Description de langues d’Amazonie (Émérillon et Trinitario) : une perspective typologique et comparative. ROSE, Françoise

Chapitre

Titre: Parcours intellectuel
Durée: 00:04:27   [00:00:00 > 00:04:27]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Françoise Rose revient sur son parcours intellectuel. Après avoir suivi des études de linguistique à l’université Lumière Lyon II, elle s’est d’abord intéressée à la langue mongole, puis au turc. C’est grâce à un programme de description des langues mis en place par l’université de Cayenne, Guyane, qu’elle s’est ensuite tournée vers l’Amérique du Sud, et principalement vers la langue émérillon, de la famille tupi-guarani. Récemment, elle a choisi d’étudier en parallèle une seconde langue de la famille arawak, le mojeño trinitario.
Titre: L’émérillon
Durée: 00:21:14   [00:04:27 > 00:25:41]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
L’émérillon, ou teko, est une langue de la famille tupi-guarani,parlée dans deux zones de la Guyane française. Bien que tous les Émérillons parlent émérillons, ils sont peu nombreux, environ 400 en 2007. Françoise Rose nous propose d’écouter un texte en émérillon, lu par une locutrice. L’émérillon a des sonorités et une prosodie qui lui sont propres, c’est également une langue fortement agglutinante, voir polysynthétique. En s’appuyant sur un diaporama, Françoise Rose nous présente de façon synthétique, le système de nasalité phonologique. Elle a notamment remarqué qu’il s’agissait d’une langue avec une morphosyntaxe, le sujet et l’objet sont indexés au verbe. Visuel : - carte de répartition des langues en Guyane française. - carte de la zone d’extension de la famille de langue Tupi-guarani. - Système de nasalité phonologique. - Texte émérillon en alphabet phonétique international et en français. Sonore : - Texte en émérillon sur la description d’un livre d’image.
Titre: Le mojeño trinitario
Durée: 00:12:59   [00:25:41 > 00:38:40]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Le mojeño est parlé par les Mojo et se divise en deux dialectes, le trinitario et l’ignaciano. Autrefois, le mojeño se déclinait en deux autres dialectes supplémentaires, le javierno et le loretano, mais ils sont aujourd’hui éteints. Il existe déjà des descriptions, des dictionnaires et une grammaire de l’ignaciano, mais presque aucun travail n’a été fait sur le trinitario. Les locuteurs sont relativement nombreux, plus de vingt milles, et les deux dialectes font partis des langues officielles de Bolivie, cependant, parmi les jeunes générations (moins de 30 ans), les locuteurs sont de moins en moins nombreux, au profit de l’espagnol. Le gouvernement Bolivien encourage pourtant l’apprentissage de ces langues, en éditant notamment des livres. Visuel : - Carte des langues de Bolivie amazonienne. - Carte de diffusion du mojeño en Amérique du Sud. - Texte mojeño, en mojeño et en espagnol. Sonore : - Texte en mojeño, lu par un locuteur.
Titre: Intérêts de la description de l’émérillon et du trinitario
Durée: 00:08:50   [00:38:40 > 00:47:30]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Françoise Rose, avec d’autres linguistes travaillant sur la Bolivie amazonienne, tente de mettre en place un réseau d’échange. En partenariat avec Antoine Guillaume, elle a entre autre organisé un colloque qui a permi de réunir ces linguistes et de partager leurs recherches. En mettant en parallèle leurs recherches, ils sont parvenus, par exemple, à identifier des similitudes, comme les morphèmes causatifs associatifs, entre des langues de familles différentes. Ces particularités n’étant pas issues d’une famille de langue en générale, cela prouve que les langues concernées ont été en contact.
Titre: L’enseignement de ces langues
Durée: 00:02:43   [00:47:30 > 00:50:13]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Dans le milieu scolaire guyanais, il existe des médiateurs bilingues qui permettent aux enfants d’effectuer une transition plus souple entre leurs langues maternelles et le français. Ce qui est le cas pour la langue émérillon. Dans le collège du village de Camopi, les élèves sont également encouragés à écrire dans leur langue. En Bolivie, le mojeño trinitario fait partie du programme de l’éducation nationale, mais dans la pratique, les moyens ne sont pas suffisants, et il n’y a pas assez de professeurs.
Titre: Premiers résultats sur la langue mojeño trinitario
Durée: 00:08:18   [00:50:13 > 00:57:04]
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Françoise Rose a réalisé deux études de terrain, de deux mois chacune. Les grammaires existantes sur les dialectes voisins et d’autres langues de la famille arawak, ainsi que les travaux historique d’un missionnaire du XVIIe siècle sur la langue mojo, permettent à Françoise Rose d’expliquer certaines des particularités de la langue mojeño trinitario. En comparant les travaux sur la langue du XVIIe siècle avec la langue telle qu’elle existe aujourd’hui, il est possible d’identifier des glissements phonétiques ou des modifications de la grammaire.

