Les défis démographiques de la mondialisation. LE BRAS Hervé

Chapitre

Titre: Introduction par João CARAÇA
Durée: 00:01:25   [00:00:00 > 00:01:25]
Les questions démographiques semblent soulever un nombre important d'enjeux actuels. En ce sens, elles méritent d'être posées et débattues. João CARAÇA, après une très courte introduction, laisse la parole à Olivier BOUIN.
Titre: Présentation par Olivier BOUIN
Durée: 00:04:01   [00:01:25 > 00:05:26]
Langue(s): Français
Le co-directeur du Collège d'Etudes Mondiales rappelle que cette conférence fait partie du cycle de conférences « Tout se transforme », mené en collaboration avec la Fondation Calouste Gulbenkian. Il présente rapidement l'ouvrage d'Hervé LE BRAS et d'Emmanuel TODD, « Le mystère français », analysant l'implication de la France dans le processus de mondialisation. L'historien, démographe et mathématicien Hervé LE BRAS débute ensuite véritablement son exposé.
Titre: Introduction
Durée: 00:00:54   [00:05:26 > 00:06:20]
Cette présentation aborde quatre défis centraux : la population et les risques de surpopulation ; la question des migrations ; celle des subsistances ; la question des vieillissements.
Titre: La population
Durée: 00:20:09   [00:06:20 > 00:26:29]
Les principales projections de population émettent l'hypothèse que la fin de l'explosion démographique serait proche. Si les destins des différents territoires sont contrastés, une stagnation de la population de l'actuelle Union Européenne et des BRICS est probable. En revanche, la population de l'Afrique Subsaharienne devrait doubler dans les prochaines décennies. En effet, l'Afrique jouera un rôle de plus en plus central dans ces prévisions. La poussée démographique, si elle se poursuit, sera le fait de ce continent. Les rapports entre Maghreb et Sahel s'inverseraient, la population de la deuxième région évoluant plus vite que la première. De manière générale, on observe une baisse de la croissance mondiale. Si cette tendance persiste, un équilibre serait atteint aux alentours de 2060, pour diminuer à partir de cette période. Il faut cependant avoir à l'esprit que différentes projections existent, menant à des prévisions parfois contradictoires. Celles de référence sont effectuées par les Nations Unies depuis 1963. Hervé LE BRAS propose d'en examiner certaines, afin de vérifier leur validité. Après l'étude des cas iraniens et français, en vient à la conclusion que l'espace des possibles est très large, en matière de démographie. Il appelle donc à la prudence par rapport à toutes les prévisions faites, fortement variables, sur des temps courts. Il étudie ensuite les prévisions des Nations Unies pour la Chine et pour les Etats-Unis en 2100, afin d'illustrer les liens existant entre idéologie et prévisions démographiques. Enfin, d'un point de vue méthodologique, il précise que la méthode utilisée (par composante) est la même que celle utilisée par Alfred Sauvy dès 1931.
Sujet: Sujet
Topique: Population mondiale
Mots-clés: population mondiale, globalisation, démographie
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Les projections analysées sont récentes et s'attachent à envisager les variations de population dans les prochaines décennies.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Discours didactique ; Explication ; Hypothèse ; Interprétation ; Exposé de méthode ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Hervé LE BRAS analyse dans cette partie les principales projections démographiques au niveau mondial.
