semble importante puisqu'elle touche aux représentations et aux pratiques sociales, mais aussi aux politiques mises en place. Alain BLUM se propose donc ici d'explorer l'histoire de la construction et de l'utilisation de ces catégories par l'Etat Français lors des enquêtes et recensements.
Titre: L'ethnicité comme catégorie centrale de la description de la société russe
Durée: 00:04:30   [00:05:07 > 00:09:37]
Outre ses recherches sur l'outil statistique et la description, Alain BLUM a également étudié la société russe. Celle-ci a construit une description sociale fondée sur des critères ethniques à un moment clé du XIXe siècle, alors que de nombreux statisticiens européens cherchaient à établir des modèles de recensement. Le cadre interprétatif était alors majoritairement racialiste.
Titre: Construction du groupe ethnique à partir de la combinaison langue maternelle-confession religieuse-territoire
Durée: 00:03:13   [00:09:37 > 00:12:51]
En Russie au XIXe siècle, la question de l'identification ethnique était alors peu problématisée. La première solution de définition du peuple est tout d'abord l'utilisation du critère de la langue maternelle, qui va être combiné avec ceux de la confession religieuse et du territoire. Les statisticiens vont alors hésiter entre une vision évolutionniste (postulant que des individus de groupes ethniques extérieurs peuvent devenir Russes) et une autre originelle (figeant l'appartenance ethnique des individus).
Titre: Auto-identification et dictionnaires des nationalités
Durée: 00:03:17   [00:12:51 > 00:16:09]
Ce débat continuera sous l'empire soviétique, et trouvera une issue provisoire lorsque les statisticiens décideront de construire les critères ethniques selon les réponses données par les enquêtés. La réalité ethnique, alors centrale dans les années 1920, est donc fondée sur les réponses des individus. Les dictionnaires des nationalités sont un témoignage de la diversité et de la complexité des réponses données par les enquêtés. Ces ouvrages cherchaient à réduire le nombre de réponses afin de pouvoir les coder plus facilement.
Titre: Construction administrative de l'ethnicité
Durée: 00:02:33   [00:16:09 > 00:18:42]
Peu à peu, l'Union Soviétique formalisera la construction ethnique. Le nombre de peuples sera réduit, et un territoire sera associé à chacun d'entre eux. Le dictionnaire des nationalités va alors converger vers la structure administrative de l'Etat Soviétique. Jusqu'en 1989, l'administration dominera la construction nationale des représentations ethniques. En somme, l'exemple russe montre l'importance de la relation entre peuple et Etat dans la construction des catégories ethniques.
Titre: Description ethnique de la population française
Durée: 00:04:41   [00:18:42 > 00:23:24]
Dans les années 1990 en France, une première enquête demandant des renseignements sur les origines ethniques des individus a eu lieu. Un premier débat s'était alors engagé, ayant pour enjeu la signification de l'existence d'une description ethnique de la population française. L'identification ethnique était alors strictement rattachée à l'origine familiale. Alain BLUM souligne le caractère absurde de cette identification essentialiste, en ce qu'elle ne semble pas avoir de lien avec les formes sociales nationales. En effet, elle nie par exemple le processus migratoire et l'insertion dans un espace territorial spécifique.
Titre: Réduction de l'individu à son origine
Durée: 00:03:35   [00:23:24 > 00:26:59]
Ce débat a dès lors pris de l'ampleur, et s'est structuré sur l'origine des migrants, les figeant dans cette origine, et niant leur parcours et les relations sociales. Alain BLUM indique que cette réduction semble dangereuse en ce qu'elle ne permet pas aux individus de sortir de ce déterminisme originel.
Titre: Identification originelle des peuples par l'Union Européenne
Durée: 00:01:20   [00:26:59 > 00:28:20]
L'Union Européenne semble, elle aussi, fixer et figer les origines des peuples et des individus. Le chercheur précise cependant que le but de cette action est de protéger les minorités.
