Les effets de la transition écologique sur le niveau d’emploi, de quelles données disposons nous ? (niveau d’emplois, emplois induits, emplois directs, indirects), Quels modèles, quels débats ?. CALLONNEC Gaël, CHANARD Camille, FREMEAUX Philippe, GAUDIN Thomas, JOLLY Cécile, MARGONTIER Sophie, MEDA Dominique, QUIRION Philippe, TIMBEAU Xavier

Chapitre

Titre: Présentation de la séance par Philippe FREMEAUX
Durée: 00:01:20   [00:00:00 > 00:01:20]
Philippe FREMEAUX, président de l'Institut Veblen et journaliste économique au magazine Alternatives Economiques, introduit brièvement cette première séance avant de laisser la parole à Xavier TIMBEAU.
Titre: Réponses aux observations de Jean GADREY par Xavier TIMBEAU
Durée: 00:14:42   [00:01:20 > 00:16:02]
Xavier TIMBEAU est directeur de l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE). Il se propose ici à clarifier quelques observations faites par Jean GADREY lors de la séance d'ouverture de cette journée d'études. Il cherchera ainsi à montrer en quoi les modélisations réalisées par l'Observatoire peuvent être utiles. Il indique ainsi que les projections présentes dans les exercices de modélisation sont une hypothèse commune, auxquelles les analystes n'accordent aucun crédit. Il s'agit en fait de raisonner à partir de ces bases de discussion, et à chercher à comprendre ce que des politiques menées permettraient de réaliser par rapport à ces hypothèses. Xavier TIMBEAU qualifie ce type de raisonnement de différentiel. Un deuxième point consiste à dire que les outils utilisées par l'OFCE en matière de transition énergétique sont des outils de planification centrale, cherchant à considérer des politiques permettant de « tordre » le marché. Le signal-prix est l'instrument de cette planification. Cet élément peut être source d'incompréhension. En dernier lieu, Xavier TIMBEAU essaie de trouver des points de convergence entre les approches prônées par Jean GADREY et les modélisations effectuées notamment par l'OFCE. En somme, il semble qu'un mode de raisonnement puisse aider à concilier ces approches. Il s'agit de l'idée selon laquelle à une certaine date dans le temps, les énergies fossiles seront éliminées du système économique. La question devient alors de savoir comment construire à rebours une trajectoire pour arriver à ce but dans un horizon temporel défini.
Titre: Le modèle macro-économique de l'ADEME par Gaël CALLONNEC
Durée: 00:07:13   [00:16:02 > 00:23:15]
Gaël CALLONNEC est économiste à l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie (ADEME). Il introduit son propos en indiquant qu'il souscrit à l'ensemble des propositions formulées par Jean GADREY, et cherche à répondre à des arguments avancés par Xavier TIMBEAU. Ainsi, il explique que pour qu'une modélisation macro-économique soit l'objet de discussion, encore faut-il qu'elle fasse consensus. Or, les gains de productivité que choisissent certains de ces modèles sont selon lui bien trop élevés. Il cherche ensuite à montrer en quoi le modèle macro-économique mis en place par l'ADEME se différencie d'autres en ce qu'il part des besoins humains. Il conclut en indiquant que la transition énergétique n'est pas la seule piste à explorer en ce qui concerne la création d'emplois : l'économie sociale et solidaire est par exemple un autre enjeu nécessitant réflexion.
