Ni Dieu ni Maître : les Réseaux. CASTELLS, Manuel

Chapitre

Titre: Présentation par Michel WIEVIORKA
Durée: 00:05:30   [00:00:00 > 00:05:30]
Genre: Conférence filmée
Michel WIEVIORKA présente Manuel CASTELLS et le Collège d'Etutes Mondiales de la FMSH.
Titre: Introduction d'Alain TOURAINE
Durée: 00:08:50   [00:05:30 > 00:14:20]
Genre: Conférence filmée
Le sociologue Alain TOURAINE introduit Manuel CASTELLS et le sujet de la conférence.
Titre: Conférence de Manuel CASTELLS
Durée: 01:30:00   [00:14:20 > 01:44:21]
Genre: Conférence filmée
Manuel CASTELLS explique en quoi les transformations de la communication et de son environnement agit sur la société, et plus particulièrement en quoi elles sont propices aux mouvements politiques et sociaux.
Titre: Discussion
Durée: 00:33:01   [01:44:21 > 02:16:20]
Genre: Conférence filmée
Discussion autour de divers thèmes avec Manuel CASTELLS.

4 chapitres.
Titre: Ni Dieu ni Maître : les Réseaux
Sous-titre: Conférence de Manuel CASTELLS
Auteur(s): CASTELLS, Manuel
Durée: 02:16:20
Date de réalisation: 28/06/2011
Lieu de réalisation: Maison de l'Amérique latine, 217 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris, France
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
"Ni Dieu Ni Maître" est la première conférence de la Chaire "Analyse Interdisciplinaire de la Société en Réseaux" de Manuel CASTELLS au sein du Collège d'Etudes Mondiales, développée par la Fondation Maison des Sciences de l'Homme.
Manuel CASTELLS a analysé les transformations des rapports de pouvoir à partir de la transformation organisationnelle, culturelle, et technologique de la communication. En effet, selon le sociologue, on observe depuis 20 ans un avènement de ce qu’il appelle « l’auto-communication de masse », nouvelle forme de communication qui s’articule avec la communication de masse traditionnelle. Il s’agit de l’émission de messages d’un groupe à un autre de manière interactive, multimodale, en temps choisi et à la fois de manière locale et globale : diffusion du message localement qui pouvant être transmis internationalement de la même manière. Ce grâce à ce que CASTELLS appelle la « galaxie Internet » : réseaux sociaux, social medias, Internet, communication mobile. L’articulation entre ces deux types de communication se fait au moyen de nouvelles pratiques comme le journalisme citoyen et l’interactivité naissante et grandissante entre les citoyens et les médias traditionnels : plateformes ouvertes aux vidéos d’évènements filmées par des amateurs disponibles rapidement sur la plateforme. Les mouvements sociaux récents comme le Printemps Arabe en est un exemple concret. D’un point de vue sociologique, ces transformations de la communication ont des effets sur les mouvements sociaux et politiques notamment dans la capacité de mobilisation (exemples : Green Party en Allemagne, Mouvement Global contre la Globalisation Injuste, los Indignados, campagnes politiques autonomes). Manuel CASTELLS en conclue que l’essentiel est de prêter attention aux mouvements en quête de ce qu’ils veulent, qui se cherchent, car ce sont des mouvements qui, s’ils semblent insignifiants encore à l’œil des politiques, ont les moyens à l’heure actuel de se donner les moyens de (se) rassembler, et de se faire connaître pour se mobiliser. En somme, ces réseaux local-global de l’auto-communication de masse sont en train de changer les pratiques de communication et surtout d’action des citoyens.
Sujet: Sujet
Topique: réseaux sociaux
Autre formulation du sujet: social networks
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Approbation ; Argumentation ; Bilan historique ; Critique ; Désapprobation ; Discussion ; Evaluation critique' ; Exemplification ; Explication ; Exposé historique ; Hypothèse ; Interprétation ; Interrogation ; Narration ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Suggestion
Type: Livre
Auteur: CASTELLS, Manuel
Url: http://www.fayard.fr/livre/fayard-147472-La-Galaxie-Internet-Manuel-Castells-hachette.html
L'auteur : Manuel Castells, né en 1942, est professeur de sociologie et titulaire de la chaire du Centre des études sur l'Europe occidentale à l'université de Californie, Berkeley, où il fut nommé en 1979. Il a publié une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels "Luttes urbaines" (1975), "La Crise économique et la société américaine" (1976), "La ville, la démocratie, le socialisme" (1982), et, chez Fayard, les trois tomes de "L'Ere de l'information : La Société en réseaux" (1998 et nouv. éd. 2001), "Le Pouvoir de l'identité" (1999) et "Fin de millénaire" (1999). Essai d'analyse et d'interprétation du bouleversement subi par l'économie, la politique et la société du fait de l'introduction d'Internet, par une étoile montante de la sociologie, spécialiste mondialement connu de la société en réseaux.
Type: Livre
Auteur: CASTELLS, Manuel
Url: http://www.fayard.fr/livre/fayard-135681-La-societe-en-reseaux-Tome-1-L-Ere-de-l-information-Manuel-Castells-hachette.html
Sous l'effet d'une révolution technologique considérable - l'invention du microprocesseur et la diffusion de la micro-informatique -, le monde a profondément changé : l'économie, bien sûr, mais aussi les conditions de travail, le rapport au temps, à l'histoire, à soi et à l'autre. Et c'est une société entièrement nouvelle qui se met en place sous nos yeux : la société en réseaux. A la verticalité des hiérarchies succède l'horizontalité de la communication ; à l'autorité des pouvoirs en place, la légitimité de l'initiative et de la réussite ; à l'uniformité industrielle, la diversification des relations de travail ; à un univers d'états, le flux des marchandises et les signes d'un capitalisme triomphant. Est-il possible de donner un sens à ce qui nous apparaît aujourd'hui comme un épouvantable chaos ? Cette édition revue et augmentée contient, outre l'actualisation de toutes les données chiffrées, de nouveaux développements sur les phénomènes qui sont apparus ou se sont amplifiés ces dernières années : la constitution d'Internet, la généralisation de son utilisation et ses conséquences ; les progrès de la génétique et le problème moral posé par le clonage humain ; la globalisation des marchés financiers, des échanges de biens et services et de la production ; la « nouvelle économie » et sa gestion politique.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour spécialistes