Titre: Homogénéisation de la grille de description
Durée: 00:07:27   [00:28:20 > 00:35:47]
Malgré la tendance à fixer les identifications par les origines ethniques, il semblerait qu'elle ne soit pas trop importante en France. A travers la construction statistique du peuple s'est déroulée une homogénéisation de la grille de description retenue. Alain BLUM revient sur l'exemple russe pour expliquer en quoi les logiques de relations sociales ne correspondent pas forcément aux grilles descriptives ethniques adoptées par les administrations.
Titre: Banlieue et liens sociaux
Durée: 00:02:18   [00:35:47 > 00:38:05]
Pour en revenir au cas de la France, la création de la banlieue montre dès lors en quoi l'origine n'est pas le seul déterminant ethnique. Des liens sociaux se recréent à travers le territoire. La statistique ne parvient pas à rendre compte de la diversité des pratiques et des relations sociales qui se nouent. En somme, Alain BLUM a ici essayé de montrer en quoi des interrogations sur des zones divergentes peuvent se nourrir mutuellement, mais aussi l'absurdité de vouloir imposer une unique description catégorielle ethnique, quand d'autres logiques et déterminants ont toute leur importance.
Titre: Primauté de la race et de l'origine dans la description des sociétés américaine et canadienne
Durée: 00:07:43   [00:38:05 > 00:45:49]
Aux Etats-Unis, la race est déterminante dans les catégories descriptives. Cependant, le problème se complexifie à partir du moment où certaines communautés demandent la reconnaissance administrative de leur race dans les questionnaires de recensement. Dès lors qu'elles sont considérées comme des catégories politiques, leur interprétation est plus difficile.
Titre: Minorités visibles du Canada et validité relative du système de référence
Durée: 00:02:57   [00:45:49 > 00:48:46]
Le concept de « minorité visible » a été introduit au Canada, afin de donner des droits spécifiques à certains individus. Alain BLUM indique ici que chaque société dispose d'une logique propre, et que les critères de description statistique adoptées n'ont jamais une validité absolue, mais doivent être pensés en relation avec le système social spécifique avec lequel ils s'articulent.
Titre: Revendication communautaire et identification ethnique
Durée: 00:02:53   [00:48:46 > 00:51:40]
Alain BLUM explique ici que le critère de la communauté existe, à côté de ceux de la langue, de la race, etc. Il opère à partir du moment où des individus créent un groupe revendiquant une existence autour d'une identité commune.
Titre: Prise en compte du parcours social
Durée: 00:03:09   [00:51:40 > 00:54:50]
Le démographe revient ici sur une de ses idées centrales selon laquelle la statistique devrait tenir compte de la richesse des sociétés, et donc des parcours sociaux, de la biographie, des pratiques sociales, etc. Sociologiquement, un individu semble se définir plus par sa multiplicité que par des critères réducteurs et figés tels que l'origine ethnique. Alain BLUM invite ici à prendre en compte la complexité du social.
Titre: Danger d'une approche purement statistique
Durée: 00:07:17   [00:54:50 > 01:02:07]
Ainsi, cette prise en compte de la complexité du social semble ne pas pouvoir passer par l'outil statistique, qui présente cependant d'autres avantages. Des approches quantitatives et monographiques présentent donc leur intérêt. Alain BLUM envisage donc ici les limites de la statistique, et invite à les prolonger à l'aide de regards complémentaires tels que l'étude de terrain.
Titre: Enquêtes intégrant la complexité sociale
Durée: 00:10:15   [01:02:07 > 01:12:22]
Le statisticien imagine ici quelles seraient les études permettant permettant d'intégrer cette complexité sociale. Ainsi, l'enquête remplacerait le recensement. Ce type de travail mettrait en évidence non pas l'individu mais les relations sociales, ainsi que le passé des acteurs. En somme, il s'agit de faciliter la compréhension de l'individu dans son contexte. Certaines enquêtes statistiques effectuées par exemple par l'INED ou l'EHESS tendent vers cette approche, à travers la prise en compte de la biographie personnelle et des liens sociaux entretenus par l'individu. Ces études parvenant dans une certaine mesure à réconcilier l'approche statistique et plus qualitative sont parvenues à certains résultats encourageants.
