Entretien avec Stéphane ZUBER, Chaire « Économie du bien-être et de la justice sociale ». ZUBER Stéphane

Chapitre

Titre: Présentation
Durée: 00:02:12   [00:00:00 > 00:02:12]
Neli DOBREVA présente le profil et le parcours de Stéphane ZUBER.
Stéphane ZUBER est chargé de recherche au CNRS, affecté au Centre d'Économie de la Sorbonne. Le chercheur est aussi associé à la Chaire « Economie du Bien-Être et de la Justice Sociale » au Collège d’Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH). Après un Master « Analyse et Politique Economiques » à l’Ecole normale supérieure et l’EHESS et une Maîtrise de Philosophie à l’Université Paris 4, il a réalisé sa thèse de doctorat en Economie à l’Université Toulouse 1 sous la direction d’Antoine BOMMIER. Il a ensuite effectué un post-doctorat de deux ans au CORE de l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Recruté au CNRS en 2010, il a d’abord été affecté à un laboratoire interdisciplinaire à l’Université Paris Descartes avant de rejoindre le Centre d'Economie de la Sorbonne. Ses sujets de recherche de base sont les théories de l’économie, la théorie du bien-être et l’économie environnementale. Stéphane ZUBER est actuellement plutôt intéressé par la notion d’équité (et notamment l’équité intergénérationnelle) et les dynamiques du choix social liées aux problématiques environnementales.
Titre: Intérêts et sujets d'étude
Durée: 00:07:00   [00:02:12 > 00:09:13]
Stéphane ZUBER présente ses intérêts et ses sujets d’étude : le parallèle économie/philosophie, le choix social, les cadres intergénérationnels et à risques, et plus récemment les problématiques climatiques liées à ces cadres.
Stéphane ZUBER a commencé avec un premier intérêt pour la philosophie. Il a fait une partie de sa scolarité à l’Ecole normale supérieure avec pour mentions l’économie et la philosophie. La philosophie pour l’attrait intellectuel, l’analyse des sujets abstraits, et l’économie pour des sujets concrets auxquels on peut attribuer certains concepts abstraits de la philosophie. Son parcours a ensuite été plus avancé en économie, allant jusqu’à un doctorat. Mais il a essayé de garder un parallélisme avec la philosophie, notamment car l’un de ses sujets de recherches les plus forts est l’équité entre les générations. Il a travaillé sur ce sujet en abordant le transfert des retraites tout en étudiant en parallèle la théorie de la justice dans la philosophie (faisant notamment référence à John RAWLLS). Il a privilégié le sous champ du choix social qui étudie comment on va évaluer les politiques économiques. Ce champ permet d’étudier l’objet qu’est la fonction de choix social pour évaluer une situation économique. Sa thèse a porté sur les questions de choix social dans des cadres intergénérationnels et à risques. Il a ensuite eu l’opportunité de faire un post doctorat à Louvain et a commencé à s’intéresser à des modèles d’évaluation intégrés sur les changements climatiques - soit ce qui pourrait se produire en terme de changements climatiques. Il intègre par la suite le CNRS qui lui a permis de se consacrer exclusivement à la recherche. Quand il est entré au CNRS il est rentré dans une unité pluridisciplinaire sur la question d’éthique environnementale. Stéphane ZUBER continue donc toujours dans le parallèle des disciplines tout en gardant un côté économiste et concret en étudiant les modélisations climatiques. Il a 3 grandes directions de recherche : équité dans des situations à risques (changements climatiques), équité entre générations et plus récemment l’éthique de population (évaluer les politiques sur la démographie générale).
Titre: Gestion des risques
Durée: 00:06:59   [00:09:13 > 00:16:12]
Dans cette partie Stéphane ZUBER explique le concept du risque, notamment climatique et aborde aussi l’idée d’équité des populations face à ces risques.
