Géométrie et imagination : quatre brèves nouvelles. BERGER, Marcel

Chapitre

Titre: Présentations ; définitions de la géométrie
Durée: 00:08:38   [00:00:00 > 00:08:38]
Marcel Berger, après s'être excusé pour la dimension rhapsodique que va prendre son exposé, présente les définitions de la géométrie qu'il a recueillies chez des mathématiciens contemporains. Celles-ci font intervenir des idées qualitatives et intuitives de formes, de figures et d'abastraction, mais surtout l'idée d'imagination.
Titre: Géométrie, algèbre et intuition
Durée: 00:08:46   [00:08:38 > 00:17:25]
On peut penser le rapport de l'algèbre à la géométrie comme une offre faustienne : l'algèbre permettrait à la géométrie d'atteindre des résultats inespérés, mais lui ferait perdre son âme. Contre cette idée, on peut faire prévaloir le caractère fondamentalement intuitif de la géométrie, sa dimension de vision. Par exemple, Gromov qualifie ses démonstrations par le fait de "se mettre à l'infini et de regarder". On peut donner une détermination plus neurobiologique de cette idée, en faisant valoir le fait que les mathématiques font intervenir certaines zones du cerveau communes avec la vision.
Titre: Géométrie et imagination
Durée: 00:04:56   [00:17:25 > 00:22:21]
A propos du lien entre géométrie et imagination, M. Berger évoque deux ouvrages qui proposent une approche intuitive de la géométrie. Le premier est Geometry and Imagination de Hilbert et Cohn-Vossen ; le second, Introduction to Geometry de Coxetter.
Titre: Gromov et les "questions naturelles" en géométrie
Durée: 00:07:50   [00:22:21 > 00:30:11]
Pour Gromov, la recherche de "questions naturelles" en géométrie serait avant tout dictée par le contexte social, et ne correspond pas réellement à une question qu'un mathématicien lui-même se pose. Par ailleurs, il semblerait que la recherche en géométrie ne rencontre pas de points d'arrêt comme en algèbre.
Titre: La géométrie disparue des programmes
Durée: 00:01:34   [00:30:11 > 00:31:46]
M. Berger fait une rapide remarque sur un paradoxe contemporain concernant la géométrie : d'une part, elle est de plus en plus présente dans beaucoup de domaines des mathématiques et de la physique ; d'autre part, elle est de moins en moins présentes dans les programmes de l'enseignement supérieur, ce qui est d'autant plus regrettable que beaucoup d'ingénieurs ont besoin d'une vision géométrique.
Titre: Les quatre exemples : introduction
Durée: 00:01:57   [00:31:46 > 00:33:44]
M. Berger introduit la seconde partie de son intervention, qui consistera dans la présentation de quatre questions de géométrie faisant intervenir l'imagination. Il se basera pour cela sur les travaux de Richard Schwartz sur les notions de combinatoire, de géométrie dynamique et d'itération de figures.
Titre: Le théorème de Pappus
Durée: 00:11:17   [00:33:44 > 00:45:02]
Le premier exemple que prend M. Berger est celui d'un type de démonstration du théorème de Pappus, qui consiste à projeter les points à l'infini, et de les prolonger en une courbe continue. On obtient alors une courbe qui s'apparente à une fractale. Afin de saisir le groupe qui agit dans la formation de cette courbe, la stratégie consistera à fabriquer des à partir d'elle des boites, qui sont autant de pseudo-groupes.
Sujet: Sujet
Topique: Géométrie projective
Titre: Itération du pentagone
Durée: 00:06:29   [00:45:02 > 00:51:31]
Le second exemple concerne l'itération d'une figure : le pentagone. Cela nous conduit une fois de plus à passer dans le plan projectif : le second pentagone est projectivement équivalent. Pour comprendre la limite du procédé, il faut faire intervenir un procédé de re-normalisation qui "écrase" la figure.
Titre: Itérations de l'hexagone ; des figures à 7 côtés
Durée: 00:07:07   [00:51:31 > 00:58:39]
Pour une itération de figure avec 7 côtés, il faut utiliser les coordonnées projectives de bi-rapports, ce qui amène à projeter un espace à n dimensions sur un plan.