Titre: Limites intrinsèques de l'analyse statistique
Durée: 00:06:54   [01:12:22 > 01:19:17]
Enfin, Alain BLUM revient en conclusion sur les limites de l'outil statistique, qu'il développe plus longuement. Pour lui, en raison des éléments invoqués au cours de l'entretien (focalisation sur l'individu, négation des relations, etc.), il existerait des limites intrinsèques à la statistique, contrairement à d'autres approches qui semblent plus à même de comprendre la complexité du monde social.

17 chapitres.
  • Ce deuxième entretien du directeur d'études à l'EHESS Alain BLUM est dédié à la construction et à l'utilisation des catégories ethniques dans la compréhension des formes et structures sociales, particulièrement en France. Cette question semble importante puisqu'elle touche aux représentations et aux pratiques sociales, mais aussi aux politiques mises en place. Alain BLUM se propose donc ici d'explorer l'histoire de la construction et de l'utilisation de ces catégories par l'Etat Français lors des enquêtes et recensements.
  • Outre ses recherches sur l'outil statistique et la description, Alain BLUM a également étudié la société russe. Celle-ci a construit une description sociale fondée sur des critères ethniques à un moment clé du XIXe siècle, alors que de nombreux statisticiens européens cherchaient à établir des modèles de recensement. Le cadre interprétatif était alors majoritairement racialiste.
  • En Russie au XIXe siècle, la question de l'identification ethnique était alors peu problématisée. La première solution de définition du peuple est tout d'abord l'utilisation du critère de la langue maternelle, qui va être combiné avec ceux de la confession religieuse et du territoire. Les statisticiens vont alors hésiter entre une vision évolutionniste (postulant que des individus de groupes ethniques extérieurs peuvent devenir Russes) et une autre originelle (figeant l'appartenance ethnique des individus).
  • Ce débat continuera sous l'empire soviétique, et trouvera une issue provisoire lorsque les statisticiens décideront de construire les critères ethniques selon les réponses données par les enquêtés. La réalité ethnique, alors centrale dans les années 1920, est donc fondée sur les réponses des individus. Les dictionnaires des nationalités sont un témoignage de la diversité et de la complexité des réponses données par les enquêtés. Ces ouvrages cherchaient à réduire le nombre de réponses afin de pouvoir les coder plus facilement.
  • Peu à peu, l'Union Soviétique formalisera la construction ethnique. Le nombre de peuples sera réduit, et un territoire sera associé à chacun d'entre eux. Le dictionnaire des nationalités va alors converger vers la structure administrative de l'Etat Soviétique. Jusqu'en 1989, l'administration dominera la construction nationale des représentations ethniques. En somme, l'exemple russe montre l'importance de la relation entre peuple et Etat dans la construction des catégories ethniques.
  • Dans les années 1990 en France, une première enquête demandant des renseignements sur les origines ethniques des individus a eu lieu. Un premier débat s'était alors engagé, ayant pour enjeu la signification de l'existence d'une description ethnique de la population française. L'identification ethnique était alors strictement rattachée à l'origine familiale. Alain BLUM souligne le caractère absurde de cette identification essentialiste, en ce qu'elle ne semble pas avoir de lien avec les formes sociales nationales. En effet, elle nie par exemple le processus migratoire et l'insertion dans un espace territorial spécifique.
  • Malgré la tendance à fixer les identifications par les origines ethniques, il semblerait qu'elle ne soit pas trop importante en France. A travers la construction statistique du peuple s'est déroulée une homogénéisation de la grille de description retenue. Alain BLUM revient sur l'exemple russe pour expliquer en quoi les logiques de relations sociales ne correspondent pas forcément aux grilles descriptives ethniques adoptées par les administrations.
