Anna Wasselet, ancienne décoratrice en céramique chez Boutet puis Taillemite.

Chapitre

Titre: Formation professionnelle et entrée dans le secteur de la confection
Durée: 00:04:32   [00:00:00 > 00:04:32]
Genre: Entretien filmé
Dans ce premier extrait, Anna Wasselet raconte son apprentissage en alternance à partir de 1947 entre l'école professionnelle Henri Brisson et l'entreprise Gueule. Puis elle est embauchée chez Boutet, qui s'associe ensuite à l'usine Pillivuyt à Foissy dans laquelle elle travaillera jusqu'en 1956, en utilisant notamment la technique de l'écrin de soie pour décorer la vaisselle à destination des bateaux des compagnies maritimes. Elle continuera et terminera sa carrière à l'usine Taillemite, plus près de chez elle. A l'époque, le décor main, devenu trop cher, avait déjà disparu. Elle évoque néanmoins la technique de l'écrin de soie.
Sujet: Apprentissage - Formation initiale
Topique: apprentissage en alternance
Titre: Premières expériences de travail dans la confection et formation en porcelainerie
Durée: 00:03:43   [00:04:32 > 00:08:15]
Dans cet extrait, Anna Wasselet raconte ses premières expériences professionnelles à 16 ans dans la confection avant la guerre "parce qu'à l'époque c'était ça". Elle se marie ensuite et pendant la guerre, se retrouve à contrôler la fabrication de pièces des obus, chez Nadella : "On y faisait des bombes... ". Elle travaille ensuite au Secours populaire, donne naissance à sa fille après la guerre. Elle revient ensuite sur son entrée dans le milieu de la porcelaine chez Boutet en 1947 avant de commencer à faire le récit de sa formation au sein des établissements Gueule.
Sujet: Evolutions professionnelles
Topique: mobilité professionnelle
Titre: Techniques de décoration de la porcelaine
Durée: 00:10:21   [00:08:15 > 00:18:37]
Anna Wasselet évoque les différentes techniques de décoration de porcelaine qu'elle a été amenée à réaliser durant sa vie professionnelle. Elle illustre ses propos en sortant de ses placards quelques pièces qu'elle montre à la caméra avec délicatesse. Elle se remérore les opérations de décor à la main qu'elle effectuait à l'époque, par exemple avec de l'or délayé qu'elle appliquait sur les pièces avec une roulette, ou de l'or mat qu'il fallait ensuite polir. Lorsqu'elle travaillait chez Taillemite, toutes les opérations étaient réalisées dans le même atelier, et une quarantaine d'ouvrières travaillaient au décor. Anna Wasselet se souvient avoir toujours été payée à l'heure. Elle revient sur la technique de l'écrin sur soie, que seules deux personnes (dont elle-même) maîtrisaient dans l'atelier.
Sujet: Chaîne opératoire
Topique: geste technique / savoir-faire
Titre: Une ouvrière reconnue et estimée
Durée: 00:02:46   [00:18:37 > 00:21:23]
Anna Wasselet présente ici sa médaille travail et surtout sa médaille du mérite reçue en 1977 à 56 ans ainsi que les diplômes correspondants. Elle détaille quelques qualités nécessaires selon elle pour être une "bonne ouvrière" : avoir du goût et "s'y prendre comme il faut".
Sujet: Evolutions professionnelles
Topique: reconnaissance professionnelle
Titre: Retour sur les techniques de décoration
Durée: 00:06:17   [00:21:23 > 00:27:40]
Anna Wasselet évoque les différentes techniques de décoration, tout en continuant d'illustrer ses propos d'exemples de pièces de sa collection personnelles. Ces techniques ne sont plus utilisées actuellement, car elles sont devenues trop chères. Le travail s'effectuait sur la haute porcelaine du Berry et parfois sur du Limoges. Certaines pièces comme les saucières étaient plus délicates à réaliser et exigeaient une maîtrise à laquelle certaines ouvrières ne parvenaient pas : une forme de solidarité se mettait alors ponctuellement en place. Anna Wasselet aborde brièvement l'ambiance dans les ateliers et la répartition des tâches entre hommes et femmes.
