Le système capitaliste en crise terminale. BOUTRY Philippe, WALLERSTEIN Immanuel, WIEVIORKA Michel

Chapitre

Titre: Présentation par Michel WIEVIORKA
Durée: 00:02:19   [00:00:00 > 00:02:19]
Le cycle de conférences « Penser Global », organisé conjointement par la Fondation Maison des Sciences de l'Homme et l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, est celui auquel participe aujourd'hui Immanuel WALLERSTEIN. Michel WIEVIORKA, administrateur de la FMSH remercie ensuite Immanuel WALLERSTEIN, conférencier de ce cycle.
Titre: Résumé de la conférence précédente et problématique
Durée: 00:07:22   [00:02:19 > 00:09:42]
Lors de la conférence précédente, Immanuel WALLERSTEIN a expliqué comment la gauche mondiale était passée d'une situation d'extrême faiblesse jusqu'en 1848 à une position de très grande force de 1945 à 1968. Il a dégagé la stratégie de ces mouvements, qui consiste en la prise de pouvoir de l'Etat puis sa transformation. Il a aussi repéré deux anomalies. Tout d'abord, l'accession au pouvoir des mouvements de gauche dans de nombreuses parties du monde entre 1945 et 1968 alors même que la période était caractérisée par une hégémonie des Etats-Unis. Le sociologue a cependant montré que cette période était la seule au cours de laquelle ce phénomène pouvait se produire. Par ailleurs, l'accession au pouvoir des mouvements de gauche n'a pas mené à la transformation de l'Etat, ce qui a expliqué l'intention des révolutionnaires de 1968 de détrôner « l'ancienne gauche » alors au pouvoir. En outre, cette première phase d'hégémonie économique des Etats-Unis, qui peut s'interpréter comme la première phase du cycle de Kondratiev, a été suivie par une seconde de stagnation, à partir de l'invasion de l'Irak. Enfin, Immanuel WALLERSTEIN a rappelé le cycle de vie de tout système historique, qui peut se diviser en trois période : celle de création du système historique ; celle de son fonctionnement normal ; celle de sa crise structurelle, qui est marquée par la lutte de tous ses acteurs qui cherchent à l'orienter dans une direction nouvelle. Le sociologue s'attache logiquement aujourd'hui à étudier la phase de crise terminale du système capitaliste.
Titre: L'augmentation des coûts de production et la crise structurelle du capitalisme historique
Durée: 00:15:32   [00:09:42 > 00:25:15]
En tant que système historique, le capitalisme a atteint sa crise structurelle en raison de l'accroissement de trois coûts de production : les ressources humaines, les inputs, et la taxation. Arrivé à un certain point, la demande effective commence alors à décroître, ce qui entraîne un effet de contraction entre des coûts qui augmentent et une demande décroissante. Immanuel WALLERSTEIN étudie ensuite plus précisément l'augmentation de ces types de coûts. En ce qui concerne les coûts liés aux ressources humaines, il indique que ceux-ci ont énormément augmenté, autant pour la main d’œuvre non-qualifiée, qu'intermédiaire et tertiaire. Pour les seconds, il indique que le traitement des déchets, tout d'abord assuré par les entreprises, a ensuite été pris en charge par les Etats, ce qui a inévitablement mené à une augmentation du coût des impôts. Par ailleurs, les pénuries de matières premières ont mené à des conflits d'ordre politique. Enfin, les infrastructures sont à prendre en compte dans l'étude des débouchés commerciaux. Immanuel WALLERSTEIN indique que les producteurs, au cours de l'histoire, se sont peu préoccupé de ces infrastructures, ce qui a empêché l'Etat d'assumer les coûts leur étant liés. Le troisième type de coût, les taxations, ont eu aussi connu une grande augmentation au cours du temps. En définitive, l'augmentation de la totalité de ces coûts conjuguée à une baisse de la demande effective permet d'expliquer une crise structurelle où ni la grande majorité de la population mondiale ni les entrepreneurs capitalistes ne tirent plus de profit acceptable de ce système. Cela les mène à s'intéresser aux alternatives qui se présentent.