6 chapitres.
  • Entretien filmé. Françoise Rose revient sur son parcours intellectuel. Après avoir suivi des études de linguistique à l’université Lumière Lyon II, elle s’est d’abord intéressée à la langue mongole, puis au turc. C’est grâce à un programme de description des langues mis en place par l’université de Cayenne, Guyane, qu’elle s’est ensuite tournée vers l’Amérique du Sud, et principalement vers la langue émérillon, de la famille tupi-guarani. Récemment, elle a choisi d’étudier en parallèle une seconde langue de la famille arawak, le mojeño trinitario.
  • Entretien filmé. L’émérillon, ou teko, est une langue de la famille tupi-guarani,parlée dans deux zones de la Guyane française. Bien que tous les Émérillons parlent émérillons, ils sont peu nombreux, environ 400 en 2007. Françoise Rose nous propose d’écouter un texte en émérillon, lu par une locutrice. L’émérillon a des sonorités et une prosodie qui lui sont propres, c’est également une langue fortement agglutinante, voir polysynthétique. En s’appuyant sur un diaporama, Françoise Rose nous présente de façon synthétique, le système de nasalité phonologique. Elle a notamment remarqué qu’il s’agissait d’une langue avec une morphosyntaxe, le sujet et l’objet sont indexés au verbe. Visuel : - carte de répartition des langues en Guyane française. - carte de la zone d’extension de la famille de langue Tupi-guarani. - Système de nasalité phonologique. - Texte émérillon en alphabet phonétique international et en français. Sonore : - Texte en émérillon sur la description d’un livre d’image.
  • Entretien filmé. Le mojeño est parlé par les Mojo et se divise en deux dialectes, le trinitario et l’ignaciano. Autrefois, le mojeño se déclinait en deux autres dialectes supplémentaires, le javierno et le loretano, mais ils sont aujourd’hui éteints. Il existe déjà des descriptions, des dictionnaires et une grammaire de l’ignaciano, mais presque aucun travail n’a été fait sur le trinitario. Les locuteurs sont relativement nombreux, plus de vingt milles, et les deux dialectes font partis des langues officielles de Bolivie, cependant, parmi les jeunes générations (moins de 30 ans), les locuteurs sont de moins en moins nombreux, au profit de l’espagnol. Le gouvernement Bolivien encourage pourtant l’apprentissage de ces langues, en éditant notamment des livres. Visuel : - Carte des langues de Bolivie amazonienne. - Carte de diffusion du mojeño en Amérique du Sud. - Texte mojeño, en mojeño et en espagnol. Sonore : - Texte en mojeño, lu par un locuteur.
  • Entretien filmé. Françoise Rose, avec d’autres linguistes travaillant sur la Bolivie amazonienne, tente de mettre en place un réseau d’échange. En partenariat avec Antoine Guillaume, elle a entre autre organisé un colloque qui a permi de réunir ces linguistes et de partager leurs recherches. En mettant en parallèle leurs recherches, ils sont parvenus, par exemple, à identifier des similitudes, comme les morphèmes causatifs associatifs, entre des langues de familles différentes. Ces particularités n’étant pas issues d’une famille de langue en générale, cela prouve que les langues concernées ont été en contact.
  • Entretien filmé. Dans le milieu scolaire guyanais, il existe des médiateurs bilingues qui permettent aux enfants d’effectuer une transition plus souple entre leurs langues maternelles et le français. Ce qui est le cas pour la langue émérillon. Dans le collège du village de Camopi, les élèves sont également encouragés à écrire dans leur langue. En Bolivie, le mojeño trinitario fait partie du programme de l’éducation nationale, mais dans la pratique, les moyens ne sont pas suffisants, et il n’y a pas assez de professeurs.
  • Entretien filmé. Françoise Rose a réalisé deux études de terrain, de deux mois chacune. Les grammaires existantes sur les dialectes voisins et d’autres langues de la famille arawak, ainsi que les travaux historique d’un missionnaire du XVIIe siècle sur la langue mojo, permettent à Françoise Rose d’expliquer certaines des particularités de la langue mojeño trinitario. En comparant les travaux sur la langue du XVIIe siècle avec la langue telle qu’elle existe aujourd’hui, il est possible d’identifier des glissements phonétiques ou des modifications de la grammaire.