Stéphane ZUBER explique que pour mesurer le risque, il regarde essentiellement la fréquence d’un évènement. Par exemple les grandes tempêtes en France. Une certaine régularité est observable. La question qu’on se pose, dit-il, est : peut-on influencer ces fréquences ? Le chercheur dit que l’on peut faire en sorte que ces évènements se produisent de manière plus ou moins fréquente. Beaucoup de rapports d’experts notent que le réchauffement climatique augmente ces fréquences, il existe donc une quantification et cela signifie que l’on peut influencer ce risque. Etant donné que le changement climatique peut influencer ces risques, peut-on empêcher ces risques en ne modifiant pas le climat ? Stéphane ZUBER évoque ici l’importance de la prévention dont le rôle est de faire en sorte que le risque soit moins fréquent. Il dit aussi qu’il faut une politique climatique (régionale ou internationale) pour qu’on ait une modification du climat moins forte et donc une fréquence de ces évènements climatiques extrêmes moins forts. L’autre façon de voir le risque est de se préparer ou d’être moins vulnérable, d’avoir une politique d’adaptation. C’est un autre aspect de la gestion des risques. Si on ne peut pas les anticiper, il faut pouvoir limiter les conséquences quand un évènement se produise (par exemple en construisant des digues ou des infrastructures qui pourront dédommager les sinistrés). Sa recherche pose la question de savoir quelle est la bonne politique pour bien gérer ces risques et ce de façon équitable. Stéphane ZUBER nous oriente vers la question de la population affectée ou déplacée, une question peu étudiée qui génère cependant des problèmes importants d’équité au niveau global. Par exemple régions du Sud-Est de l’Asie sont les plus frappées par ces catastrophes naturelles comme les typhons ou les tsunamis. Le chercheur pense qu’il faut prendre en compte ces questions de population pour pouvoir promouvoir des actions globales, des actions de coopération internationale et pour faire de la gestion des risques (prévention, adaptation, gestion ou réponse aux évènements extrêmes).
Sujet: Sujet
Topique: Interdisciplinarité, Economie et philosophie
Domaine: Economie de l'environnement
Domaine: Economie du développement
Domaine: Equité (notion)
Domaine: Risque (notion)
Libellé: Gestion des risques climatiques
Mots-clés: Choix social, Equité face au risque, Equité entre générations
Libellé: Risque climatique
Mots-clés: Choix social, Cadres intergénérationnels, Cadres à risques
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Stéphane ZUBER s'intéresse aux problématiques actuelles de notre monde.
Type de discours consacré au sujet: Exemplification ; Explication ; Exposé spécialisé
Stéphane ZUBER présente ici la notion de risque et plus particulièrement dans ses thèmes de recherche. Il donne aussi des exemples pour nous aider à comprendre cette notion et dans quels cadres il la place.
Stéphane ZUBER travaille actuellement sur des sujets d'équité intergénérationnelle et la notion de risque, s'orientant notamment sur l'équité face aux risques environnementaux.
Le thème de la recherche présentée dans ce segment est la gestion des risques climatiques. Stéphane ZUBER travaille à savoir quelle est la bonne politique pour gérer ces risques de manière équitable entre les populations du monde.
Stéphane ZUBER fait ici référence au risques climatiques, la fréquence de ces derniers et comment nous pouvons influer sur ces risques en influencant la fréquence des risques.
Titre: Equité
Durée: 00:06:25   [00:16:12 > 00:22:38]
Stéphane ZUBER s'arrête ici sur la notion d'équité des populations face aux risques climatiques. Il explique comment nous pouvons réduire ces risques et justifie son approche du sujet.
Bien que Stéphane ZUBER ne concentre pas ses recherches sur la situation globale, il existe déjà ce problème d’équité à ce niveau. Ces phénomènes touchent fortement les pays les plus pauvres, posant donc déjà la question d’équité sociale. L’équité est un argument pour avoir des actions politiques fortes dans ce cadre, des raisons supplémentaires pour résoudre les risques au niveau global. A l’échelle de pays, les pertes directes sont naturellement plus ressenties sur les pays les plus riches car il y a plus de pertes de richesses, plus de pertes matérielles, mais les populations pauvres ont le plus de mal à se remettre des situations extrêmes. Ça demande des mécanismes sociaux comme la redistribution ou les systèmes d’aides conditionnelles, pour leur permettre une meilleure gestion du risque. L’approche en termes d’équité permet de ne pas raisonner au niveau global mais de désagréger l’analyse : déterminer qui est impacté ou va subir telle conséquence pour diriger des politiques vers des populations spécifiques. Un exemple est la gestion des populations déplacées lors de grandes sécheresses ou tempêtes, comment mettre en place des politiques pour gérer ce flux de populations puis, comment retrouver une vie économique. Bien que les réflexions de Stéphane ZUBER et ses collègues soient en lien avec la société civile, les interactions avec celle-ci sont moindres. Les interactions se passent beaucoup plus directement avec les décideurs publics. Le type de travaux est orienté vers la décision politique sur, par exemple, la régularisation, les dédommagements, la politique de prévention ou de limitation du changement climatique (comme la taxe carbone). Ils ne sont pas directement en relation avec des groupes sociaux.
