Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La fabrique des représentations (2/2). BESSA Karla, MARTINS BRESCIANA Maria Stella, PONTES Heloisa, SCHPUN Monica Raisa, ZALC Claire

Chapitre

Titre: Perdus, marginaux et exotiques. Narratives filmiques et modes de représentation des altérités et des frontières par Karla BESSA
Durée: 00:29:45   [00:00:00 > 00:29:45]
Karla BESSA est chercheuse à l’Université Campinas de Sao Paulo, au Brésil. Cet exposé est effectué en portugais. Le cinéma est ici envisagé comme un moyen de reconnaissance de l’altérité, et donc par là même comme une alternative à un partage entre cultures rendu difficile par une série d’obstacles prenant place dans les grands centres urbains (telles que la religion, le rythme, l’organisation des relations de genre…). Karla BESSA propose ainsi d’analyser 4 films brésiliens : Terra Estrangeira ( « Terre étrangère », Salles et Thomas, 1992), Dois perdidos numa noite suja (« Deux perdus dans une nuit sale », José Joffily, 2002), Deserto feliz (« Desert heureux », Pedro Caldas, 2007) et Olhos azuis (« Des yeux bleus », José Joffily, 2009), qui traitent tous du sujet délicat des frontières nationales et culturelles et qui présentent des personnages socialement marginalisés, vivant des situations traversées par de sérieux conflits culturels. Cette présentation vise donc à analyser les films en tant qu’œuvres, et en tant que moyens de représenter l’altérité. En ce qui concerne le débat sur migration et exotisme, cette contribution s’appuie sur les modes de spectacularisation de l’image que nous avons de nous-même et que nous faisons de l’autre. Après s’être attaché à analyser les quatre films à partir de leurs trames narratives respectives, Karla BESSA explique que le principal dénominateur commun est une vision désenchantée du Brésil et du multiculturalisme. Ces exemples seraient en fait une critique de la modernité en tant que moyen privilégié de se rapprocher de l’autre, (notamment grâce à l’émergence du tourisme, du développement des moyens de transport…). Ces films semblent également indiquer que les allers-retours induits par cette modernité ne sont pas simplement des déplacements dans l’espace, mais aussi des mouvements culturels ayant de fortes implications pour les individus. Par ailleurs, ils ne sont pas porteurs d’une vision humaniste, mais considèrent au contraire que des égalités et différences persistent entre habitants du sud et du nord du Brésil. En somme, ces quelques éléments sont des exemples de constructions de visions de l’altérité par le cinéma.
Titre: Débat avec les participantes de la matinée
Durée: 01:10:35   [00:29:45 > 01:40:20]
Question 1 : La question 1 est adressée à la fois à Claire ZALC, à Maria Stella MARTINS BRESCIANA, et à Heloisa PONTES. Elle cherche à en savoir plus sur les commerçants étrangers installés à Paris -leur nom révèle-t-il une ascension sociale ?- et aussi de savoir si un dialogue entre São Paulo et d’autres villes brésiliennes existait. Enfin, elle se demande s’il est possible de comparer les cultures urbaines de São Paulo et de Rio de Janeiro? Question 2 : Karla BESSA réagit à un fait pointé par Maria Stella MARTINS BRESCIANA. Cette dernière met en évidence une construction de la part d’intellectuels brésiliens, ayant théorisé dans les années 1960-1970 un refoulement de l’identité brésilienne, en raison d’une supposée « infériorité » de celle-ci. Pour Karla BESSA, ce sentiment a dépassé le cadre de l’université, puisqu’il est repérable dans les personnages ayant quitté le Brésil et s’étant installés à l’étranger. Question 3 : Helena HIRATA pointe le fait que le thème du travail est absent des exposés des intervenantes. La migration à laquelle elles se réfèrent est toutefois une migration de travail. Comment le travail apparait-il dans les terrains de recherche de ces chercheuses? Question 4 : Adressée à Claire ZALC, cette question porte sur la distance entre l’image « traditionnelle » du quartier de Belleville et le fait qu’il soit par ailleurs un quartier d’accueil des nouveaux migrants. Question 5 : Elle aborde la question du travail, en demandant si les représentations de l’étranger étaient associées à des métiers. Par ailleurs, elle cherche à savoir s’il n’y a pas un lien entre les individus qui fréquentent un quartier et la construction de sa représentation. Question 6 : N’y aurait-il pas un double mouvement d’exotisation (de la part du groupe majoritaire, et des populations migrantes elles-mêmes)? Question 7 : Dans l’histoire, y-a-t-il des exemples d’emprunts d’identités étrangères? Question 8 : Karla BESSA veut savoir si Claire ZALC a trouvé, dans la culture visuelle, des images critiquant la promotion de l’intégration qu’elle a trouvées.

2 chapitres.
