La civilisation orale, la communauté et la famille. AAPC

Chapitre

Titre: Une famille de paysans pauvres
Durée: 00:03:04   [00:00:00 > 00:03:04]
Langue(s): Français
La famille de Roselyne et Jean Boisset vit à Civaux depuis des générations. Leur grand-tante Marie était nourrice et Georges, son mari, braconnait et jouait du violon. "C'était une famille de paysans pauvres, selon la définition des anthropologues et des historiens", commente Jean Boisset.
Titre: La maison, les inondations et la vie quotidienne
Durée: 00:05:04   [00:03:04 > 00:08:09]
Il n'y avait peu de pièces dans cette maison et l'on vivait à côté du cochon et des chèvres. La rivière, la Vienne, débordait une à deux fois dans l'année et entraînait un rituel collectif pour préserver les meubles, les barriques et les animaux des inondations. L'installation de l'alambic dans la cour des maisons faisait également partie des rituels, tout comme l'abattage du cochon et la chasse aux alouettes.
Sujet: Us et coutumes
Topique: Abattage du cochon
Sujet: Us et coutumes
Topique: Alambic
Sujet: Us et coutumes
Topique: Chasse aux alouettes
Sujet: Us et coutumes
Topique: Inondations
Titre: Le petit déjeuner quotidien
Durée: 00:02:00   [00:08:09 > 00:10:10]
Pour le petit déjeuner, selon les saisons, on mangeait des rôtis, des oeufs sués dans la cheminée, des escargots ou encore des omelettes au houblon. "Cette simplicité était en fait extrêmement raffinée", commente Jean Boisset.
Sujet: Us et coutumes
Topique: Petit déjeuner
Titre: L'héritage des deux guerres
Durée: 00:03:54   [00:10:10 > 00:14:04]
"Il y a une continuité entre les deux guerres" affirme Jean Boisset, "qui a touché profondément les femmes et a provoqué la transmission intergénérationnelle des peurs vécues". Cependant, la façon dont on en parlait ne laissait pas passer l'horreur des massacres car il y avait une distance dans leurs histoires, amenée par le style de narration qu'ils adoptaient.
Titre: Les conteurs
Durée: 00:16:11   [00:14:04 > 00:30:15]
Georges Giruche, le père Duguet et le père Ramblier étaient trois conteurs extraordinaires nous racontent Roselyne Le Floch, Georges Dousset et Jean Boisset. Ils nous parlent des styles que possédait chacun, de leurs histoires favorites et de leur mode de vie. "Une véritable culture que cette civilisation orale disparue", ajoute Jean Boisset.
Sujet: Les habitants
Topique: Conteurs
Titre: Les veillées
Durée: 00:04:20   [00:30:15 > 00:34:35]
A la veillée, il y avait toujours une activité : on cassait les noix ou on égrenait le maïs par exemple. On jouait à la belotte, on mangeait, on buvait et les enfants jouaient au milieu des animaux. Le curé Abrioux venait également à la veillée, chez tous, qu'ils soient assidus à la messe ou pas. "Mais si ce rituel témoignait d'une bonne entente et d'une entraide, il restait d'autres clivages", ajoute Jean Boisset.
Sujet: Personnalités religieuses
Topique: Abrioux, Jean
Sujet: Activités de loisir
Topique: Belotte
Sujet: Us et coutumes
Topique: Veillées
Titre: Le monde des petits paysans
Durée: 00:05:36   [00:34:35 > 00:38:40]
Le monde des petits paysans était une communauté restreinte qui vivait en quasi totale autonomie. Basé sur la coopération, le rythme des saisons et un rapport très fort à la nature, c'était "un exemple de la répétition axée sur la fondamentale différence », commente Jean Boisset. C’est un monde qui a complètement disparu, celui de la civilisation orale.