Titre: Réseaux sociaux et impact
Durée: 00:04:38   [00:22:38 > 00:27:16]
Stéphane ZUBER répond ici à la question de l’influence des réseaux sociaux dans sa recherche et leur rôle en tant que canaux de questionnements.
A la question quels sont les enjeux des réseaux sociaux aujourd’hui dans son travail ainsi qu’en terme de mobilisation, Stéphane ZUBER répond qu’ils n’ont pas de lien direct dans son travail. Par contre, en termes de mobilisations, cela permet d’obtenir des politiques publiques. Des groupes comme les associations et les ONG participent activement aux négociations climatiques au sens large. Ils ont un rôle d’influenceurs important. Pour des chercheurs comme Stéphane ZUBER, il est important de communiquer avec ces ONG pour faire passer des messages et des résultats dont les ONG sont très demandeuses afin d’appuyer leurs actions. Son action en tant que chercheur est plutôt de diffuser la connaissance et les résultats le plus largement possible mais ce n’est pas un rôle d’activiste dit-il. Ils ne favorisent donc pas certaines ONG ou réseaux sociaux. Mais il y a un intérêt à avoir une diffusion large des travaux car beaucoup sont intéressés pour s’en servir et promouvoir leurs intérêts. A l’heure actuelle ils ne se servent pas des réseaux sociaux. Leur impact est qu’ils font émerger des questionnements dont les chercheurs en SHS se servent, comme le changement climatique qui a émergé très récemment. De fait, les chercheurs sont nécessairement en contact avec des questionnements contemporains qui émergent au sein de différents canaux. Avant cela passait par la presse. Stéphane ZUBER pense que les réseaux sociaux n’ont pas encore eu le même impact sur la recherche mais ça pourrait arriver.
Sujet: Sujet
Topique: Impact des réseaux sociaux sur la recherche
Mots-clés: Impact des réseaux sociaux, Mobilisation sociale sur Internet
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Stéphane ZUBER s'intéresse aux problématiques actuelles de notre monde.
Type de discours consacré au sujet: Entretien
Stéphane ZUBER s'entretien ici au sujet des réseaux sociaux et leur impact sur la recherche.
Stéphane ZUBER explique ici que les réseaux sociaux n'ont pas d'impact sur sa recherche ou celle de ses collègues. Cependant, il note que ce sont des canaux de questionnements très importants dont les chercheurs peuvent être amenés à observer. L'impact sur la recherche pourra éventuellement s'observer d'ici les années à venir.
Titre: Equité intergénérationnelle
Durée: 00:06:15   [00:27:16 > 00:33:32]
Dans cette partie, Stéphane ZUBER explique le concept d’équité intergénérationnelle qui est l’un de ses thèmes de recherche.
Selon Stéphane ZUBER, l’équité intergénérationnelle est une question globale, une autre dimension de la globalité et de la solidarité globale. La durée d’une génération est une question un peu arbitraire, en général en méthodologie économique, on a tendance à dire qu’il faut juger une génération sur toute une vie, soit des gens nés à une même période. En sociologie c’est par tranches de 10-20 ans. De manière générale, une génération c’est l’idée de gens qui naissent et meurent en même temps. L’équité entre génération est traitée par Stéphane ZUBER de manière diachronique : évaluer sur l’ensemble d’une vie quel a été le bien-être d’un individu. Il compare ça avec des gens nés à différents moments. L’équité serait que ces personnes-là aient des niveaux de vie comparables. C’est le concept de la durabilité : faire en sorte que les générations à venir bénéficient de notre cadre de vie actuel et ne soient pas en dessous de ce niveau. Beaucoup de gens s’intéressent aussi à la question de comparer des générations différentes à un moment donné. Beaucoup de travaux existent, notamment en sociologie, pour repérer les inégalités à un moment, notamment à travers la question des jeunes qui ont un mode de vie difficile et s’intègrent mal sur le marché du travail en comparaison avec des aînés menant une vie plus confortable. C’est un autre aspect de l’équité entre générations mais Stéphane ZUBER a une préférence pour l’approche qui compare les générations successivement. Pour lui, ce n’est pas évident de comparer des personnes de générations différentes à un moment donné car on ne peut pas prédire le niveau de vie des plus jeunes dans 50 ans. Cependant, il pense que ces études sont intéressantes pour voir quelles sont les relations entre ces générations à un moment donné.