  • Karla BESSA est chercheuse à l’Université Campinas de Sao Paulo, au Brésil. Cet exposé est effectué en portugais. Le cinéma est ici envisagé comme un moyen de reconnaissance de l’altérité, et donc par là même comme une alternative à un partage entre cultures rendu difficile par une série d’obstacles prenant place dans les grands centres urbains (telles que la religion, le rythme, l’organisation des relations de genre…). Karla BESSA propose ainsi d’analyser 4 films brésiliens : Terra Estrangeira ( « Terre étrangère », Salles et Thomas, 1992), Dois perdidos numa noite suja (« Deux perdus dans une nuit sale », José Joffily, 2002), Deserto feliz (« Desert heureux », Pedro Caldas, 2007) et Olhos azuis (« Des yeux bleus », José Joffily, 2009), qui traitent tous du sujet délicat des frontières nationales et culturelles et qui présentent des personnages socialement marginalisés, vivant des situations traversées par de sérieux conflits culturels. Cette présentation vise donc à analyser les films en tant qu’œuvres, et en tant que moyens de représenter l’altérité. En ce qui concerne le débat sur migration et exotisme, cette contribution s’appuie sur les modes de spectacularisation de l’image que nous avons de nous-même et que nous faisons de l’autre. Après s’être attaché à analyser les quatre films à partir de leurs trames narratives respectives, Karla BESSA explique que le principal dénominateur commun est une vision désenchantée du Brésil et du multiculturalisme. Ces exemples seraient en fait une critique de la modernité en tant que moyen privilégié de se rapprocher de l’autre, (notamment grâce à l’émergence du tourisme, du développement des moyens de transport…). Ces films semblent également indiquer que les allers-retours induits par cette modernité ne sont pas simplement des déplacements dans l’espace, mais aussi des mouvements culturels ayant de fortes implications pour les individus. Par ailleurs, ils ne sont pas porteurs d’une vision humaniste, mais considèrent au contraire que des égalités et différences persistent entre habitants du sud et du nord du Brésil. En somme, ces quelques éléments sont des exemples de constructions de visions de l’altérité par le cinéma.
  • Question 1 : La question 1 est adressée à la fois à Claire ZALC, à Maria Stella MARTINS BRESCIANA, et à Heloisa PONTES. Elle cherche à en savoir plus sur les commerçants étrangers installés à Paris -leur nom révèle-t-il une ascension sociale ?- et aussi de savoir si un dialogue entre São Paulo et d’autres villes brésiliennes existait. Enfin, elle se demande s’il est possible de comparer les cultures urbaines de São Paulo et de Rio de Janeiro? Question 2 : Karla BESSA réagit à un fait pointé par Maria Stella MARTINS BRESCIANA. Cette dernière met en évidence une construction de la part d’intellectuels brésiliens, ayant théorisé dans les années 1960-1970 un refoulement de l’identité brésilienne, en raison d’une supposée « infériorité » de celle-ci. Pour Karla BESSA, ce sentiment a dépassé le cadre de l’université, puisqu’il est repérable dans les personnages ayant quitté le Brésil et s’étant installés à l’étranger. Question 3 : Helena HIRATA pointe le fait que le thème du travail est absent des exposés des intervenantes. La migration à laquelle elles se réfèrent est toutefois une migration de travail. Comment le travail apparait-il dans les terrains de recherche de ces chercheuses? Question 4 : Adressée à Claire ZALC, cette question porte sur la distance entre l’image « traditionnelle » du quartier de Belleville et le fait qu’il soit par ailleurs un quartier d’accueil des nouveaux migrants. Question 5 : Elle aborde la question du travail, en demandant si les représentations de l’étranger étaient associées à des métiers. Par ailleurs, elle cherche à savoir s’il n’y a pas un lien entre les individus qui fréquentent un quartier et la construction de sa représentation. Question 6 : N’y aurait-il pas un double mouvement d’exotisation (de la part du groupe majoritaire, et des populations migrantes elles-mêmes)? Question 7 : Dans l’histoire, y-a-t-il des exemples d’emprunts d’identités étrangères? Question 8 : Karla BESSA veut savoir si Claire ZALC a trouvé, dans la culture visuelle, des images critiquant la promotion de l’intégration qu’elle a trouvées.
Titre: Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La fabrique des représentations (2/2)
Sous-titre: Session I, Partie 2
Auteur(s): BESSA Karla, MARTINS BRESCIANA Maria Stella, PONTES Heloisa, SCHPUN Monica Raisa, ZALC Claire
Durée: 01:23:09
Date de réalisation: 08/12/2011
Lieu de réalisation: Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, France
Langue(s): Français ; Português
Cette première matinée du colloque international « Migrations et dynamiques urbaines » vise à étudier des représentations liées aux thèmes de l'« Exotisation » des populations et de la « Folklorisation » des espaces.
