Colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine" - Bilan des savoirs et des actions : approches plurielles du projet. BIZOUERNE Annick, GANDELSONAS Mario, LAPPLE Dieter, LORY Jean-Luc, MAZZONI Cristiana, UYTTENHOVE Pieter

Chapitre

Titre: Présentation de Jean-Luc LORY
Durée: 00:11:18   [00:00:00 > 00:11:18]
Jean-Luc LORY est ethnologue au CNRS et membre de l'Institut d'Etudes Avancées de Paris, institut récent ayant organisé ce colloque. L'IEA de Paris a été créé à l'initiative de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, de l'Ecole Normale Supérieure et de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme. L'intervention vise à présenter brièvement le fonctionnement et les buts de l'IEA, de la FMSH, et de la Maison Suger, les trois institutions entretenant des liens forts. Les programmes hébergés par ces lieux partagent tous des enjeux citoyens. Ainsi, le thème de ce colloque s'inscrit lui aussi dans cette démarche.
Titre: Introduction aux travaux par Cristiana MAZZONI
Durée: 00:13:41   [00:11:18 > 00:25:00]
Langue(s): Français
Le programme « Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine » est centré sur la construction du grand Paris dans sa confrontation avec les métropoles françaises, européennes et mondiales. L'étude de Paris sert ainsi de point de départ pour comprendre le phénomène plus large de métropolisation. Le véritable objet du programme est donc une réflexion sur la mise en place d'un processus de développement métropolitain, qui permette le dialogue entre chercheurs et acteurs de projets urbains. Il s'agit donc de dépasser les clivages entre disciplines et gouvernances. Il n'est donc pas ici question de se superposer aux actions déjà engagées en ce sens, mais bien de créer des voies de communication entre elles. Ainsi, les différents chercheurs apporteront leurs savoirs spécifiques, en les articulant au thème du programme. Ils seront confrontés aux acteurs de projets de planification urbaine. Deux dispositifs seront mis en place dans ce but : la réalisation d'une recherche avec la publication des résultats, et la mise en place de journées d'études thématiques, avec une synthèse des échanges. Ces dispositifs sont au nombre de quatre : une patrimonialisation des connaissances ; la production de connaissances nouvelles ; l'observation de stratégies urbaines locales innovantes ; la proposition de pratiques de projets internationales innovantes. Le programme s'inspire d'autres déjà existants, ainsi que sur des recherches-actions en cours. A long terme, l'objectif principal est la construction d'un milieu interdisciplinaire de recherche sur la métropolisation et l'établissement de liens entre la recherche et l'action urbaines. Finalement, ces journées cherchent à mettre en place le programme. La première journée est dédiée à l'établissement d'un bilan des savoirs. La seconde sera centrée sur les projets de territoires métropolitains. La troisième, elle, sera liée aux thématiques saillantes de la réflexion sur la métropolisation et la finalisation du programme de recherche.
Titre: Introduction par Mario GANDELSONAS
Durée: 00:14:10   [00:25:00 > 00:39:10]
Mario GANDELSONAS est architecte-urbaniste. Il indique qu'il s'agit de partir d'un bilan des savoirs pour mettre en place ce programme. Il est à l'origine du Centre d'architecture, d'urbanisme et d'infrastructure de l'Université de Princeton, dans l'état du New-Jersey, qui impulse de nombreuses et diverses recherches, qu'il présente brièvement ici. A partir du constat que les jeunes américains ne veulent plus conduire (car il est impossible d'envoyer des messages sur son téléphone portable!), le centre s'interroge donc principalement sur les restructurations des villes en lien avec les transformations des transports. Cette anecdote permet d'envisager le type de recherche en lien avec les actions possibles à mettre en place.
Type: Sites web
Url: http://caui.princeton.edu
Site du Center for Achitecture, Urbanism and Infrastructure de l'Université Princeton.