Titre: Les migrations
Durée: 00:10:51   [00:26:29 > 00:37:21]
Si un tel accroissement de la population subsaharienne se produit, il est logique de penser que des mouvements migratoires en provenance des pays de cette région auront lieu vers d'autres territoires moins peuplés. Qu'en est-il réellement ? Un institut néerlandais a cherché à savoir où les personnes résidant dans un pays étaient nées. En effet, à part dans le cas français, les institutions internationales considèrent comme migration le fait de résider dans un pays dans lequel on n'est pas né. On s'aperçoit que les migrations se font essentiellement dans les grands blocs continentaux. Les flux entre ces blocs sont en revanche relativement faibles. Pour répondre à la question posée en début de partie, les migrations de l'Afrique vers l'Europe sont faibles à l'échelle mondiale. Hervé LE BRAS dessine donc trois grands blocs migratoires : américain, euro-méditerranéen, et asiatique. Ces migrations intra-blocs contrastent avec l'idée d'un processus plus large de mondialisation. En ce qui concerne les prévisions futures, les Nations Unies prévoient une baisse continue des migrations, pour arriver à un arrêt de celles-ci pour 2100. Hervé LE BRAS rappelle le lien entre idéologie et prévisions, indiquant que les Nations Unies conçoivent les soldes migratoires comme une incohérence, ou un « désordre ». Il signale par ailleurs un mouvement de passage progressif des immigrations à des circulations, où les individus se rendent temporairement dans un pays, pour ensuite repartir ailleurs.
Sujet: Sujet
Topique: Migrations mondiales
Mots-clés: migrations mondiales, démographie, globalisation
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine
L'analyse porte sur des projections de mouvements migratoires futurs.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Description ; Explication ; Hypothèse ; Interprétation ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Le démographe envisage l'évolution des migrations au niveau mondial, dans le contexte de globalisation.
Titre: Les subsistances
Durée: 00:12:46   [00:37:21 > 00:50:07]
Historiquement, la question de la relation entre population et subsistances est posée depuis la fin du XVIIIème siècle par Thomas Malthus. Selon lui, l'augmentation de la population est inévitablement freinée par le plafond des subsistances disponible. Après un arrêt de la croissance et une augmentation de la production de subsistances, l'augmentation de population peut rependre, pour recommencer un cycle similaire. Selon Hervé LE BRAS, cette théorie ne permet pas d'envisager la complexité du système. En effet, la Food and Agriculture Organization (FAO) a montré que la production agricole a augmenté plus vite que la population humaine depuis les années 1950. Le fait qu'une grande partie de la population ne soit pas nourrie ne peut être que partiellement expliqué par une répartition sociale inégalitaire. Il faut aussi prendre en compte les usages de l'agriculture, ce que propose de faire Hervé LE BRAS. Il existe selon lui un problème entre production et consommation, la première étant fort supérieure à la seconde. En effet, une grande partie de la production agricole est destinée à la consommation animale, qui engendre des « pertes ». Les humains consomment ainsi une plus petite part de céréales que les animaux. Ainsi, il apparaît que l'équilibre entre les subsistances et la population ne dépend pas simplement de l'augmentation de cette dernière, mais bien du type de régime alimentaire adopté : si la part accordée à l'alimentation animale était nulle, il serait possible de nourrir 11 milliards d'êtres humains avec la production agricole actuelle. A l'inverse, si l'ensemble de la production était destinée à la consommation de viande, 2 milliards d'humains pourraient être nourris. Le système alimentaire est donc un enjeu essentiel de la relation entre subsistances et populations. Par ailleurs, l'agriculture sert de plus en plus à d'autres usages, comme les biocarburants (liés aux coûts du pétrole). Ainsi, le lien entre population et subsistances dépend moins du nombre de la première que de l'évolution des usages de l'agriculture et du système adopté.
Sujet: Sujet
Topique: Gestion des ressources naturelles
Mots-clés: subsistances, démographie, mondialisation
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
L'analyse se fonde sur des données contemporaines.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Définition ; Explication ; Hypothèse ; Interprétation ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Hervé LE BRAS propose d'étudier les liens entre utilisation des subsistances et évolutions démographiques, dans un contexte glolbalisé.
Titre: Les vieillissements de population
Durée: 00:04:19   [00:50:07 > 00:54:26]
La question du vieillissement est devenue centrale dans bon nombre de débats. Hervé LE BRAS indique cependant que ce n'est pas tant sur celle-ci que sur l'état de santé de ce type de population qu'il faut s'interroger : l'espérance de vie s'allongeant, est-il possible de vivre plus longtemps dans de bonnes conditions ? Différentes études montrent que la durée de vie en mauvaise santé a tendance à diminuer. Par ailleurs, les coûts de santé s'accroissent dans la toute fin de vie, indépendamment de l'âge. Paradoxalement, la conclusion est que l'accroissement de l'espérance de vie n'augmente pas les coûts de santé.