Titre: La disparition du système capitaliste et le renouveau de la gauche globale
Durée: 00:21:24   [00:25:15 > 00:46:39]
Le système entrant dans sa troisième phase, il ne peut dès lors plus fonctionner de manière normale et est voué à bifurquer, ce qui a deux conséquences centrales. En premier lieu, il est impossible de savoir quelle voie il empruntera et quel système lui succédera. On ne peut qu'émettre des hypothèses à ce propos. Deuxièmement, cette bifurcation va déboucher sur un conflit politique majeur ayant pour enjeu la voie à adopter suite à la disparition de ce système. Il est cependant possible d'influencer cette décision, notamment via l'existence et la mobilisation des mouvements anti-systémiques. Le sociologue s'attache donc ici à décrire le renouveau de la gauche globale, dont il distingue plusieurs périodes. Une première débutant le 1er janvier 1994 avec le soulèvement du mouvement zapatiste en réaction à l'entrée en vigueur de l'ALENA, marquant ainsi une volonté de contestation du système capitaliste. Contrairement à la « vieille gauche », le mouvement prônait l'intégration et la tolérance entre les différents courants de la gauche globale. Une seconde commençant en 1999, avec les manifestations contestant le sommet de l'Organisation Mondiale du Commerce à Seattle. Ces protestations faisaient intervenir des forces qui ne s'étaient jamais associées jusqu'alors : le mouvement travailliste, les écologistes, et les anarchistes, tous majoritairement américains. Par ailleurs, elles ont rencontré un certain succès, puisque l'adoption du traité négocié a été abandonnée. Une troisième avec le Forum Social Mondial de Porto Alegre. L'appel au rassemblement de 2001 a été le fruit d'un regroupement de réseaux divers en réaction au Forum Economique Mondial de Davos. La choix de Davos servait ainsi à souligner l'importance du Sud dans la contestation du libéralisme. Par ailleurs, une approche horizontale fut adoptée, en opposition à l'approche verticale des mouvements de la vieille gauche. Contre toute attente, le Forum de Porto Alegre remporta un franc succès, et prit deux décisions majeures : la poursuite des rencontres et la création d'un conseil international chargé de superviser l'organisation des rencontres à venir. Cependant, les contradictions du Forum Social Mondial de Porto Alegre ont occupé le devant de la scène au cours du XXIe siècle. Cette évolution n'est compréhensible qu'en la mettant en lien avec celle du système-monde. Ainsi, deux principaux éléments explicatifs doivent être mobilisés : l'éclatement de la bulle immobilière de 2008 aux Etats-Unis qui a conduit à reconnaître l'existence d'une crise du système-monde, et la montée de la puissance économique et géopolitique des économies émergentes. L'ambivalence du Forum face à ces évolutions ont mené à souligner ses contradictions internes similaires aux débats agitant les mouvements de la vieille gauche.
Titre: Conclusion
Durée: 00:05:13   [00:46:39 > 00:51:53]
En définitive, la nouvelle gauche globale est divisée à propos des enjeux sur le nouvel ordre systémique qu'elle tente de construire en bifurquant vers d'autres systèmes relativement égalitaires. Plusieurs options sont envisageables et hiérarchisables en fonction de leur ordre de priorité. Les mouvements de gauche doivent, à court terme, faire tout ce qu'ils peuvent pour minimiser la douleur immédiate des individus. Cependant, cela ne contribue pas à transformer le système dans sa globalité, ce qu'il faut viser à moyen terme. Nous ne savons pas qui de l'esprit de Porto Alegre ou de Davos remportera la bataille. Cependant, Immanuel WALLERSTEIN conclut cette conférence en indiquant que les plus petits mouvements contribuent à modifier les paramètres globaux du système. En ce sens, il semble qu'un nouvel ordre mondial, encouragé par des efforts locaux, soit possible.
Titre: Echange avec le public
Durée: 00:22:10   [00:51:53 > 01:14:04]
Question 1 : Est-il possible d'échapper à la financiarisation de l'économie ? Question 2 : Comment analyser les mouvements du printemps arabe dans le cadre de son propos sur le système-monde ? Question 3 : De quel ordre sont réellement les chances de sortie du capitalisme ? Question 4 : La fédération de forces diverses (repérées par exemple lors des manifestations de Seattle) ne sont-elles pas une condition de réussite des mouvements de protestation ? Question 5 : Le diagnostic de la crise du système capitaliste n'est pas partagé par de nombreux économistes. Comment expliquer ces différences d'analyses ? Quel est le poids des croyances des acteurs sur le phénomène en question ?

6 chapitres.
  • Le cycle de conférences « Penser Global », organisé conjointement par la Fondation Maison des Sciences de l'Homme et l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, est celui auquel participe aujourd'hui Immanuel WALLERSTEIN. Michel WIEVIORKA, administrateur de la FMSH remercie ensuite Immanuel WALLERSTEIN, conférencier de ce cycle.