Ce colloque « Migrations et dynamiques urbaines » se centre sur l’étude des phénomènes d’ « exotisation » -en tant que production d’inégalités- créés à l’intersection des flux migratoires et de la présence d’immigrés dans les espaces urbains. Plus particulièrement, cette matinée d’ouverture se centre sur la création de représentations liées à ces enjeux. Ainsi, Karla BESSA cherchera à analyser la construction de la représentation de l’altérité à travers quatre films brésiliens. La première partie de ce colloque sera ensuite clôturée par une série de questions posées à l’ensemble des intervenantes de la matinée.
Sujet: Pays
Topique: Brésil
Pays: France
Mots-clés: représentations, migrations, villes, sciences sociales, altérité, Brésil
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Description ; Exemplification ; Explication ; Interprétation ; Exposé spécialisé
La première partie de ce colloque international vise à étudier la construction de représentations liées aux processus de migrations et aux dynamiques urbaines. Ainsi, l'historienne Karla BESSA étudie ces thèmes à travers l'exemple de quatre films brésiliens.
Sujet: Sujet
Topique: Cinéma brésilien
Mots-clés: cinéma brésilien, représentations, altérité, histoire
Localisation spatiale du sujet: Brésil
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Description ; Exemplification ; Explication ; Interprétation ; Exposé spécialisé
L'historienne Karla BESSA cherche à analyser la construction des représentations de l'altérité à travers une sélection de quatre films brésiliens.
Sujet: Sujet
Topique: Migrations et dynamiques urbaines
Mots-clés: système mutliculturel, migrations, villes, histoire, Brésil, cinéma
Localisation spatiale du sujet: Brésil
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C. ; XXe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Description ; Exemplification ; Explication ; Interprétation ; Exposé spécialisé
Ce colloque international, visant à éclairer les phénomènes de migrations et les dynamiques urbaines du point de vue des sciences sociales, aborde d'une manière plus large la thématique globale des systèmes multiculturels. L'historienne Karla BESSA aborde cette dernière à travers l'entrée du cinéma brésilien.
Nom: BESSA
Prénom: Karla
Rôle: Intervenants avec communication
Fonction: Chercheur en histoire
Adresse: Sao Paulo, BRESIL
Karla Bessa est chercheur en histoire au Centre pour l'égalité des études-PAGU / UNICAMP, Université Campinas, Sao Paulo, BRESIL.
Nom: MARTINS BRESCIANI
Prénom: Maria Stella
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Enseignante en histoire
Adresse: Sao Paulo, BRESIL
Maria Stella MARTINS BRESCIANI est enseignante en histoire, Université de Campinas, Sao Paulo, BRESIL.
Nom: PARADISO
Prénom: Frédéric
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Réalisateur
Adresse: Paris, FRANCE
Frédéric PARADISO est réalisateur, LT Productions, Paris, FRANCE.
Nom: PONTES
Prénom: Heloisa
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Enseignante en Anthropologie
Adresse: Sao Paulo, BRESIL
Heloisa PONTES est enseignante, département d’Anthropologie de l’Unicamp ; chercheuse, Pagu - Nucleo de Estudos de Genero/Unicamp, Sao Paulo, BRESIL.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Recherches en histoire et en atnhropologie sur les représentations liées aux mouvements migratoires et aux villes.
BESSA Karla, MARTINS BRESCIANA Maria Stella, PONTES Heloisa, SCHPUN Monica Raisa, ZALC Claire. « Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La fabrique des représentations (2/2) », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2163, 2011, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2163/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© PARADISO, Frédéric, réalisateur, LT Productions, Paris, FRANCE © DE PABLO, Elisabeth, Responsable éditorial, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © CHAVE, Juliette, réalisatrice, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BESSA, Karla, chercheur en histoire au Centre pour l'égalité des études-PAGU / UNICAMP, Université Campinas, Sao Paulo, BRESIL, 2011 © MARTINS BRESCIANA, Maria Stella, enseignante, Université de Campinas, Sao Paulo, BRESIL, 2011 © PONTES, Heloisa, enseignante, département d’Anthropologie de l’Unicamp ; chercheuse, Pagu - Nucleo de Estudos de Genero/Unicamp, Sao Paulo, BRESIL, 2011 © SCHPUN, Mônica Raisa, Directrice éditoriale de la revue Brésil(s). Sciences humaines et sociales. Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain (CRBC-Mondes Américains/EHESS), Paris, FRANCE, 2011 © ZALC Claire, chargée de recherches, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS-ENS), Paris, FRANCE, 2011
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse générale de la vidéo " Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La fabrique des représentations (2/2) "
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse générale de la vidéo «Colloque « Migrations et dynamiques urbaines » : La fabrique des représentations (2/2) » (Portail AGORA, 2014): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: bb0a8b0f-6796-494f-bf93-28da741f0178
Id vidéo: b1d1b350-a56c-41e1-8469-72620055e07b
Analyse générale de l’ouverture du colloque international « Migrations et dynamiques urbaines « Exotisation » des populations et « Folklorisation » des espaces »