Titre: Description de langues d’Amazonie (Émérillon et Trinitario) : une perspective typologique et comparative
Auteur(s): ROSE, Françoise
Durée: 00:57:04
Date de réalisation: 21/06/2007
Lieu de réalisation: Fondation Maison des Sciences de l'Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Dans cet entretien, Françoise Rose, chargée de recherche au CNRS et rattachée au Centre d’Etude des Langues Indigènes d’Amérique (CELIA), revient sur son travail de description de deux langues à tradition orale et en danger : l’émérillon (famille de langue tupi-guarani de Guyane française) et le mojeño trinitario (famille de langue arawak parlé dans les basses terres de Bolivie). Elle nous décrit ces deux langues à travers leur morphosyntaxe, et nous en présente quelques exemples phonologiques et sémantiques. Par ailleurs, elle développe quelques thèmes de recherche sur le plan typologique et aréal, et nous décrit l’état actuel de l’enseignement de ces langues sur places.
Docteur de l’Université en Sciences du Langage, Françoise Rose est chargée de recherches (CR2) au CNRS, rattachée au Centre d'Etudes des Langues Indigènes d'Amérique (CELIA) , à Villejuif. Elle est co-responsable du programme Saillance du CELIA (2006-2009), membre du projet financé par l'ANR Afrique Amérique Latine Langues En Danger (AALLED) , membre du Groupe d'étude sur les langues d'Amérique Latine du Laboratoire Dynamique Du Langage (DDL) . Elle a également participé au programme Syntaxe des Langues d'Amazonie du laboratoire CELIA. Dans cet entretien, Françoise Rose revient sur son travail de description de deux langues à tradition orale et en danger : l’émérillon (famille de langue tupi-guarani de Guyane française) et le mojeño trinitario (famille de langue arawak parlé dans les basses terres de Bolivie). Elle nous décrit ces deux langues à travers leur morphosyntaxe, et nous en présente quelques exemples phonologiques et sémantiques. Par ailleurs, elle développe quelques thèmes de recherche sur le plan typologique et aréal, et nous décrit l’état actuel de l’enseignement de ces langues sur places.
Sujet: Les langues du monde
Topique: Emérillon
Langue: Mojeño Trinitario
Mots-clés: langue ; langue amérindienne ; emérillon ; trinitario ; amérique du sud ; bolivie ; guyane français ; amazonie ;
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
L'émerillon, de la famille des langues tupi-guaraní, est parlé dans l'Ouest de la Guyane française, uniquement. L'émerillon compte quatre cents locuteurs, ce sont les Teko. Le trinitario, de la famille des langues arawaks, est lui parlée dans toute la région amazonienne et en Bolivie. On estime le nombre de locuteurs à environ cinq milles personnes.
Sujet: Les familles, groupes, ... des langues du monde
Topique: Langues tupi-guarani
Famille, groupe, branche, ... (ling.): Langues arawakiennes
Mots-clés: amérique du sud ; langue amérindienne ; famille arawak ; famille tupi-guarani ;
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
Les langues amérindiennes correspondent à l'ensemble de langues indigènes du continent américain. Les branches issues de cette famille ne sont pas toutes apparentées. Parmi ces dernières, qui sont environ cent cinquante, on trouve le famille tupi-guaraní et la famille arawak. La famille de langues tupi-guaraní s'étend le long des grands fleuves de l'est de l'Amérique du Sud (Paraguay, Panama, Uruguay, Amazonie), c'est la famille de langue la plus étendue au Sud du continent. La famille arawak, elle, est dispersée sur le sud du continent et dans les Antilles. Récemment, un transfert de population a déplacé cette famille en Amérique centrale.
Sujet: Linguistique et langues
Topique: Linguistique
Domaine: Linguistique typologique
Mots-clés: linguistique ; évolution des langues ; langue amérindienne ; tupi-guarani ; arawak ; émerillon ; trinitario
Localisation temporelle du sujet: XXIe siècle ap. J.-C.
Aspects rhétoriques et discursifs: Entretien
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour spécialistes
Présentation de recherches linguisitiques sur deux langues peu étudiées.
Type: Enseignement supérieur
Public cible: Pour spécialistes
Présentation linguisitique de deux langues amérindiennes peu étudiées.
ROSE, Françoise. " Description de langues d’Amazonie (Émérillon et Trinitario) : une perspective typologique et comparative ", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1061, 2007, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1061/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© FILLON, Richard, ESCoM-FMSH, Paris, 2007
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© ROSE, Françoise, Chargée de Recherches, CELIA-CNRS, Paris, 2007 © DE PABLO, Elisabeth, Ingénieur de Recherches, ESCoM-FMSH, Paris, 2007
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page "
Titre: Analyse d’un entretien avec Françoise ROSE
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRISA, Oriane. « Analyse d’un entretien avec Françoise ROSE " (Portail ARC, 2014) : http://www.arc.msh-paris.fr/
Id analyse: cd7eddcc-55f8-43cb-b378-11ecc74e13b0
Id vidéo: f9631997-d5e7-48b3-960c-9069f44d2150
Description de l’entretien avec Françoise Rose sur des langues d’Amazonie.