  • Lors de la conférence précédente, Immanuel WALLERSTEIN a expliqué comment la gauche mondiale était passée d'une situation d'extrême faiblesse jusqu'en 1848 à une position de très grande force de 1945 à 1968. Il a dégagé la stratégie de ces mouvements, qui consiste en la prise de pouvoir de l'Etat puis sa transformation. Il a aussi repéré deux anomalies. Tout d'abord, l'accession au pouvoir des mouvements de gauche dans de nombreuses parties du monde entre 1945 et 1968 alors même que la période était caractérisée par une hégémonie des Etats-Unis. Le sociologue a cependant montré que cette période était la seule au cours de laquelle ce phénomène pouvait se produire. Par ailleurs, l'accession au pouvoir des mouvements de gauche n'a pas mené à la transformation de l'Etat, ce qui a expliqué l'intention des révolutionnaires de 1968 de détrôner « l'ancienne gauche » alors au pouvoir. En outre, cette première phase d'hégémonie économique des Etats-Unis, qui peut s'interpréter comme la première phase du cycle de Kondratiev, a été suivie par une seconde de stagnation, à partir de l'invasion de l'Irak. Enfin, Immanuel WALLERSTEIN a rappelé le cycle de vie de tout système historique, qui peut se diviser en trois période : celle de création du système historique ; celle de son fonctionnement normal ; celle de sa crise structurelle, qui est marquée par la lutte de tous ses acteurs qui cherchent à l'orienter dans une direction nouvelle. Le sociologue s'attache logiquement aujourd'hui à étudier la phase de crise terminale du système capitaliste.
  • En tant que système historique, le capitalisme a atteint sa crise structurelle en raison de l'accroissement de trois coûts de production : les ressources humaines, les inputs, et la taxation. Arrivé à un certain point, la demande effective commence alors à décroître, ce qui entraîne un effet de contraction entre des coûts qui augmentent et une demande décroissante. Immanuel WALLERSTEIN étudie ensuite plus précisément l'augmentation de ces types de coûts. En ce qui concerne les coûts liés aux ressources humaines, il indique que ceux-ci ont énormément augmenté, autant pour la main d’œuvre non-qualifiée, qu'intermédiaire et tertiaire. Pour les seconds, il indique que le traitement des déchets, tout d'abord assuré par les entreprises, a ensuite été pris en charge par les Etats, ce qui a inévitablement mené à une augmentation du coût des impôts. Par ailleurs, les pénuries de matières premières ont mené à des conflits d'ordre politique. Enfin, les infrastructures sont à prendre en compte dans l'étude des débouchés commerciaux. Immanuel WALLERSTEIN indique que les producteurs, au cours de l'histoire, se sont peu préoccupé de ces infrastructures, ce qui a empêché l'Etat d'assumer les coûts leur étant liés. Le troisième type de coût, les taxations, ont eu aussi connu une grande augmentation au cours du temps. En définitive, l'augmentation de la totalité de ces coûts conjuguée à une baisse de la demande effective permet d'expliquer une crise structurelle où ni la grande majorité de la population mondiale ni les entrepreneurs capitalistes ne tirent plus de profit acceptable de ce système. Cela les mène à s'intéresser aux alternatives qui se présentent.