Titre: Le débat international sur la métropolisation
Durée: 00:34:42   [00:39:10 > 01:13:53]
Dieter LAPPLE est professeur d'urbanisme à l'Université HafenCity d'Hambourg. Son exposé consiste à développer très brièvement quelques exemples historiques de phénomènes de métropolisation. Ainsi, il s'appuie sur celui des cités grecques pour illustrer l'idée de métropole comme réseau de distribution du pouvoir et sur Rome, un contre-exemple de domination du territoire. Cette distinction se retrouve dans tous les débats sur la métropole. Londres est la première métropole des temps modernes, suivie de peu par Paris. Toutes deux étaient dès le XIXème siècle des centres d'empires coloniaux. En revanche, Berlin n'a pas réussi à s'imposer aux côtés de ces deux grandes villes. Si Londres et Paris étaient perçues comme des métropoles verticales, New-York se développait au même moment sur un plan horizontal, avec le développement des autoroutes. Il insiste sur le fait que la métropolisation prend aujourd'hui des formes très différentes : toutes les villes ne s'alignent pas sur les modèles évoqués précédemment. Par ailleurs, les grandes métropoles actuelles peuvent se caractériser par la production et l'offre de savoirs. La renaissance des villes se fait en englobant les régions alentours, transformant sa structure. Par la suite, Dieter LAPPLE décentre son point de vue, pour indiquer que les plus grandes dynamiques d'urbanisation actuelles se trouvent dans les parties les plus pauvres du monde, telles que les favelas brésiliennes, ou bien en Chine. Il revient ensuite sur quelques exemples de villes allemandes pour illustrer les liens existant entre transformation des villes et de l'économie. Il insiste finalement sur l'idée que les modèles de métropoles divergent très largement, certains s'appuyant sur la finance, d'autres sur l'économie du savoir... Il faut enfin bien avoir à l'idée que les métropoles s'inscrivent dans un système plus global, et fonctionnent en relation avec d'autres centres mondiaux.
Sujet: Sujet
Topique: Economie urbaine
Mots-clés: économie urbaine, métropole, mondialisation
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Bilan historique ; Explication ; Exposé historique ; Exposé spécialisé
Dieter LAPPLE prend quelques exemples historiques de phénomènes de métropolisation pour analyser leur développement économique dans un système global.
Titre: La métropole et ses projets. Point de vue des urbanistes
Durée: 00:43:29   [01:13:53 > 01:57:22]
Langue(s): Français
Pieter UYTTENHOVE enseigne la théorie et l’histoire de l’urbanisme à l’université de Gand. Il envisage la métropole sous les thèmes des hiérarchies, des cohabitations, des configurations, et des équilibres. Ce sont selon lui les thèmes auxquels doivent se confronter les urbanistes lors de leurs projets. Etymologiquement, le terme « metropolis » renvoie aux termes grecs « cité » et « mère » : c'est donc une ville qui est à l'origine d'autres territoires. Aujourd'hui, le terme déborde largement cette définition. La question principale renvoyant à la hiérarchie est : comment se positionnent les métropoles par rapport au reste du monde ? Il constate une volonté de suprématie des métropoles par rapport à d'autres types de territoires. Pieter UYTTENHOVE s'attache ensuite à définir la métropole. A la différence d'une global city, la métropole est une ville dotée de connections diverses, de fonctions, de services, qui lui assurent des moyens de production, diffusion et contrôle particuliers, au sein d'un réseau mondial. Cependant, il précise que les différentes définitions post-modernes, contradictoires, peuvent mener à une certaine confusion. Les cohabitations renvoient aux problèmes de densité et du vivre ensemble. A partir du XIXème siècle, la ville provoque à la fois de grandes peurs, mais aussi des espoirs chez les individus. Les urbanistes doivent donc composer avec deux extrêmes dans leurs projets de métropoles. Pieter UYTTENHOVE parcourt ainsi quelques exemples historiques de projets pour illustrer les réponses apportées par les urbanistes à cette série de problèmes. Les configurations permettent d'aborder les outils propres aux urbanistes : comment mettre en forme une ville en jouant sur les rapports centre et périphérie ? A travers différents exemples, il vise à explorer des problématiques telles que celle de la ville fermée et fortifiée, ou la distinction entre métropole et région. Pieter UYTTENHOVE n'a finalement pas le temps d'aborder la série de questions liée à l'équilibre.
