Métis en création. TRUONG, Marcelino, FRANCHINI, Philippe, GASTAMBIDE, Rémy

Chapitre

Titre: Marcelino Truong "Une si jolie petite guerre"
Durée: 00:24:19   [00:00:00 > 00:24:19]
Genre: Extrait d'une table ronde filmée
Marcelino Truong est un métis, son père est vietnamien et sa mère française. Il a eu une enfance voyageuse qui l’a conduit des Philippines aux États-Unis, puis de Saigon à Londres. Marcelino Truong est peintre, illustrateur, ainsi qu’auteur. Sa famille n’étant pas issue du milieu artistique, c’est en autodidacte qu’il a appris le métier d’illustrateur. Après 20 ans d'apprentissage sur le tas, il a commencé également à écrire quelques textes. Sa dernière œuvre en date est un roman graphique intitulé "Une si jolie petite guerre", à mi-chemin entre une bande dessiné et un roman. Dans cette œuvre, comme dans les précédentes, Marcelino Truong aborde le sujet du Vietnam, du métissage, les problèmes liés à la colonisation, la vie quotidienne et la guerre. Issu d'une famille anticommuniste et dont le père est haut-fonctionnaire de la République du Vietnam (dans le Sud à moment-là) l'auteur a pu bénéficier de nombreux échanges, de multiples rencontres, ainsi que d'opinions multilatérales. Il a effectué une conversion de sa pensée qui résulte d’une longue réflexion et d’une lente maturation. Ce roman graphique est le reflet de sa vision sur la vie quotidienne et la guerre à travers le regard d'un jeune adolescent, puis d'un adulte.
Nom: TRUONG
Prénom: Marcelino
Rôle: Peintres
Appartenance: Institutions en France
Adresse: 121 rue Oberkampf 75011, Paris, Paris, France
Marcelino Truong Peintre, illustrateur et auteur, né d’un père vietnamien et d’une mère malouine, Marcelino Truong porte le nom d'une rue de Manille, la calle San Marcelino, où il est né en 1957. Une enfance voyageuse le conduit des Philippines aux Etats-Unis, puis de Saigon à Londres. Parcours atypique. Autodidacte du dessin, diplômé de Sciences-Po Paris et agrégé d’anglais, il se lance dans la vie d’artiste en 1983. Depuis, on remarque souvent ses illustrations aux couleurs chaudes et lumineuses dans les rayons de littérature pour adultes ou pour la jeunesse (fiction ou documentaire). En 2002, il signe texte et illustrations de l'album Fleur d'eau, aux Editions Gautier-Languereau, bientôt suivi de trois autres albums dans la même série racontant le Viêtnam d’autrefois. Le Viêtnam est toujours à l’honneur dans l’album La Carambole d’or, conte traditionnel vietnamien adapté par Yveline Feray et illustré par Marcelino Truong aux Editions P. Picquier Jeunesse. Son dernier album jeunesse, Trois Samouraïs sans foi ni loi (Ed. Gautier-Languereau, 2008), nous conduit au Japon des samouraïs errants, escrimeurs sans maître ni logis. On lui doit la conception graphique du film d’animation, Petit Wang (26 minutes, réalisateur Henri Heidsieck ), Prix du film TV au Festival d’Annecy en 2006. Marcelino Truong est aussi l’auteur de nombreuses couvertures de livres aux Editions de l’Aube, Le Dilettante, Actes Sud, Plon, Kaïlash et Gallimard, ainsi que des jaquettes françaises et étrangères de romans et essais d’Eric-Emmanuel Schmitt chez Albin-Michel. Ses illustrations apparaissent régulièrement dans la presse, dans les pages du quotidien Libération, dans les hebdos Marianne ou ELLE, ainsi que dans la revue XXI. Renouant avec la BD, il a adapté le polar de James Lee Burke, Prisonniers du ciel, paru 2010 dans la collection Casterman/Rivages/Noir. Son dernier prochain projet important est un roman graphique en BD, où Marcelino Truong raconte son enfance à Saigon au début de la guerre américaine du Viêtnam : Une si jolie petite guerre - Saigon 1961-63, paru aux Editions Denoël Graphic en octobre 2012.