Titre: Les billards pour des particules de masses égales
Durée: 00:09:02   [00:58:39 > 01:07:41]
Dans cette section, M. Berger présente les manières d'analyser un billard en deux dimensions : partir des trajectoires dans un triangle isocèle rectrangle, et les déployer au sein de différents carrés. De cette manière, on pourra chercher à faire apparaître la périodicité des mouvements, qui intéresse le physicien.
Sujet: Sujet
Topique: Théorie des systèmes dynamiques
Titre: Les billards pour des particules de masses inégales avec angle rationnel
Durée: 00:09:13   [01:07:41 > 01:16:55]
Ce qui a été dit jusqu'à maintenant concernait des particules de masses égales ; pour des particules de masses inégales, le problème reste largement ouvert. Il faut prendre un triangle rectangle dont les côtés sont les racines des masses ; de là deux cas de figures : soit l'angle alpha est rationnel à pi, soit il ne l'est pas. S'il est rationnel, on peut, en déployant le triangle en polygones, arriver au résultat que le billard sera ergodique.
Sujet: Sujet
Topique: Théorie des systèmes dynamiques
Titre: Les billards pour particules de masses inégales avec angle irrationnel ; le billard dual
Durée: 00:07:07   [01:16:55 > 01:24:02]
Dans le cas d'angle irrationnel, les démonstrations sont généralement incomplètes. On arrive néanmoins à une classification : dans le cas convexe, le billard sera ergodique ; dans le cas convxe, ce sera un mélange de chaos et de système intégral. On peut également faire intervenir la notion de dualité, avec la conjecture selon laquelle on arrivera toujours à une trajectoire stable. Schwartz, en faisant intervenir les pavages de Penrose, donne un contre-exemple qu'il oppose à cette conjecture.
Sujet: Sujet
Topique: Théorie des systèmes dynamiques
Titre: Le théorème de Poncelet : énoncé
Durée: 00:06:24   [01:24:02 > 01:30:26]
Le quatrième exemple que prend M. Beger est celui des différentes démonstrations du grand théorème de Poncelet. Ce théorème concerne l'inscription de polygones dans des coniques. Il fait également jouer un procédé d'itération.
Titre: Le théorème de Poncelet : démonstrations
Durée: 00:10:56   [01:30:26 > 01:40:26]
Pour finir, M. Berger fait état des différentes démonstrations du grand théorème de Poncelet. La démonstration donnée par Poncelet lui-même fait notamment intervenir la notion dynamique de faisceau.

14 chapitres.
  • On peut penser le rapport de l'algèbre à la géométrie comme une offre faustienne : l'algèbre permettrait à la géométrie d'atteindre des résultats inespérés, mais lui ferait perdre son âme. Contre cette idée, on peut faire prévaloir le caractère fondamentalement intuitif de la géométrie, sa dimension de vision. Par exemple, Gromov qualifie ses démonstrations par le fait de "se mettre à l'infini et de regarder". On peut donner une détermination plus neurobiologique de cette idée, en faisant valoir le fait que les mathématiques font intervenir certaines zones du cerveau communes avec la vision.
  • A propos du lien entre géométrie et imagination, M. Berger évoque deux ouvrages qui proposent une approche intuitive de la géométrie. Le premier est Geometry and Imagination de Hilbert et Cohn-Vossen ; le second, Introduction to Geometry de Coxetter.
  • M. Berger fait une rapide remarque sur un paradoxe contemporain concernant la géométrie : d'une part, elle est de plus en plus présente dans beaucoup de domaines des mathématiques et de la physique ; d'autre part, elle est de moins en moins présentes dans les programmes de l'enseignement supérieur, ce qui est d'autant plus regrettable que beaucoup d'ingénieurs ont besoin d'une vision géométrique.
  • M. Berger introduit la seconde partie de son intervention, qui consistera dans la présentation de quatre questions de géométrie faisant intervenir l'imagination. Il se basera pour cela sur les travaux de Richard Schwartz sur les notions de combinatoire, de géométrie dynamique et d'itération de figures.