Titre: Du local dans le global. Après l'expérience de la Plaine Saint-Denis
Durée: 00:23:06   [01:57:22 > 02:20:29]
Annick BIZOUERNE est géographe et travaille à la sous-direction de l'aménagement de la Mairie de Paris. Son intervention vise à faire part d'expériences de projets d'aménagements mêlant niveaux locaux et globaux, à travers les exemples de la Plaine Saint-Denis et des Docks de Saint-Ouen. Il s'agit de projets de recomposition d'urbaine d'anciennes zones industrielles, lancés à 15 ans d'intervalle (respectivement 1991 et 2005). Ils présentent des programmes mixtes (bureaux, logements, équipements...), et répondent aux objectifs d'intensification urbaine et de métropolisation. Annick BIZOUERNE propose d'en examiner les conditions permettant la rencontre du local et du global. Celles-ci sont au nombre de quatre : -Une volonté politique des collectivités, à un niveau large dans le temps et l'espace. Dans le cas de la Plaine Saint-Denis, un élément déterminant a été la parution du livre blanc de Michel Rocard en 1990, faisant de la Plaine Saint-Denis un territoire prioritaire. A Saint-Ouen, la municipalité engagera une démarche similaire 15 ans plus tard. -Le recours à des urbanistes réputés, ce qui suppose d'y consacrer un budget important. -Le partage du projet par le bas et par le haut. Les deux exemples illustrent une volonté d'appropriation du projet par les populations résidant sur ces territoires. Celle-ci a été favorisée par différentes organisations, telles les « Assises de la Plaine », présentant les grandes étapes du projet. Ce partage « par le bas » va donner de la force et de la légitimité au projet. Le partage « par le haut » (avec les grands partenaires) permet lui d'obtenir des investissements importants en infrastructures qui dépassent les possibilités des communes ou intercommunalités. -La capacité à maintenir un niveau d'exigence dans la durée et l'accompagnement du projet. Cette expertise d'usage semble tout à fait importante et mobilisatrice. Au regard de ces conditions requises pour mener à bien un projet urbain, Annick BIZOUERNE s'interroge sur la capacité des 10 grandes équipes internationales chargées de définir l'avenir de la métropole parisienne à les réunir.
Sujet: Sujet
Topique: Géographie urbaine
Mots-clés: géographie, projets urbains, local, global
Localisation spatiale du sujet: France
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Les deux projets étudiés sont récents.
Type de discours consacré au sujet: Bilan personnel ; Evaluation critique' ; Explication ; Hypothèse ; Interprétation ; Témoignage
La géographe Annick BIZOUERNE étudie des projets d'aménagements mêlant niveaux locaux et globaux, à travers les exemples de la Plaine Saint-Denis et des Docks de Saint-Ouen, dans lesquels elle a été impliquée.
Titre: Table ronde de synthèse. Pour un bilan des savoirs sur les métropoles
Durée: 00:52:25   [02:20:29 > 03:12:08]
Langue(s): Français
Cette dernière partie s'attache à approfondir certains points développés lors des précédentes interventions. Ainsi, Mario GANDELSONAS ouvre la discussion en revenant sur la notion de « miroir ». Il indique en premier lieu que New York a pris comme modèle des villes allemandes, ainsi que Shanghai. Dieter LAPPLE nuance ce propos en rappelant qu'il existe aujourd'hui une grande diversité de modèles de métropoles. Ainsi, il conçoit le miroir comme un outil réflexif pour trouver sa propre trajectoire, plus qu'en termes de modèle à suivre. Une autre piste à approfondir concerne l'idée d'Annick BIZOUERNE que la métropole se ferait d'elle-même. Elle précise que ce n'est pas exactement son propos, mais plutôt qu'à son sens, tout projet urbain doit être en lien avec des stratégies locales. Puis le débat est ouvert sur une série de questions concernant la distinction entre étendue et densité dans le processus de métropolisation, la non-existence de modèle de métropole posant la question de leurs complémentarité), le lien entre projets urbains et gouvernance, et le rapport entre échelle et démocratie. La notion de miroir est ensuite remise en cause, menant à penser le rôle des urbanistes dans les projets métropolitains. La question de l'engagement citoyen est elle aussi posée. Finalement, le miroir, lors de cette discussion, semble cristalliser un ensemble de questions essentielles à ce programme. Albert LEVY précise finalement que par rapport aux objectifs fixés par cette journée, un état des lieux des savoirs est loin d'être établi. Par ailleurs, il pointe certains manques dans les exposés précédents : les questions des liens entre métropoles, capitalisme et systèmes politiques ont été omises par Dieter LAPPLE, tandis que Pieter UYTTENHOVE, lors de sa présentation, n'a pas montré les ruptures inhérentes à l'histoire de l'urbanisme.