Titre: Philippe Franchini, ses racines corse et vietnamienne
Durée: 00:22:10   [00:24:19 > 00:46:29]
Genre: Table ronde filmée
Langue(s): Français
Philippe Franchini est le fils du propriétaire corse de l'hôtel Continental à Saigon, et de la fille de Cochinchinois propriétaires terriens du delta du Mékong. Sa mère étant décédée à sa naissance, il est élevé par son père et l’une de ses tantes venue de Corse. Enfant, il passait toutes ses vacances à My Tho, sur une île du Mékong, chez ses grands-parents maternels. Sa jeunesse, son enfance, ainsi qu’une partie de sa vie d’adulte, il les a partagés entre Saigon et Mékong. La culture vietnamienne a donc laissé une empreinte très forte sur lui. Au cours de ces années, il a été témoin de situations socio-politiques compliquées, de conflits et de guerres; toutes ces difficultés constituent des étapes importantes de sa vie. Pour lui, être métis est une chance formidable, il a été choyé et élevé par les deux côtés de sa famille. Et bien qu’attaché à sa famille maternelle, il n'oublie pas pour autant ses racines corses. Philippe Franchini est historien, essayiste, romancier et peintre. Il a beaucoup étudié la colonisation et est à l’origine de plusieurs ouvrages et peintures sur l’Indochine, Saigon, etc.
Nom: Philippe
Prénom: FRANCHINI
Rôle: Ecrivains
Appartenance: Institutions en France
Adresse: Paris, France
Philippe Franchini est né à Saigon d’un père corse et d’une mère vietnamienne. De 1965 à 1975, il dirige l’Hôtel Continental, lieu de rendez-vous mythique des coloniaux, conquérants, aventuriers puis des journalistes, écrivains ou cinéastes. Après la chute de Saïgon, il entame à Paris une carrière éclectique qui le mène à la peinture et à la réalisation de courts-métrages et de documentaires. Puis il se consacre à l’écriture et à ses deux amours, la Corse et le Vietnam, à travers des romans (La Route des Mille Li, Confucius, Les Feux du Soleil levant, Tarra Nostra, …), des textes d’ouvrages photographiques (La Corse en plein vol, Majestueux Vietnam, Le Mékong, …), des essais (Une dramaturgie corse, Saïgon 1925-1945…) et des récits historiques (Les Mensonges de la guerre d’Indochine, Le Sacrifice et l’espoir, Les Guerres d’Indochine, …). Son dernier roman, Le Poulpe - Quatre Corses Majeurs, est publié aux éditions Baleine (mai 2013).
Langue: Tiếng Việt
Philippe Franchini có bố là ông chủ người Corse của khách sạn Continental ở Saigonm còn mẹ là con gái của một địa chủ Nam Bộ. Mẹ ông mất từ khi sinh ông, ông lớn lên dưới sự dạy dỗ của người cha và tình thương của bà dì đến từ Corse. Philippe Franchini trải qua những kì nghỉ hè với ông bà ngoại ở Mỹ Tho, vùng đồng bằng sông Cửu Long. Tuổi thơ, thời niên thiếu và một phần những năm tháng trưởng thành của ông gắn liền với Sài Gòn và vùng đất này. Chúng đã để lại trong ông những dấu ấn sâu đậm về văn hóa và con người Việt Nam. Suốt những năm tháng đó, ông đã từng chứng kiến những những mâu thuẫn, xung đột, chiến tranh và cả những tình hình xã hội-chính trị phức tạp nơi đây. Nó trở thành những mốc quan trọng trong suốt cuộc đời ông. Đối với Philippe Franchini, ông là một người con lai đầy may mắn khi được hưởng sự chăm lo của cả 2 dòng họ. Ông gắn bó với gia đình bên ngoại, nhưng cũng không quên gốc gác người Corse của mình. Philippe Franchini là một nhà sử học, nhà tiểu luận, tiểu thuyết gia và còn là họa sĩ. Ông từng nghiên cứu rất nhiều về vấn đề thuộc địa, đồng thời cho ra đời nhiều tác phẩm theo chủ đề này về vùng Đông Dương, Sài Gòn... Hơn nữa, Philippe Franchini còn từng chuyển thể những ý tưởng riêng của mình, những đề tài đó dưới dạng tranh vẽ.
