Philosophie des sciences et du langage. JACOB Pierre

Chapitre

Titre: Etudes - Philosophie de l'esprit et sciences cognitives
Durée: 00:16:36   [00:00:00 > 00:16:36]
Genre: Extrait d'entretien filmé
Pierre JACOB est directeur de recherche au CNRS. Il a été membre de l’Institut des Sciences Cognitives de Lyon, et était président de la Société européenne de philosophie et psychologie au moment de l’entretien. En 1973, grâce à une bourse d’études, il étudia au département d’histoire des sciences de Harvard, où il obtint un doctorat en 1978. Après s’être illustré en philosophie des sciences, ses domaines de recherche relèvent désormais de la philosophie du langage, de l’esprit, et des sciences cognitives. Plus précisément, il s’est intéressé à la question de la naturalisation des représentations mentales. Il a publié un nombre important d’ouvrages reconnus, tels que De Vienne à Cambridge, l’héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours et L’empirisme logique en 1980, ainsi que What minds can do en 1997, traduit en français la même année sous le titre Pourquoi les choses ont-elles un sens ?
Titre: Monisme vs dualisme ontologique
Durée: 00:03:25   [00:16:36 > 00:20:01]
Pierre JACOB indique ici que la philosophie de l’esprit se pose des questions philosophiques soulevées par le développement des sciences cognitives. Par exemple, elle se demande ce qu’est une représentation, d’un point de vue ontologique. Plusieurs positions philosophiques existent à ce propos : les monistes nient qu’il puisse exister des idées ou des pensées, en ce qu’elles n’ont pas de propriétés physiques. Les dualistes, comme Descartes, soutiennent au contraire que des entités dépourvues de propriétés physiques comme les idées peuvent exister. La question qui se pose dès lors est celle de la possibilité de certains états physiques de représenter quelque chose, c’est-à-dire d’avoir un contenu.
Titre: Le programme naturaliste - Explications causales vs explications intentionnelles
Durée: 00:09:36   [00:20:01 > 00:29:38]
Le programme central de naturalisation consiste à comprendre, en accord avec les recherches en biologie et en neurophysiologie, pourquoi certains états neurophysiologiques internes peuvent avoir des contenus. Un deuxième aspect de ce programme consiste en retour à se demander dans quelle mesure le fait d’avoir un contenu (ou être doté d’intentionnalité) peut contribuer à expliquer certains aspects du système doté de représentations. Ces deux questions sont au centre de l’ouvrage What minds can do. Ce programme est très débattu au sein de la communauté philosophique. Certains considèrent que la volonté naturaliste de mettre sur le même plan les choses dotées de contenus et celles qui n’en ont pas est un réductionnisme. Il s’agirait d’une confusion conceptuelle, similaire à celle entre causes et raisons.
Titre: L'institut des Sciences Cognitives de Lyon
Durée: 00:06:53   [00:29:38 > 00:36:31]
Entre 1988 et 1995, Pierre JACOB a été membre du CREA, qu’il a quitté pour devenir membre d’une équipe interdisciplinaire à Lyon. Son but était de préparer la création d’un Institut des Sciences Cognitives, qui fut dirigé par Marc JEANNEROD à partir de 1998. Pierre JACOB y prit part de 1998 à 2000. Il y noua des relations très importantes avec certains chercheurs en neurosciences spécialistes de la « transformation visio-motrice ». Celle-ci consiste en l’étude des circuits cérébraux qui permettent à l’homme et aux primates de coordonner l’information visuelle sur les objets et les mouvements de saisie des objets.
Titre: Recherches sur la vision et la perception
Durée: 00:18:28   [00:36:31 > 00:55:00]
Pierre JACOB menait au moment de l’entretien et en collaboration avec Marc JEANNEROD, un projet sur la dualité de la vision chez l’homme, en fonction de tâches motrices ou perceptrices. Le travail consistait de manière globale à voir en quoi un même stimulus peut être traité de manière différente. Le philosophe détaille ici certains résultats de cette recherche mêlant notamment philosophie et neurophysiologie, comme ceux relatifs à la « vision aveugle » chez les individus atteints de lésions visuelles, à l’agnosie visuelle, à l’ataxie optique, etc.
Type: Articles numériques
Auteur: Pierre JACOB et Marc JEANNEROD
Url: http://www.isc.cnrs.fr/wp/wp07.htm
Working Paper de 1999 relatif aux travaux de Pierre JACOB et Marc JEANNEROD sur la vision.
Type: Articles numériques
Auteur: Pierre JACOB et Marc JEANNEROD
Url: http://www.isc.cnrs.fr/wp/wp99-13.htm
Working Paper de 1999 relatif aux travaux de Pierre JACOB et Marc JEANNEROD sur la vision.