Sujet: Sujet
Topique: Equité intergénérationnelle
Domaine: Equité (notion)
Libellé: Equité des populations face au risque
Mots-clés: Equité, Risque environnemental, Risque climatique
Libellé: Equité sociale
Mots-clés: Equité sociale, Equité face au risque
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Stéphane ZUBER s'intéresse aux problématiques actuelles de notre monde.
Type de discours consacré au sujet: Exemplification ; Explication
Stéphane ZUBER explique ici comment envisager l'équité des populations face aux risques climatiques.
La recherche de Stéphane ZUBER porte sur l'équité entre générations (qui se suivent) autour du bien-être dans un cadre à risques.
La question étudiée par Stéphane ZUBER est celle de l'équité des populations face à la gestion des risques climatiques.
Stéphane ZUBER pense que le problème d'équité est global, même si on doit le regarder de manière locale ou régionale. Les populations ne sont pas égales face aux risques climatiques. Cependant, les problématiques liées au climat génèrent des problématiques globales.
Titre: Etudes du bien-être
Durée: 00:06:20   [00:33:32 > 00:39:52]
Stéphane ZUBER s'arrête ici sur le thème des études du bien-être, souvent confondues avec les happiness studies du monde anglo-saxon.
Stéphane ZUBER explique qu’il existe différentes d’approches sur les études du bien-être. Ce qui se développe beaucoup actuellement sont les hapiness studies, qui prennent pour mesure le bien-être subjectif, l’évaluation subjective de la vie en demandant aux gens s’ils sont heureux, comment jugent-ils leur vie en général. C’est un peu un retour à une tradition anglo-saxonne de l’économie du bien-être ou l’utilitarisme qui considérait qu’il fallait maximiser le bien-être subjectif des individus. Lui-même préfère une version objectiviste du bien-être, plus économiste, en se concentrant sur les biens des gens : biens matériels, longévité, éducation, ou les relations sociales. Actuellement, ces approches sont un peu en conflit notamment entre économistes et philosophes pour savoir qu’elle est la meilleure méthodologie pour évaluer le bien-être des gens. L’approche que préfère Stéphane ZUBER est plus en lien avec une tradition de l’économiste Armatya SEN et des « capabilités » où on définit un nombre de biens que les gens doivent avoir pour pouvoir développer ce qu’ils ont envie de faire dans la vie. John RAWLS parlait de « biens premiers » et pensait que les gens ont besoin un certain nombre de ressources non établies pour pouvoir faire ce qu’ils veulent : richesse, santé, ou éducation. L’approche d’Armatya SEN a précisé que les questions de bien-être subjectif sont importantes : il faut un certain nombre de ressources mais il faut aussi que les gens soient capables d’être heureux. Autour de ces idées, tout un courant de la philosophie anglo-saxonne, comme l’égalitarisme libéral, travaille sur ce sujet, proposant comme théorie qu’il faut donner aux gens un certain nombre de ressources qui pourront ensuite choisir ce qu’ils voudront faire. Stéphane ZUBER dit plutôt s’inscrire dans ce courant.
Sujet: Sujet
Topique: Happiness studies
Mots-clés: Etudes du bien-être
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Explication ; Exposé spécialisé
Stéphane ZUBER présente ici les différentes visions autour des études du bien-être, prenant position et justifiant la raison pour laquelle il préfère s'inscrire dans une logique plus objectiviste.
Les happiness studies ont une approche particulière de l'étude du bien-être. Cette vision des études du bien-être se focalise sur la mesure du bien-être subjectif, soit le fait de demander aux individus de juger eux-même s'ils sont heureux ou non. Stéphane ZUBER préfère une tradition plus économiste et objectiviste, sur les modèles d'Armatya SEN ou John RAWLS : les individus ont besoin d'un certain nombre de ressources pour pouvoir faire ce qu'ils veulent (et les rendra heureux) mais ils doivent aussi être capables d'être heureux.
Titre: Projet
Durée: 00:02:47   [00:39:52 > 00:42:40]
Stéphane ZUBER présente son project actuel et à long terme de modélisation économie-climat.
