Traduire, lire, éditer: la culture lusophone en France. CHANDEIGNE Michel, « Traduire, lire, éditer : la culture lusophone en France », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2168, 2012, [en ligne] ; URL : http://www

Chapitre

Titre: Présentation de Michel CHANDEIGNE
Durée: 00:03:43   [00:00:00 > 00:03:43]
Michel CHANDEIGNE a fondé à Paris une des premières librairies spécialisées en langue portugaise. Cet endroit s’est ensuite déplacé et agrandi, pour devenir la librairie portugaise et brésilienne. Il est aussi éditeur et traducteur. La notion de traduction est de plus en plus centrale dans tous les champs du savoir. A ce propos, le travail actuel de Jean-Yves Masson et d’Yves Chevrel, abordant l’histoire des traductions en France, mérite d’être signalé. Il permet de renouveler la réflexion à ce propos, en approchant la traduction à travers le prisme de l’histoire, de l’histoire culturelle, et de la politique.
Lien: Histoire des traductions en langue française
Titre: La lusophonie en France
Durée: 00:04:23   [00:03:43 > 00:08:06]
Michel CHANDEIGNE s’est intéressé à l’histoire de la diffusion de la culture lusophone en France. Il commence donc par faire un rappel quant au terme « lusophonie ». Il désigne un ensemble d’individus parlant le portugais, quelles que soient ses variantes linguistiques. Le radical « luso » signifie « portugais », et a été forgé à partir du nom d’un des fils de Bacchus, Lusus, qui aurait émigré et fondé le peuple lusitanien, habitant la Lusitanie, province romaine correspondant à l’actuel Portugal. La lusophonie regroupe les 8 pays de langue officielle portugaise, mais aussi les communautés lusophones présentes dans tous les pays du monde, qui correspondraient à environ 250 millions d’individus. La lusophonie est la résultante de l’histoire du Portugal et de ses grandes découvertes. En effet, aux XVème et XVIème siècles, les portugais ont découvert un nombre important de pays africains et du moyen orient, et ont ainsi essaimé des communautés. Par ailleurs, depuis ces découvertes, une importante émigration portugaise existe. En somme, si en France les Portugais représentent environ 1% de la population totale, la langue est parlée sur tous les continents du monde, pour des raisons historiques diverses.
Titre: La diffusion de la culture portugaise dans la littérature
Durée: 00:10:51   [00:08:06 > 00:18:58]
L’éditeur s’est particulièrement intéressé à la diffusion de la lusophonie à travers le livre, et la traduction. Pour le Portugal, les premières traductions étaient liées aux grandes découvertes précédemment évoquées. Ainsi, la première traduction du Portugais en France date de 1553. C’est l’histoire des conquêtes portugaises de Castaneda. Ensuite, on trouvera d’autres textes sur le même thème. Au XVIIème siècle, un texte central est la « Pérégrination » de Fernão Mendes Pinto, faisant découvrir la culture portugaise. Une première traduction en Français sera trouvée en 1628. De nombreuses fois rééditées, il sera l’ouvrage le plus traduit jusqu’à la fin du XVIIIème siècle. C’est en 1735 qu’apparait la traduction d’une œuvre véritablement littéraire en France, avec les « Lusiades » de Luís de Camões. Peu de textes ont été traduits en Français, mais vont être lus et avoir une grande influence, principalement à travers la littérature de voyage. Par ailleurs, Michel CHANDEIGNE signale aussi qu’après le XVIème siècle, considéré comme l’âge d’or portugais, s’est produit un effondrement de cette puissance après la défaite d’Alcazar-Quivir et la mort du roi Don Sébastien, en 1578. Après cette date, l’annexion du Portugal par le roi d’Espagne Philippe II aura un impact sur le rayonnement du Portugal outre-mer. Après avoir retrouvé son indépendance en 1640, une concurrence avec les autres puissances européennes aura lieu.