Titre: Présentation du scénario Négawatt par Philippe QUIRION
Durée: 00:13:03   [00:23:15 > 00:36:19]
Philippe QUIRION est directeur de recherche au Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement (CIRED-CNRS). Il commence par indiquer que les différents chiffres mesurant l'impact de la transition énergétique sur l'emploi varient bien sûr en fonction des méthodes et modèles utilisés, ainsi que dans les questions posées. Il propose ainsi de débuter par un tour d'horizon de ces travaux. Une première série d'étude vise à quantifier les emplois créés par les politiques environnementales. Une seconde vise à analyser l'effet net de ces politiques sur l'emploi, qui sera positif ou négatif. Cependant, ces deux premiers types d'études présentent la limite principale de comparer des options et scénarios dont le coût diffère. D'où l'existence d'une troisième série qui cherche à dépasser cette limite, en quantifiant l'effet net tout en tenant compte de l'effet « induit » (ou différence de coût des scénarios envisagés). Une quatrième famille d'études cherche enfin, en plus des éléments présentés, à rendre compte d'autres réfractions macro-économiques. Philippe QUIRION présente ensuite le scénario énergétique pour la France Négawatt, qui se fonde sur trois éléments principaux : la sobriété énergétique, l'efficacité énergétique, et les énergies renouvelables. Il aboutirait à une diminution par 15 des émissions de CO2 liées à l'énergie en France d'ici 2050, et à une sortie du nucléaire d'ici 2033. Philippe QUIRION se propose d'analyser les emplois créés et détruits en France par le scénario Négawatt par rapport à un scénario qui prolongerait les tendances actuelles, l'effet net, et l'effet induit (précédemment expliqués). L'économiste aborde ensuite les résultats de ce scénario pour 2020, qui sont intégralement disponibles sur le site de l'association Négawatt. En définitive, il apparaît que ce scénario entraîne un bénéfice monétaire tout en ayant un effet positif pour l'emploi dans les branches du bâtiment, de l'énergie renouvelable et des transports. Philippe QUIRION appelle toutefois à multiplier les méthodes d'analyse qui permettraient de confirmer ou d'infirmer les résultats présentés ici.
Titre: Présentation des études marchés et emplois de l'ADEME dans le domaine de l'énergétique par Thomas GAUDIN
Durée: 00:11:25   [00:36:19 > 00:47:44]
Thomas GAUDIN est économiste à l'ADEME. Sa communication vise à présenter les trois approches retenues par l'ADEME en ce qui concerne l'analyse des emplois, et les liens que celles-ci entretiennent. La première approche (macro-économique) est strictement identique à celle présentée précédemment par Philippe QUIRION : il s'agit de partir d'objectifs environnementaux et de les traduire en données macro-économiques, pour tenir un raisonnement différentiel. Cette approche pose la question suivante : que permettrait la mise en place de scénario relativement aux tendances actuelles ? Des scénarios ADEME 2030 et 2050 en termes macro-économiques ont donc été créés. Les approches sectorielles regroupent la deuxième famille d'études. Elles permettent de connaître les marchés et de comparer l'évolution tendancielle des marchés par rapport aux objectifs environnementaux. A la différence des approches macro-économiques, elles permettent une évaluation rétrospective. Le troisième type d'analyse mené par l'ADEME est l'approche gestion prévisionnelle des emplois et compétences à l'échelle des territoires. Il s'agit ici de comprendre qui sont les acteurs mobilisés par les emplois. L'enjeu est ici de comprendre l'implication des acteurs locaux et les besoins des territoires. Thomas GAUDIN envisage ensuite la question du rapprochement de telles approches : celui-ci doit-il être encouragé ? Il indique que l'approche macro-économique permet essentiellement de constituer une aide à la décision, la seconde une évaluation et un suivi, et la troisième de descendre à un échelon plus local. Il explique enfin que les outils actuels ne permettent pas encore de croiser efficacement ces différentes études, et encourage cette démarche.
Titre: La transition énergétique à l'échelle de la région par Camille CHANARD
Durée: 00:08:59   [00:47:44 > 00:56:43]
Camille CHANARD est géographe et spécialiste en aménagement du territoire chez ACTeon, bureau d'étude sur les questions environnementales et d'emploi. Son intervention vise à présenter les difficultés auxquelles se confronte le bureau d'études. Chargé par la région PACA de mener une étude sur l'effet de la transition énergétique sur les emplois à l'échelle de la région, des questions subsistent. La géographe indique que ce type de demande, émanant des régions, date de 2013. Au-delà des régions, la question se pose aussi à un niveau national. La première difficulté est celle des échelles. Comment, à l'échelle des régions, est-il possible de raisonner sur ces questions de manière globale ? L'outil Passerelle, développé par Syndex, peut être un premier élément de réponse à cette interrogation. La deuxième question concerne les données disponibles. Comment est-il possible d'obtenir des données pour les emplois non-salariés, concernés en premier lieu par la transition énergétique ? Enfin, le dernier problème est celui de la gouvernance. Qui peut se saisir des questions environnementales à l'échelle locale ? Les régions peuvent-elles dialoguer avec les acteurs et les filières ?