  • Le système entrant dans sa troisième phase, il ne peut dès lors plus fonctionner de manière normale et est voué à bifurquer, ce qui a deux conséquences centrales. En premier lieu, il est impossible de savoir quelle voie il empruntera et quel système lui succédera. On ne peut qu'émettre des hypothèses à ce propos. Deuxièmement, cette bifurcation va déboucher sur un conflit politique majeur ayant pour enjeu la voie à adopter suite à la disparition de ce système. Il est cependant possible d'influencer cette décision, notamment via l'existence et la mobilisation des mouvements anti-systémiques. Le sociologue s'attache donc ici à décrire le renouveau de la gauche globale, dont il distingue plusieurs périodes. Une première débutant le 1er janvier 1994 avec le soulèvement du mouvement zapatiste en réaction à l'entrée en vigueur de l'ALENA, marquant ainsi une volonté de contestation du système capitaliste. Contrairement à la « vieille gauche », le mouvement prônait l'intégration et la tolérance entre les différents courants de la gauche globale. Une seconde commençant en 1999, avec les manifestations contestant le sommet de l'Organisation Mondiale du Commerce à Seattle. Ces protestations faisaient intervenir des forces qui ne s'étaient jamais associées jusqu'alors : le mouvement travailliste, les écologistes, et les anarchistes, tous majoritairement américains. Par ailleurs, elles ont rencontré un certain succès, puisque l'adoption du traité négocié a été abandonnée. Une troisième avec le Forum Social Mondial de Porto Alegre. L'appel au rassemblement de 2001 a été le fruit d'un regroupement de réseaux divers en réaction au Forum Economique Mondial de Davos. La choix de Davos servait ainsi à souligner l'importance du Sud dans la contestation du libéralisme. Par ailleurs, une approche horizontale fut adoptée, en opposition à l'approche verticale des mouvements de la vieille gauche. Contre toute attente, le Forum de Porto Alegre remporta un franc succès, et prit deux décisions majeures : la poursuite des rencontres et la création d'un conseil international chargé de superviser l'organisation des rencontres à venir. Cependant, les contradictions du Forum Social Mondial de Porto Alegre ont occupé le devant de la scène au cours du XXIe siècle. Cette évolution n'est compréhensible qu'en la mettant en lien avec celle du système-monde. Ainsi, deux principaux éléments explicatifs doivent être mobilisés : l'éclatement de la bulle immobilière de 2008 aux Etats-Unis qui a conduit à reconnaître l'existence d'une crise du système-monde, et la montée de la puissance économique et géopolitique des économies émergentes. L'ambivalence du Forum face à ces évolutions ont mené à souligner ses contradictions internes similaires aux débats agitant les mouvements de la vieille gauche.
  • En définitive, la nouvelle gauche globale est divisée à propos des enjeux sur le nouvel ordre systémique qu'elle tente de construire en bifurquant vers d'autres systèmes relativement égalitaires. Plusieurs options sont envisageables et hiérarchisables en fonction de leur ordre de priorité. Les mouvements de gauche doivent, à court terme, faire tout ce qu'ils peuvent pour minimiser la douleur immédiate des individus. Cependant, cela ne contribue pas à transformer le système dans sa globalité, ce qu'il faut viser à moyen terme. Nous ne savons pas qui de l'esprit de Porto Alegre ou de Davos remportera la bataille. Cependant, Immanuel WALLERSTEIN conclut cette conférence en indiquant que les plus petits mouvements contribuent à modifier les paramètres globaux du système. En ce sens, il semble qu'un nouvel ordre mondial, encouragé par des efforts locaux, soit possible.
  • Question 1 : Est-il possible d'échapper à la financiarisation de l'économie ? Question 2 : Comment analyser les mouvements du printemps arabe dans le cadre de son propos sur le système-monde ? Question 3 : De quel ordre sont réellement les chances de sortie du capitalisme ? Question 4 : La fédération de forces diverses (repérées par exemple lors des manifestations de Seattle) ne sont-elles pas une condition de réussite des mouvements de protestation ? Question 5 : Le diagnostic de la crise du système capitaliste n'est pas partagé par de nombreux économistes. Comment expliquer ces différences d'analyses ? Quel est le poids des croyances des acteurs sur le phénomène en question ?
Titre: Le système capitaliste en crise terminale
Sous-titre: Conférences « Penser global ». La gauche mondiale : hier, aujourd'hui, demain
Auteur(s): BOUTRY Philippe, WALLERSTEIN Immanuel, WIEVIORKA Michel
Date de réalisation: 11/02/2015
Lieu de réalisation: Université Paris 1 - Centre Panthéon 12 place du Panthéon 75005 Paris FRANCE
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Les conférences "Penser Global" sont organisées par le Collège d'études mondiales en partenariat avec l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En 2014/2015, c'est le sociologue américain Immanuel WALLERSTEIN qui intervient pour une série de trois conférences sur le thème : "La gauche mondiale : hier, aujourd'hui, demain" (The Global Left: Yesterday, Today, Tomorrow). Chacune des conférences analysera une période précise de l'histoire de la gauche mondiale.
Après avoir exploré précédemment les périodes historiques de constitution de la gauche mondiale, Immanuel WALLERSTEIN s'attache lors de cette conférence à étudier la phase actuelle de crise terminale du système capitaliste.Il analysera ainsi l'augmentation des coûts de production, responsables de la crise structurelle du capitalisme historique, ce qui le mènera à aborder la question de la disparition de ce système, et le renouveau de la gauche mondiale, qui lui est lié.