L’un des projets que Stéphane ZUBER a, avec Marc FLEURBAEY notamment, est de continuer sur cette question climatique en faisant un projet qui implique économistes, philosophes mais aussi des profils scientifiques et des modélisateurs pour faire de la modélisation économie-climat. C’est-à-dire de construire des modèles qui représentent à la fois l’évolution des économies et l’évolution du climat pour pouvoir évaluer l’impact des politiques climatiques. Les scientifiques du climat travaillent sur ce sujet. Eux souhaitent donc partir de cette base pour étudier de manière approfondie l’équité au moyen de ces modèles-là et essayer d’avoir des descriptions fines de distribution des impacts, de distribution des efforts des gens, pour pouvoir dire qu’est-ce que pourrait être une politique climatique équitable, quel type de politique faudrait-il adopter pour protéger les plus pauvres et vulnérables, qui devrait payer, répartir équitablement les efforts. C’est un projet de long terme car il est techniquement difficile.
Sujet: Sujet
Topique: Modélisation économie-climat
Mots-clés: Modélisation économie-climat, Projet de modélisation
Libellé: Equité des populations face aux évènements climatiques
Mots-clés: Equité des populations, Equité face au risque, Changements climatiques, Politiques climatiques, Politiques équitables
Discipline, domaine: Démographie
Discipline, domaine: Economie
Discipline, domaine: Economie de l'environnement
Discipline, domaine: Economie du développement
Discipline, domaine: Economie politique
Discipline, domaine: Géographie environnementale
Discipline, domaine: Géographie sociale
Discipline, domaine: Gestion de l'environnement
Discipline, domaine: Météorologie
Discipline, domaine: Sciences de l'ingénieur
Discipline, domaine: Sociologie
Discipline, domaine: Sociologie de l'envrionnement
Discipline, domaine: Sociologie des catastrophes
Mots-clés: Risques climatiques, Politiques climatiques, Gestion des risques
Type de discours consacré au sujet: Explication
Stéphane ZUBER explique le projet qu'il mène et présente de manière non exhausitve qui pourrait participer à ce projet, quelles disciplines seraient touchées ainsi que les buts de ce projet.
Le projet de Stéphane ZUBER consiste en la construction de modèles économie-climat. Ces modélisations auraient pour but de décrire finement la distribution des impacts, la distribution des efforts des gens, de déterminer ce que pourrait être une politique climatique équitable, quel type de politique faudrait-il adopter pour protéger les plus pauvres et vulnérables, qui devrait payer, répartir équitablement les efforts.
Ce projet s'intéresse particulièrement à l'équité entre les population face aux risques et évènements climatiques ainsi que les politiques climatiques potentiellement utiles à mettre en place dans ce type de situations.
Ce projet incluerait différents acteurs de disciplines académiques différentes mais aussi des professionnels comme des ingénieurs. La liste des disciplines de ce projet est donc non exhaustive.
Titre: L'interdisciplinarité
Durée: 00:05:51   [00:42:40 > 00:48:31]
Stéphane ZUBER s'arrête ici sur l'interdisciplinarité dans laquelle il s'inscrit, entre l'économie et la philosophie.
De par son parcours et ses sujets, Stéphane ZUBER est à l’intersection de plusieurs communautés notamment les communautés économiques et philosophes. Il a choisi le sous champ du choix social qui est un peu à la marge de l’économie, ce qui lui permet de garder beaucoup d’interactions entre économie et philosophie. A l’heure actuelle il espère justement s’inscrire dans une démarche pluridisciplinaire. Lors de journées d’études sur la question du climat, ils invitent des scientifiques ou des ingénieurs pour confronter leurs idées et croiser les méthodes pour converger vers un projet commun ainsi que discuter des approches et des perspectives de chacun pour faire évoluer leurs réflexions. Ce type de démarche leur permet de modéliser les problèmes mais aussi à faire des choses nouvelles dans chaque discipline. Il espère aussi interagir avec les démographes notamment sur les questions de déplacement de population. Les interactions sont déjà très fortes grâces aux méthodologies entre économistes et démographes qui ont de grandes traditions de travaux en commun. Stéphane ZUBER pense qu’il faut réussir à garder une base disciplinaire tout en faisant de l’interdisciplinarité au sens où on discute et on produit des travaux en commun. Cependant, le chercheur explique que cela reste difficile dans un cadre de recherche où les publications sont soumises à des règles relativement strictes car les travaux sont publiés sous un cadre disciplinaire spécifique.