Titre: Rémy Gastambide avec sa motivation et inspiration de rechercher son origine
Durée: 00:13:41   [00:46:29 > 00:59:03]
Genre: Table ronde filmée
Langue(s): Français
Rémy Gastambide est né en 1969 à Saigon, d'une mère vietnamienne et d'un père soldat afro-américain. C’est dans un orphelinat que sa vie a commencé. Il a été adopté un an plus tard, par un couple franco-suisse originaire de Reims. Rémy a un frère aîné vietnamien, lui aussi adopté. Durant toute son enfance et pendant une très longue période, ses parents adoptifs ont ignoré et mis de côté son identité de métis amérasien. Ils ne lui ont jamais parlé du Vietnam, qui était presque devenu un tabou. Lorsqu’il avait à peu près 13 ans, il a découvert par hasard des images atroces et violentes de la guerre au Vietnam, et ce dernier est devenue une obsession. Cette découverte à revitalisé son instinct et sa motivation pour rechercher ses origines. Rémy Gastambide a continué à rechercher tout ce qui concernait le Vietnam, la guerre, et les problèmes implicites qui en sont issus, notamment le métissage et le sort des métis. Artiste polyvalent, avec un talent pour la photographie et la peinture, Rémy Gastambide a produit de nombreuses œuvres, qui renvoient à sa propre identité, à sa pensée, et qui lui permettent de partager son point de vue sur les questions qui l’animent.
Nom: Rémy
Prénom: GASTAMBIDE
Rôle: Peintres
Appartenance: Institutions en France
Adresse: France
Né le 1er janvier 1969, à Saïgon (Sud Vietnam), pendant la guerre (1965-1975), d’une relation entre un soldat noir américain et une femme vietnamienne, Rémy Bac Ai a été adopté par un couple franco-suisse, les Gastambide, et a été élevé à Reims. Après des études supérieures de dessin académique et d’illustration à Paris (ESAG Penninghen) puis à Londres (Kingston Polytechnics), Rémy s’est tourné vers la photographie documentaire : « Je suis retourné au Vietnam pour la première fois en 1991. J’ai pu constater la déconsidération dont beaucoup des enfants {amérasiens} devenus de jeunes adultes, font l’objet. J’ai voulu mener un essai photographique portraitiste {…) Ce travail représente mon combat contre l’oubli et le chagrin » Depuis 1991, au cours de ses « voyages/retour aux sources » au Vietnam, puis aux USA, Rémy a poursuivi son essai photographique sur les Amérasiens de la guerre du Vietnam (enfants de père GI US et mère vietnamienne), à travers lequel il interroge sa propre identité de métis noir. Son parcours débute ainsi avec ce travail qui a fait l’objet de diverses parutions dans la presse française et internationale, ainsi que plusieurs expositions en France, Angleterre, USA, Allemagne et Mali, depuis 1994. Aujourd’hui, Rémy Bac Ai s’oriente à nouveau vers le dessin et la peinture, « ses premiers amours ». Choisissant le thème du bouddhisme, il exploré les fondements de sa foi profonde en cette « philosophie », livrant les fruits de sa propre expérience dans cette voie religieuse, qu’il a suivie, étant plus jeune, sous la guidance du moine vietnamien Thich Nhat Hanh. L’artiste