Titre: Sur le sens du verbe "voir"
Durée: 00:05:53   [00:55:00 > 01:00:53]
Ces recherches sur la vision ont nourri les questionnements du philosophe quant au sens du terme français « voir ». Selon lui, la philosophie et le sens commun ont présupposé que la vision avait pour fonction la perception. Or, les travaux menés avec Marc JEANNEROD ont mis en évidence une distinction entre les fonctions perceptives et motrices de la vision. Pierre JACOB remet donc en question la synonymie supposée entre vision et perception.
Titre: Synthèse de la recherche en sciences cognitives
Durée: 00:01:53   [01:00:53 > 01:02:47]
Revenant sur son parcours, Pierre JACOB indique finalement s’être initié à la philosophie analytique par le biais de la philosophie des sciences lors de son séjour à Harvard. Il continue de s’intéresser à la philosophie de l’esprit via la question des représentations, tout en approfondissant des recherches empiriques concernant la vision, mais aussi le développement des bébés.
Titre: La cognition morale
Durée: 00:04:45   [01:02:47 > 01:07:32]
En conclusion, Pierre JACOB donne des précisions relatives au projet de recherche mené en collaboration avec Emmanuel DUPOUX sur la « cognition morale naïve ». Ce projet cherche à comprendre pourquoi l’homme évalue moralement les actions des individus avec lesquels il évolue, à travers une étude sur les bébés.
Type: HAL SHS - L'archive ouverte des SHS
Auteur: Pierre JACOB et Emmanuel DUPOUX
Url: http://jeannicod.ccsd.cnrs.fr/ijn_00352499/document
Pierre Jacob, Emmanuel Dupoux. Universal moral grammar: a critical appraisal. Trends in Cognitive Sciences, Elsevier, 2007, 11 (9), pp.373-378.

8 chapitres.
  • Extrait d'entretien filmé. Pierre JACOB est directeur de recherche au CNRS. Il a été membre de l’Institut des Sciences Cognitives de Lyon, et était président de la Société européenne de philosophie et psychologie au moment de l’entretien. En 1973, grâce à une bourse d’études, il étudia au département d’histoire des sciences de Harvard, où il obtint un doctorat en 1978. Après s’être illustré en philosophie des sciences, ses domaines de recherche relèvent désormais de la philosophie du langage, de l’esprit, et des sciences cognitives. Plus précisément, il s’est intéressé à la question de la naturalisation des représentations mentales. Il a publié un nombre important d’ouvrages reconnus, tels que De Vienne à Cambridge, l’héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours et L’empirisme logique en 1980, ainsi que What minds can do en 1997, traduit en français la même année sous le titre Pourquoi les choses ont-elles un sens ?
  • Pierre JACOB indique ici que la philosophie de l’esprit se pose des questions philosophiques soulevées par le développement des sciences cognitives. Par exemple, elle se demande ce qu’est une représentation, d’un point de vue ontologique. Plusieurs positions philosophiques existent à ce propos : les monistes nient qu’il puisse exister des idées ou des pensées, en ce qu’elles n’ont pas de propriétés physiques. Les dualistes, comme Descartes, soutiennent au contraire que des entités dépourvues de propriétés physiques comme les idées peuvent exister. La question qui se pose dès lors est celle de la possibilité de certains états physiques de représenter quelque chose, c’est-à-dire d’avoir un contenu.
  • Le programme central de naturalisation consiste à comprendre, en accord avec les recherches en biologie et en neurophysiologie, pourquoi certains états neurophysiologiques internes peuvent avoir des contenus. Un deuxième aspect de ce programme consiste en retour à se demander dans quelle mesure le fait d’avoir un contenu (ou être doté d’intentionnalité) peut contribuer à expliquer certains aspects du système doté de représentations. Ces deux questions sont au centre de l’ouvrage What minds can do. Ce programme est très débattu au sein de la communauté philosophique. Certains considèrent que la volonté naturaliste de mettre sur le même plan les choses dotées de contenus et celles qui n’en ont pas est un réductionnisme. Il s’agirait d’une confusion conceptuelle, similaire à celle entre causes et raisons.
  • Entre 1988 et 1995, Pierre JACOB a été membre du CREA, qu’il a quitté pour devenir membre d’une équipe interdisciplinaire à Lyon. Son but était de préparer la création d’un Institut des Sciences Cognitives, qui fut dirigé par Marc JEANNEROD à partir de 1998. Pierre JACOB y prit part de 1998 à 2000. Il y noua des relations très importantes avec certains chercheurs en neurosciences spécialistes de la « transformation visio-motrice ». Celle-ci consiste en l’étude des circuits cérébraux qui permettent à l’homme et aux primates de coordonner l’information visuelle sur les objets et les mouvements de saisie des objets.
  • Pierre JACOB menait au moment de l’entretien et en collaboration avec Marc JEANNEROD, un projet sur la dualité de la vision chez l’homme, en fonction de tâches motrices ou perceptrices. Le travail consistait de manière globale à voir en quoi un même stimulus peut être traité de manière différente. Le philosophe détaille ici certains résultats de cette recherche mêlant notamment philosophie et neurophysiologie, comme ceux relatifs à la « vision aveugle » chez les individus atteints de lésions visuelles, à l’agnosie visuelle, à l’ataxie optique, etc.