Titre: Le poète portugais Luís Vaz de Camões
Durée: 00:06:25   [00:18:58 > 00:25:23]
Au XIXème va s’opérer la résurgence de cette figure. La période romantique française va contribuer à lui donner une place étonnament importante. Dans les milieux cultivés français, Camões est connu, et fait l’objet de nombreuses traductions et éditions. A partir du XXème siècle, l’intérêt qui lui est porté s’affaiblira, malgré quelques résurgences, telles que l’érection en 1912 d’une statue du poète, sur une avenue portant son nom dans le 16ème arrondissement de Paris.
Titre: Divers auteurs portugais aux XIXème et XXème siècles
Durée: 00:07:50   [00:25:23 > 00:33:14]
Au XIXème et au début du XXème siècles, quelques auteurs vont être traduits. Vont ré-émerger les textes des grandes découvertes, tels que le journal de Vasco de Gamma. Par ailleurs, beaucoup de pièces de théâtre portugaises et brésiliennes vont être publiées. Malgré quelques exceptions, le Portugal ne sera que peu connu en France avant la seconde guerre mondiale, en raison d’une faible ouverture du Portugal à l’Europe, notamment sous le régime salazariste.
Titre: La diffusion de la culture portugaise. Fernando António Nogueira Pessoa
Durée: 00:11:40   [00:33:14 > 00:44:55]
A partir de la révolution des œillets en 1974, une politique officielle de diffusion de la culture portugaise à travers le monde va avoir lieu. Ainsi, environ 300 livres seront traduits du portugais en français dans les années 2000. Le plus grand succès parmi ces traductions est sans doute « Le livre de l’intranquillité » de Fernando Pessoa, paru en 1988. Michel CHANDEIGNE explique l’engouement pour cet auteur en particulier en raison d’une correspondance entre son œuvre et une attente spécifique du public français. Cependant, cela ne suffit pas pour expliquer le succès de quelques autres auteurs portugais en France, comme José Saramago, António Lobo Antunes, ou encore Lídia Jorge.
Titre: La littérature portugaise
Durée: 00:11:17   [00:44:55 > 00:56:12]
Il faut aussi noter qu’il y a une surreprésentation de la poésie dans la littérature portugaise. Sur environ 350 ouvrages portugais traduits en français, il y en a environ 100 de poésie. Outre des subventions, un lien fort existe entre poésie et Portugal. Fernando Pessoa a provoqué un essor de ce genre littéraire. La poésie née sous la dictature a été très lue, mais le genre s’est affaibli à partir des années 2000. En ce qui concerne le théâtre, Gil Vicente est considéré comme le plus premier et plus grand dramaturge portugais. De manière plus générale, le théâtre est peu diffusé, et donc lu, à juste titre selon Michel CHANDEIGNE. La philosophie portugaise est aussi très peu importante. Il existe toutefois des intellectuels portugais, tel que Fernando Gil ou José Gil. Eduardo Lourenço est aussi mentionné. Ses œuvres sont traduites en Français. Il contribue donc à la diffusion de la culture portugaise. Dans le domaine scientifique, Michel CHANDEIGNE recense moins de 60 ouvrages disponibles en histoire et en politique sur le Portugal, et environ 50 en sociologie et en ethnologie.