Titre: Des difficultés de faire une projection pour l'emploi en intégrant l'environnement ou comment développer une modélisation globale par Cécile JOLLY
Durée: 00:22:42   [00:56:43 > 01:19:26]
Cécile JOLLY est chargée de mission au département Travail – Emploi de France Stratégie, organisme de réflexion placé sous l'égide du Premier Ministre. Au sein de cet organisme, les études sont réalisées à un niveau national, en partenariat avec les branches d'emploi. Par ailleurs, l'animation du réseau Emploi et Compétences, rassemblant de nombreux acteurs à l'échelon régional, est également à la charge de France Stratégie. Cécile JOLLY indique en premier lieu la difficulté de faire communiquer les modèles nationaux et régionaux, mais aussi celle de réaliser une projection globale pour l'emploi tout en intégrant l'environnement, ce qui sera l'objet de sa communication. Elle commence ainsi par indiquer quelques limites des modèles de projection économique, expliquant par exemple que ceux-ci sont toujours en équilibre instable entre deux écueils : la simplification à outrance du réel, et une trop grande complexité menant à des difficultés de compréhension. Par ailleurs, les modèles ne permettent pas de définir la nature des emplois verts. En effet, ceux-ci ne sont pas forcément qualifiés et de qualité. Des incertitudes planent aussi sur les qualifications et compétences nouvelles que requièrent les nouveaux types de métiers liés à la transition énergétique. Des doutes existent quant à l'impact environnemental des transitions déjà engagées, comme le numérique. Enfin, en termes de secteurs, les mouvements économiques intra-sectoriels sont aussi très difficiles à prévoir.
Titre: Les emplois de la transition écologique: où en est-on aujourd'hui? La réponse de l'observatoire national des emplois et métiers de l'économie verte par Sophie MARGONTIER
Durée: 00:16:40   [01:19:26 > 01:36:06]
Sophie MARGONTIER est membre du Service de l'Observation et des Statistiques (SoeS) du Ministère de l'Ecologie, qui pilote l'Observatoire National des Emplois et Métiers de l'Economie Verte. Elle ne s'inscrit pas dans le débat des modélisations, mais cherche ici à envisager la manière dont sont observés et mesurés les emplois de l'économie verte. Les résultats menés par ce service tendent à accréditer l'idée de Jean GADREY selon laquelle ce qui est mesuré et observé est en décalage avec la réalité. Après avoir retracé l'historique de création de l'Observatoire, elle détaille les deux méthodologies utilisées par cet organisme pour mesurer les emplois verts, puis en donne brièvement les principaux résultats. En définitive, Sophie MARGONTIER indique que ces méthodologies, en raison de leurs limites propres, n'arrivent à donner qu'une vision parcellaire du paysage des emplois verts.
Titre: Discussion avec les intervenants et le public
Durée: 00:40:19   [01:36:06 > 02:16:26]
Question 5 : Est-il possible d'apporter des précisions sur la taxation verte et sur l'effet redistributif ? Question 6 : L'invasion de la robotique semble avoir un fort effet sur les emplois. Elle semble pourtant devoir être prise en compte dans les projections futures d'emploi. Question 7 : Comment les économistes peuvent-ils préparer la réception de leurs travaux de modélisation ? Question 8 : Le cadre géographique adopté par ces études est quasi-exclusivement français. Or, d'autres pays effectuent des transitions. Il paraît don important que les schémas de modélisation de différentes traditions nationales soient comparés, ce phénomène étant d'envergure mondiale. Un centre de ressources mondial en accès-libre semble-t-il envisageable ?