  • Pour en revenir au cas de la France, la création de la banlieue montre dès lors en quoi l'origine n'est pas le seul déterminant ethnique. Des liens sociaux se recréent à travers le territoire. La statistique ne parvient pas à rendre compte de la diversité des pratiques et des relations sociales qui se nouent. En somme, Alain BLUM a ici essayé de montrer en quoi des interrogations sur des zones divergentes peuvent se nourrir mutuellement, mais aussi l'absurdité de vouloir imposer une unique description catégorielle ethnique, quand d'autres logiques et déterminants ont toute leur importance.
  • Aux Etats-Unis, la race est déterminante dans les catégories descriptives. Cependant, le problème se complexifie à partir du moment où certaines communautés demandent la reconnaissance administrative de leur race dans les questionnaires de recensement. Dès lors qu'elles sont considérées comme des catégories politiques, leur interprétation est plus difficile.
  • Le concept de « minorité visible » a été introduit au Canada, afin de donner des droits spécifiques à certains individus. Alain BLUM indique ici que chaque société dispose d'une logique propre, et que les critères de description statistique adoptées n'ont jamais une validité absolue, mais doivent être pensés en relation avec le système social spécifique avec lequel ils s'articulent.
  • Le démographe revient ici sur une de ses idées centrales selon laquelle la statistique devrait tenir compte de la richesse des sociétés, et donc des parcours sociaux, de la biographie, des pratiques sociales, etc. Sociologiquement, un individu semble se définir plus par sa multiplicité que par des critères réducteurs et figés tels que l'origine ethnique. Alain BLUM invite ici à prendre en compte la complexité du social.
  • Ainsi, cette prise en compte de la complexité du social semble ne pas pouvoir passer par l'outil statistique, qui présente cependant d'autres avantages. Des approches quantitatives et monographiques présentent donc leur intérêt. Alain BLUM envisage donc ici les limites de la statistique, et invite à les prolonger à l'aide de regards complémentaires tels que l'étude de terrain.
  • Le statisticien imagine ici quelles seraient les études permettant permettant d'intégrer cette complexité sociale. Ainsi, l'enquête remplacerait le recensement. Ce type de travail mettrait en évidence non pas l'individu mais les relations sociales, ainsi que le passé des acteurs. En somme, il s'agit de faciliter la compréhension de l'individu dans son contexte. Certaines enquêtes statistiques effectuées par exemple par l'INED ou l'EHESS tendent vers cette approche, à travers la prise en compte de la biographie personnelle et des liens sociaux entretenus par l'individu. Ces études parvenant dans une certaine mesure à réconcilier l'approche statistique et plus qualitative sont parvenues à certains résultats encourageants.
  • Enfin, Alain BLUM revient en conclusion sur les limites de l'outil statistique, qu'il développe plus longuement. Pour lui, en raison des éléments invoqués au cours de l'entretien (focalisation sur l'individu, négation des relations, etc.), il existerait des limites intrinsèques à la statistique, contrairement à d'autres approches qui semblent plus à même de comprendre la complexité du monde social.
Titre: Catégories descriptives, statistiques et démographie
Auteur(s): BLUM Alain
Date de réalisation: 12/03/2003
Lieu de réalisation: Fondation Maison des Sciences de l'Homme 54 Boulevard Raspail 75006, Paris FRANCE
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Le statisticien et démographe Alain BLUM développe au cours de ce deuxième entretien sur la construction et l'utilisation de l'outil statistique et des catégories descriptives.