Titre: La diffusion de la culture brésilienne par la littérature en France
Durée: 00:14:10   [00:56:12 > 01:10:23]
La connaissance du Brésil en France suit une voie très différente de celle du Portugal. Au XVIème, la France a été le premier pays à faire découvrir le Brésil, grâce à des textes de Jean Léry et d’André Thévet qui restent aujourd’hui des références. Le Brésil devient indépendant en 1821. Immédiatement, des français deviennent « passeurs » de cette culture. Après la fin de l’esclavage en 1888 et la proclamation de la République l’année suivante, les publications vont continuer. Les grands classiques littéraires sont traduits, mais les modernistes restent confidentiels, et sont peu lus. Finalement, c’est à partir de 1930 que le public français va s’intéresser à la littérature spécifiquement brésilienne. Il faut mettre cela en relation avec la montée de la psychanalyse, l’intérêt croissant des ethnologues pour les mythes premiers… Claude Lévi-Strauss publie en effet « Tristes Tropiques » en 1955. Il semblerait que le public français soit attiré par un imaginaire brésilien exotique. La littérature brésilienne est connue en France par cette littérature « exotique ». Michel CHANDEIGNE précise que ce terme ne doit pas être compris de manière péjorative. C’est à partir des années 1970 que va s’opérer un rééquilibrage de la connaissance littéraire brésilienne par le public Français.
Titre: Clarice Lispector
Durée: 00:05:22   [01:10:23 > 01:15:46]
Elle est un des auteurs brésiliens les plus connus en France. Ainsi, c’est elle qui a généré le plus de travaux universitaires, en raison de l’association qui a été faite entre son travail et féminisme. Comme expliqué précédemment, dans les années 1970 va s’opérer un rééquilibrage de la connaissance littéraire brésilienne, notamment avec un nouveau genre d’exotisme, le roman urbain. Ces romans prennent une place dans la connaissance du grand public du Brésil. En définitive, si la littérature brésilienne est connue, c’est surtout l’histoire politique et ethnologique qui a été popularisée et diffusée par un certain nombre de passeurs, tels que Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Pierre Verger…
Titre: Les thèmes de la culture brésilienne : de la littérature à la politique
Durée: 00:16:49   [01:15:46 > 01:32:35]
Dans les années 1960 à 1990, beaucoup d’ouvrages ont été consacrés à la situation politique du pays, après le coup d’Etat de 1964. Ainsi, la figure de Helder Câmara est connue pour sa théologie de la libération. De même, des ouvrages d’économie ont vu le jour. Celso Furtado, ayant enseigné à la Sorbonne pendant de nombreuses années, est certainement l’un des économistes brésiliens ayant eu le plus d’influence. En ce qui concerne la sociologie, il faut mentionner Gilberto Freyre, Sérgio Buarque de Holanda, et Darcy Ribeiro, tous trois traduits en français. Cependant, aucun de ces ouvrages de sciences humaines n’a connu de grande diffusion. En revanche, Michel CHANDEIGNE explique qu’un changement devrait avoir lieu, avec les efforts mis en place par Dilma Rousseff en matière d’éducation supérieure. La connaissance de l’histoire du Brésil, déjà importante, ne peut donc que s’accroitre. L’éditeur perçoit déjà, à travers son expérience de libraire, un mouvement d’intérêt croissant porté à la lusophonie.
Titre: Questions
Durée: 00:13:34   [01:32:35 > 01:45:58]
Question 1: Remarque à propos de la traite esclavagiste et de l’ouvrage polémique d’Olivier-Pétré-Grenouilleau, « Les traites négrières, essai d’histoire globale ». Question 2: Commentaire à propos d’un parallèle entre la connaissance de l’histoire littéraire portugaise et espagnole aux XIXème et XXème siècles. Question 3: Question à propos de la réalité du métier d’éditeur.

11 chapitres.
  • Michel CHANDEIGNE a fondé à Paris une des premières librairies spécialisées en langue portugaise. Cet endroit s’est ensuite déplacé et agrandi, pour devenir la librairie portugaise et brésilienne. Il est aussi éditeur et traducteur. La notion de traduction est de plus en plus centrale dans tous les champs du savoir. A ce propos, le travail actuel de Jean-Yves Masson et d’Yves Chevrel, abordant l’histoire des traductions en France, mérite d’être signalé. Il permet de renouveler la réflexion à ce propos, en approchant la traduction à travers le prisme de l’histoire, de l’histoire culturelle, et de la politique.