9 chapitres.
  • Xavier TIMBEAU est directeur de l'Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE). Il se propose ici à clarifier quelques observations faites par Jean GADREY lors de la séance d'ouverture de cette journée d'études. Il cherchera ainsi à montrer en quoi les modélisations réalisées par l'Observatoire peuvent être utiles. Il indique ainsi que les projections présentes dans les exercices de modélisation sont une hypothèse commune, auxquelles les analystes n'accordent aucun crédit. Il s'agit en fait de raisonner à partir de ces bases de discussion, et à chercher à comprendre ce que des politiques menées permettraient de réaliser par rapport à ces hypothèses. Xavier TIMBEAU qualifie ce type de raisonnement de différentiel. Un deuxième point consiste à dire que les outils utilisées par l'OFCE en matière de transition énergétique sont des outils de planification centrale, cherchant à considérer des politiques permettant de « tordre » le marché. Le signal-prix est l'instrument de cette planification. Cet élément peut être source d'incompréhension. En dernier lieu, Xavier TIMBEAU essaie de trouver des points de convergence entre les approches prônées par Jean GADREY et les modélisations effectuées notamment par l'OFCE. En somme, il semble qu'un mode de raisonnement puisse aider à concilier ces approches. Il s'agit de l'idée selon laquelle à une certaine date dans le temps, les énergies fossiles seront éliminées du système économique. La question devient alors de savoir comment construire à rebours une trajectoire pour arriver à ce but dans un horizon temporel défini.
  • Gaël CALLONNEC est économiste à l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie (ADEME). Il introduit son propos en indiquant qu'il souscrit à l'ensemble des propositions formulées par Jean GADREY, et cherche à répondre à des arguments avancés par Xavier TIMBEAU. Ainsi, il explique que pour qu'une modélisation macro-économique soit l'objet de discussion, encore faut-il qu'elle fasse consensus. Or, les gains de productivité que choisissent certains de ces modèles sont selon lui bien trop élevés. Il cherche ensuite à montrer en quoi le modèle macro-économique mis en place par l'ADEME se différencie d'autres en ce qu'il part des besoins humains. Il conclut en indiquant que la transition énergétique n'est pas la seule piste à explorer en ce qui concerne la création d'emplois : l'économie sociale et solidaire est par exemple un autre enjeu nécessitant réflexion.
  • Philippe QUIRION est directeur de recherche au Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement (CIRED-CNRS). Il commence par indiquer que les différents chiffres mesurant l'impact de la transition énergétique sur l'emploi varient bien sûr en fonction des méthodes et modèles utilisés, ainsi que dans les questions posées. Il propose ainsi de débuter par un tour d'horizon de ces travaux. Une première série d'étude vise à quantifier les emplois créés par les politiques environnementales. Une seconde vise à analyser l'effet net de ces politiques sur l'emploi, qui sera positif ou négatif. Cependant, ces deux premiers types d'études présentent la limite principale de comparer des options et scénarios dont le coût diffère. D'où l'existence d'une troisième série qui cherche à dépasser cette limite, en quantifiant l'effet net tout en tenant compte de l'effet « induit » (ou différence de coût des scénarios envisagés). Une quatrième famille d'études cherche enfin, en plus des éléments présentés, à rendre compte d'autres réfractions macro-économiques. Philippe QUIRION présente ensuite le scénario énergétique pour la France Négawatt, qui se fonde sur trois éléments principaux : la sobriété énergétique, l'efficacité énergétique, et les énergies renouvelables. Il aboutirait à une diminution par 15 des émissions de CO2 liées à l'énergie en France d'ici 2050, et à une sortie du nucléaire d'ici 2033. Philippe QUIRION se propose d'analyser les emplois créés et détruits en France par le scénario Négawatt par rapport à un scénario qui prolongerait les tendances actuelles, l'effet net, et l'effet induit (précédemment expliqués). L'économiste aborde ensuite les résultats de ce scénario pour 2020, qui sont intégralement disponibles sur le site de l'association Négawatt. En définitive, il apparaît que ce scénario entraîne un bénéfice monétaire tout en ayant un effet positif pour l'emploi dans les branches du bâtiment, de l'énergie renouvelable et des transports. Philippe QUIRION appelle toutefois à multiplier les méthodes d'analyse qui permettraient de confirmer ou d'infirmer les résultats présentés ici.