Etudes de communication, sociologie, sciences politiques, sciences humaines
Type: Niveau Doctorat
Public cible: Pour spécialistes
Etudes de communication, sociologie, sciences politiques, sciences humaines
Type: Niveau Master
Public cible: Pour spécialistes
Etudes de communication, sociologie, sciences politiques, sciences humaines
Type: Niveau Post-Doctorat
Public cible: Pour spécialistes
Etudes de communication, sociologie, sciences politiques, sciences humaines
CASTELLS, Manuel. "Ni Dieu Ni Maître", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2142, 2011, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2142/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Le producteur de cette ressource audiovisuelle (documentaire audiovisuel, enregistrement audiovisuel, ...) est l'ESCoM (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias) à la FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, 2011.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: Analyse du document "Ni Dieu Ni Maître"
Sous-titre: Analyse pour portail FMSH-AAR
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: MARAGLIA, Laura. "Analyse du document "Ni Dieu Ni Maître"". Analyse de base de l'ensemble de la vidéo source découpée "Ni Dieu Ni Maître: les réseaux", 2012, ArchivesAudiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2142, 2011, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2142/
Id analyse: b8e0b3bb-353a-4348-b8c5-636ab42d1025
Id vidéo: 9c69a264-c9b9-4046-8ec5-21bc335da420
Analyse de la conférence dans l'optique d'une possible utilisation du document par des étudiants, doctorants, chercheurs ou spécialistes de la sociologie et/ou de la communication.
Selon Manuel CASTELLS, nous ressentons notre environnement social par rapport à notre environnement de communication, c’est-à-dire à l’heure actuelle et de manière globale, à travers la communication de masse. Or, depuis une vingtaine d’années est observé l’avènement de ce que le sociologue appelle « l’auto-communication de masse », soit l’envoi de message d’un nombre à un autre, sous différentes formes, en temps choisis, et aussi en diffusion locale ou globale. Il y a une articulation entre ces deux systèmes de communication, que l'on a pu observer notamment grâce au développement de l’interactivité entre les médias traditionnels et les citoyens : journalisme citoyen, plateformes de contenu disponibles en temps voulu, etc. Le développement des réseaux sociaux, plateformes de communication dite « sociales » car elles permettent à des groupes de se réunir virtuellement. De ce fait, l’auto-communication de masse permet de se créer un réseau et donc de diffuser des messages, comme expliqué précédemment. Naturellement, cela a des conséquences sur la capacité de mobilisation sociale et politique, les idées étant partagées localement et globalement à des moments choisis (propices ou non au développement d’un mouvement). Ces mouvements sociaux comme le dit Manuel CASTELLS, sont des mouvements d’idées, sans réelle organisation et qui agissent sur les valeurs ou les manières de faire et de penser d’une société. Ainsi, on peut citer par exemple les mouvements pour la reconnaissance de l’importance du changement climatique, pour lesquels on a observé un réel changement dans la manière de penser de la société (élus européens de groupes politiques écologistes, prévention importante, diffusion de messages à ce sujet de la part des gouvernements, …). Sans l’auto-communication de masse, le moyen de développer le sujet sur une grande échelle serait du lobby auprès des médias traditionnels, des institutions, des associations, ou de très petits groupes et peut-être pas aussi « global ». Or ici, ces mouvements se sont révélés efficaces car les interventions sur Internet de la part des spécialistes tels des scientifiques, l’intervention de personnalités célèbres mais aussi le choix des journalistes de traiter de tels sujets ont permis à ce thème d’être mis en avant. Sans quoi, il n’appartient qu’aux médias de masse et aux gouvernements de diffuser ces messages ou non. Mais selon Manuel CASTELLS, ces mouvements du « dessous » ne font réellement surface qu’à un moment opportun où l’indignation générale ne peut plus être contenue. Le sociologue parle d’"étincelle". Puis, l’essentiel à cette "étincelle" de révolte, c’est de pouvoir dépasser la peur et de se révolter. Or, lorsque nous sommes dans un groupe nous n’avons plus peur, on peut trouver soutien et approbation au sein de la communauté. C’est là que naissent les révoltes, soit les mouvements sociaux, ou sociopolitiques. Avec des exemples concrets comme le cas de l’Egypte pendant les révolutions Arabes, M. CASTELLS prouve que l’auto-communication de masse est impossible à contrôler et difficile à surveiller. Les tentatives de coupure de l’Internet n’ont pas totalement réussi. Cela prouve donc l’impossibilité de contrôler ce qu’il se passe sur Internet, mais aussi que les personnes au pouvoir ont pris conscience de l’auto-communication de masse et du pouvoir qu’elle peut avoir.