7 chapitres.
  • Jean-Luc LORY est ethnologue au CNRS et membre de l'Institut d'Etudes Avancées de Paris, institut récent ayant organisé ce colloque. L'IEA de Paris a été créé à l'initiative de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, de l'Ecole Normale Supérieure et de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme. L'intervention vise à présenter brièvement le fonctionnement et les buts de l'IEA, de la FMSH, et de la Maison Suger, les trois institutions entretenant des liens forts. Les programmes hébergés par ces lieux partagent tous des enjeux citoyens. Ainsi, le thème de ce colloque s'inscrit lui aussi dans cette démarche.
  • Le programme « Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine » est centré sur la construction du grand Paris dans sa confrontation avec les métropoles françaises, européennes et mondiales. L'étude de Paris sert ainsi de point de départ pour comprendre le phénomène plus large de métropolisation. Le véritable objet du programme est donc une réflexion sur la mise en place d'un processus de développement métropolitain, qui permette le dialogue entre chercheurs et acteurs de projets urbains. Il s'agit donc de dépasser les clivages entre disciplines et gouvernances. Il n'est donc pas ici question de se superposer aux actions déjà engagées en ce sens, mais bien de créer des voies de communication entre elles. Ainsi, les différents chercheurs apporteront leurs savoirs spécifiques, en les articulant au thème du programme. Ils seront confrontés aux acteurs de projets de planification urbaine. Deux dispositifs seront mis en place dans ce but : la réalisation d'une recherche avec la publication des résultats, et la mise en place de journées d'études thématiques, avec une synthèse des échanges. Ces dispositifs sont au nombre de quatre : une patrimonialisation des connaissances ; la production de connaissances nouvelles ; l'observation de stratégies urbaines locales innovantes ; la proposition de pratiques de projets internationales innovantes. Le programme s'inspire d'autres déjà existants, ainsi que sur des recherches-actions en cours. A long terme, l'objectif principal est la construction d'un milieu interdisciplinaire de recherche sur la métropolisation et l'établissement de liens entre la recherche et l'action urbaines. Finalement, ces journées cherchent à mettre en place le programme. La première journée est dédiée à l'établissement d'un bilan des savoirs. La seconde sera centrée sur les projets de territoires métropolitains. La troisième, elle, sera liée aux thématiques saillantes de la réflexion sur la métropolisation et la finalisation du programme de recherche.
  • Mario GANDELSONAS est architecte-urbaniste. Il indique qu'il s'agit de partir d'un bilan des savoirs pour mettre en place ce programme. Il est à l'origine du Centre d'architecture, d'urbanisme et d'infrastructure de l'Université de Princeton, dans l'état du New-Jersey, qui impulse de nombreuses et diverses recherches, qu'il présente brièvement ici. A partir du constat que les jeunes américains ne veulent plus conduire (car il est impossible d'envoyer des messages sur son téléphone portable!), le centre s'interroge donc principalement sur les restructurations des villes en lien avec les transformations des transports. Cette anecdote permet d'envisager le type de recherche en lien avec les actions possibles à mettre en place.