  • Le premier exemple que prend M. Berger est celui d'un type de démonstration du théorème de Pappus, qui consiste à projeter les points à l'infini, et de les prolonger en une courbe continue. On obtient alors une courbe qui s'apparente à une fractale. Afin de saisir le groupe qui agit dans la formation de cette courbe, la stratégie consistera à fabriquer des à partir d'elle des boites, qui sont autant de pseudo-groupes.
  • Le second exemple concerne l'itération d'une figure : le pentagone. Cela nous conduit une fois de plus à passer dans le plan projectif : le second pentagone est projectivement équivalent. Pour comprendre la limite du procédé, il faut faire intervenir un procédé de re-normalisation qui "écrase" la figure.
  • Ce qui a été dit jusqu'à maintenant concernait des particules de masses égales ; pour des particules de masses inégales, le problème reste largement ouvert. Il faut prendre un triangle rectangle dont les côtés sont les racines des masses ; de là deux cas de figures : soit l'angle alpha est rationnel à pi, soit il ne l'est pas. S'il est rationnel, on peut, en déployant le triangle en polygones, arriver au résultat que le billard sera ergodique.
  • Dans le cas d'angle irrationnel, les démonstrations sont généralement incomplètes. On arrive néanmoins à une classification : dans le cas convexe, le billard sera ergodique ; dans le cas convxe, ce sera un mélange de chaos et de système intégral. On peut également faire intervenir la notion de dualité, avec la conjecture selon laquelle on arrivera toujours à une trajectoire stable. Schwartz, en faisant intervenir les pavages de Penrose, donne un contre-exemple qu'il oppose à cette conjecture.
Titre: Géométrie et imagination : quatre brèves nouvelles
Sous-titre: Séminaire Histoires de Géométries - année 2008
Auteur(s): BERGER, Marcel
Durée: 01:40:26
Date de réalisation: 04/06/2008
Lieu de réalisation: Fondation Maison des Sciences de l'Homme - 54, Boulevard Raspail - 75006 Paris, France
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Marcel Berger commence par dresser un aperçu des opinions des plus grands mathématiciens du XXe siècle concernant les rapports de la géométrie à l'imagination, à l'intuition et à l'algèbre. Dans la seconde partie de sa communication, il présente quatre problèmes de géométrie qui manifestent le lien étroit entre cette discipline et la faculté d'imagination : le théorème de Pappus ; l'itération de figures à cinq, six et sept côtés ; les mouvements périodiques des billards ; le grand théorème de Poncelet. Ces quatre domaines d'étude font appel aux procédés d'itération et de projection, et leur traitement est emprunté à Richard Schwartz.
Sujet: Sujet
Topique: Géométrie projective
Libellé: Géométrie et imagination
Catégorie linguistique: (Syn.nom.)
Localisation temporelle du sujet: 24/03/2008
Discours utilisé pour parler du sujet: Exposé scientifique
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Marcel Berger offre une présentation à la fois intuitive et technique du lien entre géométrie et imagination.
BERGER, Marcel. "Géométrie et imagination : quatre brèves nouvelles", Histoires de Géométries 2008 (F2DS) [en ligne] URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1395&ress=4499&video=6532&format=69
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de(s) ayant-droit(s) du contenu du média: Marcel Berger, ancien directeur, IHES - Institut des Hautes Etudes Scientifiques, Bures-sur-Yvette, France. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de son(ses) auteur(s): ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France ; Camille Bonnemazou, ESCoM-FMSH, Paris, France. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la conférence de Michel Berger au séminaire Histoires de Géométries, année 2008
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: © POTTIN, Ange. « Analyse de la conférence de Marcel Berger au séminaire Histoires de Géométries, année 2008» (AHM 2014), URL Vidéo: http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=1395&ress=4499&video=6532&format=69
Id analyse: b2ff2b1f-a183-4d58-af80-6f2fab6655c9
Id vidéo: 8e599eab-0e02-4bf3-a719-cb97cece7545
Analyse de la conférence de Michel Berger au séminaire Histoires de Géométries, année 2008, portant sur les rapports entre la géométrie et l'imagination.