signe ses « toiles », ou ses bandes de papier, de son nom vietnamien : Nguyên Bac Ai, inscrivant ainsi sur son œuvre cette identité qu’il considère comme véritable « identité intérieure, passé enfoui ». Rémy Bac Ai revisite les figures mythiques du Panthéon Bouddhique au grand complet. Bouddhas, Bodhisattvas, Arahats, Gardiens, etc, sont campés sous la forme d’esquisses spontanées plus grandes que nature : 2 mètres 80 sur 1 mètre. Les personnages sacrés sortent néanmoins de leurs représentations habituelles et traditionnelles, et le traitement contemporain de cette thématique amène le spectateur à découvrir le Bouddha et ses disciples dans une vision des plus singulières. Quête de l’esprit du dessin de par le trait jeté, quête du bouddhisme par la tâche, Rémy Bac Ai a réalisé près de 90 œuvres depuis juin 99. Il nous offre, au travers des techniques picturales de son choix : encre de chine, rehaut de blanc, et papier kraft, peinture, mais aussi matière organique, minérale, végétale, le reflet de sa fascination pour les dessins de ses quatre principaux modèles : Egon Schiele (1890-1918, Autriche), Hakuin Ekaku (1686-1769, Japon), Giovanni Battista Tiépolo (1696-1770, Italie), Grünwald (1475/80- 1528, Allemagne), privilégiant par là, le dessin avant tout, comme « la moelle épinière du corps pictural ». Pour lui, ces peintures ne sont pourtant que des croquis, les prémisses d’autres œuvres à venir, de plus grands formats encore. En fait, Rémy Bac Ai nourrit depuis toujours le désir de décorer une pagode bouddhiste. Il cherche aujourd’hui à collaborer à un chantier consacré à l’édification de tels édifices religieux : « Je conçois en cette tâche, la raison de mon engagement personnel et spirituel d’artiste. C’est le but, le sens même de ma vie ! »
Langue: Tiếng Việt
Rémy Gastambide sinh năm 1969 tại Sài Gòn, bởi một phụ nữ người Việt và một lính Mỹ gốc Phi. Vậy nhưng những năm tháng đầu của cuộc đời ông lại ở cô nhi viện, ông đã được người ta gửi đến đó. Sau đấy 1 năm, ông được một cặp vợ chồng Pháp-Thụy Sĩ đến từ Reims nhận nuôi. Rémy có một anh trai người Việt Nam cũng được nhận nuôi giống ông. Suốt cả tuổi thơ cũng như là một thời gian dài về sau, bố mẹ nuôi luôn tránh nhắc đến thân phận con lai Mỹ-Á của ông. Ông cũng không bao giờ được nghe kể về Việt Nam, đó như thể là một điều cấm kị. Một lần hồi 13-14 tuổi, Rémy vô tình tìm thấy những bức hình đầy hung bạo và dã man về cuộc chiến tranh ở Việt Nam. Nó trở thành nỗi ám ảnh đối với ông. Dường như nó làm sống dậy ở trong ông bản năng và động lực để tìm lại nguồn cội của mình. Đầy giận dữ và tò mò, Rémy tiếp tục tìm kiếm được những gì liên quan đến Việt Nam, về cuộc chiến xảy ra ở Việt Nam, những vấn đề ẩn sau từ cuộc chiến này, và nhất là vấn đề con lai và những người con lai có cùng thân phận với ông. Là một nghệ sĩ đa tài về nhiếp ảnh lẫn hội họa, Rémy đã cho ra đời rất nhiều tác phẩm thể hiện được cá tính và suy nghĩ riêng của ông mà qua đó giúp ông chia sẻ và truyền tải được những quan điểm và thông điệp về những vấn đề trên.

3 chapitres.