  • Dieter LAPPLE est professeur d'urbanisme à l'Université HafenCity d'Hambourg. Son exposé consiste à développer très brièvement quelques exemples historiques de phénomènes de métropolisation. Ainsi, il s'appuie sur celui des cités grecques pour illustrer l'idée de métropole comme réseau de distribution du pouvoir et sur Rome, un contre-exemple de domination du territoire. Cette distinction se retrouve dans tous les débats sur la métropole. Londres est la première métropole des temps modernes, suivie de peu par Paris. Toutes deux étaient dès le XIXème siècle des centres d'empires coloniaux. En revanche, Berlin n'a pas réussi à s'imposer aux côtés de ces deux grandes villes. Si Londres et Paris étaient perçues comme des métropoles verticales, New-York se développait au même moment sur un plan horizontal, avec le développement des autoroutes. Il insiste sur le fait que la métropolisation prend aujourd'hui des formes très différentes : toutes les villes ne s'alignent pas sur les modèles évoqués précédemment. Par ailleurs, les grandes métropoles actuelles peuvent se caractériser par la production et l'offre de savoirs. La renaissance des villes se fait en englobant les régions alentours, transformant sa structure. Par la suite, Dieter LAPPLE décentre son point de vue, pour indiquer que les plus grandes dynamiques d'urbanisation actuelles se trouvent dans les parties les plus pauvres du monde, telles que les favelas brésiliennes, ou bien en Chine. Il revient ensuite sur quelques exemples de villes allemandes pour illustrer les liens existant entre transformation des villes et de l'économie. Il insiste finalement sur l'idée que les modèles de métropoles divergent très largement, certains s'appuyant sur la finance, d'autres sur l'économie du savoir... Il faut enfin bien avoir à l'idée que les métropoles s'inscrivent dans un système plus global, et fonctionnent en relation avec d'autres centres mondiaux.
  • Pieter UYTTENHOVE enseigne la théorie et l’histoire de l’urbanisme à l’université de Gand. Il envisage la métropole sous les thèmes des hiérarchies, des cohabitations, des configurations, et des équilibres. Ce sont selon lui les thèmes auxquels doivent se confronter les urbanistes lors de leurs projets. Etymologiquement, le terme « metropolis » renvoie aux termes grecs « cité » et « mère » : c'est donc une ville qui est à l'origine d'autres territoires. Aujourd'hui, le terme déborde largement cette définition. La question principale renvoyant à la hiérarchie est : comment se positionnent les métropoles par rapport au reste du monde ? Il constate une volonté de suprématie des métropoles par rapport à d'autres types de territoires. Pieter UYTTENHOVE s'attache ensuite à définir la métropole. A la différence d'une global city, la métropole est une ville dotée de connections diverses, de fonctions, de services, qui lui assurent des moyens de production, diffusion et contrôle particuliers, au sein d'un réseau mondial. Cependant, il précise que les différentes définitions post-modernes, contradictoires, peuvent mener à une certaine confusion. Les cohabitations renvoient aux problèmes de densité et du vivre ensemble. A partir du XIXème siècle, la ville provoque à la fois de grandes peurs, mais aussi des espoirs chez les individus. Les urbanistes doivent donc composer avec deux extrêmes dans leurs projets de métropoles. Pieter UYTTENHOVE parcourt ainsi quelques exemples historiques de projets pour illustrer les réponses apportées par les urbanistes à cette série de problèmes. Les configurations permettent d'aborder les outils propres aux urbanistes : comment mettre en forme une ville en jouant sur les rapports centre et périphérie ? A travers différents exemples, il vise à explorer des problématiques telles que celle de la ville fermée et fortifiée, ou la distinction entre métropole et région. Pieter UYTTENHOVE n'a finalement pas le temps d'aborder la série de questions liée à l'équilibre.
  • Annick BIZOUERNE est géographe et travaille à la sous-direction de l'aménagement de la Mairie de Paris. Son intervention vise à faire part d'expériences de projets d'aménagements mêlant niveaux locaux et globaux, à travers les exemples de la Plaine Saint-Denis et des Docks de Saint-Ouen. Il s'agit de projets de recomposition d'urbaine d'anciennes zones industrielles, lancés à 15 ans d'intervalle (respectivement 1991 et 2005). Ils présentent des programmes mixtes (bureaux, logements, équipements...), et répondent aux objectifs d'intensification urbaine et de métropolisation. Annick BIZOUERNE propose d'en examiner les conditions permettant la rencontre du local et du global. Celles-ci sont au nombre de quatre : -Une volonté politique des collectivités, à un niveau large dans le temps et l'espace. Dans le cas de la Plaine Saint-Denis, un élément déterminant a été la parution du livre blanc de Michel Rocard en 1990, faisant de la Plaine Saint-Denis un territoire prioritaire. A Saint-Ouen, la municipalité engagera une démarche similaire 15 ans plus tard. -Le recours à des urbanistes réputés, ce qui suppose d'y consacrer un budget important. -Le partage du projet par le bas et par le haut. Les deux exemples illustrent une volonté d'appropriation du projet par les populations résidant sur ces territoires. Celle-ci a été favorisée par différentes organisations, telles les « Assises de la Plaine », présentant les grandes étapes du projet. Ce partage « par le bas » va donner de la force et de la légitimité au projet. Le partage « par le haut » (avec les grands partenaires) permet lui d'obtenir des investissements importants en infrastructures qui dépassent les possibilités des communes ou intercommunalités. -La capacité à maintenir un niveau d'exigence dans la durée et l'accompagnement du projet. Cette expertise d'usage semble tout à fait importante et mobilisatrice. Au regard de ces conditions requises pour mener à bien un projet urbain, Annick BIZOUERNE s'interroge sur la capacité des 10 grandes équipes internationales chargées de définir l'avenir de la métropole parisienne à les réunir.