  • Thomas GAUDIN est économiste à l'ADEME. Sa communication vise à présenter les trois approches retenues par l'ADEME en ce qui concerne l'analyse des emplois, et les liens que celles-ci entretiennent. La première approche (macro-économique) est strictement identique à celle présentée précédemment par Philippe QUIRION : il s'agit de partir d'objectifs environnementaux et de les traduire en données macro-économiques, pour tenir un raisonnement différentiel. Cette approche pose la question suivante : que permettrait la mise en place de scénario relativement aux tendances actuelles ? Des scénarios ADEME 2030 et 2050 en termes macro-économiques ont donc été créés. Les approches sectorielles regroupent la deuxième famille d'études. Elles permettent de connaître les marchés et de comparer l'évolution tendancielle des marchés par rapport aux objectifs environnementaux. A la différence des approches macro-économiques, elles permettent une évaluation rétrospective. Le troisième type d'analyse mené par l'ADEME est l'approche gestion prévisionnelle des emplois et compétences à l'échelle des territoires. Il s'agit ici de comprendre qui sont les acteurs mobilisés par les emplois. L'enjeu est ici de comprendre l'implication des acteurs locaux et les besoins des territoires. Thomas GAUDIN envisage ensuite la question du rapprochement de telles approches : celui-ci doit-il être encouragé ? Il indique que l'approche macro-économique permet essentiellement de constituer une aide à la décision, la seconde une évaluation et un suivi, et la troisième de descendre à un échelon plus local. Il explique enfin que les outils actuels ne permettent pas encore de croiser efficacement ces différentes études, et encourage cette démarche.
  • Camille CHANARD est géographe et spécialiste en aménagement du territoire chez ACTeon, bureau d'étude sur les questions environnementales et d'emploi. Son intervention vise à présenter les difficultés auxquelles se confronte le bureau d'études. Chargé par la région PACA de mener une étude sur l'effet de la transition énergétique sur les emplois à l'échelle de la région, des questions subsistent. La géographe indique que ce type de demande, émanant des régions, date de 2013. Au-delà des régions, la question se pose aussi à un niveau national. La première difficulté est celle des échelles. Comment, à l'échelle des régions, est-il possible de raisonner sur ces questions de manière globale ? L'outil Passerelle, développé par Syndex, peut être un premier élément de réponse à cette interrogation. La deuxième question concerne les données disponibles. Comment est-il possible d'obtenir des données pour les emplois non-salariés, concernés en premier lieu par la transition énergétique ? Enfin, le dernier problème est celui de la gouvernance. Qui peut se saisir des questions environnementales à l'échelle locale ? Les régions peuvent-elles dialoguer avec les acteurs et les filières ?
  • Cécile JOLLY est chargée de mission au département Travail – Emploi de France Stratégie, organisme de réflexion placé sous l'égide du Premier Ministre. Au sein de cet organisme, les études sont réalisées à un niveau national, en partenariat avec les branches d'emploi. Par ailleurs, l'animation du réseau Emploi et Compétences, rassemblant de nombreux acteurs à l'échelon régional, est également à la charge de France Stratégie. Cécile JOLLY indique en premier lieu la difficulté de faire communiquer les modèles nationaux et régionaux, mais aussi celle de réaliser une projection globale pour l'emploi tout en intégrant l'environnement, ce qui sera l'objet de sa communication. Elle commence ainsi par indiquer quelques limites des modèles de projection économique, expliquant par exemple que ceux-ci sont toujours en équilibre instable entre deux écueils : la simplification à outrance du réel, et une trop grande complexité menant à des difficultés de compréhension. Par ailleurs, les modèles ne permettent pas de définir la nature des emplois verts. En effet, ceux-ci ne sont pas forcément qualifiés et de qualité. Des incertitudes planent aussi sur les qualifications et compétences nouvelles que requièrent les nouveaux types de métiers liés à la transition énergétique. Des doutes existent quant à l'impact environnemental des transitions déjà engagées, comme le numérique. Enfin, en termes de secteurs, les mouvements économiques intra-sectoriels sont aussi très difficiles à prévoir.