Sujet: Sujet
Topique: Economie et philosophie
Mots-clés: Pluridisciplinarité, Travail interdisciplinaire, Philosophie, Economie
Discipline, domaine: Economie
Discipline, domaine: Philosophie
Type de discours consacré au sujet: Explication
Stéphane ZUBER explique la façon dont il se voit travailler et témoigne de l'efficacité du travail pluridisciplinaire.
Stéphane ZUBER se positionne entre deux disciplines : l'économie et la philosophie. Ses recherches l'amènent aussi à travailler avec d'autres chercheurs de disciplines différentes. Selon lui, il faut avoir une base disciplinaire spécifiques mais travailler de manière interdisciplinaire.
Stéphane ZUBER se positionne entre deux disciplines : l'économie et la philosophie.
Titre: Humanités numériques
Durée: 00:02:56   [00:48:31 > 00:51:28]
Stéphane ZUBER n’a pas l’impression que les humanités numériques aient eu un impact au cœur de la discipline économique. Sur ce qui est publications en lignes, il pense que de gros progrès ont été faits et que ça va continuer. Il pense notamment que l’accès libre aux connaissances devrait être encore plus valorisé. Au-delà des questions de publications et de diffusions, l’économie n’est pas une discipline qui s’attache beaucoup aux textes et aux archives donc il y a eu moins d’impact que dans les disciplines comme les sciences du texte. Il pense que la diffusion des travaux puis les cours en ligne vont devenir de plus en plus répandus.

10 chapitres.
  • Stéphane ZUBER s'arrête ici sur la notion d'équité des populations face aux risques climatiques. Il explique comment nous pouvons réduire ces risques et justifie son approche du sujet.
  • Stéphane ZUBER présente son project actuel et à long terme de modélisation économie-climat.
  • Stéphane ZUBER n’a pas l’impression que les humanités numériques aient eu un impact au cœur de la discipline économique. Sur ce qui est publications en lignes, il pense que de gros progrès ont été faits et que ça va continuer. Il pense notamment que l’accès libre aux connaissances devrait être encore plus valorisé. Au-delà des questions de publications et de diffusions, l’économie n’est pas une discipline qui s’attache beaucoup aux textes et aux archives donc il y a eu moins d’impact que dans les disciplines comme les sciences du texte. Il pense que la diffusion des travaux puis les cours en ligne vont devenir de plus en plus répandus.
Titre: Entretien avec Stéphane ZUBER, Chaire « Économie du bien-être et de la justice sociale »
Sous-titre: Collège d’Etudes Mondiales – FMSH
Auteur(s): ZUBER Stéphane
Durée: 00:51:28
Date de réalisation: 16/07/2014
Lieu de réalisation: FMSH, 190 avenue de France 75013 Paris, France Paris France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Cet entretien avec Stéphane ZUBER, économiste et chargé de recherche au CNRS, nous permettra de faire connaissance avec le chercheur, son parcours, ses thèmes et sujets de recherche à la croisée de l'économie et de la philosophie.
Stéphane ZUBER, économiste, est actuellement chargé de recherche au CNRS, affecté au Centre d'Économie de la Sorbonne. Le chercheur est aussi associé à la Chaire « Economie du Bien-Être et de la Justice Sociale » au Collège d’Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH). Ses sujets de recherche de base sont les théories de l’économie, la théorie du bien-être et l’économie environnementale. Stéphane ZUBER est actuellement plutôt intéressé par la notion d’équité (et notamment l’équité intergénérationnelle) et les dynamiques du choix social liées aux problématiques environnementales. Cet entretien reviendra d'abord sur son parcours atypique, entre l'économie et la philosophie. Choix qu'il nous expliquera. Nous comprendrons ainsi que c'est cette pluridisciplinarité qui l'a mené à choisir le sous champ du choix social et ses thèmes de recherche plus récents, à savoir l'équité dans des situations à risques (les changements climatiques), l'équité entre générations et plus récemment l’éthique de population (évaluer les politiques sur la démographie générale). Le chercheur s'arrêtera plus en détails sur la notion de risque en la contextualisant dans sa recherche actuelle. Il nous présentera sa méthodologie, ses questionnements et les buts concrets de ses recherches. Stéphane ZUBER cherche notamment à savoir quelle est la meilleure politique possible pour gérer de manière équitable les risques environnementaux. Stéphane ZUBER reviendra