  • Cette dernière partie s'attache à approfondir certains points développés lors des précédentes interventions. Ainsi, Mario GANDELSONAS ouvre la discussion en revenant sur la notion de « miroir ». Il indique en premier lieu que New York a pris comme modèle des villes allemandes, ainsi que Shanghai. Dieter LAPPLE nuance ce propos en rappelant qu'il existe aujourd'hui une grande diversité de modèles de métropoles. Ainsi, il conçoit le miroir comme un outil réflexif pour trouver sa propre trajectoire, plus qu'en termes de modèle à suivre. Une autre piste à approfondir concerne l'idée d'Annick BIZOUERNE que la métropole se ferait d'elle-même. Elle précise que ce n'est pas exactement son propos, mais plutôt qu'à son sens, tout projet urbain doit être en lien avec des stratégies locales. Puis le débat est ouvert sur une série de questions concernant la distinction entre étendue et densité dans le processus de métropolisation, la non-existence de modèle de métropole posant la question de leurs complémentarité), le lien entre projets urbains et gouvernance, et le rapport entre échelle et démocratie. La notion de miroir est ensuite remise en cause, menant à penser le rôle des urbanistes dans les projets métropolitains. La question de l'engagement citoyen est elle aussi posée. Finalement, le miroir, lors de cette discussion, semble cristalliser un ensemble de questions essentielles à ce programme. Albert LEVY précise finalement que par rapport aux objectifs fixés par cette journée, un état des lieux des savoirs est loin d'être établi. Par ailleurs, il pointe certains manques dans les exposés précédents : les questions des liens entre métropoles, capitalisme et systèmes politiques ont été omises par Dieter LAPPLE, tandis que Pieter UYTTENHOVE, lors de sa présentation, n'a pas montré les ruptures inhérentes à l'histoire de l'urbanisme.
Titre: Colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine" - Bilan des savoirs et des actions : approches plurielles du projet
Auteur(s): BIZOUERNE Annick, GANDELSONAS Mario, LAPPLE Dieter, LORY Jean-Luc, MAZZONI Cristiana, UYTTENHOVE Pieter
Durée: 03:12:08
Date de réalisation: 23/06/2008
Lieu de réalisation: Maison Suger/FMSH, 16-18 rue Suger 75006 Paris
Genre: Colloque filmé
Le programme « Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine » cherche à créer un dialogue entre recherche et action dans le domaine de la métropolisation, à travers une approche pluridisciplinaire. Cette journée d'ouverture en présente plus précisément le calendrier, les méthodes et objectifs. Par ailleurs, elle vise à dresser un bilan des savoirs en la matière. Ainsi, des urbanistes, historiens et géographes contribueront à cet objectif, prenant des angles de vue différents. Un débat revenant sur les points abordés clôturera cette première session.
Sujet: Sujet
Topique: métropole, urbanisme, architecture, sciences sociales,
Domaine: Agglomération
Domaine: Aménagement urbain
Domaine: Architecture
Domaine: Métropole
Domaine: Métropolisation
Domaine: Métropolitain (espace -)
Domaine: Projet d'urbanisme
Domaine: Sociologie urbaine
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Les différentes interventions s'attachent à étudier les métropoles contemporaines.