Dans un premier temps, le chercheur développera l'exemple de la construction de catégories descriptives ethniques en Russie, ce qui lui permettra de faire un lien avec le cas de la France contemporaine. Après avoir expliqué quels sont les enjeux autour de cette problématique, il envisagera à la fois les limites de l'outil statistique mais aussi en quoi son rapprochement avec des méthodes plus qualitatives peut tendre vers une meilleure compréhension du monde social, dans toute sa complexité.
Sujet: Sujet
Topique: Approche de la statistique
Mots-clés: Approche; statistique; démographie
Discipline, domaine: Démographie
Discipline, domaine: Ethnologie
Discipline, domaine: Sociologie
Discipline, domaine: Statistique
Mots-clés: dialogue; approche; qualitatif; quantitatif
Type de discours consacré au sujet: Conseil ; Entretien ; Evaluation critique' ; Exposé de méthode ; Suggestion
Alain BLUM aborde ici des questions relatives aux approches statistiques.
Le chercheur envisage ici les limites des approches statistiques et démographiques, essentiellement quantitatives, et encourage à les faire dialoguer avec des méthodes plus qualitatives, traditionnellement associées à la sociologie et à l'ethnographie.
Sujet: Sujet
Topique: Démographie
Domaine: Sociodémographie
Domaine: Statistique
Mots-clés: Sociologie; démographie; statistique
Libellé: Construction sociale des outils démographiques et statistiques
Mots-clés: Construction; utilisation; démographie; statistique
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Critique ; Discussion ; Entretien ; Evaluation critique' ; Exemplification ; Exposé spécialisé ; Interprétation
Alain BLUM aborde ici le thème de la construction et de l'utilisation des outils statistiques et sociodémographiques.
Alain BLUM se centre plus précisément sur les manières dont ont été construits les outils démographiques et statistiques, et leurs usages sociaux dans la France contemporaine.
Sujet: Sujet
Topique: Démographie de la France
Domaine: Démographie de la Russie
Domaine: Sociodémographie
Mots-clés: Russie; France; démogaphie; statistique
Libellé: Constructions démographiques et statistiques
Mots-clés: Construction; démographie; statistique
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Critique ; Discussion ; Entretien ; Evaluation critique' ; Explication ; Exposé spécialisé ; Interprétation
Alain BLUM explore les exemples russe et français pour aborder la question de la construction et de l'utilisation des outils démographiques et statistiques.
Alain BLUM envisage au cours de cet entretien la manière dont sont construits et utilisés les outils démographiques et statistiques en France à l'époque contemporaine.
Sujet: Sujet
Topique: Formation d'identités ethniques
Mots-clés: Formation; identité; ethnicité
Libellé: Construction sociale de catégories ethniques
Mots-clés: Construction; ethnicité; démographie; statistique
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Critique ; Discussion ; Entretien ; Evaluation critique' ; Exposé spécialisé
Alain BLUM donne ici des pistes de réponses à la problématique de la formation d'identités ethniques.
A travers les exemples russe et français, Alain BLUM envisage la manière dont ont pu être forgées les identités ethniques, à travers les outils démographiques et statistiques. Il en indique les limites, et invite à envisager plus rigoureusement la complexité de ce concept.
Type: Exposé(s) scientifique(s)
Exposé en démographie sur la construction et l'utilisation d'outils statistiques et de catégories descriptives.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Entretien avec le démographe Alain BLUM destiné à toute personne s'intéressant à la sociologie, à la démogaphie, à la statistique, et à la construction et l'utilisation d'outils statistiques et de catégories descriptives.
BLUM Alain. « Catégories descriptives, statistiques et démographie », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°121, 2003, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/121
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE, 2003
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© BILJETINA Charles, réalisateur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2003
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BLUM Alain, directeur d'études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, FRANCE, 2003
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Catégories descriptives, statistiques et démographie »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Catégories descriptives, statistiques et démographie » (Portail AGORA, 2015): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 8b8deeeb-3cb2-4a0d-b840-a1941eacc735
Id vidéo: 5a61034e-2b9a-4aec-87d8-55c6c32968b7