ensuite sur les notions d'équité et de justice sociale en nous expliquant que s'il s'intéresse à des populations ou des régions spécifiques, les problématiques liées l'équité et l'environnement influent sur une situation globale. Le chercheur nous présentera ici une manière concrète et détaillée d'étude de l'équité face au risque. Stéphane ZUBER répondra ensuite à la question de l'influence des réseaux sociaux sur les thèmes de l'économie et de l'environnement. Bien qu'ils n'aient pas encore d'impact sur les recherches du chercheur ou de la discipline économique, les réseaux sociaux permettent de faire émerger des questionnements émanant de la société. Le chercheur reviendra ensuite sur la notion d'équité intergénérationnelle sur laquelle il travaille actuellement. Dans cette partie, Stéphane ZUBER définira d'une part ce qu'est une génération, puis il nous présentera quel est son sujet, à savoir évaluer le bien-être d'une personne sur l'ensemble d'une vie. Il expliquera aussi quelles sont les autres approches dans ce domaine et nous expliquera pourquoi a-t-il fait le choix de travailler de manière diachronique. Bien que les études du bien-être peuvent rappeler les happiness studies très développées dans les pays anglo-saxons, Stéphane ZUBER s'arrêtera pour présenter les différentes approches des études du bien-être. D'un côté, une tradition anglo-saxonne de l'économie du bien-être (ou utilitarisme) qui étudie le bien-être subjectif des gens. De l'autre, une approche plus économiste dans le courant d'Armatya SEN ou John RAWLS que Stéphane ZUBER préfère et nous présentera ici. L'entretien se poursuivra sur les projets en cours et à venir du chercheur, à savoir notamment son projet avec la chaire « Economie du Bien-Être et de la Justice Sociale » du Collège d’Etudes Mondiales dont il fait partie. Ce projet avec Marc FLEURBAEY vise notamment à créer des modèles économie-climat qui permettraient de trouver des politiques climatiques équitables. Un projet de long terme sur lequel ils travaillent actuellement. Stéphane ZUBER conclura cet entretien sur son attachement à la pluridisciplinarité, tout en soulignant qu'il pense qu'il faut que les chercheurs gardent une certaine base disciplinaire afin de pouvoir travailler de manière interdisciplinaire. Enfin, le chercheur nous fera part de sa vision des humanités numériques dans le monde de la recherche en économie ainsi que la recherche en général, les enjeux et les impacts que ces dernières ont et auront très certainement dans la recherche dans les années à venir.
Sujet: Sujet
Topique: Economie géographique
Domaine: Economie sociale
Domaine: Equité (notion)
Domaine: Happiness studies
Domaine: Risque (notion)
Mots-clés: Equité face au risque, Equité intergénérationnelle, Equité sociale, Etudes du bien-être
Libellé: Equité face aux risques climatiques
Mots-clés: Gestion des risques climatiques, Equité sociale, Politiques climatiques
Type de discours consacré au sujet: Entretien ; Exemplification ; Explication ; Exposé de méthode ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique ; Formulation d'objectifs ; Hypothèse
Au cours de cet entretien, Stéphane ZUBER explique quels sont ses thèmes et sujets de recherche, ses méthode de manière concrète en utilisant des exemples.
Stéphane ZUBER se trouve à l'intersection de l'économie et de la philosophie de par sa formation. Il travaille actuellement sur des sujets d'équité intergénérationnelle et la notion de risque, s'orientant notamment sur l'équité face aux risques environnementaux. Membre de la chaire d'Economie du bien-être du Collège d'études mondiales de la FMSH, il travaille aussi sur des projets visant à produire des modèles quant aux politiques équitables qui pourraient être mises en place en amont et en aval des catastrophes naturelles.
Actuellement, le thème de recherche de Stéphane ZUBER porte particulièrement sur l’étude de l’équité des populations face aux risques climatiques, les politiques climatiques et la modélisation de ces risques.
Sujet: Sujet
Topique: Equité sociale face aux risques environnementaux
Mots-clés: Equité sociale, Risques environnementaux, Déplacements de populations
Type de discours consacré au sujet: Explication ; Exposé spécialisé
Au sujet de la globalisation, Stéphane ZUBER explique les raisons pour lesquelles il dit ne pas étudier la globalisation mais que les problématiques qu'il étudie rentrent dans des considérations globales.