  • Michel CHANDEIGNE s’est intéressé à l’histoire de la diffusion de la culture lusophone en France. Il commence donc par faire un rappel quant au terme « lusophonie ». Il désigne un ensemble d’individus parlant le portugais, quelles que soient ses variantes linguistiques. Le radical « luso » signifie « portugais », et a été forgé à partir du nom d’un des fils de Bacchus, Lusus, qui aurait émigré et fondé le peuple lusitanien, habitant la Lusitanie, province romaine correspondant à l’actuel Portugal. La lusophonie regroupe les 8 pays de langue officielle portugaise, mais aussi les communautés lusophones présentes dans tous les pays du monde, qui correspondraient à environ 250 millions d’individus. La lusophonie est la résultante de l’histoire du Portugal et de ses grandes découvertes. En effet, aux XVème et XVIème siècles, les portugais ont découvert un nombre important de pays africains et du moyen orient, et ont ainsi essaimé des communautés. Par ailleurs, depuis ces découvertes, une importante émigration portugaise existe. En somme, si en France les Portugais représentent environ 1% de la population totale, la langue est parlée sur tous les continents du monde, pour des raisons historiques diverses.
  • L’éditeur s’est particulièrement intéressé à la diffusion de la lusophonie à travers le livre, et la traduction. Pour le Portugal, les premières traductions étaient liées aux grandes découvertes précédemment évoquées. Ainsi, la première traduction du Portugais en France date de 1553. C’est l’histoire des conquêtes portugaises de Castaneda. Ensuite, on trouvera d’autres textes sur le même thème. Au XVIIème siècle, un texte central est la « Pérégrination » de Fernão Mendes Pinto, faisant découvrir la culture portugaise. Une première traduction en Français sera trouvée en 1628. De nombreuses fois rééditées, il sera l’ouvrage le plus traduit jusqu’à la fin du XVIIIème siècle. C’est en 1735 qu’apparait la traduction d’une œuvre véritablement littéraire en France, avec les « Lusiades » de Luís de Camões. Peu de textes ont été traduits en Français, mais vont être lus et avoir une grande influence, principalement à travers la littérature de voyage. Par ailleurs, Michel CHANDEIGNE signale aussi qu’après le XVIème siècle, considéré comme l’âge d’or portugais, s’est produit un effondrement de cette puissance après la défaite d’Alcazar-Quivir et la mort du roi Don Sébastien, en 1578. Après cette date, l’annexion du Portugal par le roi d’Espagne Philippe II aura un impact sur le rayonnement du Portugal outre-mer. Après avoir retrouvé son indépendance en 1640, une concurrence avec les autres puissances européennes aura lieu.
  • Au XIXème va s’opérer la résurgence de cette figure. La période romantique française va contribuer à lui donner une place étonnament importante. Dans les milieux cultivés français, Camões est connu, et fait l’objet de nombreuses traductions et éditions. A partir du XXème siècle, l’intérêt qui lui est porté s’affaiblira, malgré quelques résurgences, telles que l’érection en 1912 d’une statue du poète, sur une avenue portant son nom dans le 16ème arrondissement de Paris.
  • Au XIXème et au début du XXème siècles, quelques auteurs vont être traduits. Vont ré-émerger les textes des grandes découvertes, tels que le journal de Vasco de Gamma. Par ailleurs, beaucoup de pièces de théâtre portugaises et brésiliennes vont être publiées. Malgré quelques exceptions, le Portugal ne sera que peu connu en France avant la seconde guerre mondiale, en raison d’une faible ouverture du Portugal à l’Europe, notamment sous le régime salazariste.