Sujet: Chaîne opératoire
Topique: geste technique / savoir-faire
Titre: De bonnes conditions de travail
Durée: 00:04:00   [00:27:40 > 00:31:41]
Anna Wasselet évoque les bonnes relations qu'elle entretenait avec le patron des entreprises Boutet puis Pilluvyt, monsieur Boutet. Celui-ci ne passait pas dans les ateliers, qui étaient gérés par un directeur et des chefs d'atelier. Selon elle, l'ambiance était bonne au sein de l'atelier, même s'il existait peu de relations entre les différents ateliers de l'usine. Elle considère que ses rémunérations ont été satisfaisantes, y compris chez Taillemite où elle a travaillé à partir de 1956 jusquà sa retraite dans les années 1980.
Sujet: Relations patron / salariés
Topique: figure patronale
Titre: Evolutions des techniques
Durée: 00:02:25   [00:31:41 > 00:34:06]
Dans cet extrait, Madame Wasselet évoque les évolutions qu'elle a connues pendant ses années de travail chez Taillemite, notamment la technique du "simili" et le travail sur la porcelaine de Limoges de qualité supérieure.
Titre: Les collègues de travail chez Taillemite
Durée: 00:00:40   [00:34:06 > 00:34:47]
Anna Wasselet évoque le peu de "turn-over" au sein de l'entreprise Taillemite. "Quand on rentrait chez Taillemite, c'était pour toujours !" Elle raconte avoir toujours travaillé avec les mêmes personnes, dans un bon esprit. Elle ne fréquentait néanmoins pas ses collègues en dehors du travail : "hors travail, c'était chacun chez soi".
Titre: Habiter et vivre à Vierzon
Durée: 00:12:31   [00:34:47 > 00:47:18]
Dans cet extrait, Anna Wasselet décrit notamment sa trajectoire résidentielle à Vierzon, depuis un logement réquisitionné par la ville après la guerre, à la maison qu'elle construit avec son mari dans le quartier du Bois d'Yèvre à partir de 1950 jusqu'à la vente récente de cette maison pour un logement plus petit en location à la suite des problèmes de santé de son époux. Elle évoque ses voisins, sa fille et ses petits-enfants. Elle revient sur ses longues journées de travail et sur les heures supplémentaires qu'elle effectuait souvent le samedi matin, et explique qu'en dehors du travail, elle restait souvent chez elle, se consacrant à sa maison et au jardin et au potager et à la télévision pour se distraire. Elle évoque ensuite brièvement le quotidien de la période de la guerre, qu'elle n'a pas vécu trop durement.
Sujet: Logement
Topique: le pavillon
Titre: Les grèves de Mai 68
Durée: 00:02:26   [00:47:18 > 00:49:45]
Anna Wasselet évoque les grèves de mai 68, au cours desquelles l'entreprise Taillemite a fermé ses portes quelques jours. Elle regrette que des ouvriers grévistes parmi les plus engagés allaient néanmoins travailler chez des petits décorateurs, touchant un salaire que les autres grévistes ne touchaient pas. Elle relate ne pas avoir vu beaucoup d'engagement syndicaliste autour d'elle. Selon elle, lorsqu'un problème se posait chez Taillemite, il suffisait d'en parler avec le patron qui réglait généralement le souci.
Sujet: Conflits du travail
Topique: revendications et grèves
Titre: Un "bon" travail
Durée: 00:00:59   [00:49:45 > 00:50:44]
Anna Wasselet évoque l'absence d'odeur dans son atelier et le fait qu'elle n'a pas été confronté aux problèmes de la silicose, puisque travaillant en bout de chaîne au décor, elle recevait les pièces terminées. Elle conclut en disant qu'en décoration, "on était les rois", "le haut-de-gamme", accomplissant un travail pas salissant et agréable.
