Les paysages miniers en Toscane : un modèle de paysage culturel. PREITE, Massimo
Titre: Les paysages miniers en Toscane : un modèle de paysage culturel
Sous-titre: Les paysages de la mine, un patrimoine contesté
Auteur(s): PREITE, Massimo
Durée: 00:23:43
Date de réalisation: 13/11/2008
Lieu de réalisation: Centre historique minier du Nord-Pas de Calais, Lewarde, France, 2008
Genre: Conférence filmée
Langue(s): Français
Massimo Preite suscite des réflexions sur le paysage industriel et pose la question du paysage comme un objet scientifique. A partir de quatre critères d’analyse, il brosse les différents sites miniers dans la région de Grosstane, Toscane partant des premiers établissements étrusques jusqu’au XXe siècle. Cela permet d’avoir un aperçu de l’héritage des activités minières sur le paysage toscan et de repositionner la question du paysage comme une notion avant tout, du savant et du spécialiste car il nécessite une distance que ne possède pas le minier. Le paysage soulève les concepts de totalité, d’indivisibilité ainsi que l’interaction entre les systèmes de production et l’environnement. Or, le paysage est menacé, d’où l’importance des décisions à prendre à son égard.
Nom: PREITE
Prénom: Massimo
Fonction: professeur d'urbanisme
Adresse: Florence, Italie
Type: Exposé(s) scientifique(s)
Catalogue des sites miniers à Toscane et sensibilisation de l'intérêt que porte l'étude du paysage et les conséquences de l'industrialisation.
Type: Contexte "Recherche"
La conférence s’adresse aux universitaires (historiens, géographes, etc.), responsables politiques, ingénieurs, industriels, aménageurs, urbanistes, architectes, paysagistes, acteurs du patrimoine, étudiants... autour de la question du patrimoine de la mine sur le paysage.
PREITE, Massimo. "Les paysages miniers en Toscane : un modèle de paysage culturel" , in "Les paysages de la mine, un patrimoine contesté"», Atelier des Arkéonautes (ADA), n° 1851, 2008, [en ligne] ; URL : http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ada/FR/_video.asp?id=1851&ress=5901&video=9557&format=83
Type: Régime général "Creative Commons" relatifs au document source
Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libre de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page "
Lien: Creative Commons - Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France
Titre: Description de base de la vidéo portant sur les paysages de la mine en Toscane, Italie
Langue(s): Français
Type: Analyses de base de l'objet média
Comment citer: SAKUNTABHAI, Primsuda. "Description de base de la vidéo source portant sur les paysages de la mine en Toscane, Italie". Analyse de base de la vidéo source, 2011, Atelier des Arkéonautes (ADA), n° 1851, 2008, [en ligne] ; URL : http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/ada/FR/_video.asp?id=1851&ress=5901&video=9557&format=83
Id analyse: ff011799-eb71-47ae-9e01-971c741463eb
Id vidéo: 9b5b89ec-5af9-4c6d-b68f-0ad51eafce96
Ce colloque organisé par le CILA (Comité d’Information et de Liaison pour l’Archéologie, l’étude et la mise en valeur du patrimoine industriel) et le Centre Historique Minier s’adresse aux universitaires (historiens, géographes, etc.), responsables politiques, ingénieurs, industriels, aménageurs, urbanistes, architectes, paysagistes, acteurs du patrimoine, étudiants... Là où la mine est présente, le monde précédent a disparu. L’espace rural a été remodelé, des pleins et des creux ont transformé la topographie du territoire. Le résultat visible semble se réduire aux formes diverses de la pollution, « pays noir » du charbon, pays rouge de la bauxite, en somme à un anti-paysage. Quand l’exploitation s’arrête, après un temps de friche, rien ne paraît plus urgent que d’effacer, de « réhabiliter » cet environnement encombrant. Pourtant, il y a lieu de comprendre comment cette transformation industrielle s’est effectuée. A la vision purement négative de cette genèse s’oppose une lecture compréhensive des éléments qui organisent le nouveau paysage. Les emprises croissantes des sites de production, la morphologie des installations -chevalements, bâtiments des machines, ateliers annexes tels les lavoirs- méritent l’attention. A une autre échelle, ce paysage intègre des infrastructures souvent complexes -voies ferrées, canaux- et, le plus souvent, un habitat minier spécifique. La politique de la table rase ne peut plus s’imposer comme une évidence. Une prise de conscience commence à naître dans les bassins miniers, des formes de conservation sélective s’élaborent, qui laissent leur chance à d’autres attentes, d’autres usages. Le Centre historique minier du Nord-Pas de Calais et le CILAC ont souhaité organiser en commun un colloque international portant sur toutes les sortes d’exploitation minière en France et à l’étranger. Des historiens, des géographes, des conservateurs du patrimoine, des ingénieurs et des responsables politiques confrontent, ici, leurs points de vue et leurs expériences. Ainsi espère-t-on établir un bilan détaillé de la recherche sur les paysages miniers, connaître les premiers résultats d’une gestion patrimoniale de ces paysages et tracer de nouvelles pistes.