La recherche de Stéphane ZUBER s’inscrit dans une réflexion globale bien que l’économiste veuille étudier des problèmes d’ordre plutôt national ou encore plus spécifiques (par rapport à un évènement particulier atteignant un groupe de personnes spécifique par exemple). Car les problèmes liés aux catastrophes naturelles, bien qu’elles ne touchent qu’une population « réduite », rentre dans des considérations globales, ne serait-ce que pour la problématique des déplacements de populations.
Sujet: Sujet
Topique: Modélisation économie-climat
Mots-clés: Modélisation économie-climat, Choix social, Modélisation
Libellé: Gestion des risques climatiques
Mots-clés: Gestion des risques, Risques climatiques, Modélisation des risques climatiques
Discipline, domaine: Economie
Discipline, domaine: Economie de l'environnement
Discipline, domaine: Economie du développement
Discipline, domaine: Economie politique
Discipline, domaine: Economie sociale
Mots-clés: Interdisciplinarité, Projet interdisciplinaire
Type de discours consacré au sujet: Exemplification ; Explication
Stéphane ZUBER explique ici son projet actuel et à long terme en donnant des exemples de pistes de recherche ainsi que des exemples de disciplines qui s'attacheront à ce projet de modélisation des problèmes liés aux risques climatiques.
Stéphane ZUBER a pour projet actuel et futur de travailler en collaboration avec différents acteurs de l'économie, de la philosophie, du choix social, ainsi que des scientifiques et des ingénieurs, dans le but de concrétiser un projet de modélisation économie-climat. Ce projet permettrait de modéliser les problèmes actuels liés aux risques environnementaux.
Le thème de se projet porte sur la modélisation des problèmes liés aux risques climatiques, incluant donc leur anticipation, la préparation des populations face à ces risques et la régularisation des conséquences des évènements climatiques lourds.
Ce projet est interdisciplinaire. Cependant, la discipline principale de Stéphane ZUBER reste l'économie. D'autres disciplines seront bienvenues dans ce projet.
Nom: ZUBER
Prénom: Stéphane
Rôle: Economistes
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, CEM - Le Collège d'Etudes Mondiales: Chaire "Économie du bien-être", France
Fonction: Economiste
Adresse: CES Maison des Sciences Economiques 106-112 Boulevard de l'Hôpital 75647 Paris Cedex 13 FRANCE, Paris, France
Stéphane ZUBER est chercheur en économie au CNRS et du Centre d'Economie de la Sorbonne (CES) de l'Université Paris 1. Il est aussi chercheur associé à la Chaire « Economie du Bien-Être et de la Justice Sociale » au Collège d’Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH).
Type: Conférence filmée
Auteur: Archives Audiovisuelles de la Recherche
Url: http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2277/home.asp
Séminaire général avec Ulrich BECK, sociologue, organisé par le Collège d'Etudes Mondiales de la FMSH autour de la question comment le changement climatique peut sauver le monde.
Type: Conférence filmée
Auteur: Archives Audiovisuelles de la Recherche
Url: http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2202/home.asp
Conférence inaugurale de Dominique MEDA, titulaire de la chaire Chaire Reconversion écologique, travail, emploi et politiques sociales du Collège d'études mondiales.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour spécialistes
Cet entretien peut être utilisé dans un contexte de recherche sur les notions de risque ou d'équité, ainsi que des recherches concernant l'économie géographique, l'économie de crise, de l'environnement, ou encore l'économie du développement.
ZUBER Stéphane. “Entretien avec Stéphane ZUBER, Chaire « Économie du bien-être »”, Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2308, 2014, [en ligne] ; URL (Evènement) : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2308
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, France, 2014
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© MAREGLIA Laura, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2014 © DE PABLO Elisabeth, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2014
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© ZUBER Stéphane, économiste, CNRS, Paris, France, 2014 © DOBREVA Neli, philosophe, ESCoM-FMSH, Paris, France, 2014
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: Analyse générale de la vidéo "Entretien avec Stéphane ZUBER, Chaire « Économie du bien-être »"
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: MAREGLIA, Laura. Analyse générale de la vidéo "Entretien avec Stéphane ZUBER, Chaire « Économie du bien-être »". (Portail AGORA, 2015), http://www.agora.msh-paris.f
Id analyse: aeaa98b7-49d5-4a0a-9fbc-55b9cc38d140
Id vidéo: 2f743b21-365b-4d44-a911-9aa8982d8b9d
Analyse générale de la vidéo de l'entretien patrimonial avec Stéphane ZUBER, économiste.