  • Sophie MARGONTIER est membre du Service de l'Observation et des Statistiques (SoeS) du Ministère de l'Ecologie, qui pilote l'Observatoire National des Emplois et Métiers de l'Economie Verte. Elle ne s'inscrit pas dans le débat des modélisations, mais cherche ici à envisager la manière dont sont observés et mesurés les emplois de l'économie verte. Les résultats menés par ce service tendent à accréditer l'idée de Jean GADREY selon laquelle ce qui est mesuré et observé est en décalage avec la réalité. Après avoir retracé l'historique de création de l'Observatoire, elle détaille les deux méthodologies utilisées par cet organisme pour mesurer les emplois verts, puis en donne brièvement les principaux résultats. En définitive, Sophie MARGONTIER indique que ces méthodologies, en raison de leurs limites propres, n'arrivent à donner qu'une vision parcellaire du paysage des emplois verts.
  • Question 5 : Est-il possible d'apporter des précisions sur la taxation verte et sur l'effet redistributif ? Question 6 : L'invasion de la robotique semble avoir un fort effet sur les emplois. Elle semble pourtant devoir être prise en compte dans les projections futures d'emploi. Question 7 : Comment les économistes peuvent-ils préparer la réception de leurs travaux de modélisation ? Question 8 : Le cadre géographique adopté par ces études est quasi-exclusivement français. Or, d'autres pays effectuent des transitions. Il paraît don important que les schémas de modélisation de différentes traditions nationales soient comparés, ce phénomène étant d'envergure mondiale. Un centre de ressources mondial en accès-libre semble-t-il envisageable ?
Titre: Les effets de la transition écologique sur le niveau d’emploi, de quelles données disposons nous ? (niveau d’emplois, emplois induits, emplois directs, indirects), Quels modèles, quels débats ?
Sous-titre: Transition écologique, travail, emploi
Auteur(s): CALLONNEC Gaël, CHANARD Camille, FREMEAUX Philippe, GAUDIN Thomas, JOLLY Cécile, MARGONTIER Sophie, MEDA Dominique, QUIRION Philippe, TIMBEAU Xavier
Date de réalisation: 27/01/2015
Lieu de réalisation: FMSH, 190 avenue de France, 75013 Paris, FRANCE
Genre: Workshop filmé
Langue(s): Français
Cette journée d'études organisée par l'Institut Veblen et le Collège d'Etudes Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme est dédiée à l'impact de la transition énergétique sur les emplois. Pour étudier cette question, des acteurs provenant de différents champs (universitaire, associatif, syndical, professionnel) interviendront lors de trois séances dédiées à l'exploration d'une problématique spécifique. Cette première séance s'interroge sur les données et modèles permettant d'analyser les effets de la transition écologique sur le niveau d'emplois.