  • A partir de la révolution des œillets en 1974, une politique officielle de diffusion de la culture portugaise à travers le monde va avoir lieu. Ainsi, environ 300 livres seront traduits du portugais en français dans les années 2000. Le plus grand succès parmi ces traductions est sans doute « Le livre de l’intranquillité » de Fernando Pessoa, paru en 1988. Michel CHANDEIGNE explique l’engouement pour cet auteur en particulier en raison d’une correspondance entre son œuvre et une attente spécifique du public français. Cependant, cela ne suffit pas pour expliquer le succès de quelques autres auteurs portugais en France, comme José Saramago, António Lobo Antunes, ou encore Lídia Jorge.
  • Il faut aussi noter qu’il y a une surreprésentation de la poésie dans la littérature portugaise. Sur environ 350 ouvrages portugais traduits en français, il y en a environ 100 de poésie. Outre des subventions, un lien fort existe entre poésie et Portugal. Fernando Pessoa a provoqué un essor de ce genre littéraire. La poésie née sous la dictature a été très lue, mais le genre s’est affaibli à partir des années 2000. En ce qui concerne le théâtre, Gil Vicente est considéré comme le plus premier et plus grand dramaturge portugais. De manière plus générale, le théâtre est peu diffusé, et donc lu, à juste titre selon Michel CHANDEIGNE. La philosophie portugaise est aussi très peu importante. Il existe toutefois des intellectuels portugais, tel que Fernando Gil ou José Gil. Eduardo Lourenço est aussi mentionné. Ses œuvres sont traduites en Français. Il contribue donc à la diffusion de la culture portugaise. Dans le domaine scientifique, Michel CHANDEIGNE recense moins de 60 ouvrages disponibles en histoire et en politique sur le Portugal, et environ 50 en sociologie et en ethnologie.
  • La connaissance du Brésil en France suit une voie très différente de celle du Portugal. Au XVIème, la France a été le premier pays à faire découvrir le Brésil, grâce à des textes de Jean Léry et d’André Thévet qui restent aujourd’hui des références. Le Brésil devient indépendant en 1821. Immédiatement, des français deviennent « passeurs » de cette culture. Après la fin de l’esclavage en 1888 et la proclamation de la République l’année suivante, les publications vont continuer. Les grands classiques littéraires sont traduits, mais les modernistes restent confidentiels, et sont peu lus. Finalement, c’est à partir de 1930 que le public français va s’intéresser à la littérature spécifiquement brésilienne. Il faut mettre cela en relation avec la montée de la psychanalyse, l’intérêt croissant des ethnologues pour les mythes premiers… Claude Lévi-Strauss publie en effet « Tristes Tropiques » en 1955. Il semblerait que le public français soit attiré par un imaginaire brésilien exotique. La littérature brésilienne est connue en France par cette littérature « exotique ». Michel CHANDEIGNE précise que ce terme ne doit pas être compris de manière péjorative. C’est à partir des années 1970 que va s’opérer un rééquilibrage de la connaissance littéraire brésilienne par le public Français.
  • Elle est un des auteurs brésiliens les plus connus en France. Ainsi, c’est elle qui a généré le plus de travaux universitaires, en raison de l’association qui a été faite entre son travail et féminisme. Comme expliqué précédemment, dans les années 1970 va s’opérer un rééquilibrage de la connaissance littéraire brésilienne, notamment avec un nouveau genre d’exotisme, le roman urbain. Ces romans prennent une place dans la connaissance du grand public du Brésil. En définitive, si la littérature brésilienne est connue, c’est surtout l’histoire politique et ethnologique qui a été popularisée et diffusée par un certain nombre de passeurs, tels que Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Pierre Verger…
  • Dans les années 1960 à 1990, beaucoup d’ouvrages ont été consacrés à la situation politique du pays, après le coup d’Etat de 1964. Ainsi, la figure de Helder Câmara est connue pour sa théologie de la libération. De même, des ouvrages d’économie ont vu le jour. Celso Furtado, ayant enseigné à la Sorbonne pendant de nombreuses années, est certainement l’un des économistes brésiliens ayant eu le plus d’influence. En ce qui concerne la sociologie, il faut mentionner Gilberto Freyre, Sérgio Buarque de Holanda, et Darcy Ribeiro, tous trois traduits en français. Cependant, aucun de ces ouvrages de sciences humaines n’a connu de grande diffusion. En revanche, Michel CHANDEIGNE explique qu’un changement devrait avoir lieu, avec les efforts mis en place par Dilma Rousseff en matière d’éducation supérieure. La connaissance de l’histoire du Brésil, déjà importante, ne peut donc que s’accroitre. L’éditeur perçoit déjà, à travers son expérience de libraire, un mouvement d’intérêt croissant porté à la lusophonie.