Titre: Discussion
Durée: 00:26:54   [00:54:26 > 01:20:21]
Langue(s): Français
Question 1 : Concernant les BRICS, la Russie fait-elle face à des problèmes de natalité? Question 2 : Pourquoi la population augmente-t-elle en Afrique, et stagne-t-elle en Iran ? Question 3 : Quels sont les facteurs de risques environnementaux pouvant avoir des conséquences sur les questions démographiques ? Question 4 : Qu'en est-il du risque de vieillissement en Chine ? Question 5 : Quels sont les enjeux liés à une concurrence dans un contexte d'économie de la connaissance ? Question 6 : Quel est le défi concernant l'accès à l'eau potable ? Question 7 : Une alimentation synthétique permettrait-elle de changer les équilibres agricoles et donc démographiques ?

8 chapitres.
  • Le co-directeur du Collège d'Etudes Mondiales rappelle que cette conférence fait partie du cycle de conférences « Tout se transforme », mené en collaboration avec la Fondation Calouste Gulbenkian. Il présente rapidement l'ouvrage d'Hervé LE BRAS et d'Emmanuel TODD, « Le mystère français », analysant l'implication de la France dans le processus de mondialisation. L'historien, démographe et mathématicien Hervé LE BRAS débute ensuite véritablement son exposé.
  • Cette présentation aborde quatre défis centraux : la population et les risques de surpopulation ; la question des migrations ; celle des subsistances ; la question des vieillissements.
  • Les principales projections de population émettent l'hypothèse que la fin de l'explosion démographique serait proche. Si les destins des différents territoires sont contrastés, une stagnation de la population de l'actuelle Union Européenne et des BRICS est probable. En revanche, la population de l'Afrique Subsaharienne devrait doubler dans les prochaines décennies. En effet, l'Afrique jouera un rôle de plus en plus central dans ces prévisions. La poussée démographique, si elle se poursuit, sera le fait de ce continent. Les rapports entre Maghreb et Sahel s'inverseraient, la population de la deuxième région évoluant plus vite que la première. De manière générale, on observe une baisse de la croissance mondiale. Si cette tendance persiste, un équilibre serait atteint aux alentours de 2060, pour diminuer à partir de cette période. Il faut cependant avoir à l'esprit que différentes projections existent, menant à des prévisions parfois contradictoires. Celles de référence sont effectuées par les Nations Unies depuis 1963. Hervé LE BRAS propose d'en examiner certaines, afin de vérifier leur validité. Après l'étude des cas iraniens et français, en vient à la conclusion que l'espace des possibles est très large, en matière de démographie. Il appelle donc à la prudence par rapport à toutes les prévisions faites, fortement variables, sur des temps courts. Il étudie ensuite les prévisions des Nations Unies pour la Chine et pour les Etats-Unis en 2100, afin d'illustrer les liens existant entre idéologie et prévisions démographiques. Enfin, d'un point de vue méthodologique, il précise que la méthode utilisée (par composante) est la même que celle utilisée par Alfred Sauvy dès 1931.
  • Si un tel accroissement de la population subsaharienne se produit, il est logique de penser que des mouvements migratoires en provenance des pays de cette région auront lieu vers d'autres territoires moins peuplés. Qu'en est-il réellement ? Un institut néerlandais a cherché à savoir où les personnes résidant dans un pays étaient nées. En effet, à part dans le cas français, les institutions internationales considèrent comme migration le fait de résider dans un pays dans lequel on n'est pas né. On s'aperçoit que les migrations se font essentiellement dans les grands blocs continentaux. Les flux entre ces blocs sont en revanche relativement faibles. Pour répondre à la question posée en début de partie, les migrations de l'Afrique vers l'Europe sont faibles à l'échelle mondiale. Hervé LE BRAS dessine donc trois grands blocs migratoires : américain, euro-méditerranéen, et asiatique. Ces migrations intra-blocs contrastent avec l'idée d'un processus plus large de mondialisation. En ce qui concerne les prévisions futures, les Nations Unies prévoient une baisse continue des migrations, pour arriver à un arrêt de celles-ci pour 2100. Hervé LE BRAS rappelle le lien entre idéologie et prévisions, indiquant que les Nations Unies conçoivent les soldes migratoires comme une incohérence, ou un « désordre ». Il signale par ailleurs un mouvement de passage progressif des immigrations à des circulations, où les individus se rendent temporairement dans un pays, pour ensuite repartir ailleurs.