Sujet: Environnement de travail
Topique: environnement sonore, olfactif

11 chapitres.
  • Entretien filmé. Dans ce premier extrait, Anna Wasselet raconte son apprentissage en alternance à partir de 1947 entre l'école professionnelle Henri Brisson et l'entreprise Gueule. Puis elle est embauchée chez Boutet, qui s'associe ensuite à l'usine Pillivuyt à Foissy dans laquelle elle travaillera jusqu'en 1956, en utilisant notamment la technique de l'écrin de soie pour décorer la vaisselle à destination des bateaux des compagnies maritimes. Elle continuera et terminera sa carrière à l'usine Taillemite, plus près de chez elle. A l'époque, le décor main, devenu trop cher, avait déjà disparu. Elle évoque néanmoins la technique de l'écrin de soie.
  • Dans cet extrait, Anna Wasselet raconte ses premières expériences professionnelles à 16 ans dans la confection avant la guerre "parce qu'à l'époque c'était ça". Elle se marie ensuite et pendant la guerre, se retrouve à contrôler la fabrication de pièces des obus, chez Nadella : "On y faisait des bombes... ". Elle travaille ensuite au Secours populaire, donne naissance à sa fille après la guerre. Elle revient ensuite sur son entrée dans le milieu de la porcelaine chez Boutet en 1947 avant de commencer à faire le récit de sa formation au sein des établissements Gueule.
  • Anna Wasselet évoque les différentes techniques de décoration de porcelaine qu'elle a été amenée à réaliser durant sa vie professionnelle. Elle illustre ses propos en sortant de ses placards quelques pièces qu'elle montre à la caméra avec délicatesse. Elle se remérore les opérations de décor à la main qu'elle effectuait à l'époque, par exemple avec de l'or délayé qu'elle appliquait sur les pièces avec une roulette, ou de l'or mat qu'il fallait ensuite polir. Lorsqu'elle travaillait chez Taillemite, toutes les opérations étaient réalisées dans le même atelier, et une quarantaine d'ouvrières travaillaient au décor. Anna Wasselet se souvient avoir toujours été payée à l'heure. Elle revient sur la technique de l'écrin sur soie, que seules deux personnes (dont elle-même) maîtrisaient dans l'atelier.
  • Anna Wasselet présente ici sa médaille travail et surtout sa médaille du mérite reçue en 1977 à 56 ans ainsi que les diplômes correspondants. Elle détaille quelques qualités nécessaires selon elle pour être une "bonne ouvrière" : avoir du goût et "s'y prendre comme il faut".
  • Anna Wasselet évoque les différentes techniques de décoration, tout en continuant d'illustrer ses propos d'exemples de pièces de sa collection personnelles. Ces techniques ne sont plus utilisées actuellement, car elles sont devenues trop chères. Le travail s'effectuait sur la haute porcelaine du Berry et parfois sur du Limoges. Certaines pièces comme les saucières étaient plus délicates à réaliser et exigeaient une maîtrise à laquelle certaines ouvrières ne parvenaient pas : une forme de solidarité se mettait alors ponctuellement en place. Anna Wasselet aborde brièvement l'ambiance dans les ateliers et la répartition des tâches entre hommes et femmes.
  • Anna Wasselet évoque les bonnes relations qu'elle entretenait avec le patron des entreprises Boutet puis Pilluvyt, monsieur Boutet. Celui-ci ne passait pas dans les ateliers, qui étaient gérés par un directeur et des chefs d'atelier. Selon elle, l'ambiance était bonne au sein de l'atelier, même s'il existait peu de relations entre les différents ateliers de l'usine. Elle considère que ses rémunérations ont été satisfaisantes, y compris chez Taillemite où elle a travaillé à partir de 1956 jusquà sa retraite dans les années 1980.