Pour répondre à cette question, le directeur de l'OFCE Xavier TIMBEAU clarifiera l'utilité des modèles macro-économiques, pourtant dénoncés par Jean GADREY. Gaël CALLONNEC, économiste à l'ADEME, réagira à cette intervention en indiquant comment le modèle macro-économique mis en place par l'ADEME se distingue des autres. Philippe QUIRION, chercheur au CIRED-CNRS, présentera le modèle de transition énergétique Négawatt. L'économiste Thomas GAUDIN se centrera lui sur les approches retenues par l'ADEME en ce qui concerne l'analyse des emplois. Camille CHANARD, géographe, envisagera les difficultés auxquelles est confronté le bureau d'études au sein duquel elle travaille sur les questions environnementales et d'emploi. Cécile JOLLY, chargée de mission au département Travail – Emploi de France Stratégie, envisagera, elle, les conditions de réalisation d'une projection globale pour l'emploi tout en intégrant l'environnement. Enfin, Sophie MARGONTIER , membre du Service de l'Observation et des Statistiques (SoeS) du Ministère de l'Ecologie cherchera à envisager la manière dont sont observés et mesurés les emplois de l'économie verte. Cette première séance sera finalement conclue par une discussion avec le public.
Nom: CHANARD
Prénom: Camille
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Géographe
Adresse: Colmar, FRANCE
Camille CHANARD est géographe, ACTeon, Colmar, FRANCE, 2015
Nom: GAUDIN
Prénom: Thomas
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Economiste
Adresse: Paris, FRANCE
Thomas GAUDIN est économiste, ADEME, Paris, FRANCE, 2015
Nom: JOLLY
Prénom: Cécile
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Chargée de mission
Adresse: Paris, FRANCE
Cécile JOLLY est chargée de mission, France Stratégie, Paris, FRANCE, 2015
Nom: MARGONTIER
Prénom: Sophie
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Adresse: Paris, FRANCE
Sophie MARGONTIER est membre du Service de l'Observation et des Statistiques, Paris, FRANCE, 2015
Nom: TIMBEAU
Prénom: Xavier
Rôle: Intervenants avec communication
Fonction: Directeur
Adresse: Paris, FRANCE
Xavier TIMBEAU est directeur, Observatoire Français des Conjonctures Économiques, Paris, FRANCE, 2015
CALLONNEC Gaël, CHANARD Camille, FREMEAUX Philippe, GAUDIN Thomas, JOLLY Cécile, MARGONTIER Sophie, MEDA Dominique, QUIRION Philippe, TIMBEAU Xavier. « Les effets de la transition écologique sur le niveau d’emploi, de quelles données disposons nous ? (niveau d’emplois, emplois induits, emplois directs, indirects), Quels modèles, quels débats ? », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2348, 2015, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2348
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Le producteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est: © ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Les réalisateurs de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © DE PABLO Elisabeth, responsable éditoriale, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2015 © DOBREVA Neli, ingénieur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE, 2015 © SALLEY Benjamin, réalisateur free-lance, Paris, FRANCE, 2015
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
L'auteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) sont: © CALLONNEC Gaël, économiste, ADEME, Paris, FRANCE, 2015 © CHANARD Camille, géographe, ACTeon, Colmar, FRANCE, 2015 © FREMEAUX Philippe, président, Institut Veblen, Paris, FRANCE, 2015 © GAUDIN Thomas, économiste, ADEME, Paris, FRANCE, 2015 © JOLLY Cécile, chargée de mission, France Stratégie, Paris, FRANCE, 2015 © MARGONTIER Sophie, MEDDE/CGDD/Service de l’Observation et des Statistiques (environnement), Paris, FRANCE, 2015 © MEDA Dominique, professeur de sociologie, Université Paris Dauphine, FRANCE, 2015 © QUIRION Philippe, chercheur, Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement, CNRS, Paris, FRANCE, 2015 © TIMBAUD Xavier, directeur, Observatoire Français des Conjonctures Économiques, Paris, FRANCE, 2015
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Les effets de la transition écologique sur le niveau d’emploi, de quelles données disposons nous ? (niveau d’emplois, emplois induits, emplois directs, indirects), Quels modèles, quels débats ?  »
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Les effets de la transition écologique sur le niveau d’emploi, de quelles données disposons nous ? (niveau d’emplois, emplois induits, emplois directs, indirects), Quels modèles, quels débats ? » (Portail AGORA, 2015): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: b24ecc71-b6fe-4413-93c5-88847bb9f6e1
Id vidéo: 16ec0b3f-bf6e-4603-9f7a-79d024a89944