  • Historiquement, la question de la relation entre population et subsistances est posée depuis la fin du XVIIIème siècle par Thomas Malthus. Selon lui, l'augmentation de la population est inévitablement freinée par le plafond des subsistances disponible. Après un arrêt de la croissance et une augmentation de la production de subsistances, l'augmentation de population peut rependre, pour recommencer un cycle similaire. Selon Hervé LE BRAS, cette théorie ne permet pas d'envisager la complexité du système. En effet, la Food and Agriculture Organization (FAO) a montré que la production agricole a augmenté plus vite que la population humaine depuis les années 1950. Le fait qu'une grande partie de la population ne soit pas nourrie ne peut être que partiellement expliqué par une répartition sociale inégalitaire. Il faut aussi prendre en compte les usages de l'agriculture, ce que propose de faire Hervé LE BRAS. Il existe selon lui un problème entre production et consommation, la première étant fort supérieure à la seconde. En effet, une grande partie de la production agricole est destinée à la consommation animale, qui engendre des « pertes ». Les humains consomment ainsi une plus petite part de céréales que les animaux. Ainsi, il apparaît que l'équilibre entre les subsistances et la population ne dépend pas simplement de l'augmentation de cette dernière, mais bien du type de régime alimentaire adopté : si la part accordée à l'alimentation animale était nulle, il serait possible de nourrir 11 milliards d'êtres humains avec la production agricole actuelle. A l'inverse, si l'ensemble de la production était destinée à la consommation de viande, 2 milliards d'humains pourraient être nourris. Le système alimentaire est donc un enjeu essentiel de la relation entre subsistances et populations. Par ailleurs, l'agriculture sert de plus en plus à d'autres usages, comme les biocarburants (liés aux coûts du pétrole). Ainsi, le lien entre population et subsistances dépend moins du nombre de la première que de l'évolution des usages de l'agriculture et du système adopté.
  • La question du vieillissement est devenue centrale dans bon nombre de débats. Hervé LE BRAS indique cependant que ce n'est pas tant sur celle-ci que sur l'état de santé de ce type de population qu'il faut s'interroger : l'espérance de vie s'allongeant, est-il possible de vivre plus longtemps dans de bonnes conditions ? Différentes études montrent que la durée de vie en mauvaise santé a tendance à diminuer. Par ailleurs, les coûts de santé s'accroissent dans la toute fin de vie, indépendamment de l'âge. Paradoxalement, la conclusion est que l'accroissement de l'espérance de vie n'augmente pas les coûts de santé.
  • Question 1 : Concernant les BRICS, la Russie fait-elle face à des problèmes de natalité? Question 2 : Pourquoi la population augmente-t-elle en Afrique, et stagne-t-elle en Iran ? Question 3 : Quels sont les facteurs de risques environnementaux pouvant avoir des conséquences sur les questions démographiques ? Question 4 : Qu'en est-il du risque de vieillissement en Chine ? Question 5 : Quels sont les enjeux liés à une concurrence dans un contexte d'économie de la connaissance ? Question 6 : Quel est le défi concernant l'accès à l'eau potable ? Question 7 : Une alimentation synthétique permettrait-elle de changer les équilibres agricoles et donc démographiques ?