  • Dans cet extrait, Madame Wasselet évoque les évolutions qu'elle a connues pendant ses années de travail chez Taillemite, notamment la technique du "simili" et le travail sur la porcelaine de Limoges de qualité supérieure.
  • Anna Wasselet évoque le peu de "turn-over" au sein de l'entreprise Taillemite. "Quand on rentrait chez Taillemite, c'était pour toujours !" Elle raconte avoir toujours travaillé avec les mêmes personnes, dans un bon esprit. Elle ne fréquentait néanmoins pas ses collègues en dehors du travail : "hors travail, c'était chacun chez soi".
  • Dans cet extrait, Anna Wasselet décrit notamment sa trajectoire résidentielle à Vierzon, depuis un logement réquisitionné par la ville après la guerre, à la maison qu'elle construit avec son mari dans le quartier du Bois d'Yèvre à partir de 1950 jusqu'à la vente récente de cette maison pour un logement plus petit en location à la suite des problèmes de santé de son époux. Elle évoque ses voisins, sa fille et ses petits-enfants. Elle revient sur ses longues journées de travail et sur les heures supplémentaires qu'elle effectuait souvent le samedi matin, et explique qu'en dehors du travail, elle restait souvent chez elle, se consacrant à sa maison et au jardin et au potager et à la télévision pour se distraire. Elle évoque ensuite brièvement le quotidien de la période de la guerre, qu'elle n'a pas vécu trop durement.
  • Anna Wasselet évoque les grèves de mai 68, au cours desquelles l'entreprise Taillemite a fermé ses portes quelques jours. Elle regrette que des ouvriers grévistes parmi les plus engagés allaient néanmoins travailler chez des petits décorateurs, touchant un salaire que les autres grévistes ne touchaient pas. Elle relate ne pas avoir vu beaucoup d'engagement syndicaliste autour d'elle. Selon elle, lorsqu'un problème se posait chez Taillemite, il suffisait d'en parler avec le patron qui réglait généralement le souci.
  • Anna Wasselet évoque l'absence d'odeur dans son atelier et le fait qu'elle n'a pas été confronté aux problèmes de la silicose, puisque travaillant en bout de chaîne au décor, elle recevait les pièces terminées. Elle conclut en disant qu'en décoration, "on était les rois", "le haut-de-gamme", accomplissant un travail pas salissant et agréable.
Titre: Anna Wasselet, ancienne décoratrice en céramique chez Boutet puis Taillemite
Date de réalisation: 01/01/2011
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Dans cet entretien, Anna Wasselet revient sur sa formation, son embauche au sein de l'entreprise Taillemite, et sur les subtilités des différentes techniques propres au secteur. Elle évoque notamment une carrière récompensée à de multiples reprises (différentes médailles et diplômes) et ses souvenirs de guerre.
Sujet: Secteurs industriels
Topique: Industrie céramique
Nom: WASSELET
Prénom: Anna
Rôle: Témoins de l'époque
Adresse: France
© WASSELET Anna, Vierzon, France, 2011
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de(s) ayant-droit(s) du contenu du média: © WASSELET Anna, Vierzon, France, 2011 © MICHAU Nadine, Université François Rabelais de Tours, 2011. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler la paternité de son(ses) auteur(s): © Université François Rabelais de Tours /CITERES/ CETU ETIcS, 2011 ; © MICHAU Nadine, Université François-Rabelais de Tours, France, 2011. Vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/.
Titre: Analyse thématique de l'entretien filmé de Anna Wasselet, ancienne décoratrice en céramique chez Boutet puis Taillemite
Langue(s): Français
Type: Analyses thématiques
Comment citer: WASSELET Anna, MICHAU Nadine. "Anna Wasselet, ancienne décoratrice en céramique", 2011 ;
Id analyse: d611b915-2720-48bf-904a-6a158a7f4e7b
Id vidéo: c28aeadf-b6b9-4d65-a387-99d0f8f21dcf