  • Question 1: Remarque à propos de la traite esclavagiste et de l’ouvrage polémique d’Olivier-Pétré-Grenouilleau, « Les traites négrières, essai d’histoire globale ». Question 2: Commentaire à propos d’un parallèle entre la connaissance de l’histoire littéraire portugaise et espagnole aux XIXème et XXème siècles. Question 3: Question à propos de la réalité du métier d’éditeur.
Titre: Traduire, lire, éditer: la culture lusophone en France
Sous-titre: Midi de Brésil(s)
Auteur(s): CHANDEIGNE Michel, « Traduire, lire, éditer : la culture lusophone en France », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2168, 2012, [en ligne] ; URL : http://www
Date de réalisation: 15/10/2012
Lieu de réalisation: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales/Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, France
Langue(s): Français
Cet entretien avec Michel CHANDEIGNE vise à éclairer les notions de traduction et d’édition de la culture lusophone en France, dont il est spécialiste.
Michel CHANDEIGNE est traducteur, éditeur et libraire. Il dirige la "Librairie portugaise et brésilienne", située dans le 5ème arrondissement de Paris. Lors de cette conférence, il s’attachera dans un premier temps à définir la culture lusophone, puis à sa diffusion en France et dans le monde. Il cherchera ensuite à comprendre comment les cultures portugaise et brésilienne se sont diffusées à travers la littérature. Ce grand questionnement le mènera à s’arrêter plus longuement sur des auteurs emblématiques de ces deux pays, ainsi que sur les thèmes développés par ces littératures.
Sujet: Pays
Topique: Culture lusophone, Littérature, France, Brésil, Portugal
Pays: Brésil
Pays: Portugal
Localisation temporelle du sujet: Temps modernes, Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Michel CHANDEIGNE retrace la diffusion de la culture lusophone en France depuis les grandes découvertes du XVIème siècle jusqu'à nos jours.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Description ; Discours didactique ; Exposé historique
Cet entretien de Michel CHANDEIGNE, éditeur, traducteur et libraire, retrace la diffusion de la culture lusophone en France à travers la littérature, en s'appuyant plus particulièrement sur les exemples du Portugal et du Brésil.
Sujet: Sujet
Topique: Diffusion de la culture lusophone
Mots-clés: Diffusion culture lusophone, Littérature, France, Brésil, Portugal
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Portugal
Localisation temporelle du sujet: Temps modernes, Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
La diffusion culturelle de la culture lusophone en France est analysée depuis l'époque des grandes découvertes du XVIème siècle jusqu'à l'époque contemporaine.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Description ; Discours didactique ; Exposé historique
Cet entretien de Michel CHANDEIGNE, traducteur, éditeur et libraire vise à faire un bilan sur la diffusion de la culture lusophone en France, notamment à travers la littérature. Il s'intéresse plus particulièrement aux cas du Portugal et du Brésil.
Sujet: Sujet
Topique: Edition de textes lusophones
Mots-clés: édition, traduction, textes lusophones
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Portugal
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Discours didactique ; Explication ; Exposé historique
Michel CHANDEIGNE, à travers cette présente, explore la question de l'édition et de la traduction de textes lusophones en France.