Titre: Les défis démographiques de la mondialisation
Auteur(s): LE BRAS Hervé
Durée: 01:20:21
Date de réalisation: 24/10/2013
Lieu de réalisation: Fondation Calouste Gulbenkian 39, bd de la Tour-Maubourg Paris 75007, FRANCE
Démographe, historien et mathématicien, Hervé LE BRAS se propose lors de cette conférence d'étudier les défis démographiques posés par le phénomène de mondialisation. Ainsi, sa présentation aborde quatre grands enjeux actuels : la population ; les migrations ; les subsistances ; les vieillissements. Cette conférence s'inscrit dans le cadre de la chaire « Territoire et population » du Collège d'Etudes Mondiales, dont Hervé LE BRAS est titulaire. Elle est menée en partenariat avec le fondation Calouste Gulbenkian, organisatrice du cycle de conférences « Tout se transforme ».
Sujet: Sujet
Topique: Démographie
Mots-clés: démographie, mondialisation, enjeux
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
L'analyse se centre sur la période contemporaine, et envisage des projections futures.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Description ; Discours didactique ; Explication ; Exposé historique ; Hypothèse ; Interprétation ; Exposé de méthode ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Le démographe Hervé LE BRAS étudie les enjeux démographiques posés par la mondialisation.
Sujet: Sujet
Topique: Démographie et mondialisation
Mots-clés: démogaphie, mondialisation
Context social (PESTEL): Contexte économique
Context social (PESTEL): Contexte socioculturel
Context social (PESTEL): Contexte technologique
Localisation spatiale du sujet:
La présentation s'attache à étudier des enjeux globaux, c'est à dire à l'échelle mondiale.
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Les enjeux démographiques étudiés sont actuels.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Explication ; Exposé scientifique
Cette conférence propose d'étudier les bouleversements démographiques générés par le processus de mondialisation.
Sujet: Sujet
Topique: Economie des organisations
Mots-clés: économie, démographie, mondialisation
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
L'analyse se centre sur la période contemporaine et envisage des mouvements futurs.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Définition ; Discours didactique ; Explication ; Exposé historique ; Hypothèse ; Interprétation ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Le démographe Hervé LE BRAS envisage les défis posés par la mondialisation sous un angle économique.
Nom: CARACA
Prénom: João
Rôle: Présentateurs de conférences
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Directeur de la Fondation Calouste Gulbenkian
Adresse: Paris, FRANCE
João CARACA est directeur de la Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, FRANCE.
Nom: CHARAMOND
Prénom: Théo
Rôle: Réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Cadreur/Réalisateur
Adresse: Sèvres, FRANCE
Théo CHARAMOND est cadreur/réalisateur, Py Films, Sèvres, FRANCE.
Type: Exposé(s) scientifique(s)
Conférence en sciences sociales sur le thème des enjeux démographiques dans le contexte de mondialisation.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Conférence en sciences sociales abordant la question de la démographie dans le contexte de mondialisation.
LE BRAS Hervé. «Les défis démographiques de la mondialisation», Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°2244, 2013, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2244
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© CHARAMOND, Théo, Cadreur/Réalisateur, Py Films, Sèvres, FRANCE © DE PABLO, Elisabeth, Responsable éditorial, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE © MAREGLIA, Laura, Monteuse, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© CARAÇA, João, directeur du Centre Culturel de la Fondation Calouste Gulbenkian, Paris, FRANCE, 2013 © BOUIN, Olivier, Co-directeur du Collège d'Etudes Mondiales, FMSH, Paris, FRANCE, 2013 © LE BRAS, Hervé, Titulaire de la chaire « Territoire et population », CEM (Collège d'Etudes Mondiales », Paris, FRANCE, 2013
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Les défis démographiques de la mondialisation
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo "Les défis démographiques de la mondialisation" (Portail AGORA, 2014): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: ce0384f4-8230-4c0c-84d1-e7a8b0cfe7c7
Id vidéo: 1a60ef69-c03a-4c2a-9649-042314e4b880
Analyse de la conférence d'Hervé Le Bras "Les défis démographiques de la mondialisation", au sein du Collège d'Etudes Mondiales.