  • Extrait d'une table ronde filmée. Marcelino Truong est un métis, son père est vietnamien et sa mère française. Il a eu une enfance voyageuse qui l’a conduit des Philippines aux États-Unis, puis de Saigon à Londres. Marcelino Truong est peintre, illustrateur, ainsi qu’auteur. Sa famille n’étant pas issue du milieu artistique, c’est en autodidacte qu’il a appris le métier d’illustrateur. Après 20 ans d'apprentissage sur le tas, il a commencé également à écrire quelques textes. Sa dernière œuvre en date est un roman graphique intitulé "Une si jolie petite guerre", à mi-chemin entre une bande dessiné et un roman. Dans cette œuvre, comme dans les précédentes, Marcelino Truong aborde le sujet du Vietnam, du métissage, les problèmes liés à la colonisation, la vie quotidienne et la guerre. Issu d'une famille anticommuniste et dont le père est haut-fonctionnaire de la République du Vietnam (dans le Sud à moment-là) l'auteur a pu bénéficier de nombreux échanges, de multiples rencontres, ainsi que d'opinions multilatérales. Il a effectué une conversion de sa pensée qui résulte d’une longue réflexion et d’une lente maturation. Ce roman graphique est le reflet de sa vision sur la vie quotidienne et la guerre à travers le regard d'un jeune adolescent, puis d'un adulte.
  • Table ronde filmée. Philippe Franchini est le fils du propriétaire corse de l'hôtel Continental à Saigon, et de la fille de Cochinchinois propriétaires terriens du delta du Mékong. Sa mère étant décédée à sa naissance, il est élevé par son père et l’une de ses tantes venue de Corse. Enfant, il passait toutes ses vacances à My Tho, sur une île du Mékong, chez ses grands-parents maternels. Sa jeunesse, son enfance, ainsi qu’une partie de sa vie d’adulte, il les a partagés entre Saigon et Mékong. La culture vietnamienne a donc laissé une empreinte très forte sur lui. Au cours de ces années, il a été témoin de situations socio-politiques compliquées, de conflits et de guerres; toutes ces difficultés constituent des étapes importantes de sa vie. Pour lui, être métis est une chance formidable, il a été choyé et élevé par les deux côtés de sa famille. Et bien qu’attaché à sa famille maternelle, il n'oublie pas pour autant ses racines corses. Philippe Franchini est historien, essayiste, romancier et peintre. Il a beaucoup étudié la colonisation et est à l’origine de plusieurs ouvrages et peintures sur l’Indochine, Saigon, etc.
  • Table ronde filmée. Rémy Gastambide est né en 1969 à Saigon, d'une mère vietnamienne et d'un père soldat afro-américain. C’est dans un orphelinat que sa vie a commencé. Il a été adopté un an plus tard, par un couple franco-suisse originaire de Reims. Rémy a un frère aîné vietnamien, lui aussi adopté. Durant toute son enfance et pendant une très longue période, ses parents adoptifs ont ignoré et mis de côté son identité de métis amérasien. Ils ne lui ont jamais parlé du Vietnam, qui était presque devenu un tabou. Lorsqu’il avait à peu près 13 ans, il a découvert par hasard des images atroces et violentes de la guerre au Vietnam, et ce dernier est devenue une obsession. Cette découverte à revitalisé son instinct et sa motivation pour rechercher ses origines. Rémy Gastambide a continué à rechercher tout ce qui concernait le Vietnam, la guerre, et les problèmes implicites qui en sont issus, notamment le métissage et le sort des métis. Artiste polyvalent, avec un talent pour la photographie et la peinture, Rémy Gastambide a produit de nombreuses œuvres, qui renvoient à sa propre identité, à sa pensée, et qui lui permettent de partager son point de vue sur les questions qui l’animent.
Titre: Métis en création
Sous-titre: Salon du livre et des Arts de l'Haÿ-les-Roses : Destination Vietnam
Auteur(s): TRUONG, Marcelino, FRANCHINI, Philippe, GASTAMBIDE, Rémy
Date de réalisation: 19/10/2013
Lieu de réalisation: Salon du livre et des arts, à L'Hay-les-Roses Au Moulin de la Bièvre 73, avenue Larroumès, 94240 - L'HAŸ-LES-ROSE
Genre: Table ronde filmée
Cette table ronde est organisée autour de trois intervenants métis d'origine vietnamienne : Marcelino Truong, Philippe Franchini et Rémy Gastambide. Au cours de cette table ronde où ils racontent leurs propres vies, les trois intervenants nous partagent leurs points de vue et leurs pensées, non seulement sur le sujet du métissage, mais aussi sur quelques détails implicites et réels de l'histoire vietnamienne à l'époque de la guerre du Vietnam contre les Etats-Unis.