Sujet: Sujet
Topique: Langues et familles de langues
Mots-clés: Culture lusophone, France
Libellé: Littérature
Mots-clés: Diffusion culturelle, littérature
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Portugal
Localisation temporelle du sujet: Temps modernes, Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Michel CHANDEIGNE analyse la diffusion culturelle en France depuis les grandes découvertes du XVIème siècle jusqu'à l'époque contemporaine.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Description ; Discours didactique ; Exposé historique
Michel CHANDEIGNE s'intéresse à la diffusion de la culture lusophone en France.
Cette diffusion culturelle est principalement abordée sous l'angle de la littérature.
Sujet: Sujet
Topique: Littérature
Mots-clés: Littérature, Brésil, Portugal, France
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Portugal
Localisation temporelle du sujet: Temps modernes, Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C. ; XIXe siècle ap. J.-C. ; XVIIIe siècle ap. J.-C. ; XVIIe siècle ap. J.-C. ; XVIe siècle ap. J.-C.
Michel CHANDEIGNE analyse la diffusion de la culture lusohpone en France à travers la littérature, depuis les grandes découvertes du XVIème siècle jusqu'à nos jours.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Description ; Discours didactique ; Exposé historique
Michel CHANDEIGNE retrace la diffusion de la culture lusophone en France à travers une analyse des différentes traditions brésilienne et portugaise, et leur correspondance avec l'attente du public Français.
Sujet: Sujet
Topique: Traduction, traductique
Mots-clés: traduction, édition, culture lusophone
Localisation spatiale du sujet: Brésil ; France ; Portugal
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Bilan historique ; Discours didactique ; Explication
Michel CHANDEIGNE explore à travers cet exposé les notions de traduction et d'édition des textes lusophones en France.
Nom: CHANDEIGNE
Prénom: Michel
Rôle: Conférenciers
Fonction: Editeur-libraire
Adresse: Paris, FRANCE
Éditeur, traducteur, libraire, conférencier spécialiste du Portugal, Michel CHANDEIGNE, dirige la Librairie Portugaise et Brésilienne qu'il a fondé à Paris, en 1986 dans le 5e arrondissement. Ses études scientifiques le conduisent, dans le cadre de la coopération militaire, à Lisbonne, où il est nommé professeur de biologie. Il découvre alors la langue et se passionne pour cette ville. Il se rend par la suite au Brésil, traduit beaucoup (Fernando Pessoa, Antonio Ramos Rosa, Mario de Sa Carneiro entre autres) et dirige plusieurs numéros pour la revue Autrement(…). Après avoir fondé sa librairie en 1986, il crée avec Anne Lima en 1992 les éditions "Chandeigne" et lance "Magellane", la collection-phare de la maison.
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Fonction: Producteur
Adresse: Paris, FRANCE
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Discussions
Discussion autour des notions de traduction et d'édition de textes lusophones en France.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Usage de recherches sur la diffusion de la culture lusophone en France.
CHANDEIGNE Michel, « Traduire, lire, éditer : la culture lusophone en France », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2168, 2012, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2168
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DE PABLO, Elisabeth, Responsable éditorial, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © MARC, Mathilde, Photographe et vidéaste, Paris, FRANCE © MAREGLIA, Laura, Monteuse, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © SETO, Momoko, Réalisatrice, Ingénieur d’études, CNRS, FRANCE-JAPON
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© CHANDEIGNE, Michel, traducteur et éditeur aux éditions Chandeigne, Paris, FRANCE, 2012
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse thématique de la vidéo « Traduire, lire, éditer : la culture lusophone en France »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse thématique de la vidéo « Traduire, lire, éditer : la culture lusophone en France » (Portail AGORA, 2014): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: a6f8b76b-80a5-471f-9e3d-bcefdfd77534
Id vidéo: ebc91a39-3ec3-4bad-a067-f9e3bdf20586
Analyse de l’entretien avec Michel CHANDEIGNE, traducteur, éditeur et libraire spécialisé dans la culture lusophone.