7 chapitres.
  • La famille de Roselyne et Jean Boisset vit à Civaux depuis des générations. Leur grand-tante Marie était nourrice et Georges, son mari, braconnait et jouait du violon. "C'était une famille de paysans pauvres, selon la définition des anthropologues et des historiens", commente Jean Boisset.
  • Il n'y avait peu de pièces dans cette maison et l'on vivait à côté du cochon et des chèvres. La rivière, la Vienne, débordait une à deux fois dans l'année et entraînait un rituel collectif pour préserver les meubles, les barriques et les animaux des inondations. L'installation de l'alambic dans la cour des maisons faisait également partie des rituels, tout comme l'abattage du cochon et la chasse aux alouettes.
  • "Il y a une continuité entre les deux guerres" affirme Jean Boisset, "qui a touché profondément les femmes et a provoqué la transmission intergénérationnelle des peurs vécues". Cependant, la façon dont on en parlait ne laissait pas passer l'horreur des massacres car il y avait une distance dans leurs histoires, amenée par le style de narration qu'ils adoptaient.
  • Georges Giruche, le père Duguet et le père Ramblier étaient trois conteurs extraordinaires nous racontent Roselyne Le Floch, Georges Dousset et Jean Boisset. Ils nous parlent des styles que possédait chacun, de leurs histoires favorites et de leur mode de vie. "Une véritable culture que cette civilisation orale disparue", ajoute Jean Boisset.
  • A la veillée, il y avait toujours une activité : on cassait les noix ou on égrenait le maïs par exemple. On jouait à la belotte, on mangeait, on buvait et les enfants jouaient au milieu des animaux. Le curé Abrioux venait également à la veillée, chez tous, qu'ils soient assidus à la messe ou pas. "Mais si ce rituel témoignait d'une bonne entente et d'une entraide, il restait d'autres clivages", ajoute Jean Boisset.
  • Le monde des petits paysans était une communauté restreinte qui vivait en quasi totale autonomie. Basé sur la coopération, le rythme des saisons et un rapport très fort à la nature, c'était "un exemple de la répétition axée sur la fondamentale différence », commente Jean Boisset. C’est un monde qui a complètement disparu, celui de la civilisation orale.
Titre: La civilisation orale, la communauté et la famille
Auteur(s): AAPC
Durée: 00:38:40
Date de réalisation: 17/01/2014
Lieu de réalisation: Civaux, Vienne.
Genre: Média filmique
Langue(s): Français
Roselyne Le Floch et Jean Boisset, frère et soeur, nous parlent de leur enfance passée dans une famille de petits paysans de Civaux. Cette interview est un fabuleux témoignage sur la civilisation orale aujourd'hui disparue, portée par les conteurs, les veillées, le rythme des saisons et le petit déjeuner autour de la cheminée.
Nom: FAUGEROUX
Prénom: Jean-Marie
Rôle: Enquêteurs
Adresse: Civaux, France
Nom: JASPART
Prénom: Sylvie
Rôle: Enquêteurs
Adresse: Civaux, France
AAPC. "La civilisation orale, la communauté et la famille - Témoignage de Roselyne Le Floch et Jean Boisset", Civaux, 2009 et 2014.
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
Le producteur de cette ressource audiovisuelle est l'AAPC, Civaux, 2014.
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
Le réalisateur de cette ressource audiovisuelle est Jean-Marie COURAULT, Civaux, 2009 et 2014.
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
Les auteurs de cette ressource audiovisuelle sont Roselyne Le Floch et Jean Boisset, Civaux, 2014.
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/" Veuillez, ensuite, créer 1/ le lien : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr et 2/ l'intitulé "Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France" (via la boîte "Liens")
Titre: La civilisation orale, la communauté et la famille
Sous-titre: Témoignage de Roselyne Le Floch et Jean Boisset avec la participation de Georges Dousset
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: Manuela PAPINO. Analyse de la vidéo "La civilisation orale, la communauté et la famille - Témoignage de Roselyne Le Floch et Jean Boisset", 2014.
Id analyse: de6a8c55-6cb9-444e-94ed-e55ecd18ef6b
Id vidéo: ccd10a5b-4ca2-4059-9f71-47ea3b436421
Nés en 1939 Georges Dousset et Jean Boisset sont accompagnés dans ce témoignage par Roselyne Le Floch, la soeur de Jean, née 8 ans plus tard. Leurs souvenirs communs retracent non seulement des faits précis de leur enfance à Civaux mais proposent également un témoignage sur les rituels de la deuxième moitié du XXème siècle où l'on trouvait encore, très ancrés dans le quotidien, les veillées, l'utilisation de l'alambic, l'abattage du cochon, la chasse aux alouettes ou encore la préparation du petit déjeuner dans la cheminée. A Civaux, la Vienne débordait régulièrement et cet évènement entraînait un rituel pour la communauté dont ils se souviennent avec plaisir.