Sujet: L'appartenance culturelle
Topique: Métis
Mots-clés: métis ; vietnam ; eurasien
Localisation spatiale du sujet: Viêt Nam
Nom: ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche)
Rôle: Producteurs d'oeuvres audiovisuelles
Appartenance: FMSH - Fondation Maison des Sciences de l'Homme, ESCoM - Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias, France
Adresse: FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Nom: FRANCHINI
Prénom: Philippe
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Institutions en France
Fonction: Historien, essayiste et romancier
Adresse: Paris, France
Philippe Franchini est né à Saigon d’un père corse et d’une mère vietnamienne. De 1965 à 1975, il dirige l’Hôtel Continental, lieu de rendez-vous mythique des coloniaux, conquérants, aventuriers puis des journalistes, écrivains ou cinéastes. Après la chute de Saïgon, il entame à Paris une carrière éclectique qui le mène à la peinture et à la réalisation de courts-métrages et de documentaires. Puis il se consacre à l’écriture et à ses deux amours, la Corse et le Vietnam, à travers des romans (La Route des Mille Li, Confucius, Les Feux du Soleil levant, Tarra Nostra, …), des textes d’ouvrages photographiques (La Corse en plein vol, Majestueux Vietnam, Le Mékong, …), des essais (Une dramaturgie corse, Saïgon 1925-1945…) et des récits historiques (Les Mensonges de la guerre d’Indochine, Le Sacrifice et l’espoir, Les Guerres d’Indochine, …). Son dernier roman, Le Poulpe – Quatre Corses Majeurs, est publié aux éditions Baleine (mai 2013).
Nom: GASTAMBIDE
Prénom: Rémy
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Institutions en France
Fonction: Artiste peintre, photogaphe, musicien
Adresse: France
Né le 1er janvier 1969, à Saïgon (Sud Vietnam), pendant la guerre (1965-1975), d’une relation entre un soldat noir américain et une femme vietnamienne, Rémy Bac Ai a été adopté par un couple franco-suisse, les Gastambide, et a été élevé à Reims. Après des études supérieures de dessin académique et d’illustration à Paris (ESAG Penninghen) puis à Londres (Kingston Polytechnics), Rémy s’est tourné vers la photographie documentaire : « Je suis retourné au Vietnam pour la première fois en 1991. J’ai pu constater la déconsidération dont beaucoup des enfants {amérasiens} devenus de jeunes adultes, font l’objet. J’ai voulu mener un essai photographique portraitiste {…) Ce travail représente mon combat contre l’oubli et le chagrin » Depuis 1991, au cours de ses « voyages/retour aux sources » au Vietnam, puis aux USA, Rémy a poursuivi son essai photographique sur les Amérasiens de la guerre du Vietnam (enfants de père GI US et mère vietnamienne), à travers lequel il interroge sa propre identité de métis noir. Son parcours débute ainsi avec ce travail qui a fait l’objet de diverses parutions dans la presse française et internationale, ainsi que plusieurs expositions en France, Angleterre, USA, Allemagne et Mali, depuis 1994. Aujourd’hui, Rémy Bac Ai s’oriente à nouveau vers le dessin et la peinture, « ses premiers amours ». Choisissant le thème du bouddhisme, il exploré les fondements de sa foi profonde en cette « philosophie », livrant les fruits de sa propre expérience dans cette voie religieuse, qu’il a suivie, étant plus jeune, sous la guidance du moine vietnamien Thich Nhat Hanh. L’artiste signe ses « toiles », ou ses bandes de papier, de son nom vietnamien : Nguyên Bac Ai, inscrivant ainsi sur son œuvre cette identité qu’il considère comme véritable « identité intérieure, passé enfoui ». Rémy Bac Ai revisite les figures mythiques du Panthéon Bouddhique au grand complet. Bouddhas, Bodhisattvas, Arahats, Gardiens, etc, sont campés sous la forme d’esquisses spontanées plus grandes que nature : 2 mètres 80 sur 1 mètre. Les personnages sacrés sortent néanmoins de leurs représentations habituelles et traditionnelles, et le traitement contemporain de cette thématique amène le spectateur à découvrir le Bouddha et ses disciples dans une vision des plus singulières. Quête de l’esprit du dessin de par le trait jeté, quête du bouddhisme par la tâche, Rémy Bac Ai a réalisé près de 90 œuvres depuis juin 99. Il nous offre, au travers des techniques picturales de son choix : encre de chine, rehaut