Type de discours consacré au sujet: Définition ; Dialogue ; Discours didactique ; Explication ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé
Ce colloque cherche à créer un dialogue entre recherche et action dans le domaine de la métropolisation, à travers une approche pluridisciplinaire.
Sujet: Sujet
Topique: métropoles, architecture, urbanisme
Domaine: Architecture urbaine
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Les métropoles contemporaines sont l'objet d'étude de ce colloque.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Dialogue ; Discours didactique ; Explication ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Ce colloque s'attache à étudier les métropoles contemporaines, en faisant notamment dialoguer l'architecture et l'urbanisme.
Sujet: Sujet
Topique: Politiques métropolitaines
Mots-clés: recherche, action, métropoles
Localisation spatiale du sujet: Etats-Unis d'Amérique ; France
Localisation temporelle du sujet: Epoque contemporaine ; XXIe siècle ap. J.-C.
Ce colloque s'attache à l'étude des métropoles contemporaines.
Type de discours consacré au sujet: Argumentation ; Discours didactique ; Explication ; Exposé scientifique ; Exposé spécialisé ; Exposé théorique
Ce colloque cherche principalement à faire dialoguer les mondes de la recherche et celui de l'action dans le domaine des politiques urbaines et métropolitaines.
Nom: BIZOUERNE
Prénom: Annick
Rôle: Intervenants avec communication
Fonction: Géographe
Adresse: PARIS, FRANCE
Aniick BIZOUERNE est géographe à la Mairie de la Ville de Paris, FRANCE.
Nom: GANDELSONAS
Prénom: Mario
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Ergonyme (nom propre)
Fonction: Architecte-Urbaniste
Adresse: Princeton, ETATS-UNIS
Mario GANDELSONAS est architecte-urbaniste, Princeton University, ETATS-UNIS.
Nom: LAPPLE
Prénom: Dieter
Rôle: Intervenants avec communication
Fonction: Professeur d'urbanisme
Adresse: Hambourg, ALLEMAGNE
Dieter LAPPLE est professeur d'urbanisme à la HafenCity Universität, Hambourg, ALLEMAGNE.
Nom: UYTTENHOVE
Prénom: Pieter
Rôle: Intervenants avec communication
Fonction: Professeur d'histoire de l'urbanisme
Adresse: Gand, BELGIQUE
Pieter UYTTENHOVE est professeur d'histoire de l'urbanisme à l' Université de Gand, BELGIQUE.
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Ce colloque est destiné à toute personne s'intéressant aux disciplines de l'urbanisme et de l'architecture, ainsi qu'aux thèmes de l'urbanisation et de la métropole.
BIZOUERNE Annick, GANDELSONAS Mario, LAPPLE Dieter, LORY Jean-Luc, MAZZONI Cristiana, UYTTENHOVE Pieter. "Colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine" - Bilan des savoirs et des actions : approches plurielles du projet", Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°1506, 2008, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/1506/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© BONNEMAZOU, Camille, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © CHEMOUNY, Muriel, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © DE PABLO, Elisabeth, Responsable éditorial, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE © FILLON, Richard, ESCoM-AAR,FMSH, Paris, FRANCE
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© BIZOUERNE, Annick, Ville de Paris, FRANCE, 2008 © GANDELSONAS, Mario, School of Architecture, Princeton University, ETATS-UNIS, 2008 © LAPPLE, Dieter, HafenCity Universität, Hambourg, ALLEMAGNE, 2008 © LORY, Jean-Luc, Maison Suger, FMHS, Paris, FRANCE, 2008 © MAZZONI, Cristiana, Laboratoire ACS MCC, CNRS ; ENSA Paris-Malaquais, Paris, FRANCE, 2008 © UYTTENHOVE, Pieter, Université de Gand, BELGIQUE, 2008
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo "Colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine" - Bilan des savoirs et des actions : approches plurielles du projet"
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo "Colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine" - Bilan des savoirs et des actions : approches plurielles du projet" (Portail AGORA, 2014): http://www.agora.msh-paris.fr/
Id analyse: d14cba86-d762-410b-a3e4-59dfc001d129
Id vidéo: 3dcabbab-fb45-4114-bfd7-54718fb2f5df
Analyse générale de la première journée du colloque "Paris Métropoles en miroir. L’Ile-de-France comme région métropolitaine"