  • Ces recherches sur la vision ont nourri les questionnements du philosophe quant au sens du terme français « voir ». Selon lui, la philosophie et le sens commun ont présupposé que la vision avait pour fonction la perception. Or, les travaux menés avec Marc JEANNEROD ont mis en évidence une distinction entre les fonctions perceptives et motrices de la vision. Pierre JACOB remet donc en question la synonymie supposée entre vision et perception.
  • Revenant sur son parcours, Pierre JACOB indique finalement s’être initié à la philosophie analytique par le biais de la philosophie des sciences lors de son séjour à Harvard. Il continue de s’intéresser à la philosophie de l’esprit via la question des représentations, tout en approfondissant des recherches empiriques concernant la vision, mais aussi le développement des bébés.
  • En conclusion, Pierre JACOB donne des précisions relatives au projet de recherche mené en collaboration avec Emmanuel DUPOUX sur la « cognition morale naïve ». Ce projet cherche à comprendre pourquoi l’homme évalue moralement les actions des individus avec lesquels il évolue, à travers une étude sur les bébés.
Titre: Philosophie des sciences et du langage
Sous-titre: Entretien avec Pierre JACOB
Auteur(s): JACOB Pierre
Date de réalisation: 27/11/2002
Lieu de réalisation: Maison des Sciences de l’Homme 54 Boulevard Raspail 75006 Paris France
Genre: Entretien filmé
Langue(s): Français
Ce premier entretien avec le philosophe et chercheur en sciences cognitives Pierre JACOB présente son parcours scientifique, son programme de travail, ainsi que ses principales recherches, notamment ceux relatifs à la vision et à la perception.
Pierre JACOB est philosophe des sciences, du langage, de l’esprit, et des sciences cognitives. Ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, agrégé de philosophie, ses travaux actuels portent sur les neurosciences cognitives. Il a publié un nombre important d’ouvrages reconnus, tels que De Vienne à Cambridge, l’héritage du positivisme logique de 1950 à nos jours et L’empirisme logique en 1980, ainsi que What minds can do en 1997. Il a par ailleurs été président de la Société européenne de philosophie et psychologie.
Sujet: Domaines et objets de recherche sur les cultures
Topique: De la culture - généralités
Libellé: Représentations humaines
Mots-clés: représentation; naturalisme; philosophie
Aspects rhétoriques et discursifs: Dialogue ; Discussion ; Entretien ; Explication ; Exposé scientifique ; Hypothèse ; Interprétation ; Interrogation ; Suggestion
Le projet global de Pierre JACOB vise à interroger d'un point de vue philosophique la nature des représentations humaines.
Le programme central de naturalisation philosophique consiste à comprendre, en accord avec les recherches en biologie et en neurophysiologie, pourquoi certains états neurophysiologiques internes peuvent avoir des contenus. Un deuxième aspect de ce programme consiste en retour à se demander dans quelle mesure le fait d’avoir un contenu (ou être doté d’intentionnalité) peut contribuer à expliquer certains aspects du système doté de représentations.
Sujet: Discipline/approche SHS
Topique: Neuroscience
Discipline(s), approche(s): Philosophie
Discipline(s), approche(s): Philosophie de l'esprit
Libellé: Recherches sur la vision et la perception
Aspects rhétoriques et discursifs: Dialogue ; Discussion ; Explication ; Exposé scientifique ; Interprétation ; Interrogation ; Portrait ; Présentation de soi ; Proposition ; Suggestion
Le philosophe et chercheur Pierre JACOB présente au cours de cet entretien ses recherches ayant successivement concerné la philosophie des sciences, du langage, de l'esprit, et les sciences cognitives.
Après avoir présenté de manière synthétique le programme d'une philosophie naturaliste, Pierre JACOB envisage plus précisément ses recherches menées avec Marc JEANNEROD sur la vision et la perception humaines.
JACOB Pierre. « Philosophie des sciences et du langage », Archives Audiovisuelles de la Recherche (AAR), n°66, 2002, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/66/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), Paris, France, 2015
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© BILJETINA Charles, réalisateur, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, France, 2002 © CHALLULAU Hélène, réalisatrice, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, France, 2002 © STOCKINGER Peter, professeur des universités, ESCoM-AAR/FMSH, Paris, France, 2002
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© JACOB Pierre, philosophe, Institut Jean Nicod, Paris, France, 2002
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
Titre: Analyse de la vidéo « Philosophie des sciences et du langage »
Sous-titre: Entretien avec Pierre JACOB
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: FRINGANT, Matthias. Analyse de la vidéo « Philosophie des sciences et du langage ». (Portail ARC, 2015), http://www.arc.msh-paris.fr
Id analyse: e23e7d16-c12f-4132-9a8e-51dfc2697a29
Id vidéo: 227e9a8d-6f41-4f6e-82fd-cb3561f6824a
Analyse du premier entretien avec le philosophe et chercheur en sciences cognitives Pierre JACOB.