de blanc, et papier kraft, peinture, mais aussi matière organique, minérale, végétale, le reflet de sa fascination pour les dessins de ses quatre principaux modèles : Egon Schiele (1890-1918, Autriche), Hakuin Ekaku (1686-1769, Japon), Giovanni Battista Tiépolo (1696-1770, Italie), Grünwald (1475/80- 1528, Allemagne), privilégiant par là, le dessin avant tout, comme « la moelle épinière du corps pictural ». Pour lui, ces peintures ne sont pourtant que des croquis, les prémisses d’autres œuvres à venir, de plus grands formats encore. En fait, Rémy Bac Ai nourrit depuis toujours le désir de décorer une pagode bouddhiste. Il cherche aujourd’hui à collaborer à un chantier consacré à l’édification de tels édifices religieux : « Je conçois en cette tâche, la raison de mon engagement personnel et spirituel d’artiste. C’est le but, le sens même de ma vie ! »
Nom: ROLLAND
Prénom: Dominique
Rôle: Organisateurs
Appartenance: INaLCO - Institut national des Langues et Civilisations Orientales, France
Fonction: Ethnologue
Adresse: Paris, France
Dominique ROLLAND est anthropologue, maître de conférences à l'INALCO à Paris, où elle dirige la filière Communication et Formations Interculturelles. Après un travail de terrain dans le sud-est de Madagascar, qui a donné lieu à une thèse sur le Royaume Antemoro, elle consacre ses travaux à la question du métissage, en s'appuyant principalement sur le cas de l'Indochine coloniale. Le résultat de ses recherches se décline dans différents registres : travaux académiques, littérature et expressions scéniques. Elle est une des porteuses du projet interuniversitaire Enseigner l’écrit à des publics faiblement ou non lettrés : Bilan critique des formations, mutualisation, ouvertures vers le terrain et collabore régulièrement au magazine bimestriel Le Français dans le monde, notamment à son supplément Francophonies du Sud, et à la revue Recherches et applications de la FIPF.
Nom: TRUONG
Prénom: Marcelino
Rôle: Intervenants avec communication
Appartenance: Institutions en France
Fonction: Illustrateur et auteur
Adresse: 121 rue Oberkampf 75011, Paris, Paris, France
Marcelino Truong Peintre, illustrateur et auteur, né d’un père vietnamien et d’une mère malouine, Marcelino Truong porte le nom d'une rue de Manille, la calle San Marcelino, où il est né en 1957. Une enfance voyageuse le conduit des Philippines aux Etats-Unis, puis de Saigon à Londres. Parcours atypique. Autodidacte du dessin, diplômé de Sciences-Po Paris et agrégé d’anglais, il se lance dans la vie d’artiste en 1983. Depuis, on remarque souvent ses illustrations aux couleurs chaudes et lumineuses dans les rayons de littérature pour adultes ou pour la jeunesse (fiction ou documentaire). En 2002, il signe texte et illustrations de l'album Fleur d'eau, aux Editions Gautier-Languereau, bientôt suivi de trois autres albums dans la même série racontant le Viêtnam d’autrefois. Le Viêtnam est toujours à l’honneur dans l’album La Carambole d’or, conte traditionnel vietnamien adapté par Yveline Feray et illustré par Marcelino Truong aux Editions P. Picquier Jeunesse. Son dernier album jeunesse, Trois Samouraïs sans foi ni loi (Ed. Gautier-Languereau, 2008), nous conduit au Japon des samouraïs errants, escrimeurs sans maître ni logis. On lui doit la conception graphique du film d’animation, Petit Wang (26 minutes, réalisateur Henri Heidsieck ), Prix du film TV au Festival d’Annecy en 2006. Marcelino Truong est aussi l’auteur de nombreuses couvertures de livres aux Editions de l’Aube, Le Dilettante, Actes Sud, Plon, Kaïlash et Gallimard, ainsi que des jaquettes françaises et étrangères de romans et essais d’Eric-Emmanuel Schmitt chez Albin-Michel. Ses illustrations apparaissent régulièrement dans la presse, dans les pages du quotidien Libération, dans les hebdos Marianne ou ELLE, ainsi que dans la revue XXI. Renouant avec la BD, il a adapté le polar de James Lee Burke, Prisonniers du ciel, paru 2010 dans la collection Casterman/Rivages/Noir. Son dernier prochain projet important est un roman graphique en BD, où Marcelino Truong raconte son enfance à Saigon au début de la guerre américaine du Viêtnam : Une si jolie petite guerre - Saigon 1961-63, paru aux Editions Denoël Graphic en octobre 2012.
Langue: Tiếng Việt
Với sự tham gia của 3 vị khách mời gốc Việt là Marcelino Truong, Philippe Franchini và Rémy Gastambide; cuộc thảo luận bàn tròn số 3 là một buổi nói chuyện sâu sắc về cuộc đời cũng như là những trải nghiệm, suy nghĩ của mỗi người. Qua đó, họ đồng thời chia sẻ với chúng ta những quan điểm về vấn đề "con lai", và hơn cả là những chi tiết - những phương diện có thật ẩn sâu về thời kỳ chiến tranh Nam-Bắc, chống Mỹ trong lịch sử Việt Nam
Type: Contexte "Recherche"
Public cible: Pour tout public
Cette vidéo vise à tout public, notamment ceux qui s'intéressent au thème du métissage et aux questions concernant l'histoire vietnamienne
TRUONG, Marcelino, FRANCHINI, Philippe, GASTAMBIDE, Rémy. « Métis en création », Archives Rencontre des Cultures (ARC), 2247, 2013, [en ligne] ; URL : http://www.archivesaudiovisuelles.fr/2247/
Type: Droit d'auteur relatif à la production du document source
© ESCoM-AAR (Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias - Archives Audiovisuelles de la Recherche), FMSH (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), Paris, France
Type: Droit d'auteur relatif à la réalisation du document source
© DE PABLO, Elisabeth, ingénieur de recherche, ESoM-FMSH, Paris, France, 2013 © DO, Thi Thanh Tam, répétitrice, INaLCO, Paris, France, 2013 © LE, Thi Thuong, ESoM-FMSH, Paris, France, 2013 © LAKROUT, Melissa, ESoM-FMSH, Paris, France , 2013 © MAREGLIA, Laura, ESoM-FMSH, Paris, France, 2013
Type: Droit d'auteur relatif au contenu du document source
© TRUONG, Marcelino, Illustrateur, peintre, auteur, Paris, France, Paris, France, 2013 © FRANCHINI, Philippe, Historien, essayiste et romancier, Paris, France, 2013 © GASTAMBIDE, Rémy, Artiste peintre, photogaphe, musicien, France , 2013
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
"Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/"
Titre: Analyse de la table ronde "Métis en création"
Langue(s): Français
Type: Analyse plus détaillé
Comment citer: NGUYEN, Cong Khanh. « Analyse de la table ronde "Métis en création" » (Portail ARC, 2013) : http://www.arc.msh-paris.fr/
Id analyse: eac1d9e1-b13d-4b12-8310-1e032dcc57e4
Id vidéo: a67f2108-a6b7-43b1-9209-27c0081a55a4
Avec la participation de Marcelino Truong, Philippe Franchini et Rémy Gastambide; la table ronde 3 est une des 3 tables rondes qui s'est tenue au Salon du livre et des arts, à L'Hay-les-Roses le 19 octobre 2013