Sujet: Sujet
Topique: Emergence de la gauche dans un système global
Mots-clés: gauche mondiale; système; globalisation
Libellé: Crise du système capitaliste
Mots-clés: chute; capitalisme; renouveau; gauche mondiale; système; globalisation
Localisation temporelle du sujet: Epoques moderne et contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Description ; Evaluation critique' ; Exposé spécialisé
Le sociologue Immanuel WALLERSTEIN envisage l'émergence d'une gauche mondiale au sein d'un système globalisé.
Au cours de cette seconde conférence, Immanuel WALLERSTEIN entreprend une analyse de la chute du système capitaliste au sein du système-monde moderne, et indique en quoi le renouveau de la gauche mondiale entretient des liens avec ce moment historique.
Sujet: Sujet
Topique: Histoire des idées politiques
Domaine: Histoire des institutions politiques
Mots-clés: Histoire; politique; gauche mondiale
Libellé: Crise du système capitaliste
Mots-clés: histoire ; chute; capitalisme; renouveau; gauche mondiale
Localisation temporelle du sujet: Epoques moderne et contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Evaluation critique' ; Exposé spécialisé
Le sociologue Immanuel WALLERSTEIN effectue au cours de ces trois conférences une analyse historique de la gauche mondiale.
Au cours de cette seconde conférence, Immanuel WALLERSTEIN entreprend une analyse de la chute du système capitaliste au sein du système-monde moderne, et indique en quoi le renouveau de la gauche mondiale entretient des liens avec ce moment historique.
Sujet: Sujet
Topique: Sociologie politique
Mots-clés: sociologie; politique; gauche mondiale
Libellé: Crise du système capitaliste
Mots-clés: sociologie; chute; capitalisme; renouveau; gauche mondiale
Localisation temporelle du sujet: Epoques moderne et contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Evaluation critique' ; Exposé spécialisé ; Interprétation
Le sociologue Immanuel WALLERSTEIN entreprend au cours de ces trois conférences une sociologie politique de la gauche mondiale au cours des époques moderne et contemporaine.
Au cours de cette seconde conférence, Immanuel WALLERSTEIN entreprend une analyse de la chute du système capitaliste au sein du système-monde moderne, et indique en quoi le renouveau de la gauche mondiale entretient des liens avec ce moment historique.
Sujet: Théories et notions scientifiques en SHS
Topique: Système-monde
Mots-clés: système-monde; globalisation; relation;
Localisation temporelle du sujet: Epoques moderne et contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Description ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Le sociologue Immanuel WALLERSTEIN analyse ici l'émergence de la gauche mondiale au sein de ce qu'il nomme système-monde. Ce concept, aussi développé pzr d'autres chercheurs, indique que tous les pays, étant maintenant globalisés, entretiennent de fortes relations de dépendance au sein d'une système global.
Nom: WALLERSTEIN
Prénom: Immanuel
Rôle: Conférenciers
Fonction: Sociologue
Adresse: New Haven, ETATS-UNIS
Immanuel WALLERSTEIN est sociologue, Université de Yale, New Haven, ETATS-UNIS, 2015
Type: Revue.org - Le portail des revues en ligne
Auteur: Patrick COTELETTE
Url: http://lectures.revues.org/780
Patrick COTELETTE, « Immanuel Maurice Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des systèmes-monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 17 juin 2015. URL : http://lectures.revues.org/780
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Conférence du sociologue Immanuel WALLERSTEIN destinée à toute personne intéressée par le thème de la gauche et l'histoire, la sociologie, et les sciences politiques.
BOUTRY Philippe, WALLERSTEIN Immanuel, WIEVIORKA Michel. « Le système capitaliste en crise terminale », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2235, 2015, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2235
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Le producteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est: © ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur (les réalisateurs) de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © BLANCHANDIN Pierre, cadreur/réalisateur, Py Film, Sèvres, FRANCE, 2015 © DE PABLO Elisabeth, responsable éditoriale, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
L'auteur (les auteurs) de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © BOUTRY Philippe, directeur, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris, FRANCE, 2015 © WALLERSTEIN Immanuel, sociologue, Université de Yale, New Haven, ETATS-UNIS, 2015 © WIEVIORKA Michel, administrateur, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris, FRANCE, 2015
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Le système capitaliste en crise terminale »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Le système capitaliste en crise terminale » (Portail AGORA, 2015): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: 8f73cb27-70c5-4563-ba8c-696aedbfb8d8
Id vidéo: c1cc4d95-2b35